04/01/2015

PLACES DE FORCE DANS UN EMS (CANTON DE VAUD).

Bonjour,

Suite au placement forcé de Mme Rita Rosenstiel dans un EMS par la justice de paix du District de Morges, alors que cette femme arrivait à vivre seule dans son appartement, mais avait quelques difficultés financières, la Télévision Suisse Romande a effectué une enquête. Excellente nouvelle. Merci beaucoup.  

L’ÉMISSION  TEMPS PRÉSENT - 08 janvier 2015, 20 h.10 -TÉLÉVISION SUISSE ROMANDE présente le reportage "Placés de force".

Je vous conseille très vivement de suivre cette affaire consternante. J'avais déjà écrit un article sur ce blog le 11 mai 2014. Une recherche Google avec les mots "révolte d'une nonagénaire" vous permettra de retrouver cet article et les commentaires reçus. 

J'espère que ce système des placements forcés sera aboli en 2015 ... Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Voilà le lien permettant de visualiser ce reportage effrayant:

 

http://www.rts.ch/emissions/temps-present/societe-moeurs/...

Je me demande à qui profitent ces placements forcés, sur le plan économique, de vielles dames en bonne santé qui pourraient rester dans leur appartement en recevant une aide financière chaque mois, beaucoup moins élevée que les frais mensuels d'un EMS. Merci d'avance si vous connaissez la réponse à ma question.

Texte ajouté le 13 janvier 2015: Ces méthodes ressemblent à des prises d'otage. En EMS, ces dames âgées perdent leurs forces, car elles ne font plus leurs courses, ni leurs repas. Elles marchent beaucoup moins et font moins de rencontres. La nourriture de l'EMS ne leur convient pas. Le fait de côtoyer des personnes beaucoup plus gravement atteintes dans leur santé les déprime. Le fait de se retrouver subitement en EMS les déprime naturellement aussi (fait accompli, injustice incompréhensible). 

Texte du 14 janvier 2015: Je lis une information très importante parue ce jour dans le journal 24 Heures. Grâce aux démarches de Mme Bula, avocate de Mme Rosenstiel, les personnes soumises à un placement forcé auront droit à un avocat de la même manière que les personnes mises en détention. Cette mesure est prise dans le canton de Vaud, mais j'espère qu'elle sera adoptée également dans les autres cantons suisses. Merci très vivement Mme Bula pour votre soutien à Mme Rosenstiel et votre engagement dans cette affaire. Voilà le lien concernant l'article de ce jour:

http://www.24heures.ch/vaud-regions/avocat-personnes-plafa/story/24256007  

Texte ajouté le 14 janvier 2015: J'apprends qu'une plainte pénale a été déposée contre le curateur de Mme Rosenstiel pour gestion déloyale. Très bonne nouvelle. Voir le  lien:

http://www.24heures.ch/vaud-regions/rita-rosenstiel-appel-justice-penale/story/18935247 

Texte ajouté le 11 mars 2017: Mme Dorothea Viehl a publié une lettre de lectrice dans le journal 24 Heures du 11 mars 2017. Elle nous annonce que la plainte pénale déposée contre le curateur dans cette affaire n'est toujours pas traitée ... Et que Mme Rosenstiel attend toujours une solution à ses problèmes et qu'on lui rende justice. Mon commentaire: Merci d'avance à ceux qui pourront aider Mme Rosenstiel, en lui rendant visite et/ou en lui faisant un don.

Commentaires

Le canton de Vaud, un canton ... à part.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 05/01/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre message; il est sûr que je regarderai cette émission! J’ai une amie de 72 ans qui a dû débarrasser son 3-pièces, voiture et vélo électrique pour être placée de force dans un EMS. Elle a fait quelques séjours en hôpital psy pour dépression, car elle se sentait trop seule et voulait se suicider, mais bourrée d’antidépresseurs, elle se sentait encore plus mal. Dotée d’une bonne intelligence et capable de gérer ses affaires, on ne lui a pas proposé d’autres solutions qui pourtant existent, où elle aurait pu garder une certaine indépendance, tout en ayant plus de contacts à proximité, ce que vise aussi P.-Y.Maillard. Cela coûterait d’ailleurs beaucoup moins à l’Etat. Mon amie essaye de se défendre contre les mesures draconiennes imposées, dont une levée de tutelle, et a pu obtenir un traitement plus humain, l’achat d’un vélo et la liberté de se déplacer, de fréquenter des thés dansants, des séances de méditation en groupe, des conférences etc., qui lui procurent de la joie de vivre et du bien-être. Heureusement, elle avait pu garder son ordinateur et me procure aussi des articles intéressants dans le domaine des médecines naturelles, qu’elle a pratiquées.

