29/05/2017

Harcèlement au travail: expérience vécue par Mme Yasmine Motarjemi chez Nestlé (2000 à 2010).

Bonjour,

France Culture a interviewé Mme Yasmine Motarjemi, responsable de la sécurité alimentaire du groupe Nestlé depuis 2000, et je vous conseille très vivement d'écouter son témoignage, publié par l'émission "Des citoyens qui changent le monde". Merci de consacrer 28 minutes de votre temps à écouter les explications de Mme Motarjemi concernant le harcèlement subi dès 2006, alors qu'elle se plaignait de défaillances dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Voilà le lien de cette émission française (voir également la lettre de Mme Motarjemi au nouveau CEO de Nestlé, M. Mark Ulf Schneider publiée sur ce site):

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-6-yasmine-motarjemi-seule-contre

La conclusion de Mme Motarjemi, à la fin de son témoignage, est très inquiétante. Suite au procès de Mme Motarjemi contre Nestlé, commencé en 2011 (Chambre patrimoniale du canton de Vaud, Suisse), mais toujours en cours en 2017 ..., aucun employé d'une grande entreprise, en Suisse, n'osera se plaindre en justice. 

Heureusement que certains journalistes osent encore publier de tels témoignages. Merci à eux. Et merci à Mme Yasmine Motarjemi pour son courage et sa ténacité.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Commentaires

Il y a du harcèlement partout, on en sait quelque chose chère Madame! Une amie qui fini son travail dans une banque de la place est très heureuse de prendre sa retraite, tant la tension est palpable dans toute son entreprise! Une amie qui travaillait chez un grand de la cosmétique, à son retour de vacances, s'est vu déplacée, elle est passée d'un bureau personnel à un espace collectif, son ancien bureau était occupé par sa "remplaçante", (elle n'avait pas été informée de ces changements avant ses vacances!) ensuite on lui a confié des tâches qu'elle n'avait jamais réalisé, et chaque fois son chef jouait l'étonné en voyant qu'elle perdait confiance en elle, n'arrivant pas à rendre dans les délais le travail demandé, alors elle a fini en burnout! Avec internet tout le commerce de détail disparait, les rentrées fiscales s'effondrent partout, et nos politiques ne voient pas venir la catastrophe?

Écrit par : dominique degoumois | 31/05/2017

Répondre à ce commentaire

Un tribunal de Grenoble vient d'admettre le harcèlement d'une employée. Voilà l'article: http://1dex.ch/2017/05/lemployeur-invoque-abusivement-blog-salarie-justifier-harcelement/#.WS-xp9SLSt8

Et en Suisse quand le harcèlement au travail sera-t-il reconnu ?

Écrit par : Michèle Herzog | 01/06/2017

Répondre à ce commentaire

Ce 1er juin, il se passe quelque chose d'étrange sur le site valaisan www.1dex.ch

J'espère vivement que ce site va évoluer et qu'il traitera aussi les affaires judiciaires ayant lieu dans les autres cantons romands.

A suivre.

Écrit par : Michèle Herzog | 01/06/2017

Répondre à ce commentaire

Le problème de harcèlement est très grave et je ne comprends pas le silence des médecins de travail et la société. Il s agit d’ une arme invisible et vicieuse, dans les mains des psychopathes et causant des souffrances profondes.

Dans mon cas, Nestlé n’ a même pas voulu reconnaître le harcèlement et assumer ses responsabilités. Au contraire, Nestlé a continué pendant 8 autres années dans le cadre du procès à me harceler. Ce qui a fait durer le harcèlement pendant 12 années.

En Suisse nous n avons aucune loi pénale contre le harcèlement, et le problème se gère au civil. Même au civil, on ne veut pas traiter le sujet et la plus part des plaintes se terminent avec un accord à l’amiable dans le secret, ce qui fait qu’on n’ a pas d’ information sur les employeurs qui harcèlent et ceux-ci continuent avec leur pratiques destructrices. Toute la société (Les politiciens, les ONG, ..) sont complices par leur silence et leur laissez-faire.

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 01/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.