20/05/2017

Harcèlement au travail: Un reportage très intéressant de TSR1 du 20 mai 2017.

Bonsoir,

Au journal de 19h30 de ce 20 mai 2017 (TSR1), je viens de prendre connaissance du combat mené par une femme très déterminée, qui a eu le courage de ne pas se laisser faire et de dénoncer le harcèlement subi. 

Voilà le lien de ce reportage très intéressant et je vous conseille de consacrer quelques minutes pour prendre connaissance des faits:   

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/le-grand-format-le...

Ce reportage explique que le harcèlement sexuel subi par cette employée des CFF a été reconnu par un audit. 

Je vois qu'en 2017 la situation n'a toujours pas évolué: la femme victime de harcèlement, si elle se plaint, est déplacée dans un autre service ou licenciée.

Mais qu'arrive-t-il aux auteurs du harcèlement sexuel ? Seront-ils sanctionnés ? Et si oui, par quelle sanction ?

J’espère vivement que le Tribunal Administratif Fédéral (TAF) rendra une décision en faveur des femmes subissant du harcèlement au travail.

Merci d’avance aux journalistes de nous informer de la décision du TAF.

Félicitations à Mme Mireille Gobat (nom à vérifier) pour son combat pour l’égalité et contre le harcèlement.

En Suisse, l’égalité est toujours théorique … Mais dans la pratique … A quoi servent tous les services qui prétendent s'occuper de l'égalité entre les hommes et les femmes depuis des années ?

Merci d'avance pour vos commentaires et pour vos témoignages. 

Meilleures salutations.

PS: Si vous prenez connaissance de cet article, merci Mme Mireille Gobat de prendre contact avec moi. Mon email: mh@herzoginfo.ch

 

Commentaires

Bon courage à cette personne ! il lui en faudra. Espérons qu'elle n'ait pas à supporter des téléphones nocturnes de la part du fautif qui utilise le harcèlement comme droit à l'expression accordé à tout le monde
Le prédateur trouvera toujours la faille là ou d'autres n'y aurait pas pensé
Le harcèlement est un moyen d'expression légitime pour la victime poussée à bout que personne ne veut entendre et par le prédateur qui l'utilisera comme seul moyen pour lui d'affirmer ce qu'il faut bien nommer, sa débilité mentale
C'est la spirale infernale et pour ne pas aggraver la situation il ne faut en parler à personne excepté aux gens capables de voler à notre secours sinon c'es donner du grain à moudre au prédateur qui se sentira estimé voir même honoré
Bon dimanche pour Vous Madame Herzog

Écrit par : lovejoie | 21/05/2017

Répondre à ce commentaire

C' est une situaton inacceptable.

Cette situation de sanctionner la victime et non le fautif, comme je l’ai également vécue, est intolérable. Le fait que cette situation se passe en Suisse, le pays le plus démocratique au monde, et non pas dans le pays d’ISIS, rend la situation encore plus inacceptable et désespérante.

Selon mon expérience, quelle que soit la cause : sexisme, racisme, jalousie professionnelle, éthique, etc... les effets de telles attaques verbales sont psychiques et le but est le même « briser la personne ». Donc, dans de tels cas, un harcèlement de nature sexiste est également un harcèlement psychologique. Le fait qu’on sanctionne la victime en la déplaçant et non pas le fautif, de facto, on soutient le harcèlement dans la société.

Alors, où sont les cris des citoyens pour dire, « stop au harcèlement sous toutes ses formes » ! Où sont les discours des politiciens pour défendre les citoyens ? Où sont les gardiens de nos valeurs morales ? Que fait l’Eglise ? Où est l'Emile Zola des temps modernes pour nous défendre ? Je me le demande.

J’ai vécu le harcèlement psychologique pour différentes raisons (valeurs morales et professionnelles). J’ai porté plainte, après deux /trois ans. Au lieu de faire une enquête et d'établir les faits et de sanctionner la personne fautive, on a voulu me forcer à effectuer un travail ingrat ou impossible. Puis, finalement quand on n’y est pas parvenu, après 3 ans et demi on a fait une enquête « frauduleuse ». Le rapport d’enquête n’a même pas été personnellement signé par les personnes que j’ai rencontrées, mais par d’autres personnes « par ordre ».

La justice n’est pas seulement là pour défendre les intérêts de la victime, mais également pour dissuader que d’autres personnes ne subissent pas la même l’injustice. L’injustice envers cette dame est une menace pour toute la société. http://www.journal-lessor.ch/article.php?a=2016&n=2&art=57 .

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 21/05/2017

Répondre à ce commentaire

Nous dénonçons aussi toutes formes de discrimination, qui touchent parfois aussi des simples questions d'âge, envers les jeunes, envers les quinquagénaires. Il est regrettable de constater que sous prétexte de protéger "sa société", ces personnes morales de donnent alors les moyens de procéder à des actions parfaitement immorales, que semble parfois couvrir un système juridique qui oublient leur devoir de protéger en priorité, la Société des citoyens, et non les sociétés gouvernées par une déontologie strictement limité à la légalité. Et sous prétexte de Progrès, que trop d'élus associent à Économique, nous devenons "crétins", je cite Bernard Stiegler.

Écrit par : Pascal | 22/05/2017

Répondre à ce commentaire

Comme le relève ci-dessus très bien Pascal, il y a d'autres discriminations tout aussi dévastatrices en citant entre autre le "burn-ut" qui frappe sans s'annoncer mais dont peu de personnes imaginent les souffrances qu'il provoque puisque les responsables se portent très bien et ne risquent rien ....

On relèvera aussi les appellations "Papy et Mamy" en écrivant sur les plus de 65 ans ... comme si une fois à la retraite on devenait inutile - sauf pour garder les enfants - ça coûte rien et c'est utile !!! - ...

Il y a aussi les manipulateurs/manipulatrices qui agissent soi-disant pour le bien de leurs victimes : eux aussi ne risquent rien ...

Écrit par : MA | 29/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.