Écrit par : Anne-M. Ramel | 07/01/2015

Répondre à ce commentaire

A Mme Ramel: Merci très vivement pour votre témoignage qui fait froid dans le dos. Non seulement des gens sont placés de force dans un EMS, mais en plus ont des difficultés à retrouver la liberté de se déplacer ... alors qu'ils sont en bonne santé. Vraiment consternant. A tous les internautes: N'oubliez pas de regarder l'émission Temps présent ce soir à 20h10 sur les placements forcés en EMS. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 08/01/2015

Répondre à ce commentaire

Pour une fois, je suis d'accord avec vous : c'est tout simplement inadmissible de traiter les personnes âgées de cette façon, de tenter de les priver de ce qui fait leur bonheur. Ces personnes ne demandent sans doute rien d'autre que de terminer leur vie dans le cadre qui leur est familier et de mourir dans la dignité en s'endormant paisiblement sans devoir à subir de souffrances morales inutiles.

Maman me disait toujours : "La vie est comme une rose, pleine d'épines" !

Lorsque l'on sait entre autre que dans le canton de Vaud, il existe encore des EMS avec des chambres à deux lits, on peut largement se poser la question comment le personnel doit/devra gérer le quotidien de deux personnes qui finalement se retrouvent ensemble alors qu'elles ont/auraient vécu seules pendant plusieurs années, voire décennies.

J'avoue avoir été totalement écoeurée d'entendre les personnes interrogées dans l'émission d'hier soir ... c'est sans commentaire !

Écrit par : MA | 09/01/2015

Répondre à ce commentaire

A MA: Merci pour votre message. S'il existe une situation si scandaleuse c'est aussi parce qu'un grand nombre de personnes maltraitées n'ont pas eu le courage ou la force de dénoncer les faits. Heureusement, grâce à Internet, c'est plus simple à faire. J'encourage très vivement les victimes de ce système à envoyer leur témoignage à la presse ou à mon adresse email mh@herzoginfo.ch et je les publierai. C'est la raison pour laquelle j'ai créée ce blog. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 09/01/2015

Répondre à ce commentaire

A Mme Herzog : petite précision, ma mère était dans une Résidence pour personnes âgées à Genève.

Bonne journée à vous

Écrit par : MA | 13/01/2015

Notre association a choisi de donner la priorité à l'information sur les moyens de protection, notamment les mandats pour cause d'inaptitude, les directives anticipées. Pour ce qui est de la curatelle, elle peut vous donner des information pratiques du système qui fait intervenir le pouvoir judiciaire, un engrenage duquel il est difficile de sortir.

Un exemple de début d'engrenage, vous avez quelques difficultés financières car entre autres vous avez été peu bien, vous vous rendez chez un/une assistant/e social/e d'une association affichant qu'elle aide les personnes âgées.

Il arrive que la seule aide que vous pouvez obtenir est une dénonciation au Tribunal de la protection.

Écrit par : sos tutelles-curatelles | 12/01/2015

Répondre à ce commentaire

A SOS-tutelles-curatelles: Merci pour votre message. Ce système est vraiment sournois. Quand on pense s'adresser à un service social pour recevoir de l'aide, ce service va vous dénoncer ... Je comprends bien que certaines personnes ne puissent plus vivre seules et doivent aller vivre en EMS, mais quand on met des personnes âgées dans un EMS pour des problèmes financiers, cela montre que quelqu'un doit en profiter sur le plan économique. Car l'EMS coûte beaucoup plus cher que de fournir une aide financière chaque mois. Et dans le reportage, on voit bien que Mme Rosenstiel pouvait encore vivre dans son appartement. Depuis que Mme Rosenstiel est en EMS elle a perdu des forces, car elle ne marche plus pour faire ses courses et mange moins bien. Je suis de plus en plus dégoûtée ... et révoltée. Il est urgent d'agir autour de soi et de refuser ces situations inhumaines. Merci pour votre engagement. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 13/01/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai été estomaquée et c'est peu dire en voyant cette émission
Nous sommes en 2015 ,on va sur la lune et humilier ainsi des personnes âgées c'est faire fi des valeurs humaines
Heureusement Monsieur Haury a réagi sainement, son interview en aura rassuré plus d'un

Écrit par : lovsmeralda | 13/01/2015

Répondre à ce commentaire

« ... quelques difficultés financières »

loyers en retard ?

Les services sociaux de l'Etat appliquent la politique des chefs, qui lorsqu'ils sont de droite, font passer les intérêts économiques avant ceux des individus.

« Je me demande à qui profitent ces placements forcés, sur le plan économique, »

Il n'y a pas à chercher bien loin: les régies et les propriétaires immobiliers.

C'est plus facile de répéter des tentatives de placement forcé que de subir la décision du procureur général de débouter une demande d'éviction contre une personne agée, le temps de mettre en place l'aide.

Deux heures de secrétariat tous les 3 mois pour la démarche administrative sont vite remboursées à la signature d'un nouveau bail.

Hélas, rien ne sanctionne les abus de sollicitation de l'Etat pour des motifs purement économiques, même s'il faut mettre des gens à la rue. Plus ils sont inoffensifs, plus c'est facile, moins ils coûtent.

Tout dépendra alors de la prédisposition du procureur envers les milieux économiques qui le sollicitent.

Je m'étonne par contre que cette personne n'ai pas reçu de dédommagements significatifs pour l'abus dont elle a été victime et les dommages psychologiques qu'elle a subie, utilisant le diagnostique du psychiatre pour les justifier.

Ensuite, le psychiatre aura bien du mal à prouver que les troubles psychiques de cette dame sont permanents. Il aura aussi autant de mal à réfuter que les troubles de cette dame ont été causés justement par l'éviction, la saisie et la vente de ses biens, et son placement contre son gré en EMS. Beaucoup à supporter pour une personne de cet âge, et qui, avec un avocat combatif, peut être considéré comme de la pure maltraitance. Voir le code pénal suisse, art 122. (pas de dispositions cantonales sur VD).

Écrit par : Chuck Jones | 13/01/2015

Répondre à ce commentaire

A Lovsmeralda: Oui, M. Haury Député vaudois et médecin a bien réagi, mais il faut savoir qu'en tant que Président de la CHSTC (Commission de Haute Surveillance du Tribunal Cantonal) il n'a aucun pouvoir sur les décisions de la justice de paix ... Dans cette affaire, les belles paroles c'est bien, mais les actes sont urgents pour que ces prises d'otages de personnes autonomes et en bonne santé cessent. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 13/01/2015

Répondre à ce commentaire

A Chuck: Il s'agit de prises en otage de personnes âgées encore en bonne santé, ayant des problèmes financiers. Votre explication concernant les propriétaires des immeubles utilisant cette méthode pour pouvoir ensuite relouer les appartements à un meilleur prix est parfaitement juste. Mais ensuite on aurait pu proposer à Mme Rosenstiel un appartement plus petit au lieu de la mettre en EMS. Il faudrait savoir qui est propriétaire de l'immeuble où habitait Mme Rosenstiel. Le fait de placer des personnes valides et en bonne santé en EMS profite certainement aussi à l'EMS (moins de travail) et au curateur aussi (moins de travail). La partie judiciaire de l'affaire de Mme Rosenstiel n'est pas terminée. Elle m'a dit que son avocate était formidable. Il s'agit de Mme Bula à Vevey. Merci très vivement à cette avocate pour son travail. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 13/01/2015

Répondre à ce commentaire

Information très importante à transmettre, parue ce jour dans le journal 24 Heures. Grâce aux démarches de Mme Bula, avocate de Mme Rosenstiel, les personnes âgées soumises à un placement forcé auront droit à un avocat de la même manière que les personnes mises en détention. Cette mesure est prise dans le canton de Vaud, mais j'espère qu'elle sera adoptée également dans les autres cantons suisses. Merci très vivement Mme Bula pour votre soutien à Mme Rosenstiel et votre engagement dans cette affaire. Voilà le lien concernant l'article de ce jour:
http://www.24heures.ch/vaud-regions/avocat-personnes-plafa/story/24256007

Écrit par : Michèle Herzog | 14/01/2015

Répondre à ce commentaire

J'apprends que Mme Rosenstiel, 91 ans, placée de force dans un EMS à Morges, a déposé une plainte pénale pour gestion déloyale contre son curateur. Très bonne nouvelle. Voilà l'article:
http://www.24heures.ch/vaud-regions/rita-rosenstiel-appel-justice-penale/story/18935247

Écrit par : Michèle Herzog | 14/01/2015

Répondre à ce commentaire

Je me permets d'y revenir On remarquera tout de même que l'appellation* Diogène *risque bien de se généraliser quand on sait les nombreux immeubles privés de containers et obligeant les personnes seules et âgées à courir au diable vert
La complaisance entre voisins a ses limites quand à l'orgueil des anciennes générations à agir plutôt que demander de l'aide fait partie des mentalités et ne s'efface pas de cerveaux qui ont toujours ramé sans se plaindre
Ce qui se comprend car devoir demander de l'aide pour évacuer des ordures ,nos anciens vivants éclateraient de rire en ajoutant ,ils vont sur la lune et n'ont pas encore inventé les services de voiries?
Ce à quoi on pourrait leur répondre certes les administrations grâce à l'informatique ne savent plus ou donner de la tête suite aux nombreux services qu'elles ont mis sur pied mais oubliant que le personnel faute de moyens financier ne peut plus être engagé
très belle journée pour Vous Madame Herzog

Écrit par : lovsmeralda | 15/01/2015

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Ce message car ma maman, âgée de 80 ans et aveugle depuis 7 ans, a été victime de tous les abus inimaginables. Le calvaire qu'elle a été contrainte de vivre en 18 mois est trop long à raconter ici en quelques lignes. J'ai vraiment besoin d'aide de toute urgence et, si possible, un journaliste à qui je pourrais confier son horrible histoire. L'affaire est d'autant plus urgente qu'elle se retrouve à présent hospitalisée depuis deux mois et en fin de vie. Son état général a basculé du jour au lendemain. Elle n'a pas supporté toutes ces injustices qui l'ont faites vivre dans un stress permanent. Elle a été très choquée et c'est vraiment inadmissible. Avec mes meilleurs messages et salutations. Christine

Écrit par : Sauge | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Chère Madame,
Merci très vivement pour votre message consternant et dramatique. Afin que je puisse alerter des journalistes, merci de m'indiquer dans quel canton ces faits ont lieu. Courage à Vous. Avec mes cordiales salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 03/11/2015

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Madame Herzog, c'est à moi de vous remercier d'avance pour toute l'aide que vous pourrez lui apporter. Les faits se sont déroulés dans le Canton de Vaud et plus précisément entre Vevey et La Tour-de-Peilz. Même la permanence des avocats, consultée deux fois, est indignée de la manière dont les choses se sont déroulées. En deux mots, ma maman a été victime de gestion déloyale qui constitue une infraction pénale. Plainte a été déposée à deux reprises mais malgré le dépôt de celles-ci, le Procureur a, à chaque fois, refusé d'entrer en matière, estimant qu'il n'avait pas à juger l'organisme qui a fauté et qui est responsable de cette situation. Même problème sur le plan civil, c'est ma pauvre maman qui a été sommée de payer une facture énorme qui aurait dû être prise en charge par les responsables de la dite gestion déloyale qi a été commise à son égard. Evidemment, lorsqu'on sait que l'organisme en question fait partie intégrante de l'Etat de Vaud, aucun citoyen ne peut faire le poids, ils ont tous les droits! En attendant, on préfère s'attaquer à une victime de 80 ans, aveugle et en fin de vie. C'est tellement plus facile. En plus, ils se permettent de la convoquer alors qu'elle est en stade terminal d'un cancer, hospitalisée. A ce jour, aucun magistrat n'a pris la peine de l'auditionner et de l'écouter. En plus, elle a des preuves. Le pire est que même le CMS et son médecin traitant, qui étaient parfaitement au courant de la situation qu'elle endurait, n'ont pas jugé utile de l'aider et de la soutenir. C'est une honte. Ma maman a travaillé durement toute sa vie, jusqu'à 69 ans, n'a jamais su ce que c'était d'avoir des dettes ou des poursuites et continue, encore actuellement, de payer ses impôts. Evidemment, l'histoire est encore beaucoup plus longue. Je me contente juste de donner un résumé de cette triste situation et reste à votre disposition pour vous la raconter entièrement. Bien à vous en attendant, avec mes meilleurs messages. Christine.

Écrit par : Sauge | 04/11/2015

Répondre à ce commentaire

Chère Madame,
Merci pour votre message et le très grave problème que vous soulevez. Le problème le plus urgent à résoudre est celui-ci: Une personne en fin de vie qui désire mourir chez elle est-elle obligée de rester à l'hôpital ? Je trouve anormal qu'une personne ne puisse pas retourner chez elle pour mourir dans son appartement, entourée de sa famille, si elle le souhaîte (dernières volontés). Si des internautes, spécialistes de ce problème, lisent ce message, merci d'avance pour leur avis. J'espère vivement, chère Madame, que vous arriverez à trouver rapidement une réponse à cette question fondamentale. J'ai aussi posé cette question par email à différentes personnes et j'attends leur réponse. En attendant, je vous envoie mes cordiales salutations. Courage à Vous.

Écrit par : Michèle Herzog | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Une amie vivait en EMS section comme un peu pension de famille mais après une chute se retrouva en l'autre section véritablement EMS.
Déprima de façon telle qu'elle en perdit la foi parce que n'en pouvant plus chaque soir elle demandait à Dieu la grâce de ne pas se réveiller le lendemain matin .
Un détail: cette dame fort soignée de sa personne utilisait chez sa coiffeuse un shampooing lui convenant parfaitement.
L'EMS lui imposa un autre shampooing qui lui occasionnait des démangeaisons.
Au lieu de changer de shampooing, afin qu'en se grattant elle ne se décoiffe pas, on lui imposa un filet sur ses cheveux.
L'EMS médicalisé ne devrait-il pas être remplacé par des pensions de famille "pour tous", non ghettos pour aînés tant que la santé ne pose aucun problème afin de lutter contre la solitude (qui, elle, en ayant de quoi aliéner rend malade) avec, en cas de problèmes courants, une antenne médicale de soins à domicile. Plus grave, "comme tout le monde", hôpital ou clinique en arrêtant de faire de l'âge qui vient quelque chose de spécial qui ne peut que poser des problèmes en coûtant extraordinairement cher à la communauté. Aînés source de profit, mine! en cette société de marché sans plus grande éthique, ce que nul n'ignore.

Mesure qui renforcerait la solidarité entre vivants.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/11/2015

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsky: Merci pour votre commentaire. C'est vraiment révoltant d'apprendre que dans un EMS une femme ne peut pas choisir son shampooing. Il existe déjà peu de plaisirs dans un EMS et là ça dépasse les bornes. Surtout que ce n'est pas cela qui va faire exploser les coûts de l'EMS (Etablissement Militaire Social). Coûts qui sont en général incompréhensibles ...
Il est urgent de trouver d'autres solutions permettant aux personnes âgées de vivre dignement, avec beaucoup plus de liberté, dans une ambiance plus chaleureuse. Merci pour votre idée. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 08/11/2015

Répondre à ce commentaire

Par une lettre de lecteur publiée le 11 mars 2017 dans la journal 24 Heures, Mme Dorothea Viehl, que je remercie très vivement, nous apprend que la plainte pénale déposée contre le curateur de Mme Rosenstiel n'est toujours pas jugée !!! L'institution judiciaire vaudoise n'est en effet jamais pressée de juger un curateur. Il est primordial de suivre cette affaire.

Écrit par : Michèle Herzog | 11/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.