17/06/2018

Affaire Légeret: Déclaration de Mme Mireille Aubert, ex-Députée Vaud/PS.

Bonjour,

J’ai lu avec beaucoup d’attention l'article de Mme Aubert publié dans le journal 24 Heures sous le titre : Pourquoi cette omerta autour de l’affaire Légeret ?

Voici l'article. Merci aussi de lire les commentaires publiés au bas de cet article: https://www.24heures.ch/signatures/reflexions/omerta-affa...

Naturellement, je suis très heureuse d’apprendre quelles sont les pensées de Mme Aubert concernant l’affaire Légeret, car, comme elle et de nombreux citoyens, je ne comprends pas pour quelles raisons il est impossible d’obtenir une révision de cette erreur judiciaire suite à ces nouveaux témoignages.

J’estime que dans un Etat de droit les juges ayant commis des erreurs très graves devraient être capables de les corriger eux-mêmes spontanément sans que la victime doive encore effectuer des procédures interminables, systématiquement rejetées.

Une question très importante me préoccupe tout-de-même : Pour quelles raisons Mme Aubert a-t-elle attendu autant d’années pour s'exprimer ?

Il me semble que quand elle était Députée au Grand Conseil vaudois et en plus Présidente de la Commission des prisons elle aurait pu déposer une motion au sujet de l’affaire Légeret et alerter ses collègues du Grand Conseil en exprimant ses convictions.

Après la lecture de son article, je lui ai envoyé un email pour la remercier mais aussi pour lui poser mes questions. Aucune réponse reçue à ce jour.

Mais d'autres personnes m'ont répondu. Voici le message reçu de Mme Danielle Russell:

Un juge qui manque à ses devoirs de fonction n'admettra jamais ses erreurs, question de prestige !!! Le cas de François Légeret à lui tout seul est une véritable honte pour notre Etat dit de Droit ! Mais aussi, il y a beaucoup d'argent en jeu dans ce dossier et même si la Suisse a signé la Convention international contre la corruption en 2009, elle n'est pas pour autant "au-dessus de tout soupçon" dans ce domaine. Enfin, François Légeret a la peau sombre..... et je vous assure par expérience, que dans le canton de Vaud, c'est quelque chose "qui ne passe pas". Il faut espérer que M. Eric Cottier va réfléchir, prendre ses responsabilités dans ce dossier et se rappeler qu'un jour, lui aussi aura à répondre de ses actes devant un Juge infiniment plus important qu'un simple procureur, fut-il général. bonne journée à tous. Danielle Russell

Et voilà le message reçu d'un Député vaudois:

Je ne peux bien sûr pas répondre à la place de Mme Aubert, mais je peux vous dire pourquoi moi, en tant que député, je n’interviens pas directement dans les affaires de justice, même si c’est parfois à regret : je respecte un des principes fondateurs de nos démocraties : la séparation des pouvoirs, le législatif et le judiciaire.

J’ai plusieurs fois expliqué sur ce blog pour quelles raisons la séparation des pouvoirs est un fléau pour la démocratie. Ce principe de la séparation des pouvoirs est systématiquement utilisé à tous les niveaux en Suisse pour ne jamais contrôler le travail des procureurs et des juges et pour ne jamais critiquer leurs décisions, ni les sanctionner. C'est bien pratique. Cela donne bonne conscience à tous les Députés, politiciens et fonctionnaires qui se taisent.

Dans le canton de Vaud, le Département des institutions, qui comprend entre autres le Service juridique et législatif et le Service pénitentiaire, est dirigé par Mme Béatrice Métraux depuis plusieurs années, Conseillère d'Etat du parti des Verts. A ma connaissance Mme Métraux ne s'est jamais exprimée concernant l'affaire Légeret. Je comprends pourquoi les Députés Verts préfèrent citer la séparation des pouvoirs pour ne pas dénoncer les erreurs judiciaires vaudoises.

Probablement que les Députés se taisent aussi car les juges ayant pris des décisions dans l'affaire Légeret sont nombreux et proviennent de tous les partis politiques. Je suis totalement offusquée par ce silence qui dure depuis 12 ans ... !

Voici ma question: Une ou un Député aura-t-il enfin le courage de demander l'ouverture d'une enquête sérieuse concernant l'affaire Légeret ? C'est urgent.

Suite à cet article, voilà le commentaire très important reçu ce 18 juin 2018 de M. Pierre Santschi, ex-Député des Verts vaudois:

Combien de fois faudra-t-il répéter aux "représentants du peuple" que JAMAIS MONTESQUIEU N'A PARLÉ DE "SÉPARATION" DES POUVOIRS? En effet, Montesquieu était intelligent, observateur et logique et dissertait sur la RÉPARTITION des pouvoirs: il avait simplement observé que chacun des 4 réels ordres de l'Etat (législatif, administratif, exécutif et judiciaire) exerce toujours, à des degrés différents dépendant de son cahier des charges, les prérogatives des pouvoirs exécutif, législatif, respectivement judiciaire, mais qu'il faut éviter une trop grande concentration de ceux-ci entre peu de mains pour éviter les abus. La "séparation des pouvoirs" est un slogan trompeur et qui fait fi des réalités. Il a été créé de toutes pièces par des apprentis-sorciers linguistiques et a pour effet pervers d'encourager l'exercice de l'irresponsabilité. Ce paravent est un déni de réalité favorisé par l'actuel système institutionnel dit "démocratique". Seuls des élus ou des membres du "Service public" à l'échine éthique solide réussissent à lui résister pour être tout simplement humains pour poursuivre inlassablement, comme nous tous, la recherche de l'amélioration de leur conscience personnelle. Ils sont hélas fort peu nombreux, ce qui fait que, pendant ce temps-là, les institutions étatiques laissent M. Légeret croupir en prison et les opacités fiscales se poursuivre...

Suite à l'article publié par Mme Aubert, plusieurs lettres de lecteur ont été publiées dans le journal 24 Heures. Les lecteurs félicitent Mme Aubert.

Merci de diffuser cet article aux citoyens responsables et aux Députés vaudois.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

Combien de fois faudra-t-il répéter aux "représentants du peuple" que JAMAIS MONTESQUIEU N'A PARLÉ DE "SÉPARATION" DES POUVOIRS?
En effet, Montesquieu était intelligent, observateur et logique et dissertait sur la RÉPARTITION des pouvoirs: il avait simplement observé que chacun des 4 réels ordres de l'Etat (législatif, administratif, exécutif et judiciaire) exerce toujours, à des degrés différents dépendant de son cahier des charges, les prérogatives des pouvoirs exécutif, législatif, respectivement judiciaire, mais qu'il faut éviter une trop grande concentration de ceux-ci entre peu de mains pour éviter les abus.
La "séparation des pouvoirs" est un slogan trompeur et qui fait fi des réalités.
Il a été créé de toutes pièces par des apprentis-sorciers linguistiques et a pour effet pervers d'encourager l'exercice de l'irresponsabilité.
Ce paravent est un déni de réalité favorisé par l'actuel système institutionnel dit "démocratique". Seuls des élus ou des membres du "Service public" à l'échine éthique solide réussissent à lui résister pour être tout simplement humains pour poursuivre inlassablement, comme nous tous, la recherche de l'amélioration de leur conscience personnelle. Ils sont hélas fort peu nombreux, ce qui fait que, pendant ce temps-là, les institutions étatiques laissent M. Légeret croupir en prison et les opacités fiscales se poursuivre...

Écrit par : Pierre Santschi | 18/06/2018

Répondre à ce commentaire

A M. Pierre Santschi: Merci très vivement Monsieur pour votre commentaire fondamental concernant la "séparation des pouvoirs" qui est un fléau. Il est urgent en Suisse de pouvoir vérifier sérieusement le travail des magistrats, ce que demande cette pétition:
https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse/u/22896457
Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 18/06/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, tout ira tellement mieux quand les juges prendront des directives du pouvoir et qu'ils exécuteront en toute partialité des affaires... ca va bien dans le chalet??? L'indépendance de la justice est une vertu! La combattre est d'une betise absolue.

Écrit par : Ca va ou bien | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Ca va ou bien: Merci pour votre commentaire. Vous pensez que la justice en Suisse fonctionne correctement, mais malheureusement ce n'est pas du tout le cas ! Et quand les victimes de ces décisions ARBITRAIRES et de MAUVAISE FOI demandent la révision d'un jugement, la demande de révision est systématiquement rejetée car les juges refusent d'admettre leurs erreurs.

Les techniques utilisées par les magistrats pour arriver à condamner des innocents ou pour ne pas condamner les citoyens protégés sont très nombreuses et bien rôdées. Des milliers de victimes en ont fait l'expérience. Dans le canton de Vaud la victime la plus grave c'est François Légeret, emprisonné depuis 12 ans sans preuves des actes qu'il aurait commis.

Si vous préférez soutenir cette justice aléatoire et incontrôlable, c'est votre choix. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

Le lourd simplisme des gens comme "ça va ou bien" est très présent dans la pensée mainstream actuelle. Il est pourtant aisé de constater à quel point la justice est politisée. Le 3ème pouvoir se tient vent debout contre l'internement à vie, voté par le peuple souverain, par exemple. Cette question de la séparation des pouvoirs, en réalité complétement fictive - les juges socialistes ont plein pouvoir aujourd'hui en Suisse - doit impérativement être débattue, avant que les gens excédés par les abus de ces juges ne fassent justice eux-mêmes...

Écrit par : Géo | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Géo: Merci pour votre commentaire. Sachez que tous les juges ont plein pouvoir. Cela ne concerne pas uniquement les juges socialistes ! Par exemple, les erreurs judiciaires intentionnelles réslisées dans le canton de Vaud sont prises par de très nombreux procureurs et juges de tous les partis politiques.

Malheureusement la majorité des citoyens ne se soucie pas de ces très graves dysfonctionnements jusqu'au jour où ils se retrouveront eux-mêmes dans ce piège ... Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

C'est quoi ce raisonnement? S'il y a des dysfonctionnements, il faut changer les juges qui dysfonctionnent; pas abolire le système au profit d'un pire. Vous voulez quoi en définitive? Qu'on se reunisse avec des torches et des fourches pour lyncher celui qui se méconduit selon vos critères?? Et qu'on felicite le tueur qui vous aura convaincu de son innocence ??

Écrit par : Bla bla bla | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Bla bla bla: Je ne souhaîte pas changer le système mais l'améliorer. Oui vous avez raison il faudrait pouvoir changer les juges qui dysfonctionnent mais c'est impossible.

A cause de la séparation des pouvoirs, fléau invoqué pour ne pas agir, personne ne va jamais sanctionner un juge. Et c'est cela qu'il faut améliorer.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

"les institutions étatiques laissent M. Légeret croupir en prison "
...où il est à sa place.
Les témoignages qui visent à le disculper sont 1) tardifs, 2) pas fiables.

Écrit par : Daniel | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Non, les témoignages sont fiables car ils disent les deux la même chose, mais naturellement ces témoignages dérangent énormément. Il est totalement anormal de les écarter.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

"Non, les témoignages sont fiables car ils disent les deux la même chose, mais naturellement ces témoignages dérangent énormément. Il est totalement anormal de les écarter."

Vraiment?
https://www.pourlascience.fr/sd/psychologie/quelle-fiabilite-accorder-aux-temoignages-2464.php

http://psychotemoins.inist.fr/?Fiabilite-des-temoignages

Vous êtes d'un parti pris évident dans cette affaire et dans l'affaire Séguélat. Vous êtes prête à soutenir TOUT ce qui peut mettre en question la justice vaudoise. Un innocent NE MENT PAS, ni ne nettoie la scène du crime (Séguélat) avant d'appeler.

Des témoins peuvent soit mentir soit se tromper de bonne foi dans leur témoignage.

Écrit par : Daniel | 20/06/2018

Répondre à ce commentaire

J'ai échangé avec Daniel sur le sujet de ces témoignages amenés par l'Illustré. Daniel a relevé un fait troublant : la boulangère a vu Mme Légeret et sa fille, et la dame qui a témoigné a vu peu après Mme Légeret et la dame morte à ses côtés...
Curieux, tout de même...

Écrit par : Géo | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel et à Géo: Concernant ces 2 témoignages c'est à la justice de faire une enquête correcte. La boulangère, quand elle a témoigné, a été très malmenée par le juge Colelough qui est très agressif. La justice a modifié son témoignage en prétendant que cette dame se trompait de date !!! Cela ne vous intrique pas ?

Les dysfonctionnements très graves ayant eu lieu dans l'affaire Légeret sont expliqués par Jacques Secretan dans son livre. Mais avez-vous lu son livre ? Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

"La justice a modifié son témoignage en prétendant que cette dame se trompait de date !!! Cela ne vous intrique pas ?"
Renseignez-vous sur la fiabilité des témoignages.

Non, je n'ai pas lu le livre de JS:
https://www.payot.ch/Detail/laffaire_legeret-jacques_secretan-9782881943270

Extrait de la 4me de couverture:
"Aucune preuve matérielle n’a jamais été produite contre François Légeret et il a toujours clamé son innocence."
JS est aussi de parti pris. Récompense possible à la clé?
Preuve matérielle il y a, et il a avoué s'être rendu à la villa selon le scénario établi par la police. En mettant les deux crimes sur le dos de sa "soeur". Quelle élégance! Il a avoué avoir transporté le corps de l'amie de sa mère, et ce transport a été prouvé par les tâches de sang. Qui d'autre avait intérêt à maquiller le crime en accident d'escalier? Personne!
La justice vaudoise a été trop gentille. Elle n'a pas réussi à lui faire avouer où il avait fait disparaître le corps de sa "soeur".

