Corruption en Suisse: Quels progrès pour les citoyens depuis 2006 ?

Imprimer

Bonjour,

La Suisse fait partie du GRECO, Groupement des Etats contre la corruption depuis juillet 2006. Mais quels progrès et quelles aides cela a-t-il apporté aux citoyens suisses ?

Les experts du GRECO ont étudié la situation de la corruption en Suisse et ont émis des rapports d'évaluation puis ils ont vérifié si leurs recommandations avaient été appliquées. Voilà un lien à ce sujet concernant les 4 premières évaluations:

https://www.coe.int/fr/web/greco/evaluations/switzerland  

Le problème majeur est le suivant: En étudiant les rapports d'évaluation et surtout le 4e rapport on s'aperçoit que le GRECO n'a étudié que la corruption ayant eu lieu au niveau fédéral ! Cela n'apporte donc aucuns progrès et aucunes aides aux citoyens suisses confrontés à la corruption sur le terrain, au niveau des cantons, des communes ou confrontés aux corrupteurs privés, en général très riches, qui corrompent des avocats, des procureurs, des juges et des fonctionnaires.

Les citoyens qui découvrent une affaire de corruption ne savent pas comment lancer l'alerte. S'ils utilisent la voie officielle en déposant une plainte pénale, il y a alors trois solutions.

1. L'auteur de la plainte pénale sera condamné pour diffamation (voire calomnie). Le corrupteur et les personnes corrompues seront alors blanchies ! Situation la plus fréquente, correspondant à une très grave erreur judiciaire souvent intentionnelle.

2. La plainte pénale sera classée sans suite (affaire étouffée). Assez fréquent.

3. La plainte pénale est traitée correctement. Le corrupteur et les personnes corrompues sont condamnées. Situation très rare en Suisse.

Il est urgent que des experts indépendants étudient la façon dont les affaires de corruption ont été traitées en Suisse depuis 2006. Puisque la Suisse fait partie du GRECO, des experts du GRECO pourraient le faire. Mais cela n'a pas l'air de faire partie de leurs priorités car le 5e cycle d'évaluation traite à nouveau la corruption au niveau fédéral uniquement !

Ce qui serait le plus efficace et le plus rapide serait de créer des bureaux de lutte contre la corruption au niveau de chaque canton suisse et que les citoyens puissent se plaindre quand leur alerte (leur plainte pénale) sera étouffée ou quand ils seront condamnés à tort à la place du corrupteur et des corrompus.

A mon avis, ces bureaux de plaintes devraient être composés de certains experts mais aussi de simples citoyens (jurys de citoyens) tirés au sort et payés, avec mandats limités à 5 ans. Aucuns fonctionnaires ne devraient travailler dans ces bureaux, car des fonctionnaires ne peuvent pas agir contre leurs collègues fonctionnaires.

Ensuite les plaintes devraient être entièrement traitées par ces bureaux jusqu'à la condamnation des vrais coupables (corrupteurs et corrompus).

Bien que la Suisse fasse partie du GRECO depuis juillet 2006, il faut bien constater que pour les citoyens suisses cela n'a apporté aucune aide à ce jour, soit 13 ans plus tard ... Vraiment consternant.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

  • Fribourg Pont de La Poya et route H189 Bulle. le 5.09.2001 sur la base de présomptions sérieuses j'ai dénoncé un chaos administratif au Département des Ponts et Chaussées directement au Conseiller d'Etat directeur, Claude Laesser. Ses successeurs Beat Vonlanthen pour Georges Godel ont pris le relais mais n'ont rien fait alors que mes révélations graves étaient écrites. Au contraire, j'en ai ramassé plein la gueule et alors que pendant 30 ans j'avais eu des mandats, sur la base d'appels d'offres de plusieurs services de l'Etat, en 3 mois j'ai été rayé de toutes demandes de l'Etat et j'ai eu un mandat cassé sans motif et des factures impayées. En 2008 ce chaos était établi et reconnu par Georges Godel. Les factures pour ces 2 ouvrages ont été dépassées de 70% mais c'est moi, la sentinelle qui veillait, qui ai subi les effets négatifs de mes révélations. Etre donneur d'alerte, même en respectant la voie officielle est dangereux. En 2019, des fonctionnaires de l'Etat me harcèlent toujours. Voir sur Youtube la vidéo Folie administrative sur cnn narcisse niclass. Je continue ma résistance.

  • MDR. Vous avez une lecture très orientée des rapports du GRECO. Bien sûr que ses auditeurs s'intéressent aux cantons et à la corruption qui pourrait y régner ! Cependant, l'interlocuteur du GRECO est le département fédéral de justice/police

    En d'autres termes, vous confondez allègrement le fait que la Suisse est représentée vis-à-vis de l'extérieur par ses autorités fédérales et le fait que celles-ci sont donc responsables d'une éventuelle inaction d'un canton. Ou si vous préférez: les recommandations s'adressent à la Confédération qui est ensuite responsable de les faire appliquer au niveau des différents cantons. Lisez par exemple le premier rapport du greco, qui mentionne sa visite des autorités cantonales genevoises.

    Un peu de sérieux dans vos critiques plutôt que des infox...

    Si vous frappez à toutes les portes et que personne ne suit vos dénonciations, vous devriez prendre deux secondes pour réfléchir sur la pertinence de vos dénonciations...

  • A Mdr: Vous défendez bec et ongles les institutions suisses et refusez de voir la réalité. Et en plus vous citez systématiquement mon cas, alors que cet article cite la corruption en général, subie par les citoyens suisses, et non l'affaire de corruption que j'ai dénoncée.
    Hier, dans les commentaires de l'article précédent de ce blog,vous m'avez dit que vous connaissiez des personnes de Transparency qui agissent en cas de corruption et étudient les cas concrets. Je vous ai demandé les adresses email de ces personnes et vous ne m'avez pas répondu !!!!

  • A Mdr: Si vous lisez les pages 27 et 47 du rapport d'évaluation du 4e cycle vous verrez que les experts du GRECO n'ont évalué que les juges et procureurs FEDERAUX !!!
    Vous prétendez que la Confédération appliquera les recommandations du GRECO au niveau des cantons. J'estime que cela est faux. Car s'il existait depuis 2006 une véritable volonté de lutter contre la corruption alors des bureaux efficaces auraient été mis en place dans chaque canton ! Et ce n'est pas le cas !

  • A Mdr: Je constate que vous ne donnez pas suite à vos déclarations car je n'ai pas reçu les adresses email des militants de Transparency qui soi-disant étudient des cas concrets de corruption !
    Et qu'en plus vous critiquez le commentaire de M. Niclass en utilisant un pseudo. Manque de courage manifeste.
    Je ne publierai donc plus vos commentaires envoyés sous pseudo.

  • Très bonne décision de votre part ! J'approuve !!!

  • Suite aux articles publiés sur mon blog concernant la corruption, un Français m'a envoyé un extrait d'un livre expliquant parfaitement bien les liens existants entre le pouvoir judiciaire, la franc-maçonnerie et la corruption. Ce livre a été écrit par un avocat du barreau de Paris, Bernard Méry (voir Wikipedia qui explique le parcours de cet avocat). Ce livre a été publié aux Editions Spot en 1998.
    Son titre: JUSTICE - FRANC-MACONNERIE - CORRUPTION.
    Ce que cet avocat a décrit se passe de la même manière dans les cantons romands, Vaud en particulier. Mais aucun avocat courageux n'a osé alerté les citoyens concernant ces liens, en écrivant un livre ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel