La Suisse signe des accords qui ne sont ensuite pas appliqués ...

Imprimer

Bonjour,

L'émission Infrarouge d'hier soir concernant l'acquittement des militants suite à la partie de tennis dans les locaux du Credit Suisse était fort intéressante. Après le jugement du juge Philippe Colelough, deux camps se sont formés. Ceux qui sont très contents que les militants aient été acquittés et ceux qui sont offusqués (voir l'article publié sur ce blog "Tennis au Credit Suisse").

Il me semble qu'un problème important est largement sous-estimé: la Suisse a signé l'accord de Paris en octobre 2017 tout en sachant qu'ensuite les Parlementaires à Berne ignoreront l'accord signé !

Voilà le lien de cette émission Infrarouge qui explique bien cela et le lien concernant l'accord de Paris:

https://www.rts.ch/emissions/infrarouge/page/2/

https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/climat/info-specialistes/climat--affaires-internationales/l_accord-de-paris-sur-le-climat.html

La Suisse tient énormément à son image de très bon élève dans tous les domaines, raison pour laquelle elle a signé l'accord de Paris sur le climat. Mais aussi de nombreux autres accords touchant à d'autres domaines. Par exemple, des traités concernant les Droits de l'homme, alors que les droits humains ne sont pas respectés en Suisse ...

Ensuite personne ne sait à l'extérieur de la Suisse que les accords signés ne sont pas appliqués ! Et c'est cela qui a motivé les militants à agir, car il existe une situation extrêmement hypocrite.

Dans certaines situations la Suisse ferait mieux de ne pas signer d'accord en expliquant honnêtement que l'accord signé ne sera de toute manière pas accepté par les Parlementaires à Berne. En effet, la majorité de droite soutient la finance et les secrets et non le climat et la transparence.

Ensuite, il ne faut donc pas s'étonner que des milliers de manifestants, jeunes et moins jeunes, soient obligés de défiler dans les rues ou de créer des événements chocs tels que cette partie de tennis en s'adressant à Roger Federer. Idée vraiment géniale pour que leur action fasse le tour de la planète.

Ces militants sont de courageux lanceurs d'alerte dont la Suisse a énormément besoin. Si les Parlementaires à Berne avaient mis en place une véritable loi de protection des lanceurs d'alerte, loi qui est en discussion depuis 2003 ... sans être entrée en vigueur en 2019 ..., eh bien le juge aurait pu utiliser cette loi. Ce n'est pas un hasard si cette loi n'existe pas !

Félicitations à tous les lanceurs d'alerte pour leur combat courageux. Il est urgent de faire bouger les politiciens, à tous les niveaux.

Merci de diffuser cet article à vos amis.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

Commentaires

  • Je résume votre pensée?
    Toutes personnes qui pensent comme vous est un lanceur d'alerte à protéger;
    Toutes personnes qui ne pensent pas comme vous est l'auteur d'un harcèlement sournois.

    Wouah, un psy deviendrait millionnaire s'il trouvait le moyen de solutionner votre conflit interne!

    Courage.

  • Aucun argument, que des sophismes de la part d'une personne qui ne supporte pas que vous ne pensiez pas comme lui. Et qui essaie de faire croire que c'est l'inverse. Mais c'est en fait l'arroseur arrosé. Bien fait pour sa g....e.

    Bravo, Madame Herzog. Vous avez toute mon admiration pour votre combat.

  • A Ernest K: Coïncidence amusante. En recevant votre commentaire je recevais aussi un message de Public Eye dont voici un extrait:

    Public Eye a décidé de pérenniser son Prix d’investigation. Violations de droits humains, dégâts environnementaux, corruption : nous appelons les journalistes et ONG du monde entier à soumettre leur projet d’enquête pour dévoiler les pratiques secrètes de sociétés suisses et leurs conséquences délétères dans les pays pauvres (cf. modalités de participation).

    La première édition, lancée en 2018 à l’occasion des 50 ans de Public Eye, avait été fructueuse : parmi 55 propositions reçues de 22 pays, notre prestigieux jury avait sélectionné deux projets d’enquête ambitieux, dont les résultats ont été publiés avec succès l’an dernier.

    Révéler des faits cachés peut changer le monde ! Merci de soutenir notre travail d’enquête et de plaidoyer pour un monde plus juste.

    Mon commentaire: C'est plus simple de bien fermer les yeux que de rechercher la vérité. Heureusement qu'il existe des personnes qui s'investissent pour rechercher la vérité et dénoncer les dysfonctionnements.

  • Sauf que vous recherchez "votre" vérité et qu'elle ne repose pas sur des faits (mais sur votre imagination).

    J'ai le plus grand respect pour les lanceurs d'alerte; vous n'en faites aucunement partie.

  • Madame Herzog,
    Tout à la fin de votre commentaire du 23 janvier à 21h26, vous avez écrit:
    “Heureusement qu'il existe des personnes qui s'investissent pour rechercher la vérité et dénoncer les dysfonctionnements.”
    Je vous remercie pour ce compliment, même s'il est indirect.
    La différence entre l'action que j'ai menée à Berne (voir mon commentaire du 22 janvier à 11h00 sur votre précédent billet) et l'action intentée par Mme Yasmine Motarjemi contre Nestlé, c'est que les faits dénoncés à la justice par Mme Motarjemi se sont déroulés dans le secteur privé alors que ceux contre lesquels je me suis battu se sont produits au plus haut niveau de l'État.

  • Madame Herzog,
    Il ne faut pas confondre signature d'un traité ou d'un accord et ratification de ce traité ou de cet accord.

    Il y a deux étapes à franchir pour qu'un traité ou un accord international devienne applicable sur le territoire suisse: la signature par le gouvernement, puis la ratification par le Parlement (laquelle peut faire l'objet d'un référendum, ce qui nécessitera en plus l'approbation du le peuple).

    Respectons les droits démocratiques et laissons au peuple celui d'avoir le dernier mot.


    Le gouvernement suisse, qui a signé (il y a un peu plus de deux ans) l'accord de Paris sur le climat, aimerait que celui-ci acquière force de loi dans notre pays. Mais ce n'est pas le gouvernement qui décide, c'est le législateur (donc: le Parlement fédéral). Ce système, appelé séparation des pouvoirs, a fait ses preuves. C'est grâce à lui que nous ne vivons pas dans une dictature mais en démocratie et que les droits de l'homme sont globalement extrêmement respectés dans notre pays.


    Il ne faut pas voir le mal partout et s'emballer à tout propos.


    Le titre de votre billet est trompeur: ce n'est pas la Suisse qui a signé la Convention sur le climat, c'est le gouvernement de la Suisse. À titre de comparaison: après que notre exécutif ait signé la Convention européenne des droits de l'homme, le 4 novembre 1950, 24 ans ont été nécessaires avant que le Parlement puisse la ratifier et qu'elle entre en vigueur pour la Suisse, le 28 novembre 1974. Pourquoi tout ce temps? Parce qu'il a fallu adapter notre droit interne aux exigences de cette Convention, ce qui a nécessité plusieurs modifications de la Constitution fédérale.


    Si la justice vaudoise se distingue par ses dyfonctionnements, comme vous ne cessez de le répéter, pourquoi l''arrêt qu'elle a prononcé en faveur de Mme Motarjemi ne constituerait-il pas un dysfonctionnement de plus, qui sera promptement corrigé par le Tribunal fédéral?

  • A Ernest K: Votre jugement est faux. Mon combat commencé en 2007 m'a permis de comprendre que les magistrats ne recherchent pas la vérité (la pièce requise fondamentale n'a pas été réclamée,soit le contenu d'un compte de titres de 2 millions) et utilisent des astuces pour contourner les lois. J'en détiens les preuves écrites. Les personnes qui annoncent leurs soupçons de corruption et d'autres infractions pénales sont ensuite condamnées pour diffamation ! Je ne prétends pas être une lanceuse d'alerte ! J'estime qu'il en va de mon devoir de dénoncer les très graves dysfonctionnements dont je détiens les preuves.
    Quand plusieurs fiduciaires font de fausses estimations d'une société en "oubliant" de mentionner l'existence d'un compte de titres de 2 millions (valeur comptable) figurant dans les actifs de la société, il est clair qu'il existe un problème de corruption. Leurs estimations, pourtant produites en justice, sont des faux. Et leurs témoignages faits en justice aussi. J'estime que ces estimations sont fausses de plus de 30 millions de francs suisses, car ce compte de titres contient des actions de sociétés immobilières qui elles-mêmes détiennent des immeubles.
    Il est curieux de constater que M. Patrick de Balthasar, directeur de PricewaterhouseCooper à Pully et nommé administrateur de la succession dès fin août 2003 par la justice de paix de Pully n'ait pas réagi en recevant ces fausses estimations et en recevant les faux comptes 2002 de la société !
    A fin 2001 les actifs se montaient à 7,5 millions, à fin 2002 les actifs sont de 780'000.- CHF et personne ne réagit ! Et mon avocat non plus !

  • A M. Jelmini: Merci pour votre commentaire. Mais quand des faits très graves ont lieu au plus haut niveau de l'Etat il est aussi très important de les dénoncer. Votre licenciement par exemple alors que vous ne le méritiez pas ! Bien au contraire.

  • Merci M. Jelmini pour vos explications. Je trouve tout-de-même trompeur que le gouvernement suisse signe un accord sur le climat en sachant que cet accord ne sera pas appliqué.
    Concernant les Droits de l'Homme, convention ratifiée par la Suisse en 1950, soi-disant entrée en vigueur en 1974, ils figurent dans la Constitution fédérale et dans les constitutions des cantons, mais ils sont très souvent totalement ignorés ! Même en 2019 !
    Exemple: les placements forcés d'enfants en foyers, les placements forcés de personnes âgées en EMS, les placements forcés d'adultes dans les hôpitaux psychiatriques, les décisions arbitraires prises sans rechercher la vérité, etc, etc.

  • Encore une fois, on s'attend à ce que vous fourinissiez des preuves de dysfonctionnements, mais vous vous contentez de vagues concepts et d'articles de presse mentionnant l'un ou l'autre cas individuel...

    C'est comme le gars qui veut se présenter au CE vaudois pour faire respecter la constitution vaudoise, mais ne veut pas que la Cst s'applique à lui (domicile et nombre de signatures). Cohérence ??

    Et quant à votre héritage, je ne comprends rien à ce que vous racontez. Cela n'a aucun sens: 7.5 mio, puis 780'000 puis ... 30 millions ? Vous multipliez aussi les champignons, en plus de vos parts d'héritage?... c'est le moment de tourner la page, non ???

  • A Ernest K: Il existe une grande différence entre la valeur comptable des actifs d'une société et la valeur vénale de ces mêmes actifs, surtout s'il s'agit de biens immobiliers ou d'actions de sociétés immobilières. Les actifs de la société familiale se montaient à 7,5 millions au 31.12.2001 et à 780'000.- CHF au 31.12.2002 car mon demi-frère Patrice Galland a transféré les actifs de la société familiale dans une société lui appartenant et cela pendant l'exercice 2002. Ce que les bilans de la société familiale montrent très bien ! Facile à comprendre. Je détiens d'autres pièces écrites pour preuves expliquant cette transaction.

    Mon demi-frère avec l'aide de plusieurs fiduciaires a fait croire que les actifs qu'il avait repris en 2002 valaient 870'000.- CHF sur la base de 3 fausses estimations, alors que j'estime les biens repris à plus de 30 millions. Pour obtenir trois fausses estimations et le soutien de mon avocat (...), le moyen utilisé se nomme CORRUPTION.

    Etant donné que la société familiale n'a jamais pu encaisser le montant de plusieurs millions toujours dû par Patrice Galland, depuis 2002 (avec intérêts de 5%), tous les comptes de la société sont faux depuis 2002. Chaque fois que je reçois les faux comptes je dépose une plainte pénale et ma plainte pénale est simplement classée !

    Sachez que je ne peux pas vendre les actions d'une société dont tous les comptes sont faux. Je n'ai donc pas pu bénéficier de mon héritage (10% des actions de la société familiale) reçu à fin 2008 et je vis avec 2 mille francs d'AVS par mois.

    Non, ce n'est pas le moment de tourner la page. Il faut bien que certaines personnes aient le courage de dénoncer ces pratiques !

  • La convention des Drois de l'Homme a été ratifiée par la Suisse en 1950, puis est entrée en vigueur en 1974 et les droits de l'homme ne sont toujours pas appliqués en Suisse en 2019. A ce sujet, de nombreux jugements ou décisions arbitraires existent pour preuves.

    On peut tout-de-même comprendre que les jeunes n'aient pas du tout envie que les acoords de Paris, ratifiés par la Suisse en 2017 mettent 50 ans à être appliqués alors que justement il existe une URGENCE climatique.

  • Sacré Mario!
    "les droits de l'homme sont globalement extrêmement respectés dans notre pays."
    Globalement!? Et dans le détail? Notre pays serait une démocratie si les décisions du peuple étaient respectées. Qu'en est-il de la décision du peuple suisse un certain 9 février?
    Et il a fallu du temps pour satisfaire ce "globalement". Quelle date déjà pour l'introduction du droit de vote pour les femmes? Ah oui, et puis il y a ces histoires d'enfants placés ou dois-je dire déplacés, quasi mis en esclavage dans des fermes, ces filles-mères privées de leur enfant et emprisonnées... Je ne suis pas certains que tous les préjudices ont été réparés. Je suis même presque sûr du contraire.
    Ah oui, et à toujours propos de démocratie, elle ne sera effective que quand nous jouirons d'une démocratie politique ET économique. Ce n'est pas le cas. Et la démocratie est faussée par l'oligarchie qui peut consacrer des sommes faramineuses pour sa propagande. Il n'y a aucune égalité dans les moyens de convaicre, dans les moyens de la propagande. Ce n'est pas une démocratie tant que ces moyens de sont pas égaux.

  • Qu'en est-il de la décision du peuple suisse un certain 9 février? 2014

    Il faudra s'en souvenir le 17 mai 2020 (FF 2019 8179)
    Question propagande on va être servi ....

  • A Daniel: Merci Monsieur pour votre soutien. Meilleures salutations.

  • Merci pour votre article-chapeau Mme Michele Herzog, entre autres, sur l accord sur le Climat entre la Suisse et le sur ledit COP21 de Paris.

    On en parle beaucoup ces jours-ci de la "fantastique" Ceva, soit, qui va résoudre une importante partie de la pollution, nous disait-on. Or, va-t-il diminuer sensiblement la fumée des pots d échappement des 80`000 voitures qui arrivent à Genève chaque matin puis ces 80`000 repartent rebelote le soir incluant les pendulaires et/ou les frontaliers (frontaliers français et certainement les 20 000 frontaliers suisses)? Si oui, on est ravi! Si non, la Suisse n a effectivement pas respecté les accords qu elle a signés. En passant et ceci n est pas un secret pour personne, la Ceva a fait dépenser d importantes sommes de pognon dingue venant des contribuables genevois.

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • À Mme Herzog et à Daniel.

    Quand je prétends que les droits de l'homme sont globalement très bien respectés en Suisse, je veux bien entendu parler des droits de l'homme tels qu'ils sont définis aux articles 2 à 14 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH; voir https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19500267/index.html).
    Lorsqu'une personne estime que l'un ou l'autre des droits garantis par la CEDH a été violé à son détriment par la justice suisse, elle peut s'adresser aux instances de Strasbourg, qui rectifieront le tir si la requête est motivée.

    À Mme Herzog: puis-je vous demander si, dans votre affaire d'héritage, vous avez fait recours à la Cour européenne des droits de l'homme pour faire reconnaître vos droits?

  • A M. Jelmini: Vos déclarations sont justes en théorie mais totalement fausses en pratique. En 2016 ou 2017 la CEDH a reçu au total 53500 recours (tous pays européens confondus) et seuls 500 recours ont été traités ! Les 53000 autres ont reçu la fameuse décision automatique d'une demi page déclarant leur recours irrecevable et ne comportant aucune motivation.
    Je n'ai jamais fait recours auprès de la CEDH pour plusieurs raisons. En 2011 mon avocat Me Aba Neeman, également corrompu par mon demi-frère, ne m'a pas parlé de cette possibilité. Ensuite j'ai appris qu'il fallait attendre 8 ans pour obtenir une réponse de la CEDH. Puis j'ai appris que toutes les personnes que je connaissais ayant fait appel à la CEDH ont été déboutées. Et ensuite 500 recours traités sur 53500 !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel