14/11/2018

Manifestations ce samedi 17.11.18 contre les hausses des primes maladie Lamal.

Bonjour,

Sachez que des manifestations sont prévues ce samedi 17.11.2018 dans plusieurs villes de Suisse contre l'augmentation des primes 2019 de l'assurance maladie Lamal.

Ces manifestations sont organisées par l'association de citoyens LCAPAM dont voilà le site Internet www.luttecapam.org

La manifestation aura lieu à Genève à 14h à la Place de la Navigation et à Lausanne à 15h à la Place de la Palud.

Pour les manifestations organisées dans les autres villes de Suisse, voir ce lien:

https://docs.wixstatic.com/ugd/a7d41a_c1732ab7af4649119b3...

Depuis des années, les politiciens nous disent que les hausses des primes de l'assurance maladie obligatoire Lamal vont être maîtrisées, mais la réalité nous montre que ce n'est pas du tout le cas. Et quand de nouvelles hausses sont annoncées, c'est le silence complet des Autorités.

En plus, en septembre 2018 l'émission Infrarouge nous a appris que les parlementaires à Berne reçoivent des enveloppes biens garnies (paraît-il 2'000.- CHF par séance !) quand ils participent aux séances organisées par le lobby des assurances maladie. Ce fait était certainement connu, mais n'a pas été divulgué. Par différents moyens très contestables, les assurances maladie ont clairement pris le contrôle.

A mon avis, il n'existe qu'une seule solution pour reprendre le contrôle et mieux maîtriser les coûts de la santé: la caisse maladie UNIQUE.

Merci de prendre connaissance du texte de cette pétition réclamant une caisse maladie UNIQUE et merci de signer cette pétition. Voilà le lien:

https://www.change.org/p/les-7-conseillers-f%C3%A9d%C3%A9...

J'espère que nous serons nombreux à manifester samedi prochain contre les hausses des primes de l'assurance maladie obligatoire qui prend les citoyens en otages.

Merci pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

Cherchez l astuce!

Ne croyez vous que ceux qui vont manifester ce samedi sont plutôt un peu ou beaucoup pauvres (et non pas des richtos...)

Si les frais de la Santé avaient été fournis gratuitement (garantie par l Etat et soins qui sont garantis d après les Droits de l Homme" ils auraient coûté du point de vue mathématique bien moins chers que le coût actuel.

Cette idée apparait en première vue comme folle mais au moins elle est souhaitable pour au moins quelques catégories des bas salaires, des chômeurs et les éventuels nécessiteux du 3ème ou du 4 ème âge dont l aide sociale paie leurs cotisations dont une partie enrichissent quand même les caisses-maladie...

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

Une assurance unique donnerait encore plus de puissance aux assureurs... et ne supprimerait que les coûts administratifs des caisses. Vous allez donc mettre au chômage des milliers de personnes pour un gain marginal.. et nous exposer massivement à des erreurs de gestion... mauvaise idée.

Écrit par : Blibou | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Blibou: Non. Une seule assurance, gérée par l'Etat, cela simplifierait énormément le système actuel. Enorme gain de temps pour tout le monde, coûts administratifs réduits, lobbying inutile, primes enfin plus basses, etc. Que des avantages.

Écrit par : Michèle Herzog | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

@ Mme Herzog : non une caisse unique ne résoudra pas tous les problèmes et je vous rappelle qu'elle a été rejetée par les citoyens. Elle n'offrait pas le libre choix du médecin entre autre et c'est l'une des raisons pour laquelle elle avait été refusée !

En revanche, un prime unique soit par canton, soit pour toute la Suisse, serait une solution équitable en partant d'une franchise soit de CHF 300.-, soit de CHF 500.-.

De plus, les personnes assurées en "complémentaire" continueront à le faire.

Lorsque vous soulevez le problème des Conseillers nationaux vis-à-vis des assureurs maladie, vous oubliez les multiples Conseils d'administration dont les membres sont rémunérés pour une voire deux séances par année avec sans doute des frais de bouche ..., comme les publicités télévisées qui vous expliquent que grâce à "XXXX" la famille "XYZ" se porte bien ...

Écrit par : M.A. | 15/11/2018

Nous avons un bon, ou plutôt mauvais, exemple de caisse unique avec la SUVA. J'ai passé trois ans en procédure contre ce mastodonte qui dispose d'une puissance de frappe juridique impressionnante. Je me suis fatigué.
Aujourd'hui, la SUVA veut imposer aux chauffeurs de taxis le statut d'employé de leurs centrales de distribution de courses. L'idée sous-jacente consiste d'abord à être cohérent dans leurs revendications à l'égard des chauffeurs Uber qui devraient être salariés, mais surtout ce dossier est vital pour la survie de l'institution car le sujet illustre l'ubérisation de la société et la fin du statut de salarié.
Alors non, pas pour moi la caisse unique qui agira tel un despote sans me laisser la moindre alternative.

Écrit par : Pierre Jenni | 16/11/2018

Je constate que toutes les personne ouvertement de gauche qui ont des blogs sur ce site, censurent les propos des intervenants, comme au bon vieux temps des années 30!!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

OUI nous allons manifester en Suisse et en France ce samedi, et presque pour les mêmes problèmes! Parce qu'en France ce n'est pas seulement le prix de l'essence qui est en cause, mais le méprit des politiciens et des lobbys à l'endroit des pauvres et des précaires! Comme en Suisse en fait!

Écrit par : Dominique Degoumois | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

La grande Bretagne a eu sa grande fierté d avoir appliqué le système "gratuit" des soins maladie depuis de très nombreuses années. Certes que l engorgement et le retard de la prise en charge des malades a ralenti l accès aux soins.

Certes aussi que les personnes âgées, handicapées et les très pauvres ont souffert d une négligence médicale car le programme anglais n avait pas renforcé l accès ni aux soins ni au maintien à domicile. Theresa May a promis de corriger ces lacunes mais celà, hélas, prendra beaucoup de temps ...

Néanmoins, comparons la Suisse et l Angleterre quant au pourcentage du coût de la santé par rapport au PIB. Ce pourcentage s élève à 6% en GB et à 12.6% en Suisse, cherchez l astuce!

Dans le cas de la Suisse, il y a de multiples acteurs qui doivent chacun à son étage et légitimement travailler et surtout ne pas craindre à ne pas pouvoir payer ni leurs employé(e)s ni eux-mêmes fin du mois ni les frais obligatoires de leurs lieux et outils de travail...C est une question de choix étatique mais quand on le décide ainsi il faudrait l assumer et surtout ne jamais oublier les pauvres, les handicapés, les chômeurs, les jeunes et les nécessiteux du 3 ème et 4 ème âge comme j ai cité ci-haut!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Cuba TOUS et TOUTES ont accès GRATUITEMENT à la santé!
Le taux de mortalité enfantine est le plus bas au monde!

N'attendez rien de la classe politique suisse laquelle est propriétaire des caisses maladie privées qu'ils font passer pour des "assurances sociales" où
le directeur générale d'UBS avec un mio de salaire par mois paye la même assurance de base qu'un nettoyer à CHF 3000 x mois! Ils appellent ça de la "solidarité" de la "mutualité". Ils prennent le peuple pour des moutons mais celui-ci se fait honteusement manipuler..
Décidément les peuples ont les gouvernements qu'ils méritent!

Écrit par : Guarin, Pindaro Hugo | 14/11/2018

Répondre à ce commentaire

Les cubains ne peuvent pas sortir de leur île!

Écrit par : Dominique Degoumois | 17/11/2018

A M.A: Oui le peuple suisse a rejeté la caisse UNIQUE car les politiciens avaient prétendu que les hausses des primes seraient maîtrisées. Et ce n'est pas le cas !!! Les modalités de la caisse UNIQUE n'ont jamais été discutées (libre choix ou non du médecin par exemple) et il n'a pas non plus été question de primes uniques ! Les primes sont fonction de la franchise, du libre choix du médecin ou pas, etc.
Pour que l'AVS entre en vigueur en Suisse il avait fallu plusieurs votations.
L'AVS est un système UNIQUE pour toute la Suisse. L'assurance maladie devrait aussi devenir un système UNIQUE pour tous les Suisses.

Écrit par : Michèle Herzog | 15/11/2018

Répondre à ce commentaire

@ Mme Herzog : "En revanche, un prime unique soit par canton, soit pour toute la Suisse, serait une solution équitable en partant d'une franchise soit de CHF 300.-, soit de CHF 500.-" : j'ai écrit VOLONTAIREMENT cette phrase au conditionnel parce qu'elle parle d'une "suggestion" et non en relation avec la votation qui avait eu lieu sur la caisse unique !

Écrit par : M.A. | 17/11/2018

Les manifestations de ce prochain samedi concernant les hausses des primes de l'assurance maladie sont organisées par une association apolitique nommée LCAPAM. Voir le site www.luttecapam.org Il y a dix jours je ne connaissais pas cette association. Bravo pour ses actions.

Il est très intéressant de constater que la manifestation des "Gilets jaunes" également organisée en France ce 17.11.2018 à cause du prix des carburants qui ne cesse de monter (comme nos primes d'assurance maladie) provient d'un mouvement lancé par une femme sur Internet. Cette femme a lancé une pétition signée ensuite par 845'000 personnes ! Il s'agit donc d'une manifestation apolitique.

Je pense que bientôt les partis politiques n'auront plus aucune utilité et que les citoyens préfèreront utiliser Internet pour lancer des actions, car c'est plus rapide et moins contraignant. Ce phénomène se développe car les partis politiques sont devenus frileux, surtout en Suisse.

Écrit par : Michèle Herzog | 15/11/2018

Répondre à ce commentaire

J'ai voulu envoyer mon dernier commentaire par email à certaines personnes. Impossible car Swisscom bloque mes envois !!! La censure n'existe pas en Suisse, mais elle fonctionne très bien (ce n'est pas de moi).

Écrit par : Michèle Herzog | 15/11/2018

Répondre à ce commentaire

Au moins ça montre chère Madame, que vous avez une voix qui compte!!!

Écrit par : Dominique Degoumois | 16/11/2018

Aperçu de votre commentaire

A ECOUTER IMPERATIVEMENT AVANT DE VOTER:

https://www.youtube.com/watch?v=XRP89wdhmIo

Ce que dit Manon Schick est confirmé également par les propos de Couchepin dans le dernier MARTIN DIMANCHE:

"Le peuple n’est pas le seul pouvoir, il y en a d’autres qui sont là pour limiter ses compétences, comme le Parlement ou les tribunaux. Je ne veux pas d’une dictature de la majorité qui décide de faire ce qu’elle veut"

http://www.nostro-diritto.ch/2018/11/11/pascal-couchepin-je-ne-veux-pas-dune-dictature-de-la-majorite-en-suisse/

Écrit par : Marie B. | 15/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Merci pour votre commentaire. Sachez que je me suis aussi battue pendant plus de 3 ans contre deux assurances Lamal ayant commis de graves erreurs et c'est impossible ! Ces assurances prennent la décision de 1ère instance. Elles sont donc juge et partie !!! Les recours sont ensuite totalement inutiles.
L'assurance AVS est aussi un système unique dans toute la Suisse (même système partout) et cela fonctionne très bien.

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Un peu facile de prendre l'exemple d'une assurance qui n'implique aucun contrôle et une simple gestion du capital vieillesse dès l'âge de la retraite sans exception.
La SUVA déconne grave. C'est encore un de ces gros machins qui fait vivre une quantité incroyable de ronds de cuirs et autres fonctionnaires très soucieux de garder leur emploi à n'importe quel prix.
Je vous suis reconnaissant pour votre combat légitime et je dénonce avec vous les dérives. Je suis plus réservé sur les solutions proposées, vous l'aurez compris.

Écrit par : Pierre Jenni | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Les dysfonctionnements résultent très souvent soit de contrôles non effectués, soit de plaintes de citoyens ignorées par les fonctionnaires (voir votre exemple concernant la SUVA).
Début juillet 2018 j'avais écrit un article proposant une solution: http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/07/06/le-peuple-suisse-doit-reprendre-le-controle-c-est-urgent-293121.html
Il faudrait que de nombreux citoyens proposent leurs solutions. Merci d'avance.

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Je partage vos soucis ainsi que le développement de la souveraineté et la responsabilité personnelle des citoyens.
Un premier pas dans ce sens consiste à valider l'initiative UDC du 25 novembre. Je n'ai pas souvenir de vous avoir entendu à ce sujet et je vous invite à vous exprimer ici :
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2018/11/10/l-amour-toujours-295441.html

Écrit par : Pierre Jenni | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Désolée, mais j'ai plusieurs fois écrit sur mon blog qu'il fallait rejeter l'initiative de l'UDC sur les juges étrangers. Voilà par exemple un lien:
http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/10/04/suisse-initiative-udc-contre-les-droits-fondamentaux-des-cit-294690.html

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Vous pouvez être désolée. Vous avez cédé aux sirènes alarmistes sur des arguments biaisés de la part d'une opposition paralysée qui n'a que l'option de miser sur la peur de manière parfaitement irrationnelle.
Non seulement la convention des droit de l'homme ne rassemble que des textes très généraux qui tracent les lignes de principes, mais surtout notre constitution met ces principes en oeuvre et il n'y a encore jamais eu en Suisse de remise en question de ces droits fondamentaux.
Les véritables arguments sont moins glorieux. Ils sacralisent les accords économiques contre lequel les Etats n'auront plus rien à dire. Les conflits qui émergeront du TTIP seront gérés par des tribunaux privés qui suivent une logique libérale contre laquelle nous serons démunis.
Ce dernier arrêt illustre bien l'avenir que vous nous promettez :
https://www.lematin.ch/suisse/La-justice-europeenne-nuit-a-la-protection-des-salaires/story/23054843

Écrit par : Pierre Jenni | 16/11/2018

A Pierre Jenni: Et voilà un autre article proposant aussi de voter NON à l'initiative de l'UDC.
http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/10/28/mouvement-europeen-pour-la-justice-nouvelle-petition-tres-im-295171.html

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

Personne ne parle de Caisse unique mais d'un système comparable à l'AVS/AI, les caisses maladies existantes travaillant pour la caisse cantonale centralisatrice (pas de licenciements d'employés) et pour les assurances LCA

Écrit par : Christiane | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Sachez que les articles de notre Constitution fédérale ne sont pas appliqués. Par exemple le principe d'égalité entre les femmes et les hommes au niveau des salaires. Et toutes les décisions arbitraires et de mauvaise foi qui enfreignent les articles de la Constitution fédérale. La Convention Européenne des Droits de l'Homme est fndamentale et très utile. De nombreux citoyens suisses font recours à la CEDH.

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Chritiane: Très intéressant. Mais qui parle de cela ? Merci de me transmettre un lien à ce sujet. Sachez que je soutiens toujours la caisse unique.

Écrit par : Michèle Herzog | 16/11/2018

Répondre à ce commentaire

En Suisse nous avions voté pour une assurance maladie qui ne "poserait jamais de problème pour les primes et qui serait facultative" estimant que les citoyens responsables sont en mesure de réaliser qu'il faut, à condition que les salaires le permettent, mettre de l'argent de côté soit individuellement en gardant son argent soit en adoptant cette "sorte de cagnotte" solidaire qu'était l'assurance maladie "facultative".
Ce furent, sauf erreur, les socialistes sachant comme toujours ce qui est bon pour les masses non sachantes qui firent imposer cette assurance maladie curieusement appelée lamal… au lieu, pour se faire comprendre de la (santé) va mal… la (santé) va mieux: non "lamal" mais "lamieux"!

mais, en l'occurrence, le peuple ne fut pas consulté.

lamal, donc.

Rendons l'assurance maladie à sa vocation première annoncée: une sécurité en cas de maladie.
Assurance facultative comme affirmé au départ.

Cessons de ruiner les familles modestes.

A l'époque avant que l'assurance maladie soit imposée cette assurance remboursait les factures des soins et interventions chirurgicales indispensables et les industries pharmas et chimiques n'avaient pas encore la démarche prédatrice que nous savons.

Tant que l'assurance maladie ne laisse pas le choix de librement ou non s'y affilier le peuple "souverain" directement concerné devrait légitimement, un cas de "défense légitime", comme la vocation de notre armée, imposer sa volonté: ne plus payer les primes en gardant chez soi le fruit de son labeur au jour le jour… ou sa rente AVS dont certaines des plus modestes... labeur qui n'est pas celui de ceux qui, une fois de plus, en ce domaine précis, abusent de nous sans que jusqu'à ce jour nous soient accordés les moyens pour nous défendre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

La caisse unique est un argument politique (de la gauche). Ils disent dès lors des choses sans rapport avec le réel, comme il n'y aura pas de licenciements (il n'y a que chez les bisounours que les fusions n'entraînent pas de licenciements !). A la droite, c'est guère mieux, vu qu'ils disent que la concurrence fait baisser les coûts (ce qui est ridicule car cela crée uniquement une course aux bons risques).


Mais la concentration des caisses en une caisse unique = plus de pouvoir, plus de lobby (pour décider si tel ou tel traitement est pris en charge), le pouvoir de rendre des décisions (fait dénoncé par MH, qui serait amplifié en cas de caisse unique) et impossibilité de contrôler un truc aussi énorme. Et vous imaginez ? le directeur/directrice de la caisse déciderait seul de la politique financière de la caisse (gestion de plus de 80 milliards !) et en cas d'erreur ? le système s'effondrerait (et plusieurs caisses ont montré ces dernières années que des erreurs étaient commises, allant jusqu'à leur faillite. Et si le système a tenu, c'est précisément parce que le risque était réparti entre plusieurs caisses…).

En réalité, ce que vous demandez, c'est une plus importante part de l'investissement public dans la prise en charge de la prime afin que le montant des primes (qui ne représente qu'une petite partie des coûts de la santé) soit encore plus bas. ça, je peux le comprendre, car il est effectivement choquant que le directeur d'une grande banque paie autant qu'un retraité (en ajoutant qu'il participe quand même par ses impôts à l'effort commun en plus). Mais, please, arrêter de charger toujours plus la classe moyenne. A Genève, déjà 70 % (!!) des gens ne paient pas un centime d'impôt (ni de primes d'assurance, etc.) et tout l'effort est réparti sur les 30 % restant (et les sociétés, mais qui se cassent l'une après l'autre à cause de l'imbécilité de nos politiciens…). A un moment donné, si vous continuez à vouloir que la solidarité soit exercée uniquement par les autres, vous aurez une réponse: soit une baisse des prestations, une clause de réticence pour les malades et … vous regretterez notre système actuel.

Et merci de ne pas confondre une caisse de compensation (qui ne fait qu'un calcul par ordinateur de votre droit à des prestations) et un assureur qui doit prendre des décisions concrètes qui affectent votre vie. La première est déjà remplacé par un ordinateur, tandis qu'on attend l'intelligence artificielle pour les seconds… et, en attendant, des hommes prennent des décisions avec leur degré d'humanité (donc de faillibilité).

Écrit par : Bibouille | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsky: Merci pour votre commentaire. Le paiement des primes AVS est obligatoire pour que les citoyens aient une retraite, car le fait de mettre de l'argent de côté n'est pas facile. A mon avis, il en va de même pour l'assurance maladie.
Le fait que l'assurance maladie soit obligatoire correspond à une importante avancée sociale.
Nul ne sait quelle maladie il va attraper. Et une personne malade ne pourrait très probablement pas se soigner en cas de maladie prolongée. Seules les personnes riches pourraient accéder aux soins (retour aux privilèges).
Ce sont les abus qui ont déréglé cette assurance Lamal. Au début les primes étaient beaucoup moins élevées et une grande majorité des citoyens pouvaient les payer sans grever leur budget.

Écrit par : Michèle Herzog | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Bibouille: Non, je ne demande pas une plus grande prise en charge des primes par l'Etat. Je cherche des solutions pour faire baisser les primes et la caisse unique en fait forcément partie.
Si l'Etat est capable de gérer les impôts, l'AVS/AI pourquoi ne serait-il pas capable de gérer une caisse unique ?

Écrit par : Michèe Herzog | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, Madame Herzog,

Les primes AVS ne sont pas remises en question.
Mais, Madame, Herzog, pourquoi pas de treizième mois pour l'AVS?
Y aurait-il moins de factures en fin d'année pour les rentiers AVS que pour les "actifs"!
Madame Herzog, que devient l'argent des affiliés à l'assurance maladie qui ne coûtent pratiquement rien à cette assurance ou si peu…?

Pourquoi, parlons psychologie, un instant, croire que la maladie nous attend au coin de la rue prête à nous sauter dessus… "c'est ce que tu redoutes, nous apprend le bouddhisme qui arrive!"

On notera non sans un imperceptible sourire qu'un médecin sans patients en grand nombre, aujourd'hui "clients"... n'a plus qu'à fermer boutique.
Or qui cherche, cherche bien...trouve
quand... faut ce qu'il faut… coûte que coûte!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

Il ne faut dès lors pas demander une caisse unique mais l'étatisation des caisses (=expropriation, avec indemnités à payer). Et, là, je ne suis pas contre. Pour autant que les primes ne soient pas fixées en fonction du revenu (= triple peine pour les travailleurs), afin de responsabiliser les assurés.

Votre message est brouillé par l'utilisation de mots incorrects et de manière générale votre incapacité à dire clairement ce que vous pensez.

Écrit par : Bibouille | 17/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Bibouille: La votation sur la caisse maladie UNIQUE date du 28.9.2014. Il était bien clair que cette votation réclamait une caisse maladie UNIQUE gérée par l'Etat !!! Etant donné la hausse constante des primes maladie Lamal ayant suivi cette votation, ce sujet est toujours d'actualité.

Vous prétendez que mon message est brouillé et ne serait pas clair, mais c'est surprenant que ayez pu penser que la caisse maladie UNIQUE ait pu être gérée par un organisme privé ! Il n'en a jamais été question.

Les personnes qui cherchent des solutions pensent de plus en plus que les primes de l'assurance maladie Lamal devraient être calculées en pourcentage du revenu.

Hier, lors de la manifestation à Lausanne, un Monsieur m'a remis une brochure très intéressante qui proposait aussi que les primes soient calculées en fonction des revenus. Ce que les manifestants qui ont pris la parole réclamaient eux aussi.

Écrit par : Michèle Herzog | 18/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Bibouille: Entre hier et aujourd'hui 430 personnes ont signé ma pétition. Au total 5328 signatures. Je pense que si le texte n'était pas clair quelqu'un me l'aurait dit. Mais ce n'a pas été le cas ! Voilà le lien:
https://www.change.org/p/les-7-conseillers-f%C3%A9d%C3%A9raux-assurance-maladie-lamal-une-caisse-unique-en-suisse

Et vous, qu'avez-vous proposé pour essayer de trouver une solution à ce grave problème de hausse constante des primes maladie Lamal ???

Écrit par : Michèle Herzog | 18/11/2018

Répondre à ce commentaire

Ma solution ? que l'on revienne au système d'AVANT que Mme la CF Dreyfuss et Mr le CE Maillard, ne créent la LAMal. Nous avions en particulier le meilleur système de santé au monde, avant que les socialistes ne s'amusent avec: les gens étaient soignés et les primes étaient admissibles (1/3 par rapport à aujourd'hui).

Cela m'inquiète que vous souteniez les mêmes propositions que ceux qui ont créé la LAMal et créé les difficultés d'aujourd'hui.

Pour la caisse unique: le peuple suisse a rejeté un tel projet: à 77 % en 1994, à 73 % en 2003, à 71 % en 2007 et à 61,5 % des votes en 2014. Bien sûr que les socialistes le souhaitent, mais est-ce dans notre intérêt ? (comme la LAMal était vraiment dans notre intérêt ??)

Mais je le redis, je serais d'accord pour une assurance type SUVA-Maladie, à condition que les primes ne soient pas fixées en fonction du revenu. Il est hors de question que je double/triple/quadruple ma charge d'impôts juste pour que 70 % des genevois ne paient pas un seul centime d'impôts !

Écrit par : Bibouille | 18/11/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Herzog,

En revenir à l'assurance maladie facultative des débuts bienvenue et "chérie des Suisses" est la meilleure des solutions.

Nous avons observé les abus dès les décisions contraignantes des socialistes: montée des coûts de la santé, progressivement montée des primes… remboursements revus tant que possible à la baisse les assureurs s'appropriant sans scrupule les revenus des affiliés forcés (ce qui force fausse!)sans conscience avec la plus grande indifférence (médicaments non remboursés concernant des personnes cancéreuses, par exemple)

L'assurance maladie facultative d'alors…? A condition de bénéficier de revenus suffisants la plupart d'entre nous avions saisi et consolidé nos (bonnes) habitudes.
En cas de non participation à cette assurance "aux primes par ailleurs ne posant aucun problème"! économiser chez soi.

Madame Herzog, en vous lisant depuis longtemps je n'ai pas le sentiment que vous-ême avez problème concernant le règlement de vos primes d'assurance maladie (même sentiment concernant des médecins en contradiction avec eux-mêmes parce qu'à la fois dénonçant tout en retenant et maintenant ce qu'ils dénoncent!) je dirai même sans vouloir vous offenser, Madame Herzog, que vous donnez le sentiment d'adorer mettre sur pied des pétitions… en renvoyant à elle-même la personne pas d'accord avec vos suggestions... en le mettant en cause directement… je l'ai lu adressé à d'autres personnes comme… en son temps à moi-même.

En l'occurrence les personnes des classes modestes atteintes par cette formidable malédiction les concernant (comble puisqu'elles doivent leurs tracasseries à n'en plus finir aux socialistes!) qu'est la lamal... ne croient pas en l'efficacité DANS L'URGENCE d'une telle pétition.

La solution est le retour à l'assurance maladie facultative.
En aucun cas la caisse unique.

On relève le vocabulaire concernant désormais non plus les citoyens ou les habitants mais les "masses"! arrogance et mépris de quelques-uns uns concernant les autres!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsky: Supprimer l'assurance maldie obligatoire serait, à mon avis, d'une très grande gravité et correspondrait à une grave régression sociale.
Les hausses des primes ne sont pas dues aux socialistes, mais au système financier actuel ultra-libéral qui ne pose plus aucunes limites aux coûts de la santé.

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A chacun ses certitudes, Madame Herzog, mais l'assurance maladie obligatoire qui a donné force aux prédateurs de tous bords concernés a été la pire des innovations.

Non concerné directement par votre article mais que dire des retraités non fortunés qui, plutôt que de terminer leurs vies en EMS, "au départ pas une mauvaise idée", regardent avec espoir du côté d'ÊXIT!

Les bonnes idées sociales au départ sont un peu comme les chants d'oiseaux très tôt le matin exceptionnels puis avec le temps passant perdant leur exceptionnalité pour ne pas dire plus.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Il n'y a rien d'ultra-libéral dans un système obligatoire (!), avec un catalogue de prestations imposées et décidées par l'Etat (!), et l'interdiction de réaliser des bénéfices. C'est au contraire la définition même d'un système socialiste!!

Ce n'est pas pour rien que ce système ne marche pas!

Écrit par : Bibouille | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Je partage les réflexions de Myriam. La solidarité imposée en peut pas fonctionner.

Écrit par : Pierre Jenni | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsky: Les EMS pourraient être des endroits permettant aux personnes âgées de terminer leur vie dans de bonnes conditions. Malheureusement, dans ce domaine aussi, le libéralisme financier sans scrupules a fait ses ravages ! Vraiment consternant.

