10/02/2019

Lettre ouverte à l'avocat genevois M. Daniel Kinzer.

Monsieur,

J'ai lu votre article "L'avocat une personne de confiance" publié à la page 2 du supplément "Focus Droit 2019" de 25 pages produit par Smartmedia Agency AG. Supplément distribué en Suisse romande par la Tribune de Genève et le journal 24 Heures début février 2019.

A la première phrase de votre article, vous écrivez: "Aujourd'hui comme hier, la confiance est le maître mot qui gouverne la relation entre l'avocat et son client". Puis vous citez quelles sont les études réalisées par les avocats.

Et vous ajoutez: "La confiance découle aussi du serment d'avocat et d'une déontologie stricte. Cette déontologie fait l'objet de règles professionnelles, codifiées dans la Loi Fédérale sur la libre circulation des avocats du 23 juin 2000 (LLCA), complétées à Genève par les Us et coutumes de l'Ordre des avocats dont l'intitulé met en évidence l'enracinement dans une longue tradition".

Je suis totalement offfusquée par vos déclarations car vous passez totalement sous silence dans votre article que lorsqu'un(e) avocat(e) en Suisse romande gruge intentionnellement son client ou sa cliente ou commet une très grave erreur, eh bien il sera totalement impossible de s'en plaindre. Je ne parle ici que de la Suisse romande car je ne connais pas la situation en Suisse allemande.

De très nombreuses personnes ont subi les actes anormaux de leurs avocats et, quand elles se sont adressées à l'Ordre des avocats, leurs plaintes n'ont donné lieu à aucunes sanctions. Vous ne pouvez l'ignorer, car il suffit d'étudier quelques affaires "étranges" pour s'en apercevoir. Ce que j'ai fait.

Il existe paraît-il des Commissions d'éthique au niveau de l'Ordre des avocats. Mon expérience dans le canton de Vaud montre que suite à mes plaintes concernant les actes très graves de 4 avocats, je n'ai jamais été entendue par ladite Commission d'éthique car le Bâtonnier ou la Bâtonnière ne transmet pas les plaintes à la Commission d'éthique ! Mes plaintes ont été ignorées (aucunes sanctions). J'ai aussi constaté que La Chambre des avocats vaudois ne fait pas non plus un travail sérieux. Elle a couvert les infractions pénales réalisées par mon avocat lausannois (décision de juin 2007 de M. Blaise Battistolo, également juge cantonal pénal depuis 1996, donc très expérimenté ... qui a pris sa décision sans rechercher la vérité et sans la détenir ...).

Et si on dépose une plainte pénale contre un avocat, eh bien la plainte pénale sera soit ignorée soit classée. J'en ai aussi fait l'expérience de 2007 à ce jour (Ministère public de Lausanne et de Vevey). Mais je ne suis pas la seule à avoir fait ce type d'expérience.

J'estime que votre article n'est pas éthique car vous faites croire aux citoyens de Suisse romande que les avocats sont sérieux et doivent respecter des règles strictes, alors que ce n'est manifestement pas le cas. Bien sûr, il existe certainement des avocats sérieux, mais actuellement on ne sait plus comment faire pour les trouver ce qui nuit très gravement à votre profession car personne ne réagit. Autre problème: Un avocat peut être sérieux dans une affaire et très malhonnête dans une autre.

Si les règles strictes que vous citez étaient appliquées, il y aurait alors forcément des avocat(e)s sanctionné(e)s, car dans tous les métiers il existe un pourcentage de personnes malhonnêtes.

La réalité est beaucoup plus fondamentale que la théorie. Il est indispensable qu'enfin des statistiques fiables soient produites indiquant combien de plaintes ont été envoyées par les citoyens et quel pourcentage d'avocats ont été sanctionnés suite à ces plaintes. A mon avis, c'est le seul moyen actuellement de rétablir la confiance entre les citoyens et les avocats. Il n'existe actuellement aucune transparence et cette situation est totalement anormale.

J'estime que votre article, pour être crédible, aurait dû produire ces statistiques. Je vous remercie de m'indiquer combien de plaintes ont été déposées et combien d'avocats ont été sanctionnés dans chaque canton romand au cours de ces dix dernières années. Je vous remercie de m'envoyer votre réponse en commentaire (en cliquant sur le mot commentaire au bas de cet article) afin que les internautes puissent prendre connaissance de votre réponse.

Cette transparence et ces statistiques devraient aussi s'appliquer aux magistrats et aux fonctionnaires qui n'appliquent pas les lois. C'est un autre sujet très important, mais il est aussi lié au travail des avocats (et des politiciens) qui n'osent pas dénoncer ces graves dysfonctionnements.

Pendant longtemps les citoyens ont été manipulés sans s'en apercevoir, mais actuellement grâce à Internet et aux réseaux sociaux sachez que les informations circulent car, heureusement, certaines victimes osent s'exprimer.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez recevoir, Monsieur, l'expression de ma très grande inquiétude et de ma colère.

Michèle Herzog

Merci aux internautes d'envoyer, en commentaire au bas de cet article, un résumé très court de votre expérience faite avec des avocats en indiquant dans quel canton cela a eu lieu et à quelle date. Et en indiquant si l'avocat(e) a été sanctionné(e).

Merci de diffuser cet article à vos amis. 

Meilleures salutations.

 

Commentaires

Fribourg: Me Faire.
Excellent,disponible et très pertinent dans ses arguments. Je le soupçonne par ailleurs de m'avoir fait une remise. J'ai obtenu la totalité qu'il avait réclamé, Me Faire m'ayant convaincu de ne pas demander plus pour ne pas le perdre en honoraire de la partie adverse. Très bon conseil! Et son blog montre qu'il aime son travail.

Je ne me retrouve aucunement dans vos propos, inutilement généralisateur.

Écrit par : G. L. | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis totalement d'accord avec vos propos.

Écrit par : Moor | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Suite à une affaire en droit de bail mon amie et moi avons fait appel à un avocat conseil et déposé une plainte au tribunal des baux. 2ans après, le jours avant notre audience au dit tribunal, nous recevons une lettre de la part de cette avocat qui nous informe avoir été en incapacité de travail depuis 4 mois et qu'il n'a pu transmettre les documents nécessaires en temps voulu. N'ayant pas eu le temps imparti pour nous défendre de cette situation notre affaire à été classée sans suite par le tribunal.

Nous avons tenté d'obtenir des explications auprès de cette avocat, en vain. Nous avons donc décidé de faire appel à notre protection juridique afin de porter plainte contre cette avocat. 2ans plus tard soit le 31 janvier 2019, nous avons été entendu lors d'une audience de conciliation devant le tribunal civil de de l'arrondissement de la Sarine.

Il en ressort qu'il payera un dommage subsidiaire.

Nous avons tout de même demandé le 1er février 2019 à l'avocate qui nous a défendu dans cette affaire, de savoir si il était possible de dénoncer cette avocat à l'ordre afin que d' autres citoyens n'aies pas à subir l'incompétence de celui-ci. Nous sommes actuellement sans nouvel concernant notre demande.

Meilleures salutations A. Widmer

Écrit par : Widmer | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Les avocats corrects se comptent sur les doigts du pouce, j'ai la chance d'en connaître une de bien et des dizaines de pourris! et comme disait Coluche, avocat (ou juge c'est la même engeance, la même caste qui se serre les coudes envers et contre tout)c'est sept ans de droit et toute la vie de travers!!!
Alors pour la confiance laissez-nous rire - ou pleurer....

Écrit par : Intellopatro | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Cette publication de l'avocat genevois Daniel Kinzer est de la publicité mensongère. Point à la ligne.
Gérard Ulrich, Morges

Écrit par : Gerhard Ulrich | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

C'est exact, la confiance entre avocat et client doit exister parce que sans celle-ci, la difficulté d'expliquer pour le client et pour l'avocat de saisir le problème devient problématique.

Dans ma carrière professionnelle, j'ai vu des clients repartirent, dossier en main, parce que visiblement il y avait un problème de communication, problème que j'ai eu avec un informaticien et c'est ce que j'ai fait en allant consulter un autre professionnel.

Écrit par : M.A. | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

A G.L:: Merci pour votre message. Effectivement je reçois aussi les articles de Me Faire depuis plusieurs années. J'ai parfois envoyé des commentaires sur son blog. Tant mieux si vous avez trouvé un avocat efficace. Mes propos ne sont pas généralisateurs. J'ai écrit: "Bien sûr, il existe certainement des avocats sérieux ...". Ce qui est anormal c'est l'immunité des avocats. Il s'agit clairement d'un privilège anormal dans une démocratie. Meilleures salutations

Écrit par : Michèle Herzog | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

A M.A.: La confiance est bien sûr indispensable. C'est le B A BA. Mais parfois le client est trompé et ne s'en aperçoit pas ou du moins pas immédiatement. Et quand il s'en aperçoit c'est souvent trop tard ! Et s'il se plaint à l'Ordre des Avocats ce sera souvent totalement inutile ... Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

@ Mme Herzog : j'ai travaillé pour des avocats cités dans le supplément cité dans votre blog et ceux-ci sont également cités dans la liste des meilleurs avocats de Suisse !

Quant au client "trompé", je pense que, s'il se rend compte que son dossier n'avance guère ou ne bouge pas, il doit le réclamer rapidement sans attendre et s'évitera des problèmes supplémentaires cas échéant.

Écrit par : M.A. | 11/02/2019

A Moor: Merci pour votre soutien.

Écrit par : Michèle Herzog | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

En y réfléchissant, je pense que les plaintes des citoyens ne devraient pas être envoyées à l'Ordre des avocats, qui n'est pas un organisme neutre, mais à un jury de citoyens qui traiterait ces plaintes. Puis alerterait l'Ordre des avocats et vérifierait qu'une sanction aura été prise. Ce jury de citoyens publiera également des statistiques (nombre de plaintes reçues / nombre de sanctions prononcées).
Merci de signer et de diffuser cette pétition réclamant la création de jurys de citoyens. Voici le lien: http://chng.it/VVxHk6vnrw

Écrit par : Michèle Herzog | 10/02/2019

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il faudrait mieux s'inspirer de la pratique du CHUV. Ils ont installé un bureau pour désamorcer les conflits où tout un chacun peut venir expliquer ses peurs/angoisses/problèmes et erreurs médicales. L'équipe assure ensuite un suivi et une réponse individualisée.

Elle est bien accepté par les équipes médicales car elle est indépendante, responsable et utile.

Je suis convaincu que la plupart de vos difficultés avec un avocat/juge naissent d'une incompréhension (ils n'ont pas le temps de faire du social dans leur réponse) et qu'un professionnel de la gestion des conflits pourrait aplanir 99% des problèmes (à condition d'être indépendant). En tout cas, je préfère cela à la réponse d'une foule type café du commerce...

Écrit par : G. L. | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

@ G.L. : en Allemagne, il y a dans chaque Land des "ombudsman" à qui on peut s'adresser pour résoudre les difficultés liées aussi bien concernant la justice (tribunaux, avocats, notaires, etc..), la domaine médical, la police, les commerces/magasins qu'ils soient alimentaires ou pas, etc...

Vous avez raison de souligner l'incompréhension entre clients et hommes de loi, le même problème existe entre médecins et patients.

Écrit par : M.A. | 12/02/2019

Mon problème pour les autres surtout, est d'avoir un rapport obsessionnel avec la vérité et la justice sociale. Ma réponse à Daniel Kinzer, qui doit assurément vivre dans un monde parallèle ou dans un paradis perdu ; j'imagine que selon cet avocat, il y a juste à traverser la rue pour trouver un de ses confrères accroc a son code de déontologie ? Dans la plupart des cas de figure, les avocats ne respectent jamais leur code de déontologie pour la simple et bonne raison qu'ils doivent d'abords faire du fric et pour ça, ils font passer la notion de droit « stricto sensu » très très loin derrière, en dernière position en mode « troisième roue du carrosse ». Un exemple parmi tant d'autres au niveau des petits arrangements entre amis ? Quand je dis petits arrangements entre amis je veux parler des petits arrangements entre toutes les personnes citées ci-après : Avocats,juges,
magistrats, présidents, ministres, experts en biens immobiliers, experts en psychiatrie, etc, etc, etc, la liste n'en finit jamais. Tout est convenu d'avance et pour les griller il faut tout anticiper en permanence. Il faut savoir aussi que dans « LE MILIEU » de la justice, tout le monde couvre tout le monde. Le bâtonnier des avocats sert à couvrir les fautes lourdes ou la traîtrise des avocats vis-à-vis de leurs clients. La chambre des notaires sert à couvrir les escroqueries fomentées par des notaires véreux. Les présidents « en veux-tu en voilà par paquets de 20 » se couvrent entre eux pour ne jamais être sanctionnés tout en couvrant les fautes lourdes de celles et ceux qui les entourent. En France, le conseil d’État fera tout pour ne jamais faire condamner certains petits groupuscules de fonctionnaires qui organisent une forme de « terrorisme administratif » vis-à-vis de ses sans-dents ou de ses chômeurs. Pourquoi un avocat étiqueté « AJS » (aide judiciaire suisse) ou pas, devrait utiliser immédiatement l'article 815 du code civil pour défendre correctement son client, quand il sait que les circonstances vont lui permettre d'avoir recours à cet article plusieurs années après ? Pourquoi un avocat se renseignerait immédiatement auprès d'un organisme officiel (MIVILUDES) pour prouver que son client n'a jamais été dans une secte, alors qu'avec la complicité d'une juge, il sait qu'il pourra faire traîner l'information pendant deux ou trois ans ? Pourquoi un avocat et une juge tiendraient compte d'un document officiel et récent de l’État français qui prouve que le client va très bien au niveau de ses neurones, alors qu'ils ont la possibilité de « s’asseoir » sur ce même document ? Tout simplement pour faire appel à une psychiatre suissesse qui pourra difficilement contredire un document officiel. Le but de la manœuvre n'est pas de faire appliquer le droit suisse, mais plutôt de faire traîner ad vitam æternam une affaire, ce qui permet par la même occasion à une juge, d'arroser financièrement ses amies et ses amis ; d'où la notion de « petits arrangements entre amis ». Pourquoi un avocat devrait obliger son client à répondre à un questionnaire au contenu diffament et ordurier, alors qu'une juge et lui-même ont en leur possession un document officiel et récent de l’État français qui prouve que les questions de la partie adverse ne sont posées que pour faire gagner du temps à des clients défendus par un avocat véreux ? Parce que ce n'est pas avec celles et ceux qui ont créé et compliqué les problèmes à l'infini, qu'il faut espérer les résoudre. En conclusion, pourquoi plier une affaire de droits de succession en 4 mois alors que « LE MILIEU » de la justice suisse peut la faire traîner pendant quatre ans et demi pour ne pas dire 8 ans? Manœuvres dilatoires jamais sanctionnées ; dénis de justice jamais sanctionnés ; petits arrangements entre amis invisibles à l’œil nu jamais sanctionnés ; escroqueries judiciaires en bande organisée jamais sanctionnées ; bavures judiciaires jamais sanctionnées, etc, etc, etc, etc. Face à toutes ces fumisteries fomentées par des jean-foutres et des tire-au-flanc, qui peut bien être le dindon de la farce ? Le justiciable et le contribuable suisse bien sûr, puisque entre temps, il aura été lobotomisé à devenir un mouton de Panurge et une vache à lait. MERCI à mes compatriotes suisses de m'avoir rapidement éclairé sur ce qu'est « LE MILIEU » de la justice en suisse. Mon réquisitoire de cégétiste intègre et de gilet jaune pacifiste, est le même pour « LE MILEU » de la justice en France ; voire pire car en France il n'y a toujours pas démocratie directe. Un vrai avocat parmi quelques autres, Juan Branco et ses nombreux ouvrages ? A lire impérativement, « Histoire de la bêtise » de François Bégaudeau. « L’État de droit » démasqué, de Gerhard Ulrich. En PDF aussi parmi tant d’autres du même auteur : « Crépuscule » de Juan Branco.

Écrit par : MOREL PUIS LE BOUTEILLIEC | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Me Daniel Kinzer dit que : « La confiance découle aussi du Serment d’avocat et d’une déontologie stricte ».

Ce ne sont que des mots. Michèle HERZOG a raison de demander des témoignages, pour que chacun puisse vérifier sur la base de faits vécus.


En 1995, j’ai perdu mon entreprise parce que je ne savais pas qu’il faut une autorisation du Bâtonnier pour pouvoir porter plainte pénale contre un Président administrateur d’entreprise, membre d’une confrérie d’avocats, qui viole le copyright, alors qu’il ne faut pas cette autorisation pour pouvoir porter plainte pénale contre un Président qui n’est pas avocat.

Il y a eu une demande d’enquête parlementaire et son traitement fait par Me François de ROUGEMONT. Le résultat a montré que contrairement à ce qu’affirme Me Daniel KINZER, le Serment d’avocat avec les règles de déontologies strictes permettent aux avocats de manipuler les faits en toute impunité.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce monde, je les invite à consulter le document suivant :

http://www.swisstribune.org/doc/181030DE_VP.pdf

Dans la pratique, le Serment d’avocat avec les règles de déontologies réduisent le pouvoir des magistrats et des juges à celui de laquais des membres de confréries d’avocats. Ils leur donnent le pouvoir de contourner le respect des droits garantis par la Constitution fédérale en toute impunité.

Il y a actuellement un projet d’initiative en préparation pour la surveillance par le peuple des Serments des élus et des magistrats. Ce projet doit mettre fin à cette faille du système judiciaire suisse.

Voir projet d’initiative :

http://www.swisstribune.org/doc/LSSEMP_19.pdf

Écrit par : Denis ERNI | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

A G.L:: Merci pour votre idée. Le problème: Contrairement au CHUV, l'Ordre des avocats est très conservateur et n'acceptera certainement pas de déléguer la gestion des plaintes ! Je ne propose pas qu'une foule prenne des décisions mais un jury de citoyens préparé à cela. Ces jurys de citoyens seront très utiles dans de nombreux domaines. Meilleures salutations.

Écrit par : Michèle Herzog | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

A M.A: La liste des meilleurs avocats de Suisse est une farce ! Les 4 avocats dont je me plains figuraient dans cette liste !!! Et quand je leur ai attribué de mauvaises notes ces notes ont disparu !!!

Écrit par : Michèle Herzog | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Voilà un article qui montre que les avocats genevois sont partout et ne craignent pas les conflits d'intérêt. C'est intéressant de voir que cet article cite les jurys populaires ....

https://www.letemps.ch/suisse/geneve-juges-assesseurs-detonnent?utm_source=linkedin&utm_medium=share&utm_campaign=article

Écrit par : Michèle Herzog | 11/02/2019

Répondre à ce commentaire

Pour faire beaucoup plus court :
Les avocats (es) lobotomisés (es) « AJS » sont condamnés à ne rien faire il faut le savoir. Viennent ensuite les petits arrangements entre amis du milieu de la justice qui se couvrent tous entre eux : Avocats, bâtonniers, notaires, chambres des notaires, juges, magistrats, procureurs, présidents, ministre de la justice et de la police, experts en biens immobiliers, experts en psychiatrie, banques, fisc, communes, etc. Pourquoi des juges et des avocats devraient utiliser l'article 815 du code civil et l'authenticité d'un document officiel pour plier une affaire en 6 mois, quand ils savent que leurs petits arrangements entre amis vont la faire traîner pendant plusieurs années ? Tout est savamment millimétré pour exaspérer le justiciable et lui faire les poches, quant au temps qui passe c'est le dernier de leurs soucis.
Syndicalement et Gilet Jaune pacifiste,
Mr Dominique Morel et Mr Dominique Le Bouteilliec ne font qu'un.

Écrit par : MOREL PUIS LE BOUTEILLIEC | 17/02/2019

Répondre à ce commentaire

Un peu de dérision en immersion dans le milieu ubuesque de la justice suisse ne devrait pas faire de mal. Dialogue avec le personnel de KKS (Karin Kelle Sutter), quand elle demande à son personnel d'endosser le rôle de cacatoès (volatiles très intelligents), de carpettes, de moutons de Panurge ou de veaux du canton de Vaud :
Dans la matinée du 01 mars 2019, j’ai relancé par téléphone KKS et ses cacatoès au moins 6 ou 7 fois, en faisant comme eux et voilà ce que ça donne au niveau du dialogue :
Moi - Madame tant que KKS ne répondra pas à mes courriels, je vous relancerai autant de fois que j'en aurai l'envie même si ça doit être 50 fois par jour. Si vous voulez que j'arrête, vous demandez à KKS qu'elle s’épile le poil qu'elle a dans chaque main, histoire qu'elle commence un jour à faire son job.
Cacatoès : Mais monsieur on nous a retransmis que vous devez voir ça avec la justice du canton de Vaud.
Moi : Impossible madame ils ne font strictement rien depuis 8 ans pour une affaire de droits de successions qui aurait dû être pliée en 6 mois.
Cacatoès : Alors voyez ça avec votre avocate.
Moi : Impossible madame elle est lobotomisée à l' « AJS » donc condamnée à ne rien faire depuis plus de deux ans et en plus elle part toujours en vacances avec vos impôts.
Cacatoès : Oui mais ce n'est pas de ma faute.
Moi : Non madame c'est de la faute à KKS qui ne veut pas faire son job de ministre de la justice et de la police suisse parce qu'elle a un poil dans chaque main qu'elle ne veut pas épiler ou faire épiler.
A lundi madame et bon week-end.
Mr Dominique Morel puis Dominique Le Bouteilliec ne font qu'un.

Écrit par : MOREL PUIS LE BOUTEILLIEC | 02/03/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.