22/05/2016

Affaire Légeret: Un assassin imaginaire par Jacques Secretan. Editions Mon Village.

Bonjour,

Le journaliste d'investigation Jacques Secretan vient de publier un livre sur l'affaire Légeret, après avoir eu une dizaine d'entretiens avec François Légeret, qui croupit en prison suite à une erreur judiciaire réalisée par la justice vaudoise. Jacques Secretan réclame que François Légeret soit libéré et rejugé de façon sérieuse en étudiant aussi le cas d'autres suspects. Et si la justice ne détient pas les preuves, le doute doit profiter à l'accusé. 

Suite à la parution de ce livre, une interview de Jacques Secretan par la journaliste Sabine Pirolt a été publiée dans l'Hebdo du 19 mai 2016 (voir les pages 40 à 42). 

Le journaliste Patrick Nordmann a publié un article à la page 7 du journal Vigousse du 20 mai 2016 et d'autres informations figurent sur le site www.pjinvestigation.ch.

Le journal Le Matin indique quelle a été la réaction du Procureur général du canton de Vaud, M. Eric Cottier, quand il a reçu ce livre.

Voir ce lien:  http://www.lematin.ch/suisse/eric-cottier-prend-acte-paru...

 

Les prochains événements prévus sont les suivants:

o L'émission RTL "L'heure du crime" mardi 24 mai 2016 de 14 à 15h traitera de l'affaire Légeret. RTL est accessible dans la région lausannoise sur FM 107,6. Il s'agit d'une émission très écoutée, paraît-il. Cette émission peut aussi être captée en direct sur Internet (rtl.fr ou via Google). 

o La présentation au public par Jacques Secretan de son dernier livre aura lieu le 2 juin à 18h30 à l'Etagère, av. Jurigoz 13 à Lausanne et vous êtes tous invités à participer à cet événement.

Naturellement je vous conseille à tous de lire ce livre très courageux et engagé, qui coûte 15.- CHF et se trouve en librairie. 

 

Ces derniers temps les erreurs judiciaires ayant eu lieu en Suisse romande ont été étudiées et dénoncées par certains journalistes courageux et indépendants. Ou par des blogs. Par exemple www.pjinvestigation.ch ou www.1dex.ch pour les affaires valaisannes. Ou par les personnes ayant créé l'association Appel-au-peuple en novembre 2000 et qui agissent à nouveau (voir les articles concernant M. Gerhard Ulrich et M. Marc Burdet sur ce blog "égalité des citoyens"). 

 

Les politiciens, en particulier les Députés vaudois, refusent de traiter ces erreurs judiciaires et les dénis de justice. Pour cela, ils utilisent différents prétextes (séparation des pouvoirs, dénis de justice soi-disant inexistants car un procureur a bel et bien traité l'affaire en la classant ..., demande trop quérulente ou inconvenante, etc).

1ère question: Jusqu'à quand les Députés vaudois, ou ceux des autres cantons romands, vont-ils continuer à fermer les yeux et refuser d'agir en contrôlant efficacement les décisions de la justice ?  

 

Seconde question importante: Pourquoi les Professeurs des Universités de Suisse romande ne dénoncent-ils pas ces erreurs judiciaires et les dénis de justice dont les citoyens sont les victimes ? Pourquoi les facultés de Droit n'étudient-elles pas la façon dont ces erreurs judiciaires ont été effectuées ? Combien de citoyens sont-ils victimes des dérives de la justice dans les cantons romands ? Quelle aide peut-on leur apporter ? etc.

 

Merci d'avance aux personnes qui répondront à ces deux questions. 

Meilleures salutations. Merci pour vos commentaires.  

Commentaires

Les affaires Légeret et Ségalat ont été jugées et bien jugées. Quand un proche est découvert agressé/blessé la toute première chose à faire est d'appeler un service d'urgence, puis la police. Au lieu de cela, nettoyer la scène de crime est déjà un aveu de culpabilité.

http://www.rts.ch/play/tv/zone-d039ombre/video/affaire-legeret-autopsie-dun-proces?id=3932850

Écrit par : Charles | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

A Charles: Je vous conseille très vivement de lire les livres qui ont été publiés concernant ces deux affaires (Légeret et Ségalat). Par exemple les deux livres écrits par Jacques Secretan qui expliquent comment l'enquête modifie les faits, élimine certaines expertises réalisées par des experts mondialement reconnus, etc. Jacques Secretan a chaque fois découvert des faits nouveaux. L'affaire Légeret sera présentée sur RTL dans l'émission "L'heure du crime" ce mardi 24 mai de 14h à 15h. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

Pour qu'enfin le travail de la justice en Suisse soit vérifié sérieusement, merci de signer cette pétition:
https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

Écrit par : Michèle Herzog | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

La police est partout souvent , la justice nulle part et Il est important de dénoncer une injustice mais il faut donner sa vie pour la combattre
= Cliquez ici : https://www.linkedin.com/pulse/histoire-dun-pillage-violation-des-lois-droits-et-de-lhomme-richard?trk=prof-post

Écrit par : ARMENANTE | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

Le contre-pouvoir est nécessaire à la démocratie et donc à la justice ,Vous pouvez voir la suite à l'adresse suivante :
https://blogs.mediapart.fr/edition/critique-raisonnee-des-institutions-judiciaires/article/200416/le-contre-pouvoir-est-necessaire-la-democratie-et-do

Écrit par : ARMENANTE | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les seuls faits à considérer sont les comportements des meurtriers au moment de la "découverte" (selon eux) des victimes. Ils n'ont pas appelé immédiatement les secours. Ils ont signé leur culpabilité. Le reste n'est qu'enfumage.

Écrit par : Charles | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

A Charles: Vous confondez les deux affaires (Ségalat et Légeret). Sachez que François Légeret n'était pas dans la maison de sa mère quand les deux corps ont été découverts. Vous devriez lire les deux livres de J. Secretan.

Écrit par : Michèle Herzog | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

Le plus grand scandale en rapport avec le système judiciaire suisse réside dans le fait qu'il est à peu près impossible à un quelconque citoyen de provoquer un scandale: nos juges sont pour la plupart incapables de juger sainement une affaire dans des délais raisonnables, lorsqu'ils ne sont pas totalement pourris et corrompus. Une affaire simple prend très souvent des dimensions gigantesques, une saine logique cède la place à des raisonnements absurdes en dépits des faits.
Quelque 80% des requêtes présentées au TF sont rejetées, ce qui revient à dire que 80% des gens qui vont chercher leur Droit devant cette instances sont des imbéciles et/ou des querelleurs, ou un mélange des deux..... Ah bon.....???

Écrit par : J.C. Simonin | 22/05/2016

Répondre à ce commentaire

Effectivement, mais il y a été auparavant. Puisqu'au cours de la reconstitution il a fourni des précisions que seul quelqu'un connaissant la position des cadavres pouvait donner. Votre défense des meurtriers est pathétique. Les deux meurtriers ont été pris en flagrant délit de mensonge. Il n'est pas besoin de mentir quand on a rien à se reprocher.

Écrit par : Charles | 23/05/2016

Répondre à ce commentaire

Sur l'ensemble des constats effectués relatifs à une "certaines" justice vaudoise, il y a un point essentiel à mettre en avant. De plus en plus d'injustice surviennent depuis le nouveau code de procédures pénales de 2011. L'absence de Juge d'Instruction et les pouvoirs incontrôlés accordés à des procureurs politiquement nommés en raison d'arrangements divers plus qu'en fonction de leurs réelles compétences et intégrité sont à remettre sérieusement en question. Le Conseil fédéral voulait une refonte de ce nouveau code mais il s'est heurté au Conseil d'état. Quelqu'un a t'il dit qu'il y avait trop d'avocats en politique? Avec ce qu'ils savent sur diverses personnes et affaires, il faudrait commencer par les interdire de mandat politique.

Écrit par : Zimmermann Marc | 23/05/2016

Répondre à ce commentaire

Il serait grand temps que la justice accepte le fait que nul n'est à l'abri d'une erreur. Lorsqu'elle est flagrante, telle que dans l'affaire Légeret, elle doit au plus vite y remédier en ayant le courage de se remettre en question.

Écrit par : Michèle Jeanmonod | 23/05/2016

Répondre à ce commentaire

Sachez que le juge pénal vaudois Philippe Colelough a plusieurs erreurs judiciaires à son actif. Je peux en témoigner.

Écrit par : Michèle Herzog | 23/05/2016

Répondre à ce commentaire

A Marc Zimmermann: Merci pour votre message, mais je ne crois pas que le nouveau code de procédure pénale entré en vigueur en 2011 soit la cause des erreurs judiciaires et des dénis de justice ayant lieu dans le canton de Vaud. En effet, les deux plus graves erreurs judiciaires (Affaires Légeret et Ségalat) ont été instruites avant 2011.
Les erreurs judiciaires et les dénis de justice sont dus aux comportements incompréhensibles de certains procureurs et de certains juges. Je détiens des preuves écrites consternantes suite à l'affaire de corruption que j'ai dénoncée en août 2007. J'ai ensuite été condamnée pour diffamation par le juge pénal Philippe Colelough le 23.9.2010. L'alinéa 2 de l'art. 173 CP n'a pas été appliqué. Ce juge pénal n'a pas recherché la vérité, n'a pas interrogé le corrupteur, a étouffé les fausses déclarations faites par le corrompu (un de ses amis, avocat ...) et n'a pas dénoncé les infractions pénales poursuivies d'office dont il a pris connaissance. Ce même juge pénal a traité les affaires Légeret et Ségalat. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 25/05/2016

Répondre à ce commentaire

L'Illustré du 15 mars 2017 contient un article très intéressant sur l'affaire Légeret et indique que François Légeret vient d'envoyer une demande de révision le 14 mars 2017 à la Cour d'appel du Tribunal cantonal vaudois. François L. a réalisé cette requête lui-même, car il ne fait plus confiance aux avocats. On va voir si les juges acceptent de corriger leurs erreurs. Et acceptent le fait nouveau figurant dans le livre de Jacques Secretan: un nouveau témoignage recueilli par Le journaliste J. Secretan. Affaire à suivre.

Écrit par : Michèle Herzog | 15/03/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

En mars 2017 Jacques Secretan a découvert une femme ayant vu Mme Légeret après sa mort fixée par la justice justice vaudoise le 24 décembre à midi. Cela fait l'objet d'un article exclusif publié dans Le Régional de cette semaine. Voilà le lien de cet article:

http://www.leregional.ch/N100066/exclusif-br-francois-legeret-bientot-libre.html


Avec toutes mes félicitations à Jacques Secretan pour son travail, son courage et sa tenacité.

Merci aussi très vivement au Régional pour la publication de cet article.

Merci de diffuser ce message autour de vous.

Meilleures salutations.

Michèle Herzog

Écrit par : Michèle Herzog | 26/08/2017

Répondre à ce commentaire

Est-ce qu'il n'y avait pas des traces d'ADN de F.Légeret sous les ongles d'une des victimes ? Michel Bory avait voulu faire la même chose que Jacques Secrétan, mais il était me semble-t-il arrivé à la conclusion que FL ne pouvait être que coupable.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Bory

Écrit par : Géo | 26/08/2017

Répondre à ce commentaire

A Géo: Vous confondez les affaires Légeret et Ségalat ! Les traces ADN ont été retrouvées sous les ongles de L. Ségalat ce qui ne signifie pas qu'il ait tué sa belle-mère ... Il avait essayé de la réanimer. Dans l'affaire Légeret des traces ADN de F. Légeret ont été retrouvées sur des ciseaux. Mais comme il venait très souvent dans la maison de sa mère, ses traces ADN pouvaient être retrouvées à de nombreux endroits et sur de nombreux objets.
Je vous conseille très vivement de lire les livres de Jacques Secretan sur les affaires Légeret et Ségalat. Il explique très bien comment les faits sont déformés par les policiers et par les juges pour arriver à leur but. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 27/08/2017

Répondre à ce commentaire

Dans l'affaire Ségalat, il y a un autre grand problème : la griffure au cou inexplicable...
Sur cette affaire-là, je n'ai pour ma part absolument aucun doute. M.Ségalat et Mme X ont eu une altercation qui a mal fini. Il ne voulait certainement pas la tuer, mais c'est ce qui est arrivé de facto. Je n'ai rien contre la réalité actuelle. Il l'a tuée mais échappe à une justice sans nuance. On devrait pouvoir tuer les vieilles femmes désagréables sans être inquiété par la justice, vous avez bien raison...

Écrit par : Géo | 27/08/2017

Répondre à ce commentaire

A Géo: Vous semblez mieux connaître l'affaire Ségalat que les premiers juges. Il faut savoir que les premiers juges n'ont pas condamné Laurent Ségalat car il ne détenaient pas de preuve ... Et le doute doit profiter à l'accusé. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 27/08/2017

Répondre à ce commentaire

Affaire Ségalat: quand on veut ranimer quelqu'un la première chose à ne pas faire est de déplacer la victime. En outre nettoyer le sang est une preuve de culpabilité, car des traces de sang intactes permettent de reconstituer ce qui s'est passé. Prendre le temps de nettoyer (ce qui ne peut se faire en quelques minutes), se changer deux fois avant d'appeler les secours montre que la victime était déjà morte quand il a appelé. Et on peut se poser la question s'il n'a pas attendu qu'elle soit morte pour appeler les secours. Une personne inanimée ne peut pas se retrouver avec de l'ADN sous les ongles. Je connais quelqu'un dont la soeur est tombée dans l'escalier se blessant très grièvement. Que croyez-vous qu'il fit? S'il vous plaît, ne nous prenez pas, Géo et moi, pour des imbéciles.
https://www.youtube.com/watch?v=EXb-cyMOtYo

Déjà en écoutant le téléphone au 144... on nage en plein délire. Il n'a pas passé une heure à la réanimer, mais à nettoyer les taches de sang...

Affaire Légeret: témoignage tardif. On peut se poser la question de sa valeur. Cette dame en a-t-elle parlé à quelqu'un immédiatement après les assassinats? Comment connaissait-elle la victime? L'intérêt de Secretan est évident: se faire de la publicité et vendre plus de livres.

Écrit par : Daniel | 28/08/2017

Répondre à ce commentaire

"Et le doute doit profiter à l'accusé." Oui, mais un doute raisonnable.
1.- Griffure profonde au cou, inexpliquée.
2.- Une heure pour laver la place, se laver, mettre sa chemise dans la machine à laver et enfin, appeler les secours. C'est un comportement assez incompréhensible de la part d'un innocent.
3.- Pas traces alentour d'une tierce personne, malgré les efforts de recherche.

Cela fait beaucoup pour douter...

Écrit par : Géo | 28/08/2017

Répondre à ce commentaire

A Daniel et Géo: Vous devriez lire les deux livres de Jacques Secretan concernant ces deux affaires et vous comprendriez comment "travaillent" les inspecteurs et les magistrats. Secretan a fait des découvertes très surprenantes. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 28/08/2017

Répondre à ce commentaire

Dans l'affaire Légeret, il y a tant d'imprécisions et tant d'éléments manquants qu'il est peu probable que François ait commis ces crimes. Tout d'abord, personne, mais vraiment personne n'a accordé un tant soit peu d'attention sur les chiens. 1 vivant et 1 mort. Qui a posé la question à un vétérinaire pour savoir si un chien peut résister 11 jours sans eau et sans nourriture, personne, en tout cas ça ne figure nulle part. A-t-on autopsié le chien mort pour pouvoir faire une datation, pas que je sache. A-t-on analysé les excréments des chiens pour pouvoir faire une datation des selles, pas que je sache. Si la sécurité avait fait le tour de la maison 2x par jour, tel que ces Messieurs l'ont dit, pourquoi n'ont-ils pas entendu les aboiements des chiens en détresse. Si je ne m'abuse, le jardinier a été alerté par les aboiements du chien survivant qui était à l'agonie, donc en pleine nuit, les aboiements s'entendent d'autant plus et un chien ne se laisse pas mourir sans gémir et aboyer tant qu'il le peut. Rien que ces éléments démontrent que les crimes n'ont pas pu être perpétrés le 24 décembre.
En plus, François Légeret est un amoureux inconditionnel des animaux. Il n'aurait pas pu supporter l'idée de laisser crever 2 chiens. C'est un cauchemar qui l'aurait hanté jour et nuit et il se serait arrangé pour les sauver d'une façon ou d'une autre, ceci d'autant plus qu'il avait offert le labrador à sa maman. Je doute donc fortement que FL soit impliqué dans ces meurtres, c'est même de plus en plus une certitude.
Personne ne sait où ont passés les courses que MJ et Ruth ont faites ce fameux 24 décembre, mais si les meurtres ont été commis après Noël, c'est normal, les courses ont été consommées, les poubelles mises dans un Molok et il ne reste plus aucune trace.
Il y a bien sûr plein d'autres éléments non concordants avec la théorie du procureur, mais évidemment, ces derniers n'enchantent pas la justice qui devrait admettre qu'elle a fait fausse route et que le/la ou les meurtriers court/courent toujours.
Cette hypothèse a le mérite d'être plus plausible que celle du procureur, ne croyez-vous pas?

Écrit par : Lascar | 28/08/2017

Répondre à ce commentaire

Oui mais le procès a duré longtemps et ce que vous et moi en savons, nous ne l'avons appris que des compte-rendus des journalistes. Et dans ces deux affaires, il y a un gros faisceau d'indices qui vont dans le sens de la culpabilité de ces deux personnes. Dans l'affaire Légeret, il est dur d'accepter que l'assassin a réussi à faire disparaître Marie-José L. sans avoir laissé la moindre trace. Les flics vaudois - ou ceux qui parlent d'eux, plutôt - sont plutôt gonflés. Il y en a point comme eux, ils ont tout inventé en sciences forensiques etc, etc...
On aurait aimé le voir confirmé dans la pratique.
En Suisse romande, comme beaucoup de gens, je trouve l'affaire Luca beaucoup plus douteuse. Sans parler du cassage de gueule de l'écologiste WWF dont on n'a jamais retrouvé les coupables. Ou plutôt dont on n'a jamais voulu retrouver les coupables.

Écrit par : Géo | 28/08/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Jacques Secretan m'annonce que l'émission "L'heure du crime" de Jacques Pradel du mercredi 30 août 2017 de 20h-21h sera consacrée à l'affaire Légeret et notamment au nouveau rebondissement que constitue le témoignage d’une dame qui a vu et salué Ruth Légeret... plusieurs heures après que son fils François Légeret ait commis "son (soi-disant) triple homicide" dont celui de sa mère Ruth, selon le scénario retenu par la justice suisse.

En région lausannoise le créneau de réception est 107.6 Mhz et par ailleurs l'émission peut toujours être écoutée en différé sur www.rtl.fr.

Merci de diffuser ce message autour de vous.

Meilleures salutations.

Michèle Herzog

Écrit par : Michèle Herzog | 30/08/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Voilà le lien permettant d’écouter la remarquable émission "L'heure du crime" du 30 août 2017 et les explications fournies par Jacques Pradel et Jacques Secretan concernant les dérives judiciaires ayant eu lieu dans l'affaire Légeret. Cette émission cite également le nouveau témoignage reçu par J. Secretan:

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-legeret-un-assassin-imaginaire-7789895655

Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 31/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.