L'histoire de Mme Rita Rosenstiel, placée de force dans un EMS à Morges en 2014 à 90 ans, sous prétexte qu'elle pouvait tomber dans son appartement et sous prétexte de la protéger ... Il s'agissait clairement d'un très grave abus, car depuis 2014 elle n'est jamais tombée ... et doit supporter de vivre avec des personnes beaucoup plus malades qu'elle ! Cela a surtout permis au propriétaire de l'immeuble dans lequel elle vivait de relouer l'appartement à un meilleur prix !

Dans ces conditions, je comprends qu'Exit soit une solution.

Si vous m'envoyez un email je pourrai vous envoyer l'autobiographie de Mme Rosentiel en fichier .pdf. C'est gratuit. Son titre: Pourquoi ?

Au sujet de Mme Rosenstiel, voir les autres articles de ce blog (recherche Google avec blog égalité citoyens Rosenstiel).

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Bibouille: C'est faux. Croyez-vous que les cliniques privées ne font pas de bénéfices ??? Et les médecins ??? Et l'industrie pharmaceutique ??? Si ce système Lamal ne fonctionne pas c'est à cause du systàme financier ultra-libéral et sans scrupules.

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenni: Il s'agit plus de solidarité il s'agit de la santé des citoyens. Et la santé doit être gérée par l'Etat et non par les capitalistes.

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Herzog,

Imaginons que l'assurance maladie redevienne facultative.
De votre point de vue régression sociale.

Les personnes qui n'ont pas les moyens de payer leurs primes se retirent et… ce-faisant elles cessent de payer les mêmes primes obligatoires que les richissimes habitants de notre payas: confirmerez vous qu'il s'agit d'une "régression sociale"!?

En revanche comment ne pas vous rejoindre lorsque vous dénoncez le contemporain "système financier ultra-libéral et sans scrupules" du NOM!

Quoi faire?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsky: Et comment feront ces personnes pour se soigner quand on sait qu'actuellement 25% de la population ne va déjà plus chez le médecin faute d'argent (à cause des franchises qu'il faut supprimer).

Avec votre idée, de nombreux parents et enfants des classes moyennes ne pourront plus payer les frais des maladies !

Avec votre idée, de nombreux retraités ne pourront plus accéder aux soins. Ce qui est déjà le cas pour certains.

La Suisse: bel exemple de néo-libéralisme sans scrupules !

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Herzog,

-Du temps de l'assurance maladie facultative comment les personnes non affiliées avaient-elles les moyens de se faire soigner?

-Parce que tout coûtait moins cher.

-Et depuis quand tout coûte-t-il plus cher?

-Depuis que les ménages comptent sur deux salaires.

Bon! cessons les dialogues à la comtesse de Ségur:

les impôts tiennent compte de nos situations financières pourquoi la lamal n'en ferait-elle pas autant concernant les primes obligatoires?

Depuis combien d'années discute-t-on de ce problème en ne faisant que de tourner en rond… avec toujours les deux mêmes suggestions: adapter le coût des primes aux revenus, d'une part, la caisse unique, de l'autre

appréhension des riches qui devraient payer plus cher leurs primes

caisse unique par le fait superpuissante… "mastodonte" redoutable

On prétend, avec élégance, que les personnes âgées ratiocinent… les personnes âgées uniquement?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mmme Belakovsky: Vous avez votre avis: supprimer la caisse maladie obligatoire. J'ai un autre avis: conserver cette avancée sociale. Je ne souhaîte pas continuer ces échanges qui ne servent à rien ! Je respecte votre avis, merci de respecter le mien. Bonne journée.

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

On se calme. Les échanges ça sert toujours. On appelle ça communiquer.
Je pense aussi que nous devrions supprimer l'assurance maladie obligatoire car elle incite à la consommation des soins.
Mais ce qui serait vraiment bien, pour contrer votre hantise du système ultra-libéral, ce serait d'instaurer un système de prime en relation avec le revenu, comme pour l'AVS justement que vous mentionniez plus haut. Et exempter tous ceux qui n'atteignent pas le minimum vital. Voilà un bon moyen de répartir l'effort de solidarité.

Écrit par : Pierre Jenni | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Pierre Jenny: Les échanges ça sert toujours sauf si on tourne en rond. Je ne peux pas non plus passer ma journée à ça. Je ne vois aucune relation entre l'assurance maladie obligatoire et l'incitation à la consommation.
J'ai une assurance maladie obligatoire et je n'ai jamais été consulter depuis des lustres ! Mes enfants non plus. Pour aller chez le médecin il faut tout-de-même avoir une raison ...
Un calcul des primes basé sur le revenu me semble plus juste. Au-dessous d'un revenu X (minimum vital) la prime serait de zéro franc.

Écrit par : Michèle Herzog | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

.. Et on arriverait avec l'aberration que 70 % des gens à Genève auraient tout gratuit de l'Etat et que 29 % seraient corvéables à merci (car gagnant juste trop), puis 1 % qui rigolerait bien car possédant des revenus bien au-delà de nos considérations.


Et, oui, il suffit d'aller dans un hôpital en début d'année puis en fin d'année pour voir à quel point les gens se foutent totalement du monde dès que leur franchise est passée. C'est j'ai payé, donc j'ai droit à consommer. Et les médecins encouragent aux prestations juste pour se payer leur train de vie… navrant !

Écrit par : Bibouille | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

Madame Herzog,

Pourquoi le prenez-vous comme cela avec moi?
Je vous ai adressé un premier commentaire qui a provoqué en vous une réponse ce qui a provoqué en moi un nouveau commentaire, etc.

Que nous tournons en rond, par ma faute, bien entendu, Madame Herzog? je vous prouve le contraire.

En réponse à l'un de mes commentaires Vous nous avez appris que vous ne consultez pas, vos proches non plus.
On peut aller au delà, donc, ne pas tourner en rond.

On peut ne pas consulter on pourrait dans un vaste élan solidaire et citoyen ne plus payer les primes non seulement pour la raison d'être de votre pétition dont vous nous avez appris qu'elle marche formidablement bien mais encore pour deux autres raisons qui sont que les affiliés les plus modestes n'ont plus droit à la médecine et au médecin de leur choix ce qui au vu de l'importance de ces deux objets est de la sauvagerie ni pure, ni simple. Le fond du problème vous l'avez dénoncé avec raison est le contemporain et déterminé "système financier ultralibéral sans scrupules".

Que vous regardiez du côté du blog de Monsieur Cuénod comme celui de Madame de Meuron, et d'autres, vous êtes en terrain de démarche commune de résistance à l'innommable déclin de notre civilisation ainsi que de ses acquis non seulement sociaux mais culturels et de bonne compagnie.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Mme Belakovsy: Sachez que je ne paie pas mes primes d'assurance Lamal depuis plusieurs années. Pourquoi: Car dans une succession, dès juin 2003, j'ai reçu de faux chiffres de mon demi-frère et de mon avocat lausannois, corrompu par mon demi-frère.
Cette affaire m'a coûté une fortune en procédures, sans que la "justice" n'accepte de rechercher la vérité, ni de condamner les escrocs. J'estime que les biens immobiliers cachés dans cette affaire valent plus de 30 millions de francs suisses.
Actuellement, à la retraite, je vis avec 2012.- CHF par mois. Je n'ai jamais demandé d'aide sociale. La seule chose que je réclame: la recherche de la vérité dans l'affaire que je dénonce en justice depuis juin 2007.

Écrit par : Michèle Hezog | 20/11/2018

Répondre à ce commentaire

Je vous rappelle que la LaMal est l'œuvre de Dreifuss ! De quel parti est cette ancienne conseillère fédérale ? Elle nous a menti, comme tous les socialos, lors de la votation de cette LaMal en affirmant que les primes n'augmenteraient plus et que certaines allaient baisser !Foutage de gueule des socialos qui sont coutumiers de ces mensonges.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 20/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Gedeon Teusmany: A mon avis, actuellement, tous les partis sont responsables car personne n'agit contre ces hausses de primes.

Écrit par : Michèle Herzog | 20/11/2018

Répondre à ce commentaire

A Gédéon Teusmany: Comme nous pouvons le constater les partis politiques en Suisse (ou ailleurs) ne cherchent plus de solutions efficaces afin de résoudre les problèmes.
Je pense qu'à l'avenir, grâce aux réseaux sociaux, ce seront les citoyens qui organiseront des manifestations ou d'autres actions (pétitions, initiatives, blocages, boycotts, etc).
Comme le font les "gilets jaunes" en France contre la hausse du prix des carburants.
Raison pour laquelle par dessus ma veste rouge j'avais mis un gilet jaune quand je suis allée à la Place de la Palud samedi dernier pour manifester contre la hausse des primes Lamal.

Écrit par : Michèe Herzog | 20/11/2018

Répondre à ce commentaire

Comme beaucoup de mes connaissances, je n'ai appris que le lundi qu'une manifestation était organisée à Genève au sujet des assurances maladies... dommage. J'aurais bien aimé participer.

La solution idéale n'existe pas. Le système actuel appauvrit les ménages et l'Etat dépense beaucoup en subsides. Donc une part de nos impôts servent, en plus, à financer ce système. C'est doublement injuste. Les seuls qui en profitent ce sont les assureurs et les courtiers. Donc soit ont lève l'obligation de contracter, soit l'Etat intervient...

Écrit par : Riro | 21/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.