Il n'a pas téléphoné, ni pour souhaiter un joyeux noël, ni surtout pour souhaiter une bonne année. Et pour cause, il savait que personne ne répondrait. Lui qui harcelait sa "mère" pour de l'argent. Et s'il avait téléphoné, il aurait dû s'inquiéter des non-réponses. Mais voilà, le temps jouait en sa faveur et il fallait surtout que ce ne soit pas lui qui découvre les corps des victimes.

Egalement de JS:
"Six ans plus tard, en 2016, le fils de la boulangère est en mesure de confirmer que sa mère n’a pas pu confondre la veille et l’avant-veille de Noël. Du coup, l’erreur judiciaire se fait jour…"
Ridicule. "Témoignage" sans aucune valeur. Ouï-dire. Montre seulement que des "témoins" ont été "travaillés". Et quel fils voudrait contredire sa mère...

Écrit par : Daniel | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Mais pourquoi ne lisez-vous pas le livre de Jacques Secretan ? Si vous voulez donner vote avis concernant cette affaire Légeret il est indispensable de lire ce livre ! Quant au journaliste Jacques Secretan sachez qu'il est extrêmement intègre. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

Ce qui m'intrigue le plus, c'est le point de vue de Michel Bory. Il était parti pour écrire un livre pour démontrer l'innocence de FL, et au bout du compte, il a renoncé parce qu'en fait, il était persuadé de sa culpabilité.
Ce que je trouve hallucinant, dans ce cas-ci et dans l'affaire Ségalat, c'est l'incroyable incompétence de ces flics vaudois qu'on nous présente comme les meilleurs de la planète et qui, dans les faits, ne verraient pas de l'eau au lac...

Écrit par : Géo | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Géo: Vous avez raison. Dans de très nombreuses affaires l'instruction n'a pas été faite correctement ou même n'a pas été faite du tout ! Il faudrait savoir s'il s'agit d'incompétence ou de volonté intentionnelle de manipuler les faits.
Suite à ces instructions bâclées, pourquoi les procureurs et les juges ne réagissent-ils pas ? Et emsuite, pourquoi refusent-ils de corriger leurs erreurs ? Voilà pourquoi il est urgent de pouvoir contrôler le travail des magistrats.
C'est ce que demande cette pétition: https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse
Merci de signer cette pétition et de la diffuser. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

"Mais pourquoi ne lisez-vous pas le livre de Jacques Secretan ?"
Je ne comprends pas pourquoi vous voulez absolument que je lise ce livre. Je pense connaître l'affaire suffisamment par la presse, par les émissions tv, par votre blog et par les arguments et preuves présentés.

Combien de fois faudra-t-il vous dire que le condamné a avoué avoir été présent pour transporter le corps de l'amie de sa "mère"? Comment pouvait-il savoir que ce corps avait été transporté? Parce que c'est lui l'assassin! Il a même avoué que sa "soeur" était présente. "Soeur" qu'il fait disparaître pour pouvoir l'accuser du double meutre.

Écrit par : Daniel | 22/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Sans lire le livre de Jacques Secretan vous ne pouvez pas comprendre les erreurs ayant été commises par les policiers et les magistrats ayant traité l'affaire Légeret.
Exemple parmi d'autres: l'instruction a repris les explications fournies par la femme de Jean-Marc Légeret qu'elle aurait reçues dans un rêve ... Trouvez-vous cela sérieux ?

Écrit par : Michèle Herzog | 22/06/2018

Répondre à ce commentaire

Quelles explications? En quoi cela innocente-t-il le condamné? QUI A AVOUÉ AVOIR TRANSPORTÉ UN CORPS.

Emission de 2012:
https://pages.rts.ch/emissions/zone-ombre/3834730-affaire-legeret-autopsie-d-un-proces.html#3834732

Ecoutez attentivement quand le juge d'instruction parle des aveux du condamné: seul l'assassin pouvait connaître la position des corps.
J'ai une question pour vous: qui a mis selon vous des cheveux de la "soeur" dans la main de la "mère"? Si le coupable était le fils, il n'aurait pas cherché à faire accuser sa soeur, mais son "frère".

Écrit par : Daniel | 23/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Sachez que je ne fais plus du tout confiance aux déclarations des juges d'instruction du canton de Vaud. Je possède des exemples consternants.
Et si la justice avait fait son travail correctement dans l'affaire Légeret, elle accepterait d'écouter les nouveaux témoins.

Écrit par : Michèle Herzog | 23/06/2018

Répondre à ce commentaire

"Sachez que je ne fais plus du tout confiance aux déclarations des juges d'instruction du canton de Vaud. Je possède des exemples consternants."
Donc vous mettez TOUS les juges d'instruction vaudois dans le même sac!?
Donc vous accusez nommément le juge Jean-Pierre Chatton qui relate le déroulement de cet entretien de mensonge! Je trouve cela très grave.
D'autant plus grave quand on visionne le déroulement de la reconstitution du crime dans la villa, ou je dirais la reconstitution du "passage" du condamné à la villa.
Avez-vous vu ce document?
Elle est disponible sur l'émission "Faites entrer l'accusé". A partir de la minute 56 et 48 secondes.

Il est très intéressant de constater que l'émission de la rts ne propose pas le passage capital de cette reconstitution. Encore un parti pris systématique de la part de la "journaliste" de la rts, parti pris qui se manifeste tout au long de l'émission, notamment par le ton employé et l'orientation des questions. Et aussi par le masque sur le visage du condamné, masque qui n'existe pas sur les photos de l'émission française.

"elle accepterait d'écouter les nouveaux témoins."
Elle a accepté puisqu'il y a eu un second procès. En outre, ces témoignages ne remettent pas en question la culpabilité de l'assassin, mais seulement le scénario imaginé par la police, car l'assassinat a très bien pu avoir eu lieu le dimanche matin 25 décembre. L'assassin n'a pas d'alibi pour une grande partie de la journée du 25 décembre. En outre, il disposait d'une pelleteuse. Pas difficile d'imaginer ce qu'il a fait du corps de sa "soeur".

Concernant les motifs: il était criblé de dettes. Voir "Faites entrer l'accusé", à partir de la minute 38.

J'en reviens à la reconstitution: c'est l'assassin qui parle et indique ce qu'il a fait. Et cela correspond aux paroles du juge d'instruction de l'émission de la rts. Est-ce que les deux mentent alors? Vous vous déconsidérez et montrez une incapacité à avoir une vision objective, tant votre haine de la justice vaudoise vous aveugle. Vous vous accrochez à des témoignages tardifs et non fiables. La victime allait tous les vendredis (et non le samedi) à son salon de coiffure situé non loin de la boulangerie.

Oui, l'assassin est un menteur, qui avoue, puis se rétracte, puis avoue encore. La reconstitution prouve que le condamné était bien présent sur les lieux du crime: seul l'assassin pouvait savoir qu'il y avait des bouteilles et un tabouret renversé et leurs positions.

Oh certes la justice vaudoise n'est pas parfaite. Mais en l'occurrence elle a fait son travail et l'a bien fait.

Écrit par : Daniel | 23/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Effectivement c'est grave de ne plus pouvoir faire confiance ni dans le travail des juges d'instruction, ni dans celui des procureurs et des juges vaudois. A ce sujet je possède des preuves qui ne concernent pas l'affaire Légeret, mais d'autres affaires. Dans l'affaire financière que je dénonce depuis 2007 il n'y a eu AUCUNE INSTRUCTION ! Aucune recherche de la totalité de la vérité et pourtant de très nombreuses décisions ont été prises ! Elles sont toutes ARBITRAIRES et de MAUVAISE FOI. Je n'en suis pas responsable. Et je détiens les preuves écrites.

Dans l'affaire Légeret, les faits sont contradictoires. Vous dites que F. Légeret était criblé de dettes. Je pense que cela est faux (voir l'article de l'Illustré de mai 2018). C'est un fait qu'il était très simple de vérifier ! Alors si FL était criblé de dettes, merci de m'apporter les preuves.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/06/2018

Répondre à ce commentaire

A Daniel: Dans votre dernier message vous écrivez: "... le scénario imaginé par la police ...". Et là vous mettez le doigt sur le problème principal, à savoir que le scénario a été imaginé !!! Ceci est inadmissible dans une telle affaire. Il faut obtenir des preuves sérieuses des faits ayant eu lieu et être capable de savoir exactement à quella date et à quelle heure ils ont eu lieu.

Voilà pourquoi il n'est plus possible de faire confiance aux décisions du pouvoir judiciaire vaudois. Je n'en suis pas responsable.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.