14/12/2017

Un employé des CFF soupçonné de corruption.

Bonjour,

Voilà l'article:

https://www.rts.ch/info/suisse/9170423-un-employe-des-cff...

Ce qui m'inquiète le plus dans cette affaire, c'est le manque de contrôles. Ce laxisme au niveau des contrôles aurait permis à cet employé d'agir de 2003 à 2014 .... Vraiment consternant. Mais assez habituel si l'on en croit les affaires financières dénoncées par la presse.

On nous fait toujours croire que des contrôles très sérieux existent, mais en réalité les contrôles sont souvent inexistants. Cela concerne aussi d'autres domaines.

Et à nouveau la même question: A quoi sert le réviseur des comptes des CFF ? 

A mon avis, tant que les réviseurs des comptes ne seront pas inquiétés dans ces affaires, les contrôles resteront très superficiels.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Commentaires

Bonjour,

Pour être moi-même une victime crée de toute pièce par cette entreprise (plainte pour harcèlement sexiste/sexuel en cours, suivie d'une perte totale de poste et d'une diminution de salaire de 20% dès janvier 2018), je voudrais informer ainsi :

Chaque service interne est "normalement" contrôlé par le service de la révision une fois par an. Certains supérieurs vivent assez mal ce contrôle interne, d'autres sont moins inquiets. Ce service ne manque pas, le cas échéant, d'exiger un train de vie drastiquement revu à la baisse : suppression des laptops, diminution de l'allocation repas pour les collaborateurs soumis au service 24H, diminution de la commande de matériel, engagement de nouveau collaborateur repoussé un maximum, les départs à la retraite ne sont pas comblés de suite ou remis en question durant des mois...mois ou d'autres font des burn-out parce qu'ils assument la surcharge de travail.

Alors comment ça a pu fonctionner : ce collaborateur, considéré par son supérieur, sa hiérarchie, son unité et l'entreprise, n'a pas été forcément choisit pour ses compétences, mais pour son caractère de "bon type" qui devait certainement, au moment de son engagement, connaître quelqu'un, qui connaissait à son tour quelqu'un...qui l'a nommé comme Chef de Projet chez Infrastructure. Un de ces types à qui on donnerai ses enfants à garder, ou le bon Dieu sans confession...

Infrastructure abrite les plus hauts salaires des CFF, comparé aux branches restantes que sont Voyageurs et CFF Cargo. Il n'était donc pas malheureux au niveau salaire...j'entends par-là que ce n'était pas un collaborateur temporaire au salaire de misère comme on en a plein chez CFF Clean (nettoyage) par exemple.

Preuve que ce copinage en haut lieu empêche ensuite quelle dénonciation que ce soit, de peur que cela se retourne contre le dénonciateur. Tout le monde savait, mais se gardait bien de dire quoi que ce soit.

Ah oui, parce qu'aux CFF, on a beau avoir un nouveau Code de Conduite depuis 2015 qui réprime la discrimination (succédané de l'Art 8 de la Constitution), qui nous demande de renoncer à tous cadeaux que ce soit (chocolats, bouteilles...) et d'avoir un système odieux de "manquement du personnel" via une application (entre délation, diffamation et calomnie, mon coeur balance, mais ça va à l'encontre immédiate du Code de Conduite vu plus haut) voire même d'un service de "repentir anonyme" qui nous garantit la discrétion et se donne un but d'apprendre de nos erreurs sans s'en prendre à ceux qui l'ont faite, au final, ça finit quand-même par un licenciement de celui qui aurait lancé l'alerte !

Y'a du boulot.

Et alors que quelques jours plus tôt, notre grand patron a joué le SchwarzPeter en faisant peur à tous les mécaniciens de locomotive en leur faisant savoir que dans quelques années, l'automatisation aura fait son chemin, et ce sera tout simplement possible...sans eux !

Ils le remercient pour ce merveilleux cadeau de Noël.

Et les autres cheminots, coincés dans des processus toujours plus contraignants allant presque à les empêcher de travailler, chronométrés quand ils vont aux toilettes, brimés par leurs supérieurs parce qu'ils leur manque une langue nationale à leur CV, effectuant parfois 16 heures de boulot sur les chantiers au nom de Leman 2030 et de ses échéances stressantes, subissant parfois de se retrouver avec du personnel moins formé et devoir assumer deux places de travail en répondant amicalement aux questions du stagiaire ou du jeune collaborateur pas sûr de lui en même temps que gérer ses clients...apprécient au plus haut point de découvrir cette situation par voie de presse.

Mais l'opinion publique a déjà jugé et compris comment cela se passe...car l'herbe n'est pas plus verte ailleurs.

Mireille

Écrit par : Gobat M | 15/12/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Madame pour votre témoignage. Les contrôles sont toujours très stricts pour certains et totalement inexistants pour d'autres ... Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 15/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.