Vaud: Histoire de Nils Jordan, recrue décédée à Bière le 7.7.2012.

Imprimer

Bonjour,

Le journal 24 Heures a publié aujourd'hui l'histoire effarante et bouleversante de cette recrue de 20 ans, Nils Jordan.

En 2011, lors du recrutement un electrocardiogramme avait été réalisé. Cet examen montrait un problème cardiaque mais le jeune-homme n'a pas été averti par les médecins et a été déclaré apte au service, sans restrictions.

Quelques jours après le début de son école de recrue, suite à des exercices fatigants, il est tombé dans le coma, a été transporté au CHUV où il est décédé quelques jours plus tard, le 7 juillet 2012.

Ensuite la justice militaire a mis un an pour déclarer qu'elle ne pouvait pas traiter cette affaire car les médecins lors du recrutement étaient des employés civils. Pourtant ce cas a certainement déjà dû se produire ... ce qui aurait dû permettre de prendre une décision beaucoup plus rapidement.

Puis la plainte pénale déposée a été classée par un procureur vaudois le 29 août 2016 sous prétexte qu'il n'existait pas de lien entre les problèmes cardiologiques de Nils Jordan et son décès .... Malheureusement le journaliste M. Philippe Maspoli n'a pas indiqué de quel procureur il s'agissait.

Les avocats ont déposé des recours et le Tribunal fédéral vient de déclarer qu'il existe tout-de-même un lien (10% de probabilités).

Nouveau problème: le délai de prescription pour la suspicion d'homicide par négligence était de 7 ans en 2011-2012 (maintenant ce délai est de dix ans car la loi a été modifiée). Les faits liés à cette affaire sont peut-être prescrits ce qui empêchera de réaliser une enquête .... 

Naturellement je ne suis pas étonnée d'apprendre que la "justice" vaudoise a traîné pour que les faits soient prescrits ce qui protège les médecins (citoyens dominants). D'autres personnes ont été confrontées à la lenteur du pouvoir judiciaire vaudois afin que les faits soient prescrits.

J'ai déjà expliqué sur ce blog les nombreuses astuces utilisées par le pouvoir judiciaire vaudois pour ne pas appliquer les lois. Voilà un nouvel exemple stupéfiant et bouleversant.

Avec toutes mes félicitations au père de Nils d'avoir eu le courage de faire paraître un article dans 24 Heures d'aujourd'hui (accès à l'article uniquement sur abonnement ou lire la version papier) et d'avoir créé un site Internet expliquant les détails de ce drame. Voilà le lien de ce site: https://honteavous.ch/

Avec mes pensées très émues à toute la famille de Nils et à ses amis.

Merci de diffuser cet article. Merci d'avance pour vos commentaires.

Cordiales salutations.

Commentaires

  • Bon Dieu ! Que les parents de Nils Jordan, prennent courage dans leur combat pour que justice soit faite pour leur fils.
    Avec cette nouvelle histoire c’est l’horreur absolue qui est atteinte. De surcroit, ils ont le culot de se rejeter la responsabilité du décès de cet enfant, les uns vers les autres, et de proposer des miettes aux parents.
    Mais au final c’est le canton et la fédération qui doivent être poursuivis pour non-assistance à personne en danger et même homicide involontaire pour avoir donné la mort sans l’intention de la donner. Il ne peut pas y avoir prescription, puisque le cas a eu lieu avant la nouvelle loi. Ce serait un scandale par-dessus d’un autre scandale !
    En ce qui concerne la lenteur des procédures pénales, deux histoires viennent d’être révélées dans le canton de Zurich, qui montrent que les médecins sont une autre caste protégée et au-dessus des lois. Mais la departement de la justice du canton a toutefois décidé d’ouvrir des enquetes contre les procureurs en question. En effet , dans ces deux cas de personnes décédées subitement entre les mains de médecins, les procureurs Zurichois ont mis 26 mois dans l’un des cas et 5 ans dans l’autre pour simplement convoquer les médecins à un interrogatoire. Les procureurs fautifs quant à eux,invoquent la surcharge de travail !

  • « ...... 26 mois et 5 ans?

    Ils étaient oú? Pris en otages en Afghanistan? SCANDALEUX!

  • Inspiré par l'exemple de mon père (1000 jours de service actif), je suis entré fièrement à l'école de recrue en 1964. J'ai déchanté au début de l'école de sous-officiers. J'ai observé que notre armée est dominée par des fils à papa lâches et incapables.La magistrature vaudoise abonde de "politrouks" (juges militaires), dont Eric Cottier, procureur général, Eric Kaltenrieder, président du Tribunal cantonal, Pierre Bruttin, premier président de l'arrondissement de Lausanne, Eric Eckert, premier président d'Yverdon, Philippe Colelough, ancien juge cantonal, recyclé juge de première instance.... Ils raflent titres et argent, sans avoir le moindre égard pour ceux qui n'appartiennent pas à leur "Herrenrasse".
    Gerhard Ulrich, Morges

  • Il est tout de même invraisemblable que la prescription soit prononcée du fait des lenteurs et de l'incurie de la justice. C'est trop facile.....

    Il doit bien y avoir un alinéa dans le code civil ou pénal qui restreint la portée de la prescription. Autrement, il suffira aussi aux coupables d'enchaîner les certificats médicaux et autres motifs divers et variés (séjour à l'étranger, vices de forme que sais-je....) pour faire durer la procédure jusqu'à ce qu'il y ait prescription.

  • "Avec cette nouvelle histoire c’est l’horreur absolue qui est atteinte." Le problème avec votre blog et ceux qui vous suivent, c'est ce perpétuel mépris pour le sens de la mesure. Pour être crédible, il faut peser un peu ses mots.

    Pour ma part, j'ai cru comprendre que le principal problème réside non dans la médecine habituelle mais dans son application militaire. Le fait de n'avoir pas transmis l'information du défaut cardiaque décelé par l'ECG. Et ce que je trouverais important, c'est de demander à l'armée de cesser ces pratiques. J'ai passé mon recrutement en 1970 (!) et sur mon livret de service, au chapitre III, Visites sanitaires, rubrique "Maladies ou infirmités", il est indiqué NN.895. 48 ans plus tard, je ne sais toujours pas ce que c'est (mais je crois deviner). Mais j'ai l'intuition que cela m'aurait rendu service de le savoir pour prendre des mesures préventives...

  • A Geo: Que des médecin lors du recrutement puissent prendre connaissance d'un problème de santé et ne pas en avertir la recrue c'est totalement inacceptable.

  • A Géo: Face à la violence de l'injustice, sous ses différentes formes, il est difficile de garder le sens de la mesure. L injustice créé de la violence. Mais cette violence, dans les coeurs du peuple, vous ne le voyez pas. Si les gens s'expriment ou se défendent par des mots, parfois démesurés, il ne faut leur en vouloir, car face à certains drames les mots ne sont pas assez forts. Le problème ne sont pas ces personnes compatissantes, certaines elles-mêmes des victimes, mais celles qui créent l'injustice ou qui ont le pouvoir de changer la situation mais qui préfèrent de fermer les yeux.

  • @Mme Michèle Herzog,

    Vous dites:"(...)En 2011, lors du recrutement un electrocardiogramme avait été réalisé. Cet examen montrait un problème cardiaque mais le jeune-homme n'a pas été averti par les médecins et a été déclaré apte au service, sans restrictions(...)."

    Il y a problème et problème comme il y a médecin et médecin! Il se pourrait(au conditionnel) qu un tel médecin, un peu très horizontale et généraliste, civil ou militaire c est égal, est passé à côté du diagnostic de l électrocardiogramme. Car si un médecin a des doutes sur ce tracé, il doit le montrer à un spécialiste...Donc vraisemblablement, il n a pas ni vu ni diagnostiqué le "problème" donc il ne peut pas le signaler ni à la recrue ni à sa famille non plus...

    Bien à Vous Madame,
    Charles 05

  • Et vous avez été admis avec un NN 895 ? L'armée a pris des risques...

    Blague à part, votre remarque sur le sens de la mesure qui manquerait à Michèle, venant de votre part,un expert en la matière, c'est à se taper le cul sur un clavier de pc... Remarquez, j'apprécie plutôt.

    Bien à vous comme dirait un habitué de la plateforme

  • Très triste affaire. C'est dommage qu'elle soit utilisée ici à des fins quérulentes, alors que le père est très mesuré sur son site.

    Triste également que l'école, les parents, les associations, etc. n'ont jamais remarqué qu'une "simple" course de 4 km pouvait fragiliser autant ce jeune homme et qu'il n'a dès lors pu bénéficier d'un suivi médical antérieurement à ce drame. Pensées au parent, à sa famille et, vraiment, dommage que ce drame soit instrumentalisé ici. Ce jeune homme ne le mérite pas.

  • @ Géo : De la mesure face à la mort tragique d'un enfant ?

    On se demande bien à quel sens de la mesure vous vous referrez. Vous feriez mieux de consulter le blog des parents, vous comprendrez que vos commentaires sont déplacés.

    Des parents ont perdu un enfant, un enfant est décédé du fait de maladresses de médecins et /ou de l'administration/ militaire. Quant au calvaire que les parents subissent depuis 6 ans pour simplement que la justice soit faite, dans quel sens de la mesure le placez-vous ?

    Puisqu'il souffrait d'une déficience cardiaque, Ce jeune n'est certainement pas décédé d'un coup sans qu'auparavant durant l'année passée au service militaire, il n'y ait eu d'autres signes d'alerte lors des exercices ! Les crises cardiaques ont des signes annonciateurs bien longtemps (même plusieurs mois) avant l'arrêt fatal.

    Ça ne devrait pas se passer ! Lorsque des parents confient leur enfant en vie à l'état, l’état ne devrait le leur rendre dans un cercueil ! et de surcroit botter en touche ! c'est tout !

    @ Géo, c'est plutôt vous qui devriez mesurer vos propos !


    @ Charles 05 : Des médecins qui lisent un électrocardiogramme et qui ne seraient pas capables d'identifier ni le type de maladie, ni sa gravite, ni la nécessite de faire un suivi ou non?.....de tels médecins devraient retourner à l'université ou changer de métier ! tout comme les juges qui les protègent !

  • Mme MLaure Mikkelsen,

    Vous avez raison sur le fond et je vous remercie Mme MLaure Mikkelsen.

    Le problème est de signaler qu hélas, le service médical militaire pour les recrues à Lausanne pour les cantons suisses-romands, sauf erreur ( si c est faux, pardonnez-moi), ce service semble être rudimentaire et rétrograde, de surcroît, il est mal organisé et on dirait qu il fonctionne comme au 19 ème siècle.

    Bien à Vous et Bonne Fêtes de Noël et de Fin d Année.
    Charles 05

  • "Car si un médecin a des doutes sur ce tracé, il doit le montrer à un spécialiste...Donc vraisemblablement, il n a pas ni vu ni diagnostiqué le "problème" donc il ne peut pas le signaler ni à la recrue ni à sa famille non plus." C'est justement là que ça fait mal. Il l'a vu et a reconnu que dans le civil, il aurait fait appel à un spécialiste...
    Il y a un réel problème et c'est pour cela que j'en appelais à un changement de pratique de la part de l'armée...
    De plus, vu ce problème, ce soldat aurait dû être incorporé dans des troupes relativement paisibles. J'ai un copain qui a fait toute son armée dans les pigeons voyageurs. Cela n'a pas du être trop fatigant...

  • @Géo,

    Je comprends bien le sens de votre remarque.

    Néanmoins, si un service médical militaire (comme tout autre médecin de n importe quelle spécialité) pratique n importe quel examen technique dont un tracé électrocardiograme, il est sensé
    pouvoir, tout seul ou avec un collègue spécialisé interne ou externe, l interpréter comme il se doit. Car en le pratiquant il engage sa propre responsabilité ainsi que celle de son "employeur" donc l armée...


    Bien à Vous.
    Charles 05

  • @Géo,

    Vous avez cité ci dessus le 22.12.18 que j ai dit:"Car si un médecin a des doutes sur ce tracé, il doit le montrer à un spécialiste...Donc vraisemblablement, il n a pas ni vu ni diagnostiqué le "problème" donc il ne peut pas le signaler ni à la recrue ni à sa famille non plus."

    Et vous avez répliqué ainsi: "C'est justement là que ça fait mal. Il l'a vu et a reconnu que dans le civil, il aurait fait appel à un spécialiste..."

    Oui il dit l avoir vu et reconnu, c est un peu étonnant tout ça car après coup c est très beau mais à l époque quand il avait mis son tampon Apte au Service Militaire il n avait rien vu d anormal, c est facile tout ça...

    Remarquez que tout autre aurait répondu ainsi mais sa responsabilité autant personnelle que celle de l Armée seront engagées.

    Bien à Vous et Bonnes Fêtes de Noël et de Fin d Année.
    Charles 05

  • A Vaudois: Votre commentaire est difficile à comprendre. Si je comprends bien il ne faudrait surtout pas être offusqué(e) quand on prend connaissance d'une affaire aussi dramatique. Mon but est d'informer les citoyens pour qu'ils sachent réellement comment fonctionne le canton de Vaud.

  • A Mme Mikkelsen: Vous n'avez pas compris. Ce jeune-homme venait de commencer son école de recrue quand il a ressenti des difficultés suite à des exercices fatigants. Et il est décédé quelques jours plus tard.

  • A Charles: Quand un médecin fait un electrocardiogramme il doit forcément ensuite analyser sérieusement le résultat obtenu. Si le médecin ne fait pas cette analyse alors il commet de toute manière une très grave erreur car il doit décider ensuite si la recrue est apte ou non au service militaire ...

  • Vous ne comprenez pas? Par exemple: vous prétendez que le médecin est un citoyen dominant et protégé... alors que le père explique sur son site que ce médecin a été licencié sans ménagement ou accompagnement et qu'il a de la sympathie pour lui, car il a présenté des excuses sincères...

    Vous instrumentalisez ici une cause, sans la présenter de manière objective. Le père, qui a souffert beaucoup plus que vous de la justice, reste digne et mesuré dans sa colère. Il a mon respect.

  • A Vaudois: Effectivement, le père de Nils explique sur son site Internet qu'un médecin a présenté des excuses. Mais pas les autres médecins et aucun médecin n'a été sanctionné après ce drame. Ce sont donc bien des citoyens dominants, donc intouchables.
    J'ai présenté un résumé succinct de cette affaire et j'ai publié le lien du site pour les internautes qui veulent obtenir plus d'informations.

  • @ Mme Herzog : vous indiquez ci-dessus le lien pour accéder au site internet de la famille du défunt.

    Or, après l'avoir lu, on ne peut que constater l'élégante retenue dont fait preuve le papa de Nils tout en réagissant fermement avec des mots choisis et appropriés.

    Perdre son enfant, quel que soit son âge, est une douleur immense que seuls tous parents, enfants et proches qui l'ont vécu peuvent comprendre.

    Je suis choquée en lisant votre réponse à "@Vaudois" comme d'écrire regretter de ne pas connaître les noms des juges !

  • A Vaudois. Monsieur vous appelez le partage de l' information et l'expression de mécontentement comme "instrumentalisation". Peut-être que vous n'avez pas vécu de drames dans votre vie, des situations d' injustices. De telles situations créent de la colère, de la souffrance et ce que les victimes ont besoin est justement une réaction de la part de la société, que les gens compatissent en montrant leur indignation. La pire qu'on peut faire est de ne rien dire, montrer de l'indifférence.

    Peut-être que la famille a reçu des excuses qui ont calmé leur douleur mais le problème est qu' en tant que citoyens nous ne devons pas accepter de telles situations de négligences en accordant l impunité aux personnes responsables. Une telle dérive rendra la société dangereuse.

    Il faudrait des enquêtes professionnelles et en cas de négligence avérée, des mesures correctives.

    Si nous ne prenons pas le temps de comprendre, d' analysez et de commenter, c'est comme si on considère l'événement banal, tolerable, acceptable.

    Dans une telle affaire, il y a un drame personnel puis les leçons qu' on doit tirer pour l'amélioration de la société et la protection des citoyens. Je comprends que chaque drame mérite d'être examiné et servir à ce qu'il ne se répète pas. C est souvent ce que les victimes le souhaitent, c.a.d. donner un sens à leur leur souffrance.

  • Gislebert@ "Blague à part, votre remarque sur le sens de la mesure qui manquerait à Michèle, venant de votre part,un expert en la matière, c'est à se taper le cul sur un clavier de pc..."
    Ah ouais ? Sauf que moi, je suis précis. J'explique pourquoi.
    Alors, svp, démonstration ?

  • Géo@

    Une démonstration ? Pour cela il faudrait dresser une liste de vos interventions, ce qui serait bien fastidieux. Avouez que votre ton tranchant et vos généralisations abusives signent certainement votre tempérament et votre style - ils ne sont pas pour me déplaire, je vous l’ai signalé -, mais ils ne relèvent pas de la mesure qu’on pourrait attendre dans un « échange courtois ». Pour exemples, de mémoire, vos anathèmes sur les médecins ou les universités de notre pays (le niveau baisse), sur le canton du bout du lac et ses habitants qui vous donnent de l’urticaire, sur les Français… Remarquez, je fais la part de la boutade dans vos « sorties », elles me font souvent sourire, mais ne venez pas me parler de mesure. Ne changez rien, vous êtes une icône de cette plateforme, au même titre que ceux que vous voulez donner en pâture aux lions.Si, si...

  • A M.A: Je vous approuve totalement quand vous dites que le site de M. Jordan est très bien fait et que perdre un enfant est une douleur immense. Je n'ai jamais dit le contraire et c'est justement pour cela que je suis bouleversée par ce drame.
    J'estime qu'il est très important de connaître les noms des magistrats qui trouvent des astuces pour ne pas appliquer les lois, car ils n'utilisent pas ces astuces une seule fois au cours de leur carrière. Quand donc les magistrats n'appliquant pas les lois seront-ils condamnés ? Et par qui ? Il ne faut pas s'attendre à ce que leurs collègues les condamnent. Et ça c'est un très grave problème.

  • @ Mme Herzog : ainsi donc vous persévérez une fois de plus avec "vos célèbres astuces pour ne pas appliquer les lois ..." : cela devient votre marque de fabrique servie à toutes les sauces !

    Ensuite vous regrettez - une fois de plus et c'est récurrent chez vous également - ne pas connaître les noms des magistrats qui ont été en charge du dossier : cela vous servira à quoi de connaître ces noms puisque ce dossier n'est pas le vôtre ?

  • Il y avait une norme (500), un résultat (légèrement moins de 500) et un doute sur la norme. Le médecin a demandé l'avis de son supérieur qui a constaté que la recrue n'avait jamais signalé de problème particulier et validé le recrutement sans réserve et sans l'avis d'un spécialiste.

    Après un temps infini, le tf a donné en dernière instance tort aux juges vaudois (difficile de parler de juges qui se soutiendraient) et fait prévaloir le doute pour un renvoi en jugement... le système fonctionne donc, sauf des lenteurs inexcusables.

    1. Le père, en des termes très dignes, exprime sa colère légitime contre un système et des personnes qui avaient pour tâche de veiller sur son enfant, puis de définir la culpabilité de chacun. Avec l'écoulement du temps, il ne semblerait (?) qu'il n'obtiendra pas de réponse. Je comprendrais qu'il saisisse l'autorité de surveillance pour comprendre comment 7 ans ont pu passer sans un renvoi en jugement... (est-ce que la justice vaudoise est surchargée par des quérulents bien connus ici? et n'arrive pas à traiter des cas prioritaires comme celui-ci?)

    2. Vous avez de la compassion pour ce père et son chagrin, j'en doute pas, mais vous restez focalisée sur votre propre difficulté. Au lieu de relayer la colère légitime de ce père, vous introduisez des théories du complot, des prétendues "astuces", une machination pour protéger des "dominants" (alors que le médecin a été viré sans ménagement) et déformez son message. Il le dit bien, il n'a pas soif de vengence, mais souhaite connaître les responsabilités pour faire son deuil. Dans ce cadre, un délai de 7 ans est inexcusable. Pourquoi ne pas dénoncer ce simlle fait?; et inviter le législateur a introduire, comme pour l'amiante, un délai qui débute au décès de la recrue et ... non pas au moment du recrutement? (je ne connais pas la réponse du pourquoi le délai de prescription partirait si tôt, si c'est vrai).

    A Yasmine: indignation oui, mais pas de théories du complot, et il faut un minimum d'objectivité.

  • A Visiteur: Merci pour votre commentaire.
    Concernant les quérulents bien connus sachez que si le pouvoir judiciaire vaudois faisait tout-de-suite son travail correctement les quérulents bien connus n'auraient pas besoin de continuer à déposer des procédures pendant des années. Plaintes pénales de toute façon classées sans interroger personne et sans rechercher la vérité, ce qui ne prend pas de temps !

    Vous pensez que je ne réagis qu'en lien avec mon affaire financière. C'est ridicule, car l'histoire de Nils est d'une part beaucoup plus dramatique et bouleversante, et d'autre part j'ai étudié d'autres affaires et rencontré des parents qui n'ont jamais pu obtenir gain de cause suite au décès de leur enfant. Et cela se passe aussi dans le canton de Vaud.

    Malheureusement de nombreux parents n'ont pas le courage de créer un site Internet pour dénoncer le drame qu'ils subissent et les années de procédures inutiles. Et les journalistes ne publient pas des articles concernant tous les cas existants.

    Le délai de presciption est un grave problème, mais il existe un problème beaucoup plus grave: l'impunité des magistrats refusant d'appliquer les lois. Dans cette affaire, si la plainte pénale n'avait pas été classée un jugement pénal de 1ère instance aurait eu lieu ce qui, en plus, stoppe la prescrition (art. 97 du Code pénal suisse). Les procureurs qui classent les plaintes pénales le savent ...

    Pour réclamer le contrôle du travail de la justice, j'avais créé cette pétition : https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

    Figurez-vous que je n'ai pas créé cette pétition uniquement pour mon cas.
    La critique est facile, mais vous que faites-vous contre ces dysfonctionnements inacceptables dans un Etat de droit ?

  • A M.A: Si vous ne voulez pas voir les astuces utilisées par le pouvoir judiciaire vaudois, c'est votre droit. Et c'est mon droit de les voir et de les dénoncer.
    C'est très important de connaître les noms des magistrats qui n'appliquent pas les lois car dans leur carrière ils traitent de très nombreuses affaires. Cela peut donc aider d'autres victimes.

  • A MA: Sachez qu'à fin 2016 j'avais publié un article sur mon blog qui permet d'obtenir les évaluations du travail des procureurs et des magistrats vaudois. Naturellement ce site est censuré par le pouvoir judiciaire vaudois, mais il existe des méthodes pour détourner cette censure. Voilà le lien de cet article: http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2016/12/19/censure-de-sites-internet-en-suisse-ou-ailleurs-280978.html

  • Dans le canton de Vaud il n'y a pas que les procureurs qui n'appliquent pas les lois.
    Exemple . Je possède une maison au bord de L'Aubonne à Bière. Trois Messieurs ont fait construire une usine pour produire de l'électricité à 10 mètres de ma maison. Il s'agit d'un ancien ingénieur de la CVE, du syndic de Coinsins et de son frère. Depuis octobre 2017 cette machine infernale émet 70 décibels (ECO ACCOUSTIQUE SA) jour et nuit 24h sur 24. Je me suis plaint à la commune, RIEN. Au départementale de Mme De Quatro, résultat: 66 décibels jour et nuit, mesures prises en avril 2018, depuis RIEN. J'ai écrit au Juge de Paix du district en mai 2018, RIEN. J'ai déposé plainte au poste de Police d'Aubonne début décembre 2018 j'attend la suite. La Société électrique des forces de l'Aubonne rachète leur courant à un prix supérieur au marché pour assurer la rentabilité de l'installation de ces Messieurs mais ne s'occupe pas du tout du bruit hors norme qu'elle émet. Le Président du Conseil d'Administration de la SEFA habite à Bière à quelques centaines de mètres de l'installation mais vient jamais la voir de peur que je l'interpelle. Le bruit incessant me rend malade, j'ai commencé une psychothérapie, parfois j'ai envie de me faire justice moi-même, parfois de me jeter dans l'Aubonne. Les propriétaires actionnent les vannes de chez eux, à Coinsins, avec leur téléphone portable et moi je dois supporter le bruit. La nuit je dors dans le débarras seule pièce où je n'entend pas le son du générateur.J'ai toujours fait confiance à nos autorités mais là c'est fini. Désolé pour ce malheureux militaire dont la mort n'a rien à voir avec mon affaire mais qui met encore une fois en évidence les connivences mêlées d'omerta dont ce canton est capable.

  • A M. Maendly: Certains internautes vont vous répondre que votre affaire est beacoup moins importante que celle de Nils et de ses parents. Ce qui est parfaitement vrai.
    Néanmoins, j'estime que toutes les victimes des abus de l'autorité et des magistrats vaudois ont le droit de se plaindre quand elles ont essayé par tous les moyens d'obtenir de l'aide pendant des mois ou des années sans arriver à obtenir que la situation illégale soit corrigée.
    J'espère que vous obtiendrez gain de cause en 2019.

  • A visiteur: A force de voir des situations suspectes il est devenu difficile de ne pas croire à des dysfonctionnements et des négligences inacceptables parfois résultant de la manque de compétence ou voire la corruption. Si nous sommes arrivés à une situation de méfiance du système c'est parce que nous avons vu et vécu des choses qui nous a menés à la méfiance. "Heureux celui qui croit sans avoir vu " (Evangile de Jesus Christ selon Saint Jean)

  • @maendly

    Je comprends votre colère, mais votre cri manque d'informations.

    1. Avez-vous fait opposition à la construction?
    2. Quel a été le résultat de votre opposition? Quelles ont été les conditions de la construction (cahier des charges)?
    3. Dans quelle zone d'habitation vous trouvez-vous? Villa/artisanat/industrie?
    4. Quelle procédure avez-vous ouverte? avec l'aide d'un avocat?
    5. Vous êtes-vous adressée à l'autorité fédérale? cantonale ou communale? Cela ne devrait jouer aucun rôle, mais vous êtes-vous adressée à la bonne autorité?, celle qui lutte contre les nuisances sonores? ou avez-vous rédiger des courriers généraux de votre courroux et qui ne permettent pas de connaître précisément vos griefs?

    https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/bruit/info-specialistes/exposition-au-bruit/valeurs-limites-pour-le-bruit/valeurs-limites-dexposition-au-bruit.html

    Malheureusement, l'administration prend un temps infini pour bouger... même si vous avez fait tout juste; cela n'a rien à voir avec une protection de gens puissants, juste l'inertie de services qui ne connaissent pas la concurrence et vivent en vase clos.

    @ Yasmine : comme MH, vous ne donnez jamais d'exemples de situations suspectes, juste votre vécu et votre impression personnelle... dans le cas de cette recrue, par exemple, si la famille n'avait pas demandé la récusation de l'expert (cf. leur site, ad après décision après tf), pour dire que ce n'était pas vraiment une demande de récusation, mais quand même, la procédure n'aurait pas encore pris 6 mois ... et aurait permis au procureur de renvoyer la cause en jugement dans les délais... A un moment, il faut aussi se demander si les moyens choisis pour se défendre étaient les meilleurs, surtout quand ils sont dilatoires à quelques semaines de la prescription et empéchait le procureur de faire son boulot... Oui, la justice a tardé beaucoup trop, mais j'aimerais connaître le détail des écritures entre 2013 et 2018 ;)

  • @ Vaudois
    Je ne me suis pas opposé à la construction de l'usine, j'ai seulement demandé que des mesures physiques de protection de mon immeuble soient prises car le canal de restitution de l'ouvrage déverse son eau perpendiculairement à ma maison qui de fait est devenu le mur qui remet l'eau dans le sens de la rivière. Le DGE m'a assuré que cette composante de l'ouvrage ne devait pas mettre en danger les soubassements de ma maison et que si cela devait se produire les propriétaires de l'usine étaient tenu de prendre les mesures nécessaires à sa protection???
    Je me trouve en zone hameau. La commune m'a d'ailleurs obligé à en tenir compte lors de modifications mineures que j'ai apportées à mon édifice.

    J'ai entamer une procédure avec l'aide d'un avocat du cabinet Recordon à Lausanne ce juriste a demander aux exploitants de se mettre en conformité, ce qu'ils semble ne pas vouloir faire car cela impliquerait d'isoler phoniquement la cabine du générateur et de couvrir la vis qui fait un bruit de machine à laver. Ils ne souhaites pas dépenser d'avantage, rentabilité oblige.
    Je ne me suis pas adresse à la'autorité fédérale mais je me suis adressé à la préposée communale aux construction qui m'a répondu que cette affaire n'est pas de son ressort puis qu’autorisée par l'Etat. A la demande de mon avocat la DGE est venue mesurer le bruit, résultat: 66 décibels jour et nuit alors que la réglementation dans cette zone est de 60 le jour et 50 la nuit. J'ai mandater une entreprise spécialisée qui a mesuré 70 décibels, pourquoi cette différence ? Il va de soit que les exploitants ne diminuent pas le débit la nuit, rendement oblige.
    J'ai écrit à Mme De Quatro pour qu'elle fasse avancer ce dossier, elle l'a transmis mon courrier à son chef de service Mr Neet qui a fait suivre... Les exploitants prétendent avoir apporté quelques améliorations à leurs installation pour gagner du temps, ils n'ont d'ailleurs pas pris de contres mesures qui confirmeraient leurs dires. J ai acquis un sonomètre afin de mesurer moi-même le bruit qui se situe de jour comme de nuit entre 60 et 65 décibels. J'attend que la DGE procède à ces contre mesures tant attendues.
    Je vous laisse imaginer ce que peut produire comme bruit un lave vaisselle en fonction dans votre salon accouplé à un aspirateur en marche dans la pièce voisine, et cela 24h sur 24.
    Mon avocat me demande si je souhaite m'adresser à un tribunal en m'informant que ça va me coûter de l'argent sans être certain d'avoir gain de cause si ses Messieurs finissent par prendre des mesures techniques efficaces pour se mettre aux normes. Je suis déjà à 5000 francs d'avocat sans aucune améliorations et je doit encore provisionner pour entamer une procédure.
    Les propriétaires d'ABC Hydro ont tout intérêt à ne rien faire tant qu'aucune autorité ne les y oblige puisque le non respect des normes leur permet un rendement financier de 20% supérieur à ce qu'il serait lors d'une utilisation respectueuse de l'environnement. Rien ne garanti que cette manière de faire soit sanctionnée puisque selon mon avocat, même s'ils se mettent aux normes il est fort possible que le préjudice que je subit depuis octobre 2017 ne soit pris en compte par la justice.
    J'ai pensé à vendre ma maison, mais qui va me l'acheté en l'état ?

    Bien a vous.

  • Maendly@ Ma commune est pleine de bonne volonté écolo-débile. Entre autres mesures, turbiner l'eau potable. Conséquence : l'eau est turbinée dans un réservoir qui transmet les vibrations à tout le bled...Quel meilleur conducteur que l'eau ? Et personne n'y a pensé. C'est le progrès. Plus jamais de nuit silencieuse pour personne...

  • @Géo Il y en a un qui y a pensé, c'est celui qui a vendu la turbine mais il n'en a pas informé la commune. Comme les communes sont de plus en plus gouvernées par des incompétents qui se reposent sur des fournisseurs peux scrupuleux; ce qui devrait être une évolution technique qui profite à tous devient une nuisance qui enrichit certains fait chier tout le monde et permet aux élus de faire croire à la population qu'ils gèrent leur commune de manière avant-gardiste.

  • J'ai bien peur que vous soyez dans le vrai...
    Cela dit, plus personne ne veut faire de la politique communale, alors...

  • comment passe t-on d'un debat sur une grave erreur medicale a celui d un contentieux au sujet d une construction nuisible?

    Il faut rester centrer sur le debat et veiller a ne pas attaquer tous les magistrats/juges tout azimut... sinon on perd en credibilite.

  • A Marimikko: Je n'aime pas censurer les commentaires mais, effectivement, je préférerais moi aussi que les commentaires soient en lien avec le sujet de l'article publié.

  • @Maendly

    Merci pour votre compte-rendu objectif!, cela change ici. J'ai également lu l'article du matin (via google).

    Votre difficulté vient du fait que vous avez renoncé à une opposition et donc à la protection préalable prévue par la loi à la construction. Compte tenu du dépassement relativement faible des limites d'émission (mais pénibles, j'en suis certain), votre procédure n'est malheureusement pas prioritaire (et il faudrait connaître le cahier des charges de la construction pour s'assurer que l'exploitant n'a p. ex pas obtenu une dérogation, vu l'importance que donne l'état aux mesures décarbonnées). Selon l'article du Matin, il s'agit par ailleurs de votre résidence secondaire

    Idéalement, comme mesures temporaires le temps de l'examen de votre requêre/remise d'une expertise, il faudrait installer des vitres anti-bruit (en négociant avec l'exploitant pour qu'il en supporte les coûts).

    Attention à la prescription si vous souhaitez bénéficier d'une indemnité (et pas seulement une remise aux normes)

  • @ Vaudois. Merci pour votre sollicitude. Ils ont mis vingt ans à négocier, manœuvrer pour de me déposséder de mon droit d'eau, s'accaparer un débit qui qui ne leur revenait pas après l'abandon d'un tiers exploitant, puis le coup de grâce fut de déplacer l'installation de chez eux à devant chez moi. J'étais et suis toujours pour les énergies renouvelables mais en préservant la qualité de vie d'autrui. Comme dans de nombreux projets écolos le confort de nombreux utilisateurs passe par dégradation des conditions de vie d'autres qui vivent à proximité.. Il suffirait de quelques mesures techniques sur l'installation pour les éviter.
    J'ai transformé cet ancien moulin en une habitation. Cela m'a demandé beaucoup de temps, d'énergie, et au moment de pouvoir en jouir pleinement, patatra. Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve mais j'ai au moins compris une chose; par orgueil, cupidité ou tout simplement je-m’en-foutisme des gens représentatifs de la société, tenant discours et servant d'exemple, se foutent complètement du mal qu'ils font tant que ça ne nuit pas à leurs affaires.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel