17/02/2015

Le combat de M. Michel Carron en Valais de 1984 à 1998.

Bonjour,

Il y a quelques jours, le site l’1dex a annoncé le décès de M. Michel Carron.

Voilà le lien : http://1dex.ch/2015/02/michel-carron-son-plus-beau-combat/

Je savais que cet homme s’était énormément battu en Valais contre Jean Dorsaz de la BCVs (Banque Cantonale du Valais).

Mais je ne connaissais pas les détails de cette affaire. Je viens de terminer la lecture de son combat. Je suis sidérée et abasourdie. Quel courage et quel exemple.

Voilà le texte de son combat réalisé pendant 14 ans, dès 1984 : http://www.michelcarron.ch/uploads/les_raisons_de_la_cole...

L’Etat de droit est totalement bafoué depuis des lustres dans les cantons romands.

La "justice" nous fait croire dans les cantons romands qu'elle est impartiale et qu'elle applique les lois. La réalité est totalement différente. Heureusement qu'il existe des citoyens tenaces et courageux qui se battent pour leur liberté et leurs droits.

Merci très vivement à Vous, M. Carron, pour le combat inouï que vous avez mené. Je ne sais pas comment vous avez trouvé toute cette énergie et supporté ces injustices pendant autant d'années. Et vous souhaîte de découvrir un monde meilleur et la paix.

Merci aux personnes qui me feront parvenir leurs témoignages concernant leur combat en Suisse romande. Car c'est le but de mon blog de publier ces témoignages. 

Merci d'avance pour vos commentaires et de transmettre cet article à vos amis pour information. Meilleures salutations.

 

     

Commentaires

Michel Carron, lanceur d'alerte dans le contexte de l'affaire Dorsaz et la BCVs vient de nous quitter, nous ne pouvons que lui souhaiter la paix après un dur combat seul contre la "nébuleuse" du pouvoir ou la "médiocratie" qui cause du tort à nos institutions,à notre pays et à ses citoyens....

L'excellente préface de son livre "LES RAISONS DE LA COLÈRE" écrite par Adolphe Ribordy, Rédacteur du Confédéré présente bien ce combat.

Une autre monde où la "nébuleuse du pouvoir" , l'irrespect des droits de l'homme, le mensonge, l'arrogance, le vol, etc. règnent : celui des curatelles. Tant de familles ont pensé bien faire en demandant une protection, soit une curatelle, pour un de ses aïeuls. Elles ont découvert l'engrenage implacable du pouvoir judiciaire. Un curateur nommé arbitrairement par un Tribunal appelé de la "protection" qui protège en tout premier lieu les curateurs qu'il nomme et non les protégés.
Oser braver un curateur, ce sont des critiques, des menaces, voire plus: même des plaintes pénales dont les accusations sont des plus fantaisistes et même la prison.
Si nous voulons que nos institutions fonctionnent comme on l'enseigne aux élèves des écoles suisses nous ne pouvons plus laisser un tel trafic d'influence, mais nous avons besoin de citoyens qui s'investissent pour sauver des institutions qui vont à la dérive.

Merci à Michel Carron pour son combat, merci pour son courage, merci pour son exemple. A toute sa famille les condoléances sincères de SOS Tutelles-Curatelles.

Écrit par : SOS Tutelles-Curatelles | 17/02/2015

A Sos Tutelles-Curatelles: Merci pour votre commentaire et pour votre action efficace dans le canton de Genève pour aider ces personnes. Il est effectivement urgent qu'un plus grand nombre de citoyens s'engagent à défendre des causes importantes dans les cantons de Suisse romande (je ne connais pas la situation dans les autres cantons suisses). Les lanceurs d'alerte devraient également être plus nombreux. Courage. Merci. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 17/02/2015

Triste monde. Où que l'on regarde, on se rend compte que le citoyen n'a plus aucun droit, aucun moyen de se défendre, car tout le système est organisé de manière qu'il ne puisse le faire, même si peut-être un pour mille parvient à un résultat, plus combatif ou plus chanceux, plus pugnace ou bénéficiant de plus de solidarité.

Écrit par : Le Tigre | 18/02/2015

Au Tigre: Merci pour votre coup de griffes. Heureusement le système sous-estime le courage, la ténacité et l'endurance de certains citoyens. Ce fût le cas de M. Michel Carron qui s'est battu pendant 14 ans contre les clans valaisans.

Écrit par : Michèle Herzog | 18/02/2015

Au Tigre: Sur son site Internet, M. Michel Carron a publié cette phrase de Bertold Brecht: "Celui qui se bat peut perdre ... Celui qui ne se bat pas a déjà perdu".

Écrit par : Michèle Herzog | 18/02/2015

Les commentaires sont fermés.