30/03/2018

Vaud: Huit enfants maltraités, procès, et enquête externe confiée à M. Claude Rouiller.

Bonjour,

Suite à cette affaire inhumaine montrant que dans la même famille huit enfants ont été abusés sexuellement et très gravement maltraités pendant plus de quinze ans sans que personne ne s'en aperçoive, voilà l'article publié par Le Matin de ce vendredi de Pâques, car le procès des deux parents vient de se terminer. A gauche de cet article vous trouverez des informations liées aux décisions prises par le Grand Conseil vaudois.

En effet, il est primordial de comprendre pour quelles raisons, pendant autant d'années, de très nombreux spécialistes (médecins, psychiatres, enseignants, service de protection de la jeunesse, etc) n'ont pas réussi à détecter les  problèmes dramatiques subis par ces huit enfants. Pour espérer naturellement que cela ne se reproduise pas et que les abus soient découverts beaucoup plus rapidement.

Cet article nous apprend que le Grand Conseil a mandaté M. Claude Rouiller, ex-juge fédéral, afin qu'il réalise une enquête à ce sujet. Voilà l'article: https://www.lematin.ch/faits-divers/proces-inceste-cest-t...

Je constate que le Grand Conseil vaudois fait souvent appel à l'expert M. Claude Rouiller. Il avait déjà été mandaté pour étudier l'affaire Skander Vogt. Au sujet de cette affaire Vogt, voir l'article publié sur ce blog.

Dans une affaire beaucoup moins grave, car financière et écologique, M. Claude Rouiller, valaisan d'origine, a également été mandaté. Il s'agit du cas des constructions illicites découvertes à Verbier (Valais). Le site www.1dex.ch  a publié plusieurs articles liés à l'enquête effectuée par M. Claude Rouiller.

J'espère vivement que cette nouvelle enquête fondamentale permettra aux citoyens vaudois de bien comprendre les raisons de cette débâcle et de ce drame ayant plongé huit enfants dans des souffrances inhumaines et scandaleuses. A mon avis, les Droits de l'Homme et les articles de la Constitution fédérale ont été très gravement enfreints pendant des années dans cette affaire vaudoise.

J'avoue ne pas encore comprendre comment un procès a pu se dérouler concernant cette affaire sans que les personnes ayant la responsabilité de détecter ces abus n'aient été entendues par la justice. Et j'espère que des informations seront également fournies par M. Rouiller, ex-juge fédéral, à ce sujet.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Texte ajouté le 31 mars 2018:

Dans un article publié par 24 Heures, Mme Cesla Amarelle déclare que les politiciens ne peuvent pas s’immiscer dans les affaires de la justice et elle cite le principe de la séparation des pouvoirs !

Voilà mon avis : la séparation des pouvoirs est un très grave fléau, car le pouvoir judiciaire n'est soumis à aucun contre-pouvoir. Cela permet systématiquement aux Autorités de ne pas agir quand des victimes se plaignent de très graves dysfonctionnements du pouvoir judiciaire. Dans l’affaire de ces huit enfants, c’est la justice de paix du canton de Vaud qui est concernée.

Voilà l’article de 24 Heures citant Mme Cesla Amarelle:

https://www.24heures.ch/vaud-regions/mosaique-questionner...

Merci d’avance pour votre avis au sujet de ce principe de séparation des pouvoirs et de ses très graves conséquences, car aucune surveillance du travail des juges n’est possible et aucunes sanctions ne peuvent être prononcées.

Je me demande donc, dans ces conditions, à quoi va servir l’enquête de M. Rouiller.

 

Commentaires

Chère Michèle,

Un thème à répétition hélas. A-t-on oublié de manière plus probante les "enfants placés", affaire typiquement suisse ? Visiblement, l'Etat ne retient aucune leçon et donc l'histoire se répète. Dans le "Rapport et propositions de la Table ronde pour les victimes de mesures de coercition à des fins d’assistance et de placements extrafamiliaux avant 1981, Berne : Département fédéral de justice et police DFJP, 2014, p. 8", on peut lire:

« Les mesures de coercition à des fins d’assistance prises avant 1981 à l’encontre de jeunes et d’adultes et les placements extrafamiliaux d’enfants et de jeunes sont un chapitre sombre de l’histoire sociale de la Suisse. Nombreux sont ceux qui vivent parmi nous et qui souffrent encore vivement des injustices et des souffrances qu’ils ont subies à cette époque. »

Les victimes de ces mesures ont été placées dans diverses institutions, foyers, établissements pénitentiaires et psychiatriques ou dans des exploitations agricoles ou artisanales. Elles y ont souvent subi des mauvais traitements, des abus sexuels, des violences, des essais médicamenteux. Les femmes ont parfois été forcées à avorter ou à donner leur enfant à adopter.

La tradition se perpétue avec les services de protection de l'enfance et aussi les curatelles abusives spoliatrices au détriment des personnes âgées.

La maltraitance est institutionnalisée et impunie désormais dans ce pays au niveau des pouvoirs étatiques et des fonctionnaires publics.


N'espérez pas trop de la part de cette enquête ou de ce juge fédéral.

Écrit par : Mona El Meligi | 30/03/2018

Répondre à ce commentaire

A Mona: Merci pour votre commentaire très percutant. Coïncidence surprenante: ce soir sur TSR1 au journal de 19h30 j'ai appris que les enfants placés dont vous parlez ont un délai jusqu'au 31 mars 2018, donc demain ..., pour faire les démarches afin d'obtenir un dédommagement. Pourquoi y a-t-il un délai et en plus assez court pour agir alors que personne n'a agi pendant des lustres ??? Ce délai pour obtenir ce remboursement est une honte !

Voilà un article publié à ce sujet: http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Enfants-places---le-delai-doit--tre-prolonge--15058895

Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 30/03/2018

A Telford/Rotherham/Sheffield/Mancherster non plus on n'a rien fait! Ces affaires de pédophilie impliquent souvent des nobles, des magistrats et des notables donc le silence est d'or!

Écrit par : Dominique Degoumois | 30/03/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Voilà la suite des informations concernant l’enquête qui sera effectuée par M. Claude Rouiller, ex-juge fédéral.

Mme Cesla Amarelle déclare que les politiciens ne peuvent pas s’immiscer dans les décisions de la justice et elle cite le principe de la séparation des pouvoirs !

Alors voilà mon avis : la séparation des pouvoirs est un très grave fléau. Cela permet systématiquement aux Autorités de ne pas agir quand des victimes se plaignent de très graves dysfonctionnements du pouvoir judiciaire. Dans l’affaire de ces huit enfants, c’est la justice de paix du canton de Vaud qui est concernée.

Voilà l’article citant Mme Amarelle: https://www.24heures.ch/vaud-regions/mosaique-questionner/story/17855806

Merci d’avance pour votre avis au sujet de ce principe de séparation des pouvoirs et de ses très graves conséquences, car aucune surveillance du travail des juges n’est possible et aucunes sanctions ne peuvent être prononcées.

Je me demande donc, dans ces conditions, à quoi va servir l’enquête de M. Rouiller.

Meilleures salutations. Michèle Herzog

Écrit par : Michèle Herzog | 31/03/2018

Répondre à ce commentaire

cette fameuse enquete du juge rouiller ne peut etre que camouflage en faveur de l'etat de vaud concerné par cette trgedie.c'est exactement comme a l'organisation des droits de l'homme ou l'onu.comme on fabrique des armes distructives pour s'enrichir en premier,secondo pour favoriser les guerres dans les pays du tiers voir quart monde pour apres envoyer les chefs de guerre devant cette justice.

Écrit par : sebei bechir | 01/04/2018

Répondre à ce commentaire

Si vous saviez combien les milieux pédophiles sont protégés en Suisse !

C'est le pays qui a déclenché le moins de poursuites contre les pédophiles, y compris les suisses qui pratiquent le tourisme pédophile !

C'est une activité qui se développe dans les milieux aisés et les curés, les milliardaires ne sont jamais inquiétés !

Cette affaire est jugée car il s'agit d'une famille simple, cette affaire sert à recouvrir des centaines, voir des milliers d'autres affaires visant des notables et des membres de l'église catholique !

Écrit par : Corto | 02/04/2018

Répondre à ce commentaire

A propos de cette affaire dramatique, voilà l'article publié dans l'Illustré:

http://www.illustre.ch/magazine/abus-sexuels-mon-pere-ne-me-fait-plus-peur

Écrit par : Michèle Herzog | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,
Je viens d'apprendre qu'il existe une organisation qui donne des conseils dans les cas de protection des enfants et des adultes. Voilà le lien:
https://kescha.ch/fr/

Écrit par : Michèle Herzog | 26/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.