GRECO: La lutte contre la corruption dans les cantons suisses n'existe pas !

Imprimer

Bonsoir,

Le GRECO, Groupement des Etats contre la Corruption, dont la Suisse fait partie depuis le 1.7.2006, a évalué la corruption en Suisse. Mais malheureusement l'évaluation ne s'est faite qu'au niveau fédéral et pour le comprendre il faut lire les rapports détaillés du GRECO. Par exemple, ce rapport publié le 15 mars 2017, qui évalue les juges dès la page 27 et les procureurs dès la page 47 mais sans indiquer clairement dans les titres des châpitres qu'il s'agit uniquement des juges et des procureurs FEDERAUX !

https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=09000016806fcedb

Voici l'expérience que j'ai faite ces derniers temps. Voilà le lien du GRECO que j'ai utilisé, version française de la 4e évaluation de la Suisse faite par le GRECO.

https://www.coe.int/fr/web/greco/evaluations/switzerland  

A droite de la première page, j'ai trouvé un lien permettant d’accéder aux autorités nationales de lutte contre la corruption de tous les pays faisant partie du GRECO.

Pour la Suisse, j’apprends que c’est le Groupe de travail interdépartemental pour la lutte contre la corruption, dont voici le lien :

https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae/politique-exterieure/secteur-financier-economie-nationale/corruption/groupe-travail-lutte-corruption.html

Utilisant l'adresse email indiquée, je leur ai envoyé un message le 4 octobre 2019 en posant cette question: Alors, à qui faut-il s’adresser en Suisse quand les magistrats d’un canton refusent de traiter correctement les affaires de corruption ?

Voilà la réponse reçue par email du 10 octobre 2019:

Nous vous remercions de votre message. Vous vous êtes adressée au groupe de travail interdépartemental pour la lutte contre la corruption. Ce groupe coordonne les efforts nationaux et internationaux relatifs à la lutte contre la corruption des offices fédéraux et des autorités compétentes. Le groupe n’est toutefois pas compétent pour lancer des enquêtes administratives ou pénales ni pour donner des renseignements. Nous ne pouvons que vous conseiller de s’adresser à un avocat de votre confiance.

Cela signifie donc que cet organisme ne s’occupe que d’une petite partie des problèmes liés à la corruption en Suisse, car il ne s’occupe pas de la corruption existant au niveau des cantons suisses !

Le 10.10.2019 je leur ai écrit ceci :  

Votre organisme ne peut pas prétendre lutter contre la corruption en Suisse s’il ne traite qu’une petite partie du problème ! Voici la question que je vous ai posée en date du 4 octobre 2019 :

Alors, à qui faut-il s’adresser en Suisse quand les magistrats d’un canton refusent de traiter correctement les affaires de corruption ?

Merci de ne pas m’indiquer de m’adresser à un avocat car cela est INUTILE puisque la « justice » vaudoise ne traite pas les affaires de corruption.

Merci de me donner l’adresse d’un organisme en Suisse capable de traiter les affaires de corruption de façon sérieuse et efficace et acceptant de rechercher la vérité.

Leur réponse du 22 octobre 2019 m’a scandalisée. La voici :

Si vous avez le sentiment que l’administration cantonale vous a traité de manière incorrecte, un médiateur pourrait vous conseiller et faire office d’intermédiaire en cas de situation conflictuelle. Au Canton de Vaud, il y a un bureau cantonal de médiation administrative (BCMA) qui aide les usagères et les usagers dans leurs relations avec les autorités et l’administration cantonales vaudoises. Nous vous recommandons de prendre contact avec l'ombudsman vaudois. Vous pouvez trouver des informations ici : https://www.vd.ch/toutes-les-autorites/bureau-cantonal-de-mediation-administrative-bcma/.

Il faut savoir que j’ai déjà pris contact il y a plusieurs années avec le Bureau Cantonal de Médiation Administrative du canton de Vaud et que, depuis la nouvelle loi de 2009, ce bureau ne traite plus les affaires ayant été soumises au pouvoir judiciaire vaudois ! Car ce bureau applique la séparation des pouvoirs, ce que son directeur M. Christian Raetz m’a confirmé par téléphone et par email.

Par email du 28.10.2019, M. Raetz m’écrit ceci : « La corruption est un crime dont la commission est sanctionnée en particulier par les articles 322quater et  322sexies du Code pénal suisse. Il appartient en premier lieu aux autorités de poursuite pénale d’instruire les plaintes. Les missions légales du BCMA sont fixées par la  loi du 9 mai 2009 sur la médiation administrative du 19 mai 2009 (LMA ;BVL 170.31). Ses missions prioritaires sont la résolution à l'amiable des conflits et l'aide aux usagers (art. 5 al. 2 LMA). La lutte contre la corruption n’apparaît pas expressément dans la loi ».

M. Raetz sait donc parfaitement que si un citoyen vaudois découvre une affaire de corruption il va en premier lieu s’adresser au Ministère public. Et ensuite, si la plainte pénale est classée, ce citoyen ne pourra plus s’adresser au BCMA, à cause de la loi de mai 2009 et de la séparation des pouvoirs !

Cela montre que la lutte contre la corruption n’existe pas dans le canton de Vaud. La situation est probablement identique dans les autres cantons romands. Le GRECO connaît très bien l’existence du fédéralisme car le GRECO en parle dans ces évaluations concernant la Suisse. Mais ensuite, quand le GRECO évalue la corruption en Suisse, les problèmes liés au fédéralisme sont ignorés. Le GRECO n’évalue que la corruption des procureurs et des juges fédéraux, mais n’évalue pas la corruption au niveau des cantons suisses. Cela correspond à une énorme lacune.

Merci d'avance pour vos commentaires ou pour vos témoignages (textes courts) qui seront publiés au bas de cet article. Meilleures salutations.

Mise à jour du 2 novembre: Coïncidence très intéressante. Ce samedi 2 novembre 2019 le journal Le Temps publie un article sur la Suisse et la corruption. La Suisse serait assez bonne élève ... Voilà le lien: https://www.letemps.ch/economie/indice-corruption-suisse-une-assez-bonne-eleve

Le dernier paragraphe de cet article dit ceci:

Par ailleurs, s’agissant de la corruption domestique, Gretta Fenner relève qu’on sous-estime le risque auquel la Suisse est exposée: «De manière générale, les pays qui ont peu fait l’expérience de la corruption sont moins conscients des risques. Rassurés par leur réputation «propre» – attestée par ce type d’indice –, ils n’ont pas de dispositif suffisant pour détecter la corruption. Ils sont donc exposés à bien plus de risques qu’on ne le croit.»

Remarque très intéressante, qui tombe à pic, car justement en Suisse personne ne lutte contre la corruption au niveau des cantons, alors comment peut-on savoir quel est le niveau de corruption ? Les statistiques liées à la corruption en Suisse n'ont donc aucune valeur !

Commentaires

  • Vous savez..., le délit de corruption n'est pas synonyme de "il faut condamner celles et ceux qui ne partagent pas mon avis". Il faut vous faire une raison.... Depuis le temps..., vous avez reçu combien de condamnations pénales ? et ouvert combien de procédures inutiles ? Vous y passez d'ailleurs combien de temps par semaine? Et vous avez calculé ce que toutes vos procédures ont coûté aux contribuables ??

    Je trouve que les réponses que vous avez reçues sont enfin très cordiales, même si à force d'épuiser tous vos interlocuteurs, ils ne se foulent plus trop...

  • il me semble que vos propos sont incompatibles avec l'honnêteté surtout parce que vous ne mentionner pas votre nom et prénom! Comme je l'indique dans mon autre commentaire vous railler les propos de Madame Herzog simplement parce qu'ils sont contraire à votre mode de fonctionnement! Il est impossible aujourd'hui de faire confiance à nos administrations on voit dans nos rues les activités mafieuses, elles sont la preuve même de la corruption, pas besoin pour nous d'avoir d'autres informations que le constat des trafics de masse! Le problème est qu'en plus c'est notre sécurité et nos libertés qui sont en danger! Les activités troubles de nos banques qui ne sont pas punies sont aussi très révélatrices de ce mal profond qui nous ronge!

  • A Mdr: Vous êtes trop naïf. Il y a énormément d'argent en Suisse dans les poches de certains citoyens dominants et ils utilisent cet argent pour obtenir des avantages auprès des fonctionnaires et auprès de certains juges.

  • A Mdr: Il y a les personnes qui baissent les bras et celles, courageuses, qui continuent à alerter les citoyens sur les dysfonctionnements très graves de nos institutions. Ce que toutes mes procédures ont coûté aux contribuables ? Ahahaha ! Elles m'ont coûté à moi !!! Car même quand les juges et les procureurs n'appliquent pas les lois et ne recherchent pas la vérité, puis prennent des décisions totalement ARBITRAIRES et de MAUVAISE FOI, ils ont encore le culot de réclamer des frais de justice !!!! J'espère qu'un jour leurs actes seront mis en lumière ... Sachez que je ne suis pas la seule victime de ces dysfonctionnements ! Les victimes sont très nombreuses ... Et un jour ce sera peut-être vous ...

