Affaire Balkany: Le blanchiment d'argent a passé par la Suisse ...

Imprimer

Bonjour,

Nous savons en Suisse que le 80% des fonds liés au blanchiment d’argent passe par la Suisse. Voilà un nouvel exemple, l’affaire Balkany, dont le procès commence ce 13 mai en France. A ce propos, l'article du Temps cite les fantômes suisses qui aident systématiquement à dissimuler des fonds par la création de systèmes opaques. Je vous conseille de lire cet article:

https://www.letemps.ch/monde/fantomes-suisses-epoux-balkany

Je me demande pourquoi la Suisse est menacée depuis des années (liste noire par exemple) … sans que les menaces ne soient jamais mises à exécution !!! Alors que les affaires de blanchiment se succèdent et ont été dévoilées par les Swiss Leaks, Panama Papers, etc. toutes ces dernières années. Les auteurs des menaces envers la Suisse ne sont plus crédibles …

Certaines organisations internationales ont fait pression sur la Suisse pour que les lois contre le blanchiment et la fraude fiscale soient améliorées. Mais à quoi cela sert-il s'il n'existe aucune volonté d'appliquer ces lois ? Ici, en Suisse, on protège la place financière et toutes les activités qui y sont liées par tous les moyens.

Il faut savoir qu'en Suisse la majorité des magistrats ne traite pas les affaires financières ou alors uniquement quand les faits sont prescrits !  Les parlementaires et les autorités ne s'en offusquent pas du tout.

Dans cette affaire Balkany, il ne faut pas organiser uniquement le procès des fraudeurs (pour l'instant ils sont présumés innocents), mais celui de tous les professionnels qui les ont aidés.

Ces professionnels pratiquent ces aides à la fraude depuis des années … en toute impunité !  Et qui va organiser leur procès ? En Suisse, personne !

Les magistrats en Suisse sont aussi responsables de ce blanchiment d'argent, car ils ferment les yeux. Pourquoi n’agissent-ils jamais ? Et qui va les condamner ? Personne, car les politiciens appliquent le principe de la séparation des pouvoirs, ce qui les arrange bien. Ce principe est un fléau.

En France, certaines personnes osent fournir des explications. Voilà l’exemple de M. Jean-Charles Deniau, auteur d'un livre sur les Balkany, qui ose utiliser les mots « système opaque », « corruption » et expliquer comment fonctionne la protection dont bénéficie certains citoyens. Raison pour laquelle cette affaire Balkany a mis tant de temps pour enfin se retrouver devant les juges.

Bonne nouvelle: Tout le système opaque mis en place va être expliqué sur la place publique. Ce que les politiciens et les magistrats, en Suisse pays des secrets, détestent profondément. La transparence, ils ont horreur de ça. Je vous conseille de lire cet article:

https://www.bfmtv.com/police-justice/proces-balkany-c-est-tout-un-systeme-qui-va-etre-mis-sur-la-place-publique-1690650.html 

Même si le système judiciaire français est loin d'être parfait, il est clairement très en avance par rapport à la Suisse. En Suisse, aucun magistrat n’aurait osé intenter un procès à UBS et aucun magistrat n’aurait ouvert un procès tel que celui des Balkany. L’affaire aurait soit été étouffée, soit traitée après prescription des faits ! Et si une personne prononce le mot « corruption » elle fait immédiatement l’objet d’une plainte pour diffamation et d’une sévère condamnation pénale, même si ses  déclarations sont parfaitement justifiées !

Que faut-il entreprendre pour que tous les complices des fraudeurs présumés soient eux aussi jugés et cessent leurs activités d'aide à la fraude fiscale ?

Merci de diffuser cet article. Surtout en France.

Merci d'avance pour vos commentaires.

Meilleures salutations.

Commentaires

  • Michèle Herzog pose la question: "Que faut-il entreprendre pour que tous les complices des fraudeurs présumés soient eux aussi jugés et cessent leurs activités d'aide à la fraude fiscale ?". Réponse: rendre les magouilles publiques, en désignant les coupables par leur noms et prénom, si possible avec leurs adresses privées.
    Gerhard Ulrich, Morges / Suisse

  • La séparation des pouvoirs est juste et ce dans le but d'éviter qu'une seule personne concentre les trois pouvoirs soit : 1) législatif 2) exécutif et 3) judiciaire.

    Trouveriez-vous juste par exemple que le Président de la Confédération ou le Président du Conseil d'Etat - de n'importe quel canton s'entend - possède tous les droits et vous juge personnellement sur les plans administratif, judiciaire et politique ?

    Moi non !

    La séparation des pouvoirs existe depuis 1848 ! et contrairement à vos allégations, ce n'est pas un fléau !

  • A M.A: La séparation des pouvoirs, telle qu'elle est pratiquée actuellement, permet aux procureurs et aux magistrats de ne pas appliquer les lois, de modifier des faits, de ne jamais rechercher la vérité et de tout-de-même prendre des décisions, totalement ARBITRAIRES et de MAUVAISE FOI sans ne jamais être sanctionnés.
    D'où les dysfonctionnements très graves du pouvoir judiciaire. Certaines victimes de ce système, totalement innocentes, sont condamnées et prises dans un piège alors que d'autres personnes, qui devraient être condamnées, bénéficient d'une totale immunité. Trouvez-vous cela normal dans ce soi-disant Etat de droit ? C'est simplement devenu la loi du plus riche !!! Pourquoi ? Probablement à cause de la corruption ...

  • @ Mme Herzog : en premier lieu, je relève que vous ne faites que répéter ce que vous écrivez en long et en large depuis de nombreux mois parce que vous avez perdu un procès et vous n'êtes pas la seule dans ce cas.

    Deuxièmement, la Commission de gestion est tout a fait à sa place en auditionnant le Procureur de la Confédération. Je ne vois pas où est le problème puisque ce sont les deux Chambres - Conseil national et Conseil des Etats - réunies d'élire ou de ne pas réélire M. Lauber à son poste.

    De plus, la séparation des pouvoirs existe bel et bien dans ce cas puisque ce n'est pas une Commission comportant uniquement des hommes de loi qui auditionnent le PG, mais des citoyens élus par le peuple.

    Troisièmement, le Parquet peut tout à fait classer une plainte pénale pour diverses raisons et la personne qui se voit refuser l'instruction de dite plainte peut recourir contre l'ordonnance de classement. Si le premier recours est rejeté, elle peut continuer et saisir en tout dernier recours le Tribunal fédéral et dans certains cas saisir la Cour Européenne de Justice.

  • A M.A: M. Michael Lauber, procureur général de la Confédération, vient d'être entendu par deux Commissions de Parlementaires suite aux entretiens non protocolés qu'il a eus dans un restaurant avec M. Infantino de la FIFA, alors que 25 enquêtes pénales sont paraît-il en cours contre la FIFA ...

    Je trouve tout-à-fait normal que le travail du procureur général soit contrôlé et que des sanctions puissent être prises si nécessaire.

    Au sujet de ces enquêtes, voilà un lien:
    https://www.rts.ch/info/suisse/10428809-audition-de-michael-lauber-devant-les-commissions-de-gestion-du-parlement.html

    1ère question: Comment expliquez-vous que dans ce cas le principe de la séparation des pouvoirs ne soit pas appliqué ?

    2e question: Si le principe de la séparation des pouvoirs n'est pas appliqué au niveau fédéral, alors pourquoi est-il appliqué au niveau cantonal ?

    Merci d'avance pour vos réponses. Meilleures salutations.

  • A M.A: Il est normal que seuls les procureurs et les magistrats puissent prendre des décisions judiciaires. Mais il est totalement anormal que les victimes ne puissent jamais se plaindre quand ces fonctionnaires refusent d'appliquer les lois. Par exemple en classant des plaintes pénales déposées contre des citoyens dominants ...
    D'où cette pétition qui réclame un contrôle très sérieux du travail des procureurs et des juges.
    https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

  • A M.A: Vous ne faites aussi que répéter ce que vous dites dans vos commentaires depuis des mois. Vous refusez d'admettre que le système judiciaire dysfonctionne totalement, du moins dans les cantons romands. Les voies de recours sont totalement inutiles car les magistrats se couvrent entre eux. Juges fédéraux y compris. De très nombreuses personnes en ont fait l'expérience.

    Quant à la CEDH sur 53000 recours seuls 500 recours ont été acceptés. Cela prouve que ce système ne fonctionne pas.

    Puisque le système fonctionne si bien, d'aprè vous, alors comment expliquez-vous que des décisions judiciaires aient été prises pendant plus de dix ans dansune affaire vaudoise, alors que la vérité n'a jamais été recherchée (dix pièces requises jamais réclamées, toujours cachées à ce jour) ? Escroquerie estimée à plus de 30 millions de francs suisses (et soustraction fiscale ...).

    A votre avis, pour quelles raisons les procureurs, les magistrats et les fonctionnaires du fisc vaudois (ACI) se comportent-ils comme cela ? Merci d'y réfléchir.

  • "dix pièces requises jamais réclamées, toujours cachées à ce jour"

    Facile. Vu les sommes mentionnées, il vous appartenait de rendre pertinente cette requête de preuve. A un moment donné, un juge a eu le choix entre les requérir ou pas. Vu votre argumentation, il n'a apparemment pas été convaincu par la nécessité de requérir ces preuves. Avait-il raison? Ce n'est pas la question car cela dépendait de "votre!" argumentation. Avait-elle été déposée dans les formes, était-elle motivée, etc.

    Puis, justice est passée.

    Ce choix individuel d'un juge à un moment X ne jette aucun discrédit sur la justice romande dans son ensemble. Et, comme justice est passée, aucune autorité ne peut revenir sur cette décision. C'est un principe fondamental d'un état de droit qu'une décision entrée en force soit acceptée par les autorités. Je serais particulièrement choqué qu'une décision de justice soit remise en cause après coup!

    Puis, comme vous comptiez manifestement sur un héritage de plusieurs millions vous avez décidé de chercher un responsable: votre avocat, le juge, la justice, des organisations secrètes, etc avez-vous essayé de vous demander si la responsable n'était pas simplement... vous?

    Sincèrement, vous êtes fatigante à ressasser en permanence cet héritage à plusieurs millions alors que nous vivons, nous, avec de vraies difficultés à boucler nos fins de mois!

    Quant à la surveillance, le boulot de cette autorité n'est pas de vérifier des décisions individuelles mais de rechercher des dysfonctionnements internes. Or ne pas prendre de procès-verbal lors d'un entretien avec une partie appelle des questions et un besoin de réponses.
    En revanche, jamais une autorité de surveillance/autorité politique ne sera en droit de se prononcer sur est-ce que l'appréciation concrète et individuelle de "votre" juge qui n'a pas requis la production de documents supplémentaires était juste/erronée. Il y avait des voies de recours pour cela.

    Quant à la vérité versus la vérité judiciaire, je vous invite à en discuter avec un philosophe.

  • "Quant à la CEDH sur 53000 recours seuls 500 recours ont été acceptés. Cela prouve que ce système ne fonctionne pas."

    Source de vos chiffres?
    Au demeurant, cela montre uniquement que les personnes qui saisissent la CEDH ne comprennent pas son rôle, son fonctionnement et ce qu'elle peut concrètement faire. Elle n'est en particulier pas une 3e instance.

    Votre mode de pensée est réducteur, non?

  • A Thierry G: Quand la justice refuse de rechercher la vérité de 2007 à 2019 dans une affaire financière très simple à comprenre cela signifie que les dysfonctionnements sont très profonds. Les raisons: corruption des magistrats, puis copinage de leurs collègues qui les couvrent et qui couvrent aussi les fonctionnaires du fisc ayant accepté de très graves soustractions fiscales ! Pourquoi faudrait-il se taire ?
    Autre raison: magistrats appartenant à des sociétés secrètes, appliquant des lois secrètes, d'où l'urgence de leur réclamer des informations à ce sujet. Ce que j'ai fait ces derniers temps (aucune réponse reçue !).
    Naturellement, c'est plus simple de penser que tout va bien.

  • Pas de 2007 à 2019 , mais à une seule reprise en 2007 (?).
    Depuis, vous vous évertuez à demander la réouverture d'une procédure close. Si vous considérez qu'un arbitre de football a oublié de siffler un penalty et que le match est terminé, vous pouvez crier au scandale pendant 10 ans, le match ne sera pas pour autant rejoué...

    Et c'est facile de dénoncer corruption, bla bla et autres, mais cela demande un vrai courage d'accepter que le problème n'est pas chez les autres mais dans votre incapacité à accepter un verdict qui ne répond pas à vos attentes. Ma petite nièce de 3 ans est aussi à accuser son frère quand elle n'obtient pas ce qu'elle veut. Mais, elle grandira.

    Et, sérieusement?? sociétés secrètes? Lois secrètes? Et des licornes secrètes aussi? Vous croyez vraiment dans ce que vous écrivez? Et la tribune accepte de vous héberger ??????

  • A Ah lala: Effectivement si 53000 personnes ne comprennent pas à quoi sert la CEDH, d'après vos déclarations, alors c'est très problématique. A qui la faute ?

  • A Thierry G: Heureusement qu'il existe encore quelques personnes courageuses qui osent dénoncer les dysfonctionnements judiciaires en Suisse romande. Voilà deux liens: www.worldcorruption.info et
    www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_colelough-f.pdf

  • A Thierry G: Oui, de très nombreuses procédures de 2007 à 2019. Et dans toutes ces procédures la vérité n'a pas été recherchée car les magistrats et les fonctionnaires se couvrent entre eux.
    Je ne savais pas non plus que la franc-maçonnerie était aussi puissante, mais c'est bel et bien une des raisons des dysfonctionnements incompréhensibles du pouvoir judiciaire dans les cantons romands.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel