23/04/2018

Suisse: Proposition de placer les multinationales au-dessus des lois ...

Bonjour,

Une nouvelle fois j'ai sursauté en lisant un article. Le voilà:

https://www.lematin.ch/suisse/entreprises-accords-eviter-...

Cette proposition incompréhensible consistant à placer les multinationales basées en Suisse au-dessus des lois provient en plus du procureur général de la Confédération, M. Michael Lauber ! Il faut le lire pour le croire !

Alors que dans de nombreux pays, de nombreuses initatives actuelles essaient de responsabiliser les multinationales sur les plans éthiques, écologiques, fiscaux et judiciaires, eh bien la proposition de M. Michael Lauber va à contre courant. Vraiment choquant !

On dirait que les avantages fiscaux ne suffisent plus à attirer les multinationales et que, par conséquent, il serait temps d'imaginer d'autres astuces pour les attirer sur la place financière suisse.

La fameuse phrase "responsables mais non coupables" a encore de beaux jours devant elle. Naturellement elle aura un coût pour les multinationales. Nous sommes en Suisse ...

Les Autorités essaient en permanence de faire croire à l'étranger que la Suisse est un exemple éthique, humanitaire, sérieux et un Etat de droit remarquable. J'espère qu'enfin les citoyens responsables comprendront que ce n'est pas du tout le cas. Tout est entrepris ici pour fournir une totale immunité aux citoyens dominants et riches.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Commentaires

Depuis des années j'observe comment le Ministère public de la Confédération et d'autres instances de la Chambre noire de la Nation ferment les yeux, quand elles sont avisées d'affaires de corruption. Au lieu de la combattre, ces magistrats la cultivent! La proposition du procureur de la Confédération Michel Lauber, de placer les multinationales au-dessus des loi est le point sur le i.
Gerhard Ulrich, Morges

Écrit par : Gerhard Ulrich | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

C'est purement et simplement de la corruption. Quelles vont être les prochaines propositions, permettre aux citoyens au-dessus d'un certain niveau de revenu ou de fortune, de pouvoir s’absoudre de tout crime en payant une amende afin d’éviter un procès? Abolir la notion pénale de crime en col blanc ?

Décidément, la Suisse se rapproche toujours plus d'une république bananière dans laquelle est instituée une justice à deux vitesses.

Écrit par : Gab | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Proposition incompréhensible mais tellement normal pour nos politiques! Je comprends mieux pourquoi notre pays est pourri par les mafias internationales, elle aussi sont au-dessus des lois!

Écrit par : Dominique Degoumois | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

C'est hallucinant. Ce procureur est devrait être viré pour corruption; mais il a sans doute le feu vert d'une majorité du Conseil fédéral. Cette proposition n'est ouvre le chemin à l'Accord Tisa, négocié en secret à Genève depuis février 2012 entre 50 Etats, dont la Suisse.
Cet accord a été provisoirement suspendu par Donald Trump, mais celui-ci peut à tout moment le reprendre en contrepartie de certaines concessions envers les USA.
Cet Accord, comme Tafta et Ceta, vise à établir une nouvelle forme de dictature par la corruption des politiciens, limitant considérablement les droits démocratiques et les acquis sociaux.
L'un des moyens de cette prise de pouvoir au niveau mondial est d'octroyer le droit aux multinationales de porter plainte contre tout ce qui serait considéré comme obstacle au commerce. Les protections sociales et écologiques seraient petit à petit balayées par des tribunaux supranationaux composés non pas de juges, mais d'avocats d'affaire à qui on donnerait le droit d'infliger des amendes de plusieurs centaines de millions, voir de milliards, pour "manque à gagner", à tout Etat qui s'opposerait au pouvoir des multinationales, comme par exemple Monsanto.
Il est impératif de s'opposer à ce projet fou.

Écrit par : Ivar Petterson | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'il exprimait uniquement un aveu d'impuissance. D'un côté le mpc a des moyens financiers ridicules et des procureurs de seconde zone; de l'autre des multinationales qui paient des millions les meilleurs equipe d'avocats. Résultat : prescription de l'action pénale ou acquittement... Pragmatiquement, il dit que les entreprises seraient toutefois prêtes à payer pour éviter de la mauvaise publicité (même innocentes), ce qui rapporterait de l'argent et permettrait au mpc de se concentrer contre le crime organisé, le terrorisme, le blanchiment d'argent, etc.
On pourrait dès lors y voir du raquette de l'etat: payer nous ou votre nom sera traîné dans la boue et vous depenserez plus en frais d'avocat...

Écrit par : Josi | 24/04/2018

Répondre à ce commentaire

Qui prend le temps de lire tout ça????? Sur le site de l'ISESCO la rubrique "stratégies", pour d'autres infos importantes!

Écrit par : Dominique Degoumois | 24/04/2018

C'est évidemment de la corruption ! Dans les années 1955-60, les mômes à l'école primaire apprenaient par coeur un cantique dont je me rappelle aujourd'hui encore les paroles :

"Le peuple des bergers,
Est libre sur sa terre,
Nul ne peut le soumettre,
Par l'épée ou par l'or,
Il n'a d'autre Maître,
Que son Dieu juste et fort"

Avec ses brebis galeuses et ses moutons de Panurge au pouvoir aujourd'hui,il y a longtemps que la Suisse a troqué ses bergers contre des banquiers douteux et se prosterner devant le veau d'or ne lui fait pas peur. J'ai aussi reçu d'un "magistrat" une proposition "d'arrangement à 6 zéros" en échange de mon silence dans une affaire entachée de corruption impliquant le gendre d'un Président du Tribunal vaudois et j'ai refusé. Il faut montrer à ces soi-disant représentants de la "justice" dans notre pays, qu'on achète pas tout avec de l'argent. Danielle Russell

Écrit par : Danielle Russell | 24/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.