Pouvoir judiciaire vaudois: Des décisions totalement aléatoires !

Imprimer

Bonjour,

La procédure pénale que le Dr Christian Mathez a dû supporter pendant plus de 3 ans puis le récent procès pénal qui, heureusement, ne l'a pas envoyé en prison, nous montrent une nouvelle fois que les décisions du pouvoir judiciaire vaudois sont totalement aléatoires. 

De quoi s'agit-il ? Le Dr Mathez a aidé une de ses patientes à mourir chez elle. Le procureur M. Eric Cottier a estimé qu'il s'agissait d'un meurtre et a requis 5 ans de prison ferme, car, dit-il, il est obligé d'appliquer la loi. Voilà un article à ce sujet: https://twnews.ch/ch-news/cinq-ans-requis-contre-le-docteur-mathez

M. Eric Cottier, procureur général du canton de Vaud, ne tient donc pas compte des circonstances dans lesquelles un meurtre est effectué, ni des raisons pour lesquelles il est effectué. Pour ma part, je doute que le mot "meurtre" puisse être utilisé dans ce cas, mais ce n'est pas l'avis de M. Cottier.

Voilà une seconde chose qui me choque profondément: Dans cette affaire M. Cottier a décidé d'appliquer la loi, pourtant je détiens plusieurs exemples de cas où, dans des affaires pénales vaudoises, les infractions pénales n'ont pas été poursuivies, la vérité n'a pas été recherchée, certains faits ont été modifiés (des dates par exemple), ce qui a permis aux auteurs d'infractions pénales poursuivies d'office de ne jamais être condamnés. Souvent, les plaintes pénales ont simplement été classées ... A la place, parfois, des victimes ont été condamnées. Dans les cas cités ci-dessus, la loi a été totalement ignorée ... et cela ne gène personne.

Il faut tout-de-même se souvenir que M. François Légeret a été condamné sans preuve, sur la base de la présomption de culpabilité ressentie par les magistrats vaudois et par M. Cottier (ce qui est contraire à la loi et au principe de la présomption d'innocence ...), et qu'il croupit en prison depuis plus de 12 ans. Pendant toutes ces années, les demandes de révision de sa condamnation ont été systématiquement rejetées et les nouveaux témoins n'ont pas été entendus. Refus de M. Eric Cottier.

Heureusement pour lui, le Dr Mathez a alerté la presse avant son procès et la presse a publié des articles, ce qu'elle ne fait pas souvent avant un jugement. Le public, les citoyens, les 2000 patients du Dr Mathez et ses amis ont ainsi pu le soutenir dans la presse (lettres de lecteurs, commentaires au bas des articles) et venir le soutenir lors de son procès. Et je pense que cela a une importance énorme quand la "justice" est aléatoire. 

Heureusement, les juges n'ont pas appliqué la peine réclamée par M. Cottier. Le Dr Mathez a été condamné à une peine de 2 ans de prison avec un sursis de 5 ans. Voilà un article publié suite au jugement:

https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Medecin-generaliste-condamne-pour--meurtre--14522066

Cet article, dit à la fin que beaucoup de personnes désirent mourir chez elles, mais je pense que les médecins privés n'accepteront plus d'effectuer cela dans le canton de Vaud. Ces personnes seront donc envoyées à l'hôpital et d'autres médecins les aideront à mourir si elles se trouvent en fin de vie afin d'abréger leurs souffrances, sans que l'on sache quelles méthodes sont utilisées. Ce qui se pratique déjà depuis plusieurs années sans que les médecins des hôpitaux vaudois ne soient condamnés ...

Merci de diffuser cet article à vos amis.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

  • Je suis ravie de l'issue de ce procès, compte tenu d'un médecin qui a osé agir avec humanité, en répondant aux désirs de sa patiente et du conjoint en connaissance de cause. Il se serait rendu coupable en obligeant cette patiente à vivre plus longtemps avec des souffrances devenues inutiles et insupportables. J'ai assisté à des fins de vie où j'ai pu exprimer le désir des mourants de ne pas faire de l'acharnement thérapeutique, car cela n'avait aucun autre sens que de prolonger les souffrances et grossir la facture de l'hôpital.

  • A Mme Ramel: Merci pour votre commentaire. Moi aussi je suis ravie de l'issue de ce procès. Et j'espère que des solutions seront trouvées pour que les gens qui le désirent puissent mourir chez eux en étant accompagnés du médecin de leur choix sans que le médecin doive ensuite subir une procédure pénale pendant des années et un procès dont l'issue est aléatoire. Ce qui crée énormément de tourments, prend une énergie gigantesque et coûte une fortune.

  • Madame,
    Vous mélangez tout : les procès Légeret et du Dr Mathez ne sont en aucun cas identiques, le seul lien commun est l'instance de jugement, soit le tribunal pénal.
    Je préfère ne pas continuer, j'aurai tort de toute façon !
    Bonne journée.

  • A MA: Je vous remercie de votre commentaire. Sachez que j'ai parfaitement bien compris que les procès du Dr. Mathez et de F. Légeret sont différents !
    Voilà ce qui me choque: Dans le procès du Dr. Mathez, Eric Cottier procureur général du canton de Vaud dit qu'il est obligé d'appliquer la loi et réclame 5 ans de prison ferme. Pourtant je connais de nombreux exemples où la loi n'est jamais appliquée par les procureurs vaudois, ce qui ne dérange pas du tout Eric Cottier. Qui lui-même classe aussi des plaintes pénales alors que des infractions pénales poursuivies d'office sont signalées.
    Et dans l'affaire Légeret le même Eric Cottier trouve normal d'appliquer le principe de culpabilité sans détenir de preuves, alors qu'en Suisse la loi dit que le doute doit profiter à l'accusé. Ce que le Conseil fédéral a encore confirmé en juin 2019 suite à la démarche réalisée par Mme Isabelle Chevalley en mars 2019. Belles paroles et démarches qui ne servent à rien puisque F. Légeret est emprisonné depuis plus de 12 ans sans que sa culpabilité ne soit prouvée.

  • Bonjour
    Pourquoi ne pas laisser les personnes choisir ? il me semble que c est la peau de chacun et on doit pouvoir en disposer lorsque l’on est malade. de quel droit cette armée de bien pensants se permettent de donner des leçons à des personnes qui souffrent dans leur chair. Evidemment pour un certain nombres d’intervenants qui sont opposés, à cette délivrance, la conteste par des procès, ont tout intérêt à le faire. Ils s’assurent ainsi des revenus sur le dos de la souffrance des autres. Quand à la justice elle devrait plutôt s’occuper d’enfermer cette délinquance, et de ne pas laisser ressortir ces assassins et ces pédophiles qui pourrissent la vie aux honnêtes citoyens

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel