24/02/2018

Genève: Une étrange clinique a modifié les rapports des psychiatres ....

Bonjour,

Je vous conseille vivement de lire cet article hallucinant !

https://www.letemps.ch/suisse/une-etrange-clinique-genevo...

Cela montre qu'il devient de plus en plus difficile de faire confiance car dans tous les domaines les gains financiers sont devenus beaucoup plus importants que l'éthique ! Il n'existe plus aucuns scrupules. Seul le Dieu FRIC compte.

Je trouve que dans cette affaire les assurances qui ont réclamé ces fausses expertises médicales (pas uniquement dans le domaine de la psychiatrie) devraient également être immédiatement radiées et ne devraient plus avoir l'autorisation de travailler.

Une fois de plus les patients grugés ne pourront jamais être dédommagés de tout le mal et des problèmes qu'ils auront subis suite à ces expertises médicales falsifiées.Vraiment consternant.

Je me demande aussi pourquoi la "justice" a été si lente. Etant donné que le premier psychiatre s'est plaint en 2011 ... et que nous sommes en 2018 ! A mon avis il fallait agir avec énergie beaucoup plus rapidement (mesures d'urgence).

L'article ne dit pas clairement pendant quelle période ce docteur B. a pu continuer ses actes. J'espère qu'un journaliste nous expliquera cela plus clairement.

Ce cas genevois est-il unique à Genève et en Suisse ? Que faut-il entreprendre pour obtenir la réponse ?

Cela me conforte dans l'idée qu'une assurance publique UNIQUE en Suisse serait la seule solution permettant d'éradiquer tous ces abus.

Merci de prendre connaissance du texte de cette pétition qui réclame une caisse maladie Lamal UNIQUE dans les meilleurs délais.

Merci de signer cette pétition et de la diffuser à vos amis.

https://www.change.org/p/les-7-conseillers-f%C3%A9d%C3%A9...

Dans l'attente de vos commentaires, qui seront publiés sur ce blog, recevez mes  salutations les meilleures.

Texte ajouté le 25.2.2018: La RTS et le groupe Tamedia ont reçu une interdiction de la justice de publier des informations au sujet de cette affaire. Vigousse a publié un article le vendredi 23 février et la RTS a pu publier son reportage le 24.2.2018 au journal de 19h30. Voilà le lien de ce reportage:

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/une-clinique-genev...

Par ce reportage j'apprends que ce Dr B. était radié de l'Association des médecins genevois depuis 2006 !!! Mais alors pourquoi a-t-il pu continuer à pratiquer pendant toutes ces années ? Vraiment incompréhensible !

Naturellement la censure de la presse (le 4e pouvoir) est très inquiétante d'autant plus que les citoyens auraient dû être avertis depuis longtemps des dysfonctionnements liés à ces expertises. Surtout quand on sait qu'en 2015, par exemple, 883 expertises ont été réalisées par cette clinique Corela ! (qui vient de changer de nom ...).

 

Texte ajouté le 18.3.2018: Je viens de recevoir un message ce soir de M. Pascal B. victime de la clinique Corela. Voir cet article très bouleversant publié par le Temps:
https://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=...

Si des personnes ont été victimes de la clinique Corela je les remercie très vivement de prendre contact avec moi en m'envoyant un email à mh@herzoginfo.ch car plusieurs victimes veulent se regrouper pour se défendre. Merci beaucoup. Meilleures salutations.

 

Texte ajouté le 20.3.2018: Suite aux faux certificats médicaux établis par la clinique Corela, le pouvoir judiciaire propose aux personnes concernées de déposer des demandes de révision des expertises reçues. Elles ont 3 mois pour le faire dès le jour où elles ont eu connaissance de cette affaire publiée dans la presse dès le 23 février 2018 (journal Vigousse).Voilà l’article :

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Expertises-Corel...

 

Commentaires

Et on est même pas étonné de tout ça, c'est drôle non? Notre justice ne sais pas punir les vrais délinquants, alors tous viennent en Suisse et à Genève, pour agir totalement librement, c'est pour ça que notre pays est en sur-population de délinquants!

Écrit par : dominique degoumois | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

Voilà le message reçu de M. Gerhard Ulrich:

Evidemment, ces cas d'abus ne sont pas uniques. Je connais des noms/adresses d'experts psychiatriques de service, qui démolissent sans scrupules des personnes vulnérables. A cause de la censure de la TdG, je n'ose pas préciser leurs coordonnées. Je recommande tout de même de visiter le blog de Mme St.Z., maman élevant seule son enfant, n'ayant qu'un bras, à qui on a refusé une demi-rente AI. Voir: http://conter-la-terre.over-blog.com/article-59539927.html

Le psychiatre impliqué continue à pratiquer et à enfoncer entre autres une amie commune de Michèle Herzog et moi, ces dernières années.

Je salue la vigueur avec laquelle Michèle Herzog se bat contre le matérialisme.

Gerhard Ulrich, Morges.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

Euh... une assurance unique en Suisse sur le modèle des cars postaux ?

Écrit par : Pierre Jenni | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

OU sur le modèle stalinien très en vogue partout à gauche! Avec les fameux camps de vacances dont le joli nom est "GOULAG"! L'autre machine à lobotomie, est le iphone, vu partout autour de nous!

Écrit par : dominique degoumois | 24/02/2018

A Pierre Jenni: Personne ne contrôle les assurances actuellement ! Alors il vaut mieux créer une seule assurance Lamal publique et créer un système efficace de contrôle.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

ET qui contrôlera le contrôleur ?

Écrit par : Pierre Jenni | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Un groupe de citoyens, tirés au sort, étant payés pendant 4 ans (mandat non renouvelable) pourrait contrôler les comptes.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/02/2018

A Pierre Jenny: Je vous conseille vivement de prendre connaissance des idées du groupe de citoyens "génération nomination" qui pense que dans de nombreuses fonctions des citoyens pourraient être tirés au sort pour effectuer un travail public. Voir ce site: https://www.genomi.ch/qui-sommes-nous/

Écrit par : Michèle Herzog | 24/02/2018

Et que dire des expertises psychiatriques
-demandées par des curateurs où l'on constate que les personnes sont quasi systématiquement qualifiées d'incapable à choisir leur curateur, quasi systématiquement incapables de vivre chez elles
- imposées à des parents à un/e psychiatre pour enfants qui relève pour quasi chacun d'eux les mêmes "tares" par ex. des troubles de la personnalité
- d'expertises signées par des psychiatres qui n'ont pas réalisé l'expertise
- d'expertises par des psychiatres qui n'ont pas suivi la personne à expertiser
- d'annonces inutiles par des psychiatres pour des placement à la commission d'indication
- etc.
Tout ceci se passe à Genève !

Écrit par : SOS Tutelles-Curatelles | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

Mme Herzog, comprenez moi bien. Je suis de tout coeur avec votre lutte. J'espère juste que vous trouverez le bon chemin pour la mener à bien.
Je pourrais vous faire part de mes aventures avec la SUVA qui est une caisse d'assurance unique au sens où vous l'entendez. Vous seriez sidérée par les dérives. J'ai passé trois ans de procédures pour tenter de faire valoir mes droits. Des dizaines de pages pondues par les juristes de l'administration pour m'expliquer l'inexplicable.
Mon espoir repose sur la technologie qui devrait permettre assez rapidement de décentraliser toutes les activités et rendre la noblesse du "small is beautifull" par de petites unités de production très proches des consommateurs et surtout un véritable pouvoir de décision démocratique grâce à la Blockchain et les merveilleux outils qu'elle propose.
Mais bon, depuis le temps que j'en cause, j'ai compris que presque personne ne sait de quoi il retourne. La discussion de ce jour autour des cryptomonnaies sur les beaux parleurs de la RTS en fut une belle démonstration.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/02/2018

Les Assurances vont se calmer car la seule issue avancée par M. Prix Suisse est que l augmentation des primes d assurances 2019 (on oublie donc 2018, c est dans la poche pour les assurances et aussi dans la poche déjà trouée des Médecins !), augmentation 2019 qui ne dépasserait pas ni le 4% de 2018 ni l augmentation salariale espérée.

Bientôt, les primes à payer aux assurances seraient un Impôt selon la déclaration fiscale de chacun. Avec les Idiots qui nous gouvernent, ils sont capables de le faire et verser ces nouveaux impôts aux assurances et dans 15 ans ils nous diront qu ils ont constaté que les Assurances n étaient pas réglo...

Du moment où le Citoyen européen inclus suisse ne réfléchit plus, tout passe même le Tram, la Ceva et les primes d assurance...CQFD

Écrit par : Charles 05 | 24/02/2018

Répondre à ce commentaire

De nombreux citoyens et M. Pierre Jenni constatent que les contrôles sérieux n'ont jamais lieu (CarPostal, affaire Beaulieu à Lausanne, et mille autres affaires connues ou inconnues) et refusent tout-de-même les changements. C'est vraiment étrange.

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

La TSR a reçu l'interdiction de la justice de publier son reportage concernant cette clinique genevoise. Voilà l'article:
https://www.rts.ch/info/regions/geneve/9354551-la-rts-interdite-de-diffuser-un-reportage-sur-une-clinique-genevoise.html
Heureusement le journal Vigousse a publié un article vendredi à ce sujet. Le 4e pouvoir perd clairement son pouvoir en Suisse romande. Très inquiétant.

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Si j'ai bien compris, un médecin non résidant en Suisse aurait rédigé un rapport d'expertise, alors que le Conseiller d'Etat genevois souhaite garder la mainmise et autoriser directement les médecins habilités à se prononcer. Je trouve plutôt positif que des personnes extérieures à la Suisse (et à Genève) se prononce sur des cas difficiles, à condition bien sûr qu'elles aient une formation adéquate (ce qui ne semble pas être remis en cause par les journalistes).

Cela ne vous inquiète pas qu'une clinique est sanctionnée pour avoir déplu au pouvoir en place en demandant l'avis à un médecin qui n'est pas coopté par le Conseil d'Etat ? Je croyais que votre combat visait justement à introduire plus d'indépendance, de transparence et éviter ces mécanismes de cooptation ?? En êtes-vous vraiment réduits à applaudire quand une clinique est sanctionnée pour avoir tenté de conserver son indépendance par rapport au pouvoir en place ?? Ouvrez les yeux.

Écrit par : François | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

A François: Manifestement vous n'avez pas compris cette affaire. Je vous conseille vivement de regarder la vidéo de la RTS ou de lire les articles. Quand des centaines d'expertises sont modifiées par un médecin (le Dr B.)il est normal de réagir ! Et d'être scandalisée ...

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

La RTS a enfin pu publier son reportage le 24.2.2018 au journal de 19h30. Voilà le lien de ce reportage:

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/une-clinique-genevoise-epinglee-pour-des-expertises-detournees?id=9362738

Par ce reportage j'apprends que ce Dr B. était radié de l'Association des médecins genevois depuis 2006 !!! Mais alors pourquoi a-t-il pu continuer à pratiquer pendant toutes ces années ? Vraiment incompréhensible !

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je crois que vous n'avez pas compris le reportage de la rts.
Elle dénonce une clinique qui rendait des expertises indépendantes du système et qui se voit précisément sanctionnée par le système médiatique, politique et économique en place. Ouvrez les yeux.

Écrit par : François | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

A François: Si vous trouvez normal qu'un médecin (le Dr B. radié de l'Association des médecins genevois depuis 2006 ...) puisse modifier des expertises médicales sans en avertir l'expert ni le patient libre à vous. Je trouve ces pratiques scandaleuses !

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Quelque chose me dit que "François" agit en service commandé. Et qu'il nous prend pour des poires.

Écrit par : Bizarre | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenny: Merci pour votre message et votre témoignage. Je connais d'autres personnes accidentées sur leur lieu de travail ayant eu de graves problèmes avec la SUVA. Je ne crois pas que s'il existait des assurances SUVA privées la situation serait meilleure.

Ce qui manque dans nos cantons ce sont des contrôles efficaces et indépendants. Ces contrôles devraient être réalisés par des citoyens tirés au sort nommés pour 4 ans et payés pour travailler à l'amélioration du service public et cela dans différents domaines de contrôles.

Ce que propose justement cette association genomi. Voir ce site: https://www.genomi.ch/qui-sommes-nous/

Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Extraordinaire, un médecin qui quitte son association patronale devrait être interdit d'excercer???? J'imagine que vous diriez la même chose d'un juge qui quitterait sa loge franc-macon? Ah non, là, vous défendez le point de vue inverse. :) ouvrez les yeux. Cette clinique dérange le pouvoir car elle etait indépendante.

Écrit par : Fr | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

A FR: Non, cette clinique n'était pas du tout indépendante. Elle modifiait les expertises pour éviter aux assurances de payer des prestations, paraît-il !

Écrit par : Michèle Herzog | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

J ai vécu le même type de corruption dans le cadre de ma plainte contre Nestlé. Le médecin légiste qui devait faire une expertise pour le tribunal fut probablement mis sous pression par Nestle: il a une réunion privée avec le juriste de Nestle ; de même l' agence Vicario Consulting a fourni une expertise fallacieuse dans le sens que l'agence a fait une enquête pour harcèlement sans ma participation: sans connaître mes allégations, sans interroger mes témoins, sans examiner mes preuves, sans enquêter les actes de harcèlement. La cerise sur le gâteau : 4 personnes qui m avaient jamais rencontrée, dont M. Angelo Vicario ont signé le rapport. Est-ce normal à votre avis?

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 25/02/2018

Répondre à ce commentaire

Voir également: The world news: Trois mois de suspension pour une clinique genevoise

https://theworldnews.net/ch-news/trois-mois-de-suspension-pour-une-clinique-genevoise

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Merci Mme Motarjemi pour vos commentaires. Cette clinique ayant modifié des expertises ou créé des expertises sans avoir vu les personnes expertisées ... n'est certainement pas la seule à faire ce genre de choses. Cela arrive aussi dans les entreprises quand un employeur veut licencier une personne qui dérange.
Ensuite la personne lésée doit réaliser des années de lutte pour sortir de ce piège et arriver à rétabir la vérité ! Cela aussi est totalement inadmissible. Il faudrait des procédures beaucoup plus simples et efficaces pour sortir de tels pièges. Etant donné que votre procès contre Nestlé a commencé en 2011 et n'est pas terminé à ce jour, vous en savez quelque chose. Courage à Vous.
Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Merci Madame Herzog pour ce commentaire. Dans mon cas, l’agence Vicario Consulting ont mené une fausse enquête pour expertiser mon harcèlement. Ce qui est épatant est que Nestlé avait la politique que le harcèlement n’est pas autorisé (voir article 12 https://www.nestle.com/asset-library/documents/library/documents/corporate_governance/code_of_business_conduct_fr.pdf) mais n’avait même pas une procédure comment en cas d’une plainte pour harcèlement, la plainte sera enquêtée.
Je prie à ceux qui lisent ce commentaire de demander à Nestlé quelle est leur procédure d’enquête et quelle procédure a été appliquée dans mon cas ? Je prie aux lecteurs de demander aux autorités quelle procédure d’enquête est exigée.
Comme conclusion, je propose que les autorités définissent une procédure d enquête ou tout au moins quelques principes de base.
Cordialement, Yasmine Motarjemi

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Très intéressant le lien vers l'article de 24 heures, via worldnews.
Je lis:
- "Dans un autre rapport, un «épisode dépressif léger» était, selon la correction manuscrite, devenu un «épisode dépressif moyen»."
- "«Un monitoring n’est pas nécessaire» a été remplacée par «Un monitoring est exigible, au rythme d’une fois par mois»."
...

Vous allez encore soutenir, malgré ces exemples clairs, que Corela agissait contre les assurés et était soumise aux assurances ? Ouvrez les yeux bon dieu.

Écrit par : Francois | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

A François: Vous avez du mal à comprendre qu'il est anormal de modifier une expertise sans avertir l'expert et en plus sans avoir vu l'expertisé. Que ce soit en faveur de l'expertisé ou pas.

Écrit par : Michèle Herzog | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

A François; les petits bouts de phrase, pris hors contexte, sont difficiles d interpreter. Les questions principales sont les procédures et les prinicipes qui ont été appliqués et si ils étaient corrects. Ce qui n est pas le cas apparemment.

Écrit par : Yasmine Motarjemi | 26/02/2018

Répondre à ce commentaire

Il est dangereux de mettre un membre de sa famille en neurochirurgie au deuxième étage de l'hôpital de Genève ex mari très mal soigné. je ne veux vous donner le détail par contre au 6ieme même service de neuro très bien soigné on ne provoquait pas des crises d'épilepsie.

Écrit par : huet monvoisin | 28/02/2018

Répondre à ce commentaire

A huet monvoisin : Tout dépend à qui vous avez affaire. Moi,j'ai été très satisfaite de la neurochirurgie du 2ème étage des HUG qui a sauvé mon mari, victime d'un abcès au cerveau dû à une erreur de diagnostic de son médecin traitant, et ce à trois heures du délai fatal. J'en ai fait d'ailleurs la relation dans un livre que j'ai intitulé "Le Loup Blanc", dont on trouve la référence sur mon site http://www.oswaldrussell.ch, afin de rendre hommage aux deux neurochirurgiens qui ont fait un boulot exemplaire. Bien à vous.Danielle Russell

Écrit par : Danielle Russell | 01/03/2018

Je suis bien surpris que nous soyons en mesure de faire le procès de quiconque étant donné le peu de données à disposition.
Je supposes que cette "clinique" à fait des milliers d'expertises.
Manifestement plusieurs cas ce sont mal passés.
Aux HUG ou dans n'importe quel autre hôpital ou institution des cas se passent aussi mal, et pourtant, on ne met pas les responsables au pilori et à juste titre.
Je penses qu'il faudrait attendre les conclusions de la justice avant de faire le procès de ce médecin.
Les raccourcis et perspectives médiatiques invitent à la réaction émotionnelle sans prendre en compte la position de "l'accusé".
Je trouve regrettable de faire des conclusions sur si peu de données.
Dans la majorité des réactions que j'ai lues, on a le sentiment d'amalgames qui rendent ce médecin bouc-émissaire de cas qui ne le concerne pas.
S'il est coupable il assumera les conséquences, mais jusqu'au verdict il y a présomption d'innocence.
Ce médecin est aussi un homme qui a droit à la parole et qui n'est peut-être pas l'escroc que semble vouloir en faire les médias.
Les questions restent encore ouvertes.

Écrit par : Richard | 08/03/2018

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,
Je viens de recevoir un message ce soir de M. Pascal B.victime de la clinique Corela. Voir cet article très bouleversant publié par le Temps:
https://www.google.ch/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwiOrrSD4PbZAhUnL8AKHagrAaAQFgguMAA&url=https%3A%2F%2Fwww.letemps.ch%2Fsuisse%2Fdescente-aux-enfers-dun-patient-clinique-corela&usg=AOvVaw1wBB6eTUMXYi43ysnlid7D

Si des personnes ont été victimes de la clinique Corela je les remercie très vivement de prendre contact avec moi en m'envoyant un email à mh@herzoginfo.ch car plusieurs victimes veulent se regrouper pour se défendre. Merci beaucoup. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 18/03/2018

Répondre à ce commentaire

Voilà un nouvel article concernant l’affaire Corela :

https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Expertises-Corela-le-pouvoir-judiciaire-invite-les-assures-a-demander-une-revision/story/29982277

Les personnes concernées par une fausse expertise ont 3 mois pour demander la révision de la décision. Le délai court depuis le jour où elles ont pris connaissance de cette affaire Corela.

Il me semble que cette procédure de révision est un peu une manière étrange d'échapper aux articles du Code pénal ! Par exemple art 318 CP (faux certificat médical), art 151 CP (Atteinte astucieuse aux intérêts pécuniaires d'autrui), etc. Pour déposer une plainte pénale le délai est aussi de trois mois dès la même date. Alors ensuite ce délai sera échu ...

Mais je peux me tromper. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/03/2018

Répondre à ce commentaire

IL..... FAUT SE BATTRE....................

Écrit par : monvoisin | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.