21/08/2017

Alerte: Les internements forcés en psychiatrie (Suisse).

Bonjour,

L'avocat M. Edmund Schönenberger dénonce les très graves dérives du système judiciaire suisse actuel qui ne permet plus de se défendre en cas de décision d'internement psychiatrique forcé prise par un juge. 

Cet avocat à la retraite s'est spécialisé dans les abus liés au domaine psychiatrique. Il a créé ce site en allemand: http://psychexodus.ch/

Voilà ce qu'il a écrit en 2017 concernant les recours envoyés au Tribunal fédéral par les victimes de ces internements forcés: 

« En appliquant la maxime « pars pro toto », le juge fédéral UDC et Bourgeois bernois Nicolas VON WERDT serait l’équivalent d’un Roland FREISLER. Sous la houlette du juge fédéral RASELLI, les internés de force en psychiatrie avaient une chance aléatoire, mais tout de même réelle d’obtenir leur libération dans 7% des recours au Tribunal fédéral. Sous Fabienne HOHL, ce taux a baissé à moins de 2%. Le juge fédéral VON WERDT a réussi à comprimer ce taux d’acceptation des recours auprès du Tribunal fédéral l’année passée à zéro pour cent. Plus aucune chance d’être libéré. 

Si on tient compte du taux d’acceptation de zéro % pour les requêtes de relaxation auprès du Tribunal fédéral en 2016, cela signifie entre les lignes que les moyens de droit sont tacitement abolis. Les tribunaux de district peuvent prendre ces décisions d’internement en totale liberté. Les personnes enterrées vivantes sont entièrement à leur merci.

Affaires Dreyfuss en masse! 

La recette contre ces abus: les dénoncer, les dénoncer, les dénoncer – jusqu’à ce que la masse critique déclenche le point d’ignition d’une révolution. »

 

Voilà le message que j'ai reçu de M. Schönenberger le 17.8.2017:

Ihre Schilderungen decken sich mit meinen inzwischen 50-jährigen Justizerfahrungen.

Dass alle nicht konformen “Elemente” zwangspsychiatrisch versenkt bzw. mit einer Versenkung bedroht werden, ist Standard.

Müsterchen sind veröffentlicht: http://psychexodus.ch/doku/fu.pdf

Ein aktueller Fall: http://www.psychex.ch/doku/sovg.pdf

Statistiken in diesem Bereich werden keine veröffentlicht. Durchforstet man die veröffentlichten BGE, wird ruchbar, dass die Entlassungschancen Zwangspsychiatrisierter beim höchsten Gericht 2016 auf glatte Null Prozent abgesackt sind.

Das gleiche Resultat fördert eine Recherche in den Entscheiden des OG ZH 2016 zu Tage:

Gutheissungen 0
Abweisungen  23
Nichteintreten 0

Statistiken der Bezirksgerichte im Kanton Zürich betr. FU werden keine veröffentlicht.

Zieht man die 0 % Entlassungschancen beim Bundesgericht im Jahre 2016 in Betracht, heisst dies unter dem Strich, dass der Rechtsweg faktisch aufgehoben ist. Die zuständigen Bezirksgerichte können entscheiden, wie sie wollen, die Versenkten sind ihnen vollkommen ausgeliefert.

Dreyfuss-Affären en masse!

Das Rezept dagegen: Aufklären, aufklären, aufklären – bis die kritische Masse den Zündepunkt erreicht.

Mit freundlichen Grüssen

RA Edmund Schönenberger

 

Merci de diffuser ce message à tous vos contacts dans les cantons suisses afin d'informer les citoyens des dérives dramatiques du système judiciaire suisse. Merci d'avance pour vos commentaires qui seront publiés sur ce blog. Meilleures salutations.

Commentaires

Michèle,

Merci pour ce partage.
Dernièrement dans le 24heures vaudois, beaucoup d'articles dénoncent la même dérive.
J'ai moi-même fait les frais de ce juge Von Werdt avec une décision inconcevable concernant les abus du juge du TPAE et la non-application des lois concernant les curatelles. Son argumentation était que j'ai ma conception propre du mandat de curatelle alors que je me suis bornée à dénoncer les lois et jurisprudence du Tribunal Fédéral violées par l'actuel Président du TPAE (rien que ça en dit long sur le niveau). En recevant cette décision aberrante, j'ai fait recours pour arbitraire et toujours Von Werdt me la refuse avec en prime un émolument de CHF 500.--.
Ce n'est pas un système judiciaire mais un comble d'incompétence et d'acharnement sadique.

Voici l'article qui mérite d'être lu et envoyé au plus grand nombre.

https://mobile2.24heures.ch/articles/59932af0ab5c37103c000001

En ce qui concerne Genève:

Placement à des fins d'assistance (PLAFA)

- même si le protégé a droit à un avocat, c'est le TPAE qui le choisit dans son cercle d'acolytes par collusion, donc il ira dans le sens de la nécessité de la mesure
- il n'est pas pris en compte les avis des psychiatres non convergents avec la volonté du TPAE d'effectuer un PLAFA
- il n'est jamais exploité la possibilité du maintien à domicile. La vente du bien immobilier étant la fin ultime de la démarche.
- un maintien à domicile est pris en charge partiellement par l'assurance-maladie, la rente d'impotence dans de tels cas est accordée et couvre les frais
- le PLAFA est la voie rapide pour mettre en échec la famille qui défend son proche et le patrimoine familiale contre la spoliation.
- le PLAFA est une mesure d'expropriation de biens et fortune.

Écrit par : Mona El Meligi | 21/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Mona pour votre commentaire. Les citoyens ne s'intéressent pas à ces abus, sauf le jour où cela les concernera. Il faudrait se révolter avant ! Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/08/2017

Répondre à ce commentaire

A lire:

https://mobile2.tdg.ch/articles/597e358dab5c372c5c000001

Écrit par : Mona El Meligi | 21/08/2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir, je viens de lire votre article sur les abus de la psychiatrie. Je veux témoigner si la possibilité m'en est donnée.
Je suis également victime de la pharma et de la psychiatrie. J'ai tout perdu, mon job, ma crédibilité, ma vie sociale, et le pire l'autorité et la garde de mon enfant à cause des traitements que j'ai subi, dont des séances d'électrochocs. Un père aliénant et manipulateur pervers narcissique. Une décision de l'APEA qui a validé une convention, non seulement contradictoire, mais surtout signée en hôpital psychiatrique sans médecin, avocat ou autres...et sans discernement tout comme la décharge que le médecin m'a fait signé pour les électrochocs. On a été jusqu'à me faire ingurgiter 28 médicaments différents, du benzodiazépine jusqu'au psychotrope hallucinogène. Cela fait 5 ans que je me bats et PERSONNE, PERSONNE, ne veut m'auditionner, m'écouter et me défendre.
Si vous avez besoin de mon appui vous pouvez sans autre me contacter.
Bien à vous tous qui avez subi ou subissez.
Le rassemblement fait la force.
Meilleures salutations.

Sandra RIMET

Écrit par : Rimet Sandra | 21/08/2017

Répondre à ce commentaire

A Mme Sandra Rimet: Merci pour votre témoignage très bouleversant et courageux. Dans quel canton cela s'est-il passé ? Merci pour votre réponse. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.