09/09/2015

La corruption en Suisse: largement sous-estimée.

Bonjour,

Hier, 8 septembre 2015, les parlementaires du Conseil national traitaient des améliorations à apporter permettant de dénoncer les infractions de corruption. Voilà l'article:

http://www.24heures.ch/suisse/corruption-privee-poursuivi...

Le politicien Lukas Reimann a proposé qu'un bureau de communication soit créé en matière de corruption. C'est vraiment une excellente idée, car il faut savoir que quand un ou une citoyenne dénonce une affaire de corruption, cette affaire n'est pas traitée. Elle obtient la réponse du procureur: refus de suivre.

En plus, la personne qui aura eu le courage de dénoncer ses soupçons de corruption, avec des pièces pour preuves importantes expliquant ses soupçons, sera condamnée pour diffamation. Ce qui m'est arrivé en septembre 2010, à Lausanne.

Cet article du journal 24 Heures indique qu'aucune plainte pénale en matière de corruption n'a été déposée ces dernières années. Cela est faux. Je dépose des plaintes pénales depuis octobre 2007 et ma dernière plainte pénale a été déposée le 18 mai 2015. Mais la réponse est toujours identique: refus de suivre ou non entrée en matière, car le procureur prétend que l'affaire a déjà été traitée. Alors que ce n'est pas le cas, car l'affaire de corruption a été étouffée par le juge pénal Philippe Colelough et n'a jamais fait l'objet d'un jugement pénal. Seule la diffamation a été traitée ... Le corrupteur n'a jamais été entendu ni par un procureur, ni par le juge pénal et n'a jamais été condamné. Et les personnes corrompues n'ont pas été condamnées. Pourtant la corruption est avérée.

Il serait temps que les politiciens suisses acceptent de regarder la réalité en face. Et comprennent que la Suisse, place financière, fait l'objet de nombreux cas de corruption, soit au niveau des fonctionnaires, soit entre privés. Les améliorations des articles du Code pénal suisse sont urgentes concernant la corruption, à condition bien entendu que les articles du Code pénal soient appliqués. Ce qui n'est pas le cas dans les affaires financières, d'après mon expérience .

Les infractions pénales poursuivies d'office telles que faux dans les titres, gestion déloyale, escroquerie, etc ne sont pas traitées même suite à une plainte pénale. J'en fais l'expérience depuis octobre 2007. Cela a permis à mon demi-frère de cacher des biens immobiliers que j'estime à 30 millions de francs suisses. Il s'agit d'une très grave soustraction fiscale que le fisc vaudois ne traite pas non plus, alors que je l'avertis avec pièces pour preuves depuis des années.

Si vous désirez recevoir un résumé de cette affaire de corruption et des autres infractions pénales jamais traitées, avec pièces pour preuves, merci de m'envoyer un message à mh@herzoginfo.ch.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.  

Commentaires

Mon père m'a dit un jour: si tu es entre les griffes de la justice ou de la médecine, tu es un homme fichu. Et je crois qu'il avait raison.

Il y a tellement de fils à papa et de salauds dans l'univers opaque et brouillon de la justice qu'un homme droit, honnête a très peu de chance de devenir juge. Mais ne soyons pas trop négatifs tout de même et que le Ciel nous vienne en aide!

Les politiques! Lesquels? Pour grimper les échelons de la gloire, l'homme est souvent prêt à tout...

Cordialement.

Écrit par : hank vogel | 09/09/2015

Madame Herzog j'ai lu cet article hier soir dans le Figaro mais en dessous figurait un démentit du journal Libération. alors qui croire surtout par les temps qui courent ?

Écrit par : lovejoie | 09/09/2015

Bonjour Madame Herzog,

1. "La gauche a voté en masse pour un texte d’un UDC.
Si, si!
Il faut dire que l’amendement émanait de Lukas Reimann (UDC/SG), un élu très concerné par la transparence financière et… très isolé sur ces questions dans son propre parti."

2. "«Arrêtez de faire des lois alibis, des lois carte de visite uniquement destinées à faire joli contre les pressions extérieures», riposte Yves Nidegger (UDC/GE)."

Je ne sais pas pourquoi, mais je n'aimais déjà pas ce type, du temps de Soli Pardo, quand j'étais membre et conseiller municipal UDC/Vernier.
Après la lecture de votre article et celui du 24 Heures, il y a une certaine baisse ... de mon estime envers le conseiller national.

3. "Quand un fonctionnaire se fait acheter pour obtenir un passe-droit, la justice ne rigole pas.
Elle poursuit d’office le délit."

Ouais ... enfin ... faut voir ...



"Michèle Herzog, commentaire du 09.09.2015, 13:48 Heures

Cet article ne reflète pas la réalité.
Quand une personne privée annonce ses soupçons de corruption, eh bien l'affaire de corruption est étouffée et la personne qui a eu le courage de dénoncer l'affaire sera condamnée pour diffamation.
Expérience vécue depuis l'été 2007, à Lausanne.
Les infractions pénales poursuivies d'office seront aussi étouffées."

Je viens de lire la suite ... pas drôle ...

Meilleures salutations et bonne courage, Madame.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 10/09/2015

Madame Herzog entretenir la précarité a toujours été source de corruption
Il suffit de voir ce qui se passe dans le monde des contrefaçons quand certaines petites mains douées pour la couture s'en donnent à cœur joie pour copier des modèles Yves Saint Lurent ou autres ceci afin de les vendre meilleur marché grâce à Internet /Danemark
On nomme ceci de la concurrence déloyale au sens le plus large du terme
mais on peut sans l'ombre d'un remord utiliser le mot corruption facilitée par l'emploi exagéré du virtuel qui lui mène peu à peu tout le mode dans le mur du chômage
De toutes manières ne nous y trompons une grande majorité de personnes âgées préfèrent regarder un catalogue de mode afin de s'acheter des habits plutôt que courir chez un rhumatologue pour leurs cervicales et un ophtalmo pour leurs yeux
On ne va tout de même pas faire augmenter les primes maladies en se soignant sans erradiquer l'origine des maux sinon c'est le cercle vicieux qui s'installe et qui coute les yeux de la tête aux contribuables
C'est comme si on obligeait un locataire à prendre des somnifères pour permettre aux voisins de faire tout le bruit qu'ils veulent après 22 heures
On vit vraiment dans le monde du non sens celui-là même si bien représenté par le signe symbolique du mois de Février c'est à dire les Poissons ou Poissés
Très belle journée pour Vous Madame

Écrit par : lovejoie | 10/09/2015

Au niveau politique la corruption dépasse très largement ce que la loi entend par ce terme. Il existe ainsi à Genève des dizaines, sinon centaines, d'emplois de complaisance créés directement ou indirectement sans nécessité mais uniquement parce que quelqu'un, un groupe, un parti à voulu favoriser des gens, des procédures ou des idées. L'exemple le plus patent est celui de la machine à former les enseignants, qui a subi un temps d'arrêt provisoire, mais qui va certainement reprendre son chemin quelque peu allégé, mais non pas véritablement remis en question. Dans le domaine de la formation, et cela dans tous les domaines et à tous les niveaux, le DIP a d'ailleurs mis en place, au fil du temps une immense machine dont le Père Hubu pourrait être fier: une pompe à phynance moderne.
Même en temps de vaches maigres, ces excès ne seront pas dénoncés, le système ne sera pas réformé, l'argent ne sera pas récupéré, car trop de gens sont en place pour le perpétuer.

Écrit par : Mère-Grand | 11/09/2015

Le plus énorme scandale dans ce beau pays, c'est qu'il n'est pas possible à un citoyen lambda de provoquer un scandale.
J'ai en son temps publié un livre relatant nos aventures avec les autorités. J'ai relaté comment j'avais au moins trois fois menacé de flinguer des magistrats ou fonctionnaires qui ne faisaient pas leur travail. Chaque fois, j'ai obtenu mon droit de cette manière, ce qui revient à dire que le système est totalement pourri. Ce livre se trouve en trois exemplaire à la bibliothèque cantonale à Soleure et a été présenté à un grand nombre de magistrats, sans provoquer l'ombre d'une réaction.
J'ai toujours entretenu avec la police des relations basées sur le respect et la confiance mutuels. Et plus d'une fois, j'ai eu avec des fonctionnaires de police des discussions au cours desquelles ils m'ont communiqué leur ras-le-bol des magouilles judiciaires qui les empêchent de faire leur travail.

Écrit par : J.C. Simonin | 22/09/2015

A M. Simonin: Merci pour votre message. Il n'y a pas de scandale, car la presse soutient le système en place. Voilà un exemple qui a eu lieu samedi 19 septembre 2015 à Lausanne lors d'un débat organisé par l'Ordre des avocats vaudois (semaine de l'avocat), animé par un journaliste de la RTS. Une étudiante a demandé: Quel est le niveau de corruption dans le système judiciaire en Suisse ? Eh bien, la réponse: les avocats ne sont pas corrompus, car ils gagnent bien leur vie ! Consternant. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 22/09/2015

Et le 21 septembre 2015, on apprend qu'un avocat genevois a facturé 40 millions aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) entre 2007 et 2015 pour faire un travail qu'à mon avis les services de comptabilité des HUG sont capables de faire ... Il ne s'agit pas de corruption (ce mot est tabou ...), mais de gestion déloyale. Voilà l'article:
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/L-Hopital-aurait-paye-un-avocat-plus-de-40-millions/story/23982979

Écrit par : Michèle Herzog | 22/09/2015

C'est beau le libéralisme, la faculté comme avocat de facturer ses heures à n'importe quel prix. A 400 frs de l'heure ce qui est déjà beaucoup, le pauvre avocat aurait du besogner 100.000 heures en 9 ans c'est à dire 11.111 heures par an. Or une année avec 45 h x 44 semaines de travail effectif nous arrivons à
1980 heures annuelles à plein temps. La facture aurait du être 792.000 frs par an et 7.128.000 frs pour les 9 ans. Il y a un vol d'argent public de 32.872.000 frs.
Cette crapule d'avocat a dû partager son magot avec le chef comptable.

Non seulement une partie des avocats d'affaires et particulièrement, les affairistes PLR sont des crapules, mais encore ils font pression sur les juges pour que les innocents soient condamnés et les criminels graciés. L'hypocrite Christian Luscher, avocat d'affaires, qui veut être élu au conseil national serait, selon une source judiciaire qui me semble bien informée dans le collimateur de la justice américaine pour complicité de blanchiment de fraude fiscale. Rien que ça! Pierre Pittet, Président de l'association CJP Citoyens-nes pour la Justice publique.

Écrit par : pierre pittet | 01/10/2015

C'est très drôle, on retrouve le même problème de détournement de fond public qu'en France au niveau de la sécurité social. Le trou de 9 milliard ets essentiellement causé par une surfacturation de soins sur des patients pour rentabiliser les hopitaux! Et on veut donner encore plus de pouvoir à des entreprises qui se comportent comme des ados! Mais faites!

Écrit par : plumenoire | 01/10/2015

Les commentaires sont fermés.