Licenciement d'un professeur à Lausanne: L'Etat lui offre 207'000.- CHF pour son silence !

Imprimer

Bonsoir,

L'histoire liée au licenciement d'un professeur de gymnase à fin juillet 2019, après 30 ans de travail dans l'enseignement, a été publiée dans plusieurs journaux et a suscité beaucoup de réactions. Voilà un article à ce sujet:

https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Le-prof-aux-propos-litigieux-finalement-vire-24261580

Le Matin-Dimanche de ce 6 octobre 2019 nous apprend un fait nouveau: En juillet 2019 L'Etat de Vaud a offert à cet enseignant un montant de 207'000.- CHF pour acheter son silence. Il s'agissait, d'après cet article, d'un accord confidentiel signé par M. Lionel Eperon, directeur général de l'enseignement postobligatoire et proposé à cet enseignant par le département de Mme Cesla Amarelle. Mais heureusement ce professeur n'est pas tombé dans ce piège et a refusé de signer cet accord confidentiel.

Je suis sidérée qu'en 2019, afin de ne pas appliquer les lois et pour éviter une procédure au tribunal de prud'hommes, de tels procédés basés sur le fric soient utilisés, avec en plus toute l'opacité d'un accord confidentiel.On se croirait vraiment dans une République bananière. J'imaginais qu'il existait plus d'éthique dans un tel Département ...

Félicitations Monsieur de poursuivre votre combat afin que vous soyez entendu par un tribunal et que, peut-être, les lois soient appliquées. J'espère que de nombreuses personnes se mobiliseront pour vous soutenir lors cette procédure.

Aux internautes: Merci de diffuser cet article à vos amis. Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Commentaires

  • Quelle surprise! ces gens pensent que l'argent achète tout à tous les niveaux. Ce qui se produit au niveau du Canton de Vaud se produit plus haut encore plus haut toujours plus haut et le monde est dirigé par des gens plus pourris les uns que les autres, sans la moindre notion de l'intérêt général et de l'éthique.
    Bravo à cet enseignant mais il n'est malheureusement qu'une goutte d'eau dans l'Océan et pour ceux qui veulent confirmation, cette petite vidéo leur ouvrira les yeux : https://www.youtube.com/watch?v=JoZFECE6DBA

  • Bonjour Michèle,

    La société d'aujourd'hui, comme celle d'hier, peine de façon actée à gérer, se déterminer, décider puis sanctionner tout ce qui tourne autour ou a attrait au "sexe, aux propos sexistes, aux paroles salaces, à l'inceste, aux attouchements, au viol..."
    Cet article prouve que le plus important, finalement, est que ce gymnase préfère lutter pour sa réputation que de sanctionner un prof qui n'en était pas à son coup d'essai, semble-t-il.
    Mettez-vous à la place des victimes, qui, malgré un courage énorme pour dénoncer, ont fait la risée de ce gymnase et ont été harcelées dès que la presse s'est accaparée de l'histoire, subit des intimidations supplémentaires alors que la procédure voudrait que cela cesse et qu'on les protège, bref, tout se passe à l'inverse de ce que le bon sens voudrait nous dicter.
    Cette décision tardive de licenciement aurait dû intervenir bien plus tôt ! Là, on a l'impression que c'est une décision prise à la hâte, pour contenter les victimes, assommer l'auteur qui prétend n'avoir jamais pu s'expliquer et lisser la réputation du corps enseignant.
    Preuve que dans ce domaine, les choses avancent, mais si mal et si lentement que les victimes vont encore prendre acte que le silence est la meilleure option...
    Le contraire du mouvement #metoo

  • A Mireille: Merci pour votre message. Je pense que pour licencier un enseignant ayant travaillé pendant 30 ans dans l'enseignement il faut avoir de bonnes raisons et en plus suivre une procédure car nous vivons dans un Etat de droit. Quand l'employé et l'employeur ne trouvent pas d'accord, c'est la justice qui doit trancher en entendant les arguments de chacun. Proposer un accord confidentiel et un montant de 207'000.- CHF pour éviter l'application des lois cela me choque énormément.
    Par conséquent je soutiens cet enseignant qui réclame d'être entendu par un tribunal. Pour le reste ce n'est pas à moi de juger qui a raison et qui a tort concernant le fond de cette affaire. Merci de votre compréhension. Affaire à suivre.

  • A Mireille: J'ai écrit ceci au bas de l'article publié sur mon blog: "Félicitations Monsieur de poursuivre votre combat afin que vous soyez entendu par un tribunal et que, peut-être, les lois soient appliquées. J'espère que de nombreuses personnes se mobiliseront pour vous soutenir lors cette procédure.".
    Il faut bien comprendre que le pouvoir judiciaire vaudois est aléatoire et que les lois ne sont pas souvent appliquées. Dans cette affaire c'est David (un enseignant) contre Goliath (Etat de Vaud). Raison pour laquelle il est très important qu'un grand nombre de personnes se déplacent au tribunal pour écouter les audiences.

  • A Mireille:Merci de lire l'article publié sur ce blog le 1er octobre 2019 ayant pour titre: "Pouvoir judiciaire vaudois: Des décisions totalement aléatoires". Quand les décisions judiciaires sont aléatoires il est important que les citoyens aillent écouter les audiences.

  • Ayant été prof moi-même, je pense qu'on peut très bien avoir de bons contacts avec ses élèves sans user de plaisanteries salaces. En revanche, il est clair que si l'Etat propose à quelqu'un, dans le cas présent un professeur, de l'argent EN ECHANGE DE SON SILENCE, c'est qu'il y a quelque chose d'inavouable à cacher. Si c'est le cas du prof en question, il a eu raison de refuser cet "arrangement " qui, selon toute apparence, semblerait être une forme de corruption.

  • @ Mme Herzog : ce qui aurait au final déclenché toute l'affaire était - paraît-il - un livre signé Virginie Despentes.

    V.D. emploie des mots qui effectivement peuvent choquer une catégorie de la population jeunes comme moins jeunes !

  • A MA: Oui, j'ai aussi lu cela dans la presse et il paraît, d'après la presse, que ce livre a été choisi par un groupe de professeurs.

  • Soyez certains qu'il y a les intouchables, y compris parmi les pédophiles et ceux qui dérangent, "les mauvais pensants" !

  • Arrêtez de voir le mal partout. Les profs ont un statut hyperprotégé... cette argent était proposé pour:
    - éviter de payer le salaire pendant la durée de la procédure de recours qui va durer des années;
    - éviter de payer les frais d'avocats et de justice;
    - disposer de sa place de travail pour le remplacer sans délai, sans attendre l'issue de la procédure de recours...

    Il n'y a aucune volonté de le faire taire, juste de préserver l'argent public en raison des nombreuses protections qui sont offertes par le statut de prof... un peu de bon sens, avant de crier au complot...

  • A Raspouti Maline: Merci de répondre très clairement à ces 2 questions:
    Si cet accord n'avait que des avantages, alors pour quelles raisons s'agissait-il d'un accord confidentiel ?
    Seconde question: Pourquoi devez-vous utiliser un pseudo pour publier votre commentaire ?

  • Le seul intérêt à la confidentialité est d'empêcher le gars de dire à son syndicat ce qu'il a touché pour éviter que le prochain demande + en produisant la convention, puis le prochain encore +, etc. Pas de complotisme, surtout que le cas était très médiatisé....

    Mais tout le monde sait qu'un fonctionnaire peut percevoir une indemnité d'environ 18 mois en cas de licenciement car la procédure judiciaire dure en moyenne trois ans et nul n'est à l'abri d'une faute de procédure vu la complexité du statut d'un prof et ses protections contre le licenciement. Or une faute de procédure, soumise à l'arbitraire d'un juge pop ou socialiste = généralement réintégration...

    + le salaire est généralement versé pendant la durée de la procédure judiciaire + le poste bloqué et la personne non remplacée jusqu'à l'issue de la procédure ...

    https://m.tdg.ch/articles/5ba21e74ab5c3765d5000001

    https://droitdutravailensuisse.com/2018/04/24/fonctionnaire-licencie-sans-motif-fonde-reintegration-ou-indemnisation/amp/

    https://m.tdg.ch/articles/15612631

    https://m.tdg.ch/articles/24296195

    Un minimum de bon sens commande donc de trouver un accord rapidement...

    Demandez-vous pourquoi je vous crains depuis Genève et me sens donc obligé de poster sous pseudo afin d'éviter que vous preniez le cas échéant mal mon commentaire et décidiez éventuellement de me harceler avec votre groupe de pression... j'ai totalement confiance en l'état mais je vous crains.

  • A Raspouti: Suite à mes 2 questions, vos arguments pour préconiser l'opacité ne m'ont pas du tout convaincue. En plus, j'ignorais que vous me craigniez !!!

  • A Raspouti: Je suis très intriguée par votre déclaration citant un groupe de pression dont je ferais partie ...
    Sachez que j'écris les articles de mon blog toute seule depuis 2012, sans aucune pression ! Et que je ne fais partie d'aucuns collectifs ou associations, à part dans le domaine sportif.
    Etant donné que je lutte pour la transparence, je vous remercie de m'indiquer très clairement de quel groupe de pression il s'agit.

  • A Raspouti: Vous devriez vous demander pour quelles raisons les procédures durent des années alors que la majorité des affaires pourraient être réglées sérieusement en quelques mois.
    Naturellement, quand les magistrats prennent des décisions incompréhensibles ou réalisent des erreurs judiciaires des recours ont lieu ensuite pendant des années. C'est le cas par exemple de l'agriculteur vaudois Jakob Gutknecht ayant été condamné par la "justice" vaudoise suite à l'incendie de sa ferme le 31 août 2002, alors qu'il est innocent. J'ai étudié son dossier et suis cette affaire depuis plusieurs années. Toutes ses demandes de révision déposées ces dernières années ont été rejetées. Aucune condamnation du coupable. Lire cet article publié ces derniers jours par le journaliste Christian Campiche: https://www.infomeduse.ch/2019/10/09/que-vaut-la-justice-des-hommes-le-cas-de-jakob-gutknecht-agriculteur-vaudois-ruine-apres-lincendie-suspect-de-sa-ferme/

  • D'autre part, c'est une double punition, d'un coté pour l'innocent concerné et d'autre part pour les contribuables.

    Ils ne s'octroient plus le droit de décapiter, de brûler des humains sur des bûchers, mais ils font tout ce qu'ils peuvent pour maintenir une forme de chaos afin de soumettre la population !

    Ca n'est pas plus compliqué que ça !

    Corruption étatique = obligation de faire régner la soumission organisée !!!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel