Procureur vaudois récusé par le Tribunal fédéral.

Imprimer

Bonjour,

Dans l'affaire des braqueurs d'une bijouterie à Vevey, le procureur du Ministère public de l'est vaudois, M. Anthony Kalbfuss, avait demandé que les braqueurs attrapés soient relâchés. Ce qui naturellement avait créé la consternation du biloutier et des citoyens ayant suivi cette affaire.

Puis la demande de récusation de ce procureur avait été rejetée par le Tribunal cantonal, ce qui correspondait à une seconde totale incompréhension !

Heureusement, ce bijoutier a fait recours au Tribunal fédéral et obtenu gain de cause. Merci très vivement à toutes les personnes qui se battent pour que les lois soient appliquées dans le canton de Vaud !

Au sujet de cette affaire, voilà un article publié sur le site du Matin:

https://www.lematin.ch/suisse/suisse-romande/braquage-bijouterie-vevey-procureur-recuse/story/26680331

Et voilà le lien de l'article très intéressant publié ce 16 mars par 24 Heures. Pour pouvoir lire cet article il faut être abonné ou acheter le journal. Dans cet article, on comprend que personne ne contrôle le travail du Ministère public vaudois raison pour laquelle, à mon avis, il existe tant de dysfonctionnements impossibles à faire corriger, car en général les juges fédéraux acceptent les décisions des procureurs et du Tribunal cantonal vaudois. Même quand ces décisions sont contraires aux lois, modifient les faits (des dates par exemple) ou contiennent des allégations basées sur aucune preuve et, en plus, contraires aux preuves produites !

https://www.24heures.ch/vaud-regions/braquage-vevey-procureur-evite-enquete-disciplinaire/story/16082364

 

Naturellement, les juges cantonaux ayant refusé la demande de récusation ne seront pas sanctionnés. Je me demande combien d'erreurs peut commettre un juge cantonal avant d'être sanctionné !

Merci d'avance pour vos commentaires.

Meilleures salutations.

 

Commentaires

  • Il est toujours très urgent, dans tous les cantons suisses, de réclamer un contrôle sérieux du travail du pouvoir judiciaire. Ce contrôle doit être effectué par des personnes ne travaillant pas au sein de la justice (jury de citoyens par exemple). Merci de signer cette pétition et de la diffuser:
    https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

  • Bonjour, Voici la pétition réclamant la création de jurys de citoyens. Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: http://chng.it/VVxHk6vnrw

  • Le canton de Vaud est le champion des secrets, ce qui permet de ne pas traiter certaines affaires ou de faire semblant de les traiter (astuce), sans appliquer les lois. Voici la pétition réclamant la transparence dans le canton de Vaud.
    https://www.change.org/p/au-grand-conseil-vaudois-p%C3%A9tition-pour-que-les-avocats-et-les-magistrats-annoncent-leurs-liens-secrets

  • Les autorités vaudoises ont la sale habitude de pratiquer la loi du silence. Si vous leur mettez le nez dans leur caca ils vous menacent de faire en sorte "qu'on s'occupe de vos affaires". Je ne sais de quand leur vient cette attitude poltronne, peut être de l'héritage de plusieurs siècles de soumission aux "Autorités de Berne" dont ils reproduiraient inconsciemment le comportement.

  • Les affaires vaudoises semblent être nombreuses mais qu'en est-il dans les autres cantons romands pour avoir une comparaison locale? Personnellement, je pense que comme citoyen nous avons une bonne part de responsabilité dans ce pourrissement des institutions judiciaires. Avec la vision américaine de recourir à la justice pour tout et rien, les tribunaux et la police sont surchargés ce qui ouvre la porte à un mauvais suivi de leurs dossiers.
    JE PENSE qu'il faudrait oser remettre à plat et redonner un peu plus de pouvoir à ce qui était, sur Fribourg, la Justice de Paix où les juges n'étaient pas des juristes mais des personnes de bonne volonté et de bon sens. Il nous faut prendre notre part de responsabilité comme citoyen. La loi n'est pas un tabou. La loi ce n'est pas la justice. Narcisse Niclass

  • A M. Niclass: Je ne suis pas de votre avis. Dans le canton de Vaud les affaires judiciaires classées par les procureurs sans avoir recherché la vérité ou en refusant d'appliquer les articles du Code de procédure pénale ne sont pas de petites affaires. Dans le canton de Vaud la justice coûte cher et les citoyens ne font pas des procédures pour le plaisir ou dans le but, comme aux USA, d'obtenir d'énormes dédommagements.
    Les citoyens ne sont pas du tout responsables des dérives du pouvoir judiciaire vaudois. Vous savez très bien, par exemple, que Mme Rosenstiel, 95 ans, n'est pas responsable des procédures qu'elle doit subir ! C'est identique pour des milliers d'autres victimes.

  • @ Narcisse Niclass : Excellent !

  • Nos juges et procureurs jouissent de l'impunité totale, car ils sont au bénéfice de la bienveillance des politiciens de gauche et de droite. Ceux qui ont condamné François Légeret sur la base de rien du tout, voire un scénario qui ne colle manifestement pas du tout selon 3 témoignages, ont été réélus brillamment par les députés vaudois. Eric Cottier, à 80 % des voix. On voit qu'il peut aussi compter avec la gauche. Chez nous c'est comme en France et en Allemagne: la gauche et la droite se partagent le fromage par des agissement pas très catholiques, et les magistrats ne voient rien. On sait que la justice est aveugle.
    Gerhard Ulrich, Morges / Suisse

  • Il est intéressant de constater que ce procureur Anthony Kalbfuss a classé ma plainte pénale du 14.2.2017 le 21.2.2017 !!! Il n'a pas entendu la personne dont je me plaignais, n'a pas recherché la vérité (pièces requises non réclamées) et n'a pas appliqué les articles du Code de procédure pénale. En particulier il a ignoré l'article 302 CPP (obligation de dénoncer).
    En tant qu'actionnaire je me plaignais car en janvier 2017 j'avais reçu les faux comptes 2015 de la société Fontatrez Holding SA.
    Et maintenant, à qui faut-il se plaindre de ce déni de justice couvert par les juges cantonaux vaudois ?

Les commentaires sont fermés.