10/05/2014

Une femme en colère: YASMINE MOTARJEMI.

Bonjour,

Je vous conseille vivement de consacrer un peu de votre temps à regarder cette vidéo dans laquelle Mme Yasmine Motarjemi explique son combat contre une entreprise internationale travaillant dans l'agroalimentaire ...

Voilà le lien (à reprendre par copier-coller, merci de le transmettre à vos amis):

http://un-empire-dans-mon-assiette.france5.fr/webdoc.php?filmShare=Une-femme-en-colere

 

Ce reportage a été fait dans le cadre du web-documentaire : « Un empire dans mon assiette »  préparé par la Télévision France 5 en collaboration avec le journal Le Monde.

Meilleures salutations. 

Le procès de Mme Motarjemi contre Nestlé commencera le 1er décembre 2015 à Lausanne, avec l'audition de Mme Motarjemi. Le CEO de Nestlé et d'autres témoins seront entendus le 16 décembre 2015. Les auditions des témoins sont prévues tous les 15 jours jusqu'en juin 2016 ... Merci à vous de suivre cette affaire. 

 

Commentaires

Moui, et bien, en tant que citoyenne, je peux dire qu'il m'est impossible d'ingérer aucun produit Nestlé sans être malade comme un chien depuis des années, même s'il est vrai que je suis particulièrement sensible sur le plan de la digestion, de l'assimilation et de la réactivité aux toxiques. Même le chocolat et l'eau ! :-)

Le problème avec Nestlé est qu'ils rachètent tout. Une ancienne marque, qui convenait très bien avant, ne convient plus du tout à partir du moment où ils l'achètent et ce n'est pas toujours clairement indiqué, prenons le cas de la Volvic qui était après la Roucous l'eau la plus équilibrée et pure, et qui a été rachetée par Nestlé via le groupe Danone. C'est la même chose pour des tas de marques, qui ont perdu leur authenticité, leur savoir faire, leur naturel, dès qu'ils ont été rachetés, avec une transparence très aléatoire, sous le couvert d'autres groupes appartenant tous au même lobby.

Il n'y a quasi plus strictement rien dans les villes qui ne soient d'une manière ou d'une autre des produits issus de ce lobby. Tout le monde ne vit pas dans un petit village de campagne et ne peut pas acheter des produits locaux.

Quant à respecter les locaux où l'on puise... c'est encore un autre débat :

Le buizness de l'eau en bouteille :

C'est la version allemande, pas eu le temps de trouver celle en français, celle de Youtube a été retirée, bien sûr

http://livingscoop.com/watch.php?v=MzA5MQ==

Écrit par : Jmemêledetout | 10/05/2014

Je vous remercie vivement pour vos commentaires et je comprends vos exaspérations. Il suffit de regarder l’ensemble des reportages qui ont été faits dans le cadre du web-documentaire « un empire dans mon assiette » et également le reportage de télévision « Un empire en Afrique » (sur les fraudes de Nestlé au Cameroun) pour réaliser l’étendue des malfaisances de Nestlé. A ceux- la il faut ajouter les autres reportages des employés tués en Colombie, l'exploitation des ressources d’eau, les maladies des employés à l’usine Arras Brésil, et bien d’autres.
Le problème n’est pas que l’entreprise soit impliquée dans des incidents ou autres problèmes éthiques, mais l’arrogance des dirigeants qui ne s’excusent même pas pour leurs agissements et combattent la justice sociale et les droits fondamentaux de l’homme i.e. le droit à l’eau.
Le plus grand problème est le laissez-faire du gouvernement Suisse, pour ne pas réagir, enquêter et se positionner sur ce qu'il se passe. Dans mon cas, dans un monde idéal, les autorités auraient dû intervenir et essayer de comprendre ce qu'il s’est passé dans le domaine de la sécurité alimentaire. Rien.
Alors je demande au public qui porte un intérêt pour leurs industries agro-alimentaires de réclamer à leurs autorités de faire la lumière sur mon affaire sur le plan de la gestion de la sécurité alimentaire car c’est un problème de santé publique et de réputation de la Suisse. Ne laissons pas la situation pourrir comme dans le milieu financier.

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 10/05/2014

Bonjour. Je vous informe que le procès de Mme Motarjemi contre Nestlé commence demain à Lausanne, avec l'audition de Mme Motarjemi. Le 16 décembre 2015, auront lieu les auditions du CEO de Nestlé et d'autres membres de la direction. Nestlé a demandé le huis clos. La juge n’a pas accepté. Néanmoins, les auditions sont interdites au public le 16 décembre 2015. Seuls les journalistes peuvent participer. Merci à tous de suivre cette affaire et le combat très courageux que mène Mme Motarjemi. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 30/11/2015

Chère Madame,
Suite à l'article paru aujourd'hui dans "Le Matin", je me permets de vous adresser d'ici quelques jours un texte concernant mes expériences en tant que vendeur à la Migros dans les années huitante.
Je dois rédiger le texte, si vous le trouvez intéressant, libre à vous de le transmettre à Madame Motarjemi. Cela pourrait peu-être l'aider dans son affaire.
Bien à vous,
J.C. Simonin
Sonnhalde 25
2502 Bienne

Écrit par : J.C. Simonin | 17/12/2015

1-un denis de justice provoqué par le ministere public selon le calcul des le début de la pleinte soit du22.01 2008 au 12.01.2015.mais le tribunal ne rentre pas en matiere.
2- Apres un recours déposé aux tribunal cantonal,que cette derniere ne rentre pas en matiere(donc il sert a quoi le recours?)
3-Questions poseés a vous et a tous
A-Un procureur peut-il deffendre le prevenu?(dans mon proces oui)et abandonner les poursuites de l'accusation malgré que c'est lui meme qui les a formulés?
B-Un juge a t-il le droit de liberer un prevenu malgré les preuves?
c-Un dossier en penal,peut-il etre jugé devant le tribunal de police,sans témoins clefs du dossier,sans expertise sans deffence du plaignant,sans le soutient du procureur? le juge Colelough l'a fait.
Pour moi la justice a cessé d'etre justice.quel est votre avis,mad.Herzog

Écrit par : sebei | 02/05/2016

A M. Sebei: Je sais que la justice vaudoise n'a pas effectué son travail normalement dans votre affaire. La procédure pénale, suite à votre accident du travail sur un chantier à Lausanne le 22.1.2008, a traîné pendant presque 7 ans. 2 semaines avant la prescription des infractions, soit début janvier 2015, le juge pénal Philippe Colelough a rendu un jugement anormal, sans avoir convié le principal prévenu à la dernière audience.
Sachez que la justice vaudoise imagine de très nombreuses combines pour ne pas appliquer les lois et pour ne pas condamner certains citoyens.
Comme je vous l'ai déjà conseillé: vous devez vous adresser à un avocat et demander une aide judiciaire pour poursuivre votre combat. Je n'ai pas le temps ni les compétences pour réaliser cela. Merci de votre compréhension. Courage à Vous. Cordiales salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 02/05/2016

Les commentaires sont fermés.