01/06/2018

Reportage sur la corruption: "Une Suisse au-dessus de tout soupçon".

Bonjour,

L'émission Temps Présent du 31 mai 2018 était consacrée au trafic d'influence et à la corruption en Suisse. Les nombreux exemples très intéressants présentés dans ce reportage montrent que les auteurs de ces faits anormaux ne sont jamais condamnés à des peines de prison ferme, même quand 115 millions d'argent public partent en fumée. 

Je vous conseille très vivement de regarder ce reportage expliquant le laxisme existant dans cette zone dite grise (ce terme est étrange ...). Voilà le lien:

https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/9496722-une-...

Dans ce reportage, on voit que M. Eric Martin, directeur de Transparency pour la Suisse, minimise la gravité de la corruption en Suisse. Raison pour laquelle Transparency place la Suisse dans les dix pays où la corruption est la moins présente. Malheureusement Transparency ne crée pas de statistiques, n'a pas mis en place une plateforme d'alerte et refuse d'étudier les cas pratiques qui lui sont transmis.

Il faut savoir qu'en Suisse quand un lanceur d'alerte dénonce ses soupçons de corruption en détenant des preuves écrites d'actes totalement anormaux, c'est en général lui qui sera condamné pour diffamation et la corruption sera étouffée. J'en ai fait l'expérience dans le canton de Vaud de l'été 2007 à septembre 2010. Il est ensuite impossible de demander la révision de ce type de jugement pénal anormal et scandaleux (expérience vécue de 2011 à ce jour).

Dans ce reportage, M. Eric-Serge Jeannet, sous-directeur du Contrôle Fédéral des Finances, explique qu'il existe maintenant une plateforme permettant aux lanceurs d'alerte d'annoncer des soupçons ou des cas de corruption. En effet, cette plateforme Internet existe depuis juin 2017. Il serait intéressant de savoir combien d'alertes ont été reçues depuis juin 2017 et combien d'enquêtes sérieuses ont été réalisées ensuite.

Comme l'explique très bien Mme Ursula Cassani, Professeure de Droit pénal à l'Université de Genève, quand une alerte est lancée, une enquête doit ensuite être effectuée par le Contrôle Fédéral des Finances.

En juin 2017, j'ai à nouveau alerté le Contrôle Fédéral des Finances pour voir si cette fois ils allaient traiter l'affaire que je dénonce. Je les avais déjà alerté en 2013, mais le dossier avait simplement été renvoyé à Mme Kellenberger, directrice de l'Administration fiscale vaudoise (ACI). Suite à mon alerte lancée en juin 2017, eh bien, sachez que M. Eric-Serge Jeannet m'a répondu que rien n'allait être entrepris et que le dossier était classé ! Aucune enquête n'a eu lieu et la totalité de la vérité n'a pas été recherchée (pièces comptables cachées non réclamées).

Mon expérience, de l'été 2007 à ce jour, montre qu'il est totalement impossible de dénoncer en Suisse des infractions pénales réalisées dans le domaine financier, sur fond de corruption. Les faits sont simplement étouffés afin de protéger les citoyens dominants.

J'ai compris à la fin de l'émission Temps Présent que ce reportage a été produit suite au 4e rapport du GRECO demandant depuis 18 mois à la Suisse des explications au sujet de la prévention de la corruption. Curieusement, la presse n'a pas parlé ces derniers mois des conclusions du GRECO figurant dans ce 4e rapport. Le délai de réponse fixé à la Suisse est juin 2018. Il va être intéressant de voir quand la Suisse répondra au GRECO et ce qu'elle lui répondra. Au sujet du 4e rapport du Greco concernant la Suisse, voir l'article publié sur ce blog le 17 mai 2018.

Merci de diffuser ce message afin que de nombreux citoyens puissent pendre connaissance de ce reportage de Temps Présent très intéressant. Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

On le savait mais c'est nécessaire de le dire et de le redire sans cesse! Les francs maçons sont d'ailleurs très bien placés dans cette catégorie d'intouchables politiciens/francs maçons en fait! Et vous voyez ensuite des gens parfaitement honnêtes ramer pour arriver simplement à vivoter, alors que d'autres qui ont volés vont se faire faire des costumes sur-mesure quai des Bergues par exemple puisque c'est ce que j'ai vu il y a quelques jours! Il est indispensable d'être honnête mais c'est pas payant du tout!

Écrit par : Dominique Degoumois | 01/06/2018

Répondre à ce commentaire

A M. Degoumois: J'espère que vous regarderez ce reportage qui cite aussi des affaires incroyables au bord du Léman. Et dans la construction. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 01/06/2018

Répondre à ce commentaire

OUI je vais le regarder bien sûr chère Madame, on propose aux jeunes suisses d'apprendre les métiers de la constructions et après ne donne ce travaille qu'à des gens sous payés qui viennent en Suisse au travers de réseaux mafieux, avec une sous enchère salariale scandaleuse, qui enrichit les mafias!

Écrit par : Dominique Degoumois | 01/06/2018

Ce reportage est magnifique, il montre très clairement qu'il y a des arnaques absolument partout! On voit des politiciens, des avocats et des fonctionnaires qui nous racontent des carambouilles en nous regardant droit dans les yeux, un juge qui sait ce qu'il dit et que le dit honnêtement, une professeur d'université qui n'ose pas prononcer le mot (francs-maçons), et ce formidable journaliste jurassien honnête et claire comme de l'eau de roche!

Écrit par : Dominique Degoumois | 02/06/2018

Répondre à ce commentaire

Jean-Philippe Ceppi et Arnaud Béda sont certes des poids lourds du journalisme romand. Dans les quelques cas présentés, il dévoilent la corruption? Pour quelle raison font-ils semblant de ne rien voir de la montagne de corruption frappant notre pays? Ce sont des opportunistes.
Ils ont donné la parole à Eric Martin (Transparency International) et Ursula Cassanie (professeur de droit de l'Université de Genève). Tous les deux excellant de rédiger des savantes études, sans jamais se prendre la peine d'instruire un cas de corruption concret. Des pures théoriciens. Et n'ont parlons pas du procureur général genevois PLR, Olivier Jornot, et du Conseillers des Etats Verts, Robert Cramer, tous deux profitant de la concordance helvétique qui fait fleurir la corruption à grande échelle.
Gerhard Ulrich, Morges

Écrit par : Gerhard Ulrich | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre inlassable combat, votre ténacité et votre indignation qui sont garants d'une forme d'intégrité dont nous avons immensément besoin.
Je témoignerai un jour à mon tour de mes expériences avec le préposé à la protection des données qui est censé garantir des voies de recours face aux dérives de l'administration. C'est gratiné. Voire cramé. L'administration laisse croire aux citoyens qu'elle met en place des dispositif de contrôle des abus alors qu'elle ne fait que camoufler l'inavouable avec des organes bidons.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

A M. Pierre Jenni: Merci pour votre message. J'espère que vous aurez l'énergie de dénoncer les abus que vous avez découverts. Et de rendre vos démarches publiques. Je vous conseille aussi très vivement de regarder l'émission Temps Présent "Dans la tête ... d'un rebelle". Voir l'article précédent celui-ci sur mon blog.
Il faut savoir que quand une personne a le courage de dénoncer certains actes cela donne du courage à d'autres qui alors agissent aussi. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 05/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.