Genève: Manifestation de parents en détresse, les gilets orange, le 1er juin 2019.

Imprimer

Bonjour,

Les gilets orange manifestent dans les villes de Suisse romande depuis début février 2019. Qui sont les gilets orange ? Ce sont des parents en détresse qui subissent des décisions arbitraires lors de divorces et les décisions souvent incompréhensibles des autorités de protection des enfants.

Voilà un article au sujet de ces gilets orange:

https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Apres-les-gilets-jaunes--les-gilets-orange-sur-la-place-23669697

Un article bouleversant, publié dans le Matin Dimanche du 26 mai 2019 indique que ces parents manifesteront à Genève le 1er juin.

Leur devise "Touche pas à mon enfant" est aussi le titre de leur page Facebook gérée par un père divorcé de 46 ans vivant à Yverdon (Vaud). Voilà le lien:

https://www.facebook.com/SOSpapa.suisse/

Pour ceux qui viennent à Genève en train le rendez-vous est fixé le 1er juin à 13h à la gare Cornavin. Puis rendez-vous à 14h au Bd. St-Georges 16 à Genève et la manifestation se terminera à 16h30. Prendre avec soi au moins un gilet orange.

Cet exemple montre que les abus d'autorité n'ont pas eu lieu uniquement de 1930 à 1981, ce qui est insinué par les articles actuels publiés dans la presse concernant environ 60'000 innocents ayant subi en Suisse les internements administratifs (à ce sujet voir l'article précédent de ce blog). Pendant cette période des enfants avaient aussi été internés.

Je suis ravie d'apprendre que des parents se regroupent maintenant pour pouvoir mieux se défendre. C'est primordial.

Coïncidence: J'apprends ce lundi 27 mai 2019 qu'une association a été créée pour aider les victimes de ces abus d'autorité. L’association se nomme "Changer la Vie".
Le site web est actuellement en construction. L'adresse email est:

info@changerlavie.ch

Merci de diffuser ces informations aux parents en difficultés et à leur famille. 

Merci d'avance pour vos commentaires.

Meilleures salutations.

Commentaires

  • Ayant lu le Matin Dimanche, il ne s'agit pas d'internements administratifs tels que ceux qui ont été pratiqué ultérieurement, mais de difficultés conjugales et parentales suite à un divorce ou à une séparation des parents : le SPJ étant appelé à se prononcer sur la vie familiale, les relations parents/enfants, etc ... et sont alertés par les juges.

    Or, ce que les parents reprochent principalement au SPJ sont des prises de décisions dont ils sont trop souvent exclus et perdent ainsi l'autorité parentale et même parfois la garde de leurs enfants.

    Certains parents ne peuvent voir leurs enfants - dans ce qui s'appelle "Les Points Rencontres" - que "s'ils acceptent une tierce personne entre eux et leurs enfants" !

  • A M.A: Merci pour votre commentaire. Sachez que de nombreux parents se plaignent du travail et des décisions incompréhensibles des Services de protection des enfants et des adultes et cela dans tous les cantons romands. Et en Suisse allemande aussi.

    Le placement d'un enfant en foyer devrait être une mesure exceptionnelle et ce n'est pas le cas.

    Il ne faudrait pas que ces placements d'enfants en foyer deviennent une industrie (comme les placements arbitraires de personnes âgées en EMS quand ces personnes âgées sont encore en bonne santé ... Exemple de Mme Rita Rosenstiel ).

  • Depuis des mois dans le cour de l'école située en face de chez moi il y a des enfants de 11/12 ans qui se saoulent et se droguent tous les jours, dans l'indifférence générale des autorités, et je ne vois aucunes volontés de qui que ce soit pour que les choses changent pour ses enfants, on arrive à nous expliquer pourquoi? Où dans certains cas on laisse faire faute de compétences et de volonté politique???? Pourtant tout le monde a été alerté, mais rien n'y fait!

  • La résistance aux systèmes est primordiale mais nous sommes aussi le système. Depuis l'âge de 8 ans, je résiste à l'injustice et je dénonce les abus de pouvoir. Il faut se rappeler que c'est nous qui voulons des lois, des règlements, des contrôles et des solutions de l'Etat. La machine étatique est conduite par des femmes et parfois des hommes qui sous le coup de l'émotion dérapent. Le 80% des crimes contre les personnes sont en milieux proches, familles, amis. Ce n'est pas toujours aisé pour un fonctionnaire d'entrer dans ce cercles. Imaginez ce qui se passe quand une femme flic fait une remarque à un père islamiste, même ici en Suisse? J'ai divorcé il y a 35 ans, notre fils avait 16 ans, j'ai été surpris par la machine judiciaire qui se mettait en place mais avec une lettre signée des 2 parents le jeu a vite été calmé. Narcisse Niclass

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel