21/01/2019

Canton de Vaud: La procureure Mme Masson n'est pas condamnée ... par ses chefs !

Bonjour,

Voilà l’article consternant publié le 10 janvier 2019 sur le site du Matin :

https://www.lematin.ch/faits-divers/tentative-menaces-pro...

Cet article dit bien que pour des raisons évidentes l’instruction a été effectuée par un procureur du canton de Neuchâtel. Ce procureur indépendant a condamné Mme Masson qui ensuite a fait appel.

Mais ensuite, Oh Miracle, la cause a été jugée dans le canton de Vaud par les chefs de Mme Camilla Masson et cette procureure n'a pas été condamnée !

Normalement les magistrats doivent se récuser quand ils n'ont pas l'indépendance nécessaire pour traiter une affaire. Mais dans le canton de Vaud ils (ou elles) ne se récusent jamais spontanément. Et si vous demandez la récusation d'un magistrat en ayant de très bonnes raisons, eh bien votre demande sera en général refusée. Il serait intéressant de savoir combien de demandes de récusation ont été déposées dans le canton de Vaud ces derniers dix ans par exemple et combien de demandes ont été acceptées ...

Je me demande si, suite à cette affaire vraiment anormale, des politiciens vaudois ou une Autorité vont s'offusquer. Probablement que personne ne réagira sous prétexte de la séparation des pouvoirs, excuse bien pratique permettant aux politiciens de dormir sur leurs deux oreilles.

Il devient de plus en plus urgent de sanctionner sévèrement les magistrats qui n'appliquent pas les lois, qui accordent des privilèges ou qui favorisent le copinage. Mais qui va le faire ? La création de jurys de citoyens est certainement la seule solution permettant rapidement d'obtenir des changements. A ce propos voir les articles de ce blog parlant de la séparation des pouvoirs et des jurys de citoyens. Par exemple:

http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/07/06/...

Merci de diffuser ce message aux citoyens qui s’inquiètent des très graves dysfonctionnements du pouvoir judiciaire vaudois. 

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

Bonsoir,
Cet exemple montre que la justice dans les cantons suisses continue d'être totalement ARBITRAIRE. Voilà pourquoi les Gilets Jaunes de Suisse sont nécessaires. Il faut que tous ces privilèges cessent et que les magistrats qui n'appliquent pas les lois soient sanctionnés comme les pesonnes commettant des erreurs dans d'autres métiers.

Écrit par : Michèle Herzog | 21/01/2019

Répondre à ce commentaire

Mme Masson a fait appel et c'était son droit.

Vous jugez sur des articles de presse ou alors vous avez pris connaissance du dossier, l'avez étudié en vérifiant toutes les allégations des parties en regard de la loi.

Avez-vous également assisté aux audiences ?

Selon la presse, la plaignante, une fois les considérants reçus, fera appel de ce jugement !

Écrit par : M.A. | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

Il va de soi qu'une procureure vaudoise, pour le surplus concubine du procureur fédéral Nicolas Cruchet, jouit de l'impunité totale. Gerhard Ulrich, Morges

Écrit par : Gerhard Ulrich | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

@ Gerhard Ulrich : dans toutes les professions quelles qu'elles soient, il y a des couples qui se forment sur leur lieu de travail !

Je ne vois pas le rapport entre M. Nicolas Cruchet, Mme Camilla Masson et l'affaire en question.

Leur vie privée ne regarde ni la magistrature, ni le grand public !

Écrit par : M.A. | 23/01/2019

A MA: J'ignore si Mme Masson est innocente ou pas. Ce qui me choque ce n'est pas cela. C'est le fait que ses chefs aient accepté de la juger alors qu'ils devaient se récuser. A part ça, je félicite l'employée qui a eu le courage de dénoncer le harcèlement subi. Et qui va faire appel.

Écrit par : Michèle Herzog | 22/01/2019

Répondre à ce commentaire

A MA: Le rapport il est simple. Quand les magistrats vaudois savent qu'une procureure vaudoise vit avec un ex-procureur vaudois devenu procureur fédéral elle bénéficie d'une certaine immunité. Pas trop compliqué à comprendre.

Écrit par : Michèle Herzog | 23/01/2019

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas en quoi vos élucubrations sur ses histoires de coeur ont un quelconque rapport avec son procès et encore moins en quoi un juge serait son chef... c'est parce qu'elle est une femme que vous introduisez ces remarques?

Un procureur n'est en rien subordonné au tribunal. A cet égard, il a le même statut qu'un avocat...

Et, franchement, ces insinuations sur la vie privée de fonctionnaires me navrent au plus haut point! Assez pour que j'arrête de vous suivre. No pasarán!

Écrit par : Vaudois | 23/01/2019

Répondre à ce commentaire

A Vaudois: Dans le canton de Vaud les procureurs et les juges pénaux se tiennent les coudes. De nombreuses personnes en ont fait l'expérience et moi aussi depuis des années.

Écrit par : Michèle Herzog | 24/01/2019

Répondre à ce commentaire

En un mois, c'est le deuxième magistrat du canton de Vaud qui comparaît devant un tribunal en tant que prévenu. Gabriel Moret conteste une condamnation pour violation du secret de fonction. https://www.lematin.ch/28214698

Il est intéressant de constater que les choses ne se font pas en plein jour. Mais en catimini.

Écrit par : Michèle Herzog | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.