  • J'ai parcouru vos archives: vous n'avez pas exposé le début d'une preuve d'un dysfonctionnement de la justice vaudoise... juste des coupures de presse et des témoignages de personnes aigries. Vous vous auto-alimentez principalement avec vos camarades quérulents...

    J'ai totalement confiance en nos autorités et si un fonctionnaire/magistrat devait un jour faire une erreur me concernant... ben je la considérerais pour ce qu'elle est: une erreur due à un manque de formation ou une surcharge de travail. L'erreur est humaine. Votre combat est stérile et inutile. A chaque jour, vous lisez le journal et cherchez, au travers d'une lecture très subjective, la preuve d'un complot qui n'existe pas. La Terre est ronde, pas plate, le ciel est bleu, pas vert, ... et les fonctionnaites/magistrats vaudois sont intègres, pas corrompus.

    Vous avez perdu combien d'années à dénoncer votre condamnation ? La vie est belle, savourez-la plutôt. MDR.

  • Il n'y a pas que la corruption! Des policiers de mon quartier, cantonaux et municipaux sont allés raconter à des toxicos/dealers qui sont en permanence près de chez moi, que c'était moi qui appelait régulièrement la police! Je ne doute pas que bientôt ils vont directement donner mon nom et mon adresse aux toxicos/dealers pour qu'is puissent venir me flinguer! Qui travaillent avec qui dans cette ville, qui ramasse les bénéfices du commerce de la drogue?

  • Quand je vois comment en moins de 15 ans le trafic de drogue et autres activités mafieuses se sont développés en Suisse et particulièrement a Genève, il est impossible de ne pas voir derrière un système verticale de corruption qui travaillent avec les mafias elles mêmes! En Suisse tout est mis à disposition des mafias pour leur permettre de travailler confortablement, jusqu'aux agences de transfères d'argents, pour leurs permettre d'envoyer dans leurs pays d'origines, la totalité des sommes escroquées ou gagnées illicitements! Certaines agences de transfères d'argents acceptent de faux papiers d'identités, l'important ce n'est pas l'identité juste de celui qui envoye l'argent mais l'identité juste de celui qui reçoit cet argent! Aujourd'hui un simple citoyen qui tente de dénoncer ces actes délictueux, risque sa vie comme dans les pays d'Amérique du Sud! Ces lanceurs d'alertes sont raillé par toutes nos administrations, parce que toutes sont concernées par la corruption!

  • Chère Madame Herzog vous devriez regarder sur youtube les vidéo d'Annie Lacroix-Ritz (historienne et professeur au Collège de France) entre autre (le choix de la défaite, 39-45), qui parle des bassesses de nos gouvernements et également de corruption! Mdr n'a pas dû entendre parler des 20 policiers genevois arrêtés pour trafic et consommation de drogue et proxénétisme! On attend avec impatience la suite de cette affaire, qui semble avoir de la peine à démarrer!

  • Je suis entièrement d' accord avec Michelle, les fonctionnaires et autres mandataires des communes et cantons sont intouchables, mis au-dessus des lois par les procureurs. Merci pour votre ténacité et courage à toutes épreuves dansce combat nécessaire pour la survie de l' état de droit démocratique.
    De mon expérience,les procureurs ont tendance à distribuer des condamnations pénales aux " empêcheurs de tourner en rond" comme vous, c'est à dire à tous ceux qui refusent d'accepter l'arbitraire et les dysfonctionnements de la justice, mais en revanche,les fonctionnaires et élus qui s'adonnent à la corruption sont libres de toute poursuite. Dans Le canton de Zürich, le procureur peut même dégainer l'article 148 GOG/ immunité des fonctionnaires, pour couper court à toute velléités de poursuite de citoyens contre des employés et élus municipaux et cantonaux y inclus la police. Ainsi le procureur peut il a tout moment sortir ce joker et conclure avec une ordonnance de non-entrée en matière sans même avoir à se justifier. J' en ai fais les frais par 6 fois, même dans un dossier ou des fonctionnaires communaux de l'office des poursuites et fisc de la ville de Zollikon (Zürich) ont commis de flagrants faux en écritures allant jusqu'à même reproduire mon nom et ma signature sur des documents qui me sont totalement étrangers, ou encore produire un document manuscrit que J' aurais prétendument écris, le procureur a dégainé 6 fois son joker, au lieu d'exiger la délivrance des originaux des documents incriminés et de procéder à une expertise judiciaire des documents. Au final, comme Michelle, c'est moi qui est écopé d'une condamnation pénale, pourvoir oser dénoncer des faits de corruption de fonctionnaires.
    En espérant que le changement de juges au TF fasse avancer ce combat citoyen.

  • Etant moi-même dans une situation où je suis victime d'une affaire de corruption, le cynisme de la personne qui s'abrite derrière le pseudo Mdr me choque particulièrement. Je sais très bien quelles sont les difficultés des lanceurs d'alerte, j'en fais moi-même l'expérience. Je préfère ne pas en dire plus, l'affaire étant en cours, mais je peux témoigner que ce que dit Mme Herzog est bien une réalité : la corruption est effectivement très répandue. On ne devrait pas souhaiter le mal aux autres, et pourtant ! Je ne peux que souhaiter à cette personne aussi cynique de se retrouver elle-même victime d'une affaire de corruption, elle serait en mesure d'en disserter en connaissance de cause. !!!
    Mme Herzog, pour les raisons mentionnées ci-dessus, je fais ce commentaire sous pseudo !

  • Bien ce que je dis... vous vous auto-alimentez d'histoires impossibles à vérifier ou tenues "secrètes". Mdr.

    Il n'y a aucun courage à faire cela; juste à mon avis de la solitude humaine à combler... et quelques traits de personnalité atypiques qui vous exposent à la frustration.... Cela passera dans un EMS quand vous trouverez d'autres compagnons de jeux. Dans l'intervalle, vous avez déjà essayé de contacter votre commune pour connaître les programmes d'occupation pour le 3e âge? Amicalement. Mdr.

  • Merci Mme Herzog d'avoir le cran et l'intelligence de soulever le vrai problème, à savoir la corruption dans notre cher beau pays qu'est la Suisse, exemple international de démocratie et d'action humanitaire.

    Je suis entrain d'écrire un livre sur la corruption en Suisse et ce dans tous les cantons, je remercie toutes les personnes concernées de me faire part de leurs témoignages.

    Qui ne dit rien, consent !

    Chaleureuses salutations à tous.

    Paddy

  • A Paddy: Merci pour votre commentaire. Excellente initiative que vous avez prise d'écrire un livre sur la corruption en Suisse. J'ai lu "Le tour de France de la corruption", un livre très intéressant que je vous conseille de lire. Pour que les victimes de la corruption puisse vous écrire, merci de m'envoyer un nouveau commentaire avec votre adresse email. Je m'inscris aussi pour vous donner des informations concernant le canton de Vaud. Mon email: mh@herzoginfo.ch.
    Meilleures salutations.

  • A Michèle Herzog : Vous avez raison. La lutte contre la corruption dans les cantons suisses n'existe pas car une fois qu'on a goûté au fruit défendu - pot-de vin ou avantage illégal - on est pris inévitablement dans l'engrenage et on n'en sort pas sans conséquences. On couvre alors un mensonge par un autre pour tenter d'y échapper et on s'enfonce toujours davantage. Les juges appartiennent à une catégorie d'individus particulièrement exposés à la corruption et les magistrats suisses ne font pas exception. Si vous consultez le Petit Larousse au sujet du mot "corrompre", il donne d'ailleurs un exemple sans équivoque : "corrompre un JUGE". A l'occasion, certains peuvent devenir corrupteurs si nécessaire mais à défaut de dénoncer leurs agissements déloyaux comme vous le faites courageusement, il est aussi possible de lutter contre la corruption en refusant catégoriquement de s'associer à leurs petits arrangements secrets diaboliques, quitte à se faire condamner à la place des vrais coupables. De toute façon, tout se sait un jour et il existe une autre Justice que celle des hommes! A Mdr : Vous avez raison, l'erreur est humaine mais....."persevere diabolicum" !

  • Merci beaucoup Mme Russell pour votre commentaire très lucide.

  • A Mdr: Mille remerciements por votre programme EMS ! Sachez que je rentre d'une balade aux champignons et que je viens de faire une très belle cueillette ! Quant à mon affaire je l'ai déjà expliquée sur ce blog . Quand vous avez à faire à des fonctionnaires du fisc vaudois et que vous vous apercevez que ces professionnels des chiffres ne savent plus faire 2+2 et qu'ils modifient les faits dans leurs décisions afin d'aider un citoyen dominant réalisant de la fraude fiscale depuis plus de 20 ans (soustraction fscale que j'estime à plus de 30 millions de francs suisses) vous comprenez qu'il existe un grave problème de corruption.

  • Je ne comprends pas le rapport entre une incompétence (erreur de calcul) et la corruption... et s'il s'agit d'une histoire d'héritage, vous n'êtes sans doute pas moins influente que votre frère, cousin ou qui-sais-je...

    Au demeurant, je croyais que votre affaire reposait sur des documents non produits. Vous avez changé de version? Il s'agit à présent d'une erreur de calcul ? Vous vous êtes excusée pour les mots employés contre ceux que vous accusiez de ne pas avoir faire produire tous les documents ? Mdr.

    Bravo pour la sortie champignons.

  • Coïncidence très intéressante. Ce samedi 2 novembre 2019 le journal Le Temps publie un article sur la Suisse et la corruption. La Suisse serait assez bonne élève ... Voilà le lien:

    https://www.letemps.ch/economie/indice-corruption-suisse-une-assez-bonne-eleve

    Le dernier paragraphe de cet article dit ceci:

    Par ailleurs, s’agissant de la corruption domestique, Gretta Fenner relève qu’on sous-estime le risque auquel la Suisse est exposée: «De manière générale, les pays qui ont peu fait l’expérience de la corruption sont moins conscients des risques. Rassurés par leur réputation «propre» – attestée par ce type d’indice –, ils n’ont pas de dispositif suffisant pour détecter la corruption. Ils sont donc exposés à bien plus de risques qu’on ne le croit.»

    Remarque très intéressante car justement en Suisse personne ne lutte contre la corruption au niveau des cantons, alors comment peut-on savoir quel est le niveau de corruption ? Les statistiques liées à la corruption en Suisse n'ont donc aucune valeur !

  • Je vous invite à discuter avec cette ong spécialisée dans la lutte contre la corruption:
    https://transparency.ch/fr/

    Et, s'agissant de vos multiples affaires judiciaires, demander l'aide de:
    https://projet-innocence.ch

    Bonne chance, délirez bien, sans moi. Mdr.

  • En mars 1990 mon frère qui travaillait dans le service de sécurité de l'UBS, dans le Passage des Lions, a été victime d'un old-up qualifié d'old-up du siècle par les médias! Il a été assommé, et bâillonné par les voleurs, et enfermé dans un cagibi pendant plus d'une heure! Très vite les soupçons se sont portés sur ses collègues et il n'a jamais été inquiété par "la justice"! Il a d'ailleurs fait toute sa carrière dans cette banque jusqu'à se retraite anticipée en 2013! Toute la famille a subi et subit encore les contrecoups de cette affaire! Dépressions de ses enfants et de son épouse de l'époque! La TSR qui n'est pas en retard d'une bêtise a même fait des reportages sur cette affaire! Le comble est que ce sont les coupables qui sont devenus des héros pour les gens, et mon frère une quantité négligeable! Mon frère a sombré dans la dépression, il vient de mourir après 30 ans de souffrance, et l'UBS, n'a même pas eu la correction d'envoyer un courrier de condoléances à ses enfants! Mon frère n'avait jamais pris la mesure de ce qu'il avait vécu! Depuis 1990 on a appris que l'UBS en matière de rigueur et d'honnêteté n'était pas irréprochable! Mais comment voulez vous condamner une telle puissance financière? Alors on laisse faire et ce sont les petits employés et leurs familles qui trinquent! Ah ma bonne dame tous ses pauvres ça passe son temps à se plaindre! L'organisation de ce old up touchait des gens trop haut placés dans la banque pour que la justice et la police puissent faire quoi que ce soit contre eux! L'un des coupables le dit très clairement dans l'une de ces émissions! C'est quant même formidable une banque comme l'UBS qui n'est pas capable d'avoir des caméras de surveillance un peu partout dans le passage devant et derrière l'entrée, et connecté directement chez la police???? L'occassion était bien trop belle!

  • Pour rappel; le temps 1990: Un hold-up comme dans les films, à Genève en 1990

    https://www.letemps.ch/suisse/un-holdup-films-geneve-1990

  • Merci très vivement à M. Demierre d'avoir retrouvé cet article qui correspond exactement à ce que le frère de M. Dominique Degoumois a subi en 1990 lors du hold'up de l'UBS à Genève. Meilleures salutations.

  • A Mdr: L'incompétence ou la négligence sont de belles excuses ! Mais quand l'incompétence dure plus de dix ans et qu'elle touche de nombreux professionnels très compétents il faut bien comprendre que le problème est ailleurs !
    Oui il s'agit d'une affaire de succession et de documents cachés par un des héritiers s'étant servi avant les autres dans cette succession, puis ayant fourni de faux chiffres, ce qui correspond à une très grave soustraction fiscale. Pourquoi les procureurs et les juges n'ont-ils jamais accepté de rechercher la vérité en réclamant le contenu des documents cachés ??? Je vous laisse deviner la réponse.

  • A Mdr: Votre proposition est d'une immense naïveté ! Il y a longtemps, j'ai pris contact avec Transparency dont un des bureaux se trouve à Lausanne. Mais leur réponse: nous n'étudions pas les cas concrets de corruption !!!
    Sachez que cette réponse est fournie par de très nombreuses organisations et également par les Commissions du Grand Conseil dans les cantons romands !

  • Pour connaître des militants de Transparency, ils ne répondraient jamais cela en présence ne serait-ce que d'un mini indice de corruption...

    Donc, pour résumer, vous avez frappé à toutes les portes et personne n'a accepté de vous suivre? Ni l'état, ni les agences semi-étatiques, ni les organisations internationales, ni les associations indépendantes ... cela ne vous questionne pas un peu sur la pertinence de vos dénonciations? à tout le moins sur la manière de les présenter ??? Et sur la perte de votre temps ?

    Pour votre autre question: l'autorité de force jugée, vous connaissez ? Cela ne sert à rien de ressasser toujours les mêmes choses et croire à un complot parce que des fonctionnaires refusent de réouvrir une procédure close... ils ne font qu'appliquer la loi, avec courage vu les termes que vous employez pour les décrire! Je suis admiratif de leur courage; cela ne doit pas être agréable/facile de se faire traiter de corrompu quand ils ne font que leur travail. Honneur à eux.

  • A Mdr. Voilà la copie d'un texte qu'un Député romand a envoyé en été 2019 à une victime de très graves dysfonctionnements:
    Comme je vous l'ai indiqué, la Commission des droits de l'homme du Grand-Conseil s'est saisie de la problématique des curatelles et ses abus. Nous allons commencer à traiter ce dossier dans le courant de l'automne. C'est vrai que nous avons besoin d'exemples concrets d'abus, pour nous rendre compte de la situation.
    Vous connaissez bien la problématique et nous sommes ouverts à vos éventuelles propositions pour améliorer le système et éviter toute spoliation.
    En ce qui concerne le cas de ..., je dois tout de même vous préciser que notre commission n'a pas les capacités d'enquête pour traiter les cas personnels.

    Voilà les excuses des Députés pour ne pas traiter les cas concrets et ne pas aider les victimes ! Quelle honte !!! Et ensuite on parle de Commission des Droits de l'Homme !!! Naturellement sans indiquer que cette Commission sera totalement inutile puisqu'elle refuse de traiter les cas concrets !

  • Il répondait poliment en gros: merci de ne pas me traîner dans la boue; je suis un parlementaire de milice, je fais ce que je peux et je partage votre peine. Prenez un avocat et je vous assure qu'on tiendra compte du résultat de la procédure ou, a minima, donnez-moi des éléments concrets pour qu'on puisse travailler. Mais nous sommes là pour proposer et voter de nouvelles lois, pas pour nous substituer aux organes d'enquêtes du pouvoir judiciaire.

    Je trouve sa réponse sympa et poli. Il veut visiblement bien faire. Un chic type sans doute.

  • A Mdr: Alors merci très vivement de me fournir les adresses email des militants de Transparency que vous connaissez et on verra bien s'ils acceptent de traiter mon dossier très simple à comprendre !
    Mon adresse email mh@herzoginfo.ch
    Sachez que lorsque certains juges prennent des décisions totalement ARBITRAIRES sans avoir recherché la vérité et en faisant de fausses déclarations écrites plus aucun fonctionnaire n'ose rechercher la vérité !!! Mes démarches me permettent d'accumuler un très grand nombre de preuves et de comprendre les astuces utilisées.

  • J'ai demandé à Mdr de me fournir les adresses email des militants de Transparency qui, paraît-il, étudient les cas concrets de corruption et Mdr ne me les a pas fournies !!! Que du bla-bla-bla ...

  • mdr doit travailler avec 007!!!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel