16/07/2013

AFFAIRE CONDAMIN-GERBIER: UN LANCEUR D'ALERTE ARRETE.

Bonjour,

En Suisse, la majorité des commentaires soutiennent les actes du gouvernement et de la justice (arrestation de M. Condamin-Gerbier). Et les politiciens, les journalistes ne sont pas offusqués non plus par les méthodes utilisées, ni par les injustices.

Ces dernières années, la justice suisse n'a jamais réagi quand des banquiers suisses réalisaient des actes très graves. Par exemple: Manipulation du taux Libor ... ce qui touchait la planète entière. Ou aides multiples à la fraude fiscale. Vraiment consternant.

Et quand, en 2012, le gouvernement suisse autorise les banques suisses à fournir les noms de milliers d'employés suisses à la justice américaine, la justice suisse ne réagit pas non plus ....

Heureusement que des politiciens s’insurgent en France concernant l'arrestation de M. Gerbier. Merci très vivement de poursuivre votre combat. La démocratie suisse est un leurre. La liberté d'expression n'existe pas. On préfère les secrets, dont le secret bancaire. Pour plus d'informations à ce sujet, voir les autres articles de ce blog. Merci.

Pour comprendre l'importance du Dieu FRIC en Suisse, je vous conseille de lire cet article paru le 17.7.2013 qui légalise la corruption:

http://www.tdg.ch/economie/entreprises/potsdevin-restent-...

Merci d'avance pour vos commentaires (courts).

 

10/07/2013

Les lanceurs d'alerte doivent sortir du bois .... Merci.

Bonjour,

Les dernières statistiques de Transparency International sont extrêmement graves concernant la corruption et cela concerne aussi la Suisse.

Voir par exemple cet article: http://www.tdg.ch/suisse/suisses-considerent-partis-corro...

Cet article indique qu'en Suisse 92% des personnes interrogées dénonceraient un cas de corruption. Pourtant, on n'entend jamais parler des cas dénoncés et je ne sais pas s'il existe des statistiques concernant le nombre de cas traités par la justice ces dernières années.

Il serait intéressant aussi de savoir qui a été condamné: le lanceur d'alerte éthique ou les personnes soupçonnées ? D'après mon expérience (2007-2010, Vaud), je pense que la justice applique surtout l'article 173 du Code pénal (diffamation, sans respecter l'alinéa 2 ...) et que les personnes soupçonnées de corruption  ne sont pas condamnées ...

Il est donc urgent que des changements interviennent dans ce domaine. Pour cela, les lanceurs d'alertes doivent sortir de leur confort, accepter de réaliser un difficile combat et ne plus se cacher derrière des pseudos.

Je ne vois pas quelle autre méthode permettrait d'éradiquer le fléau que sont la corruption et les actes illicites réalisés dans le domaine de la finance.

J'aimerais aussi comprendre à quoi servent les brigades financières de nos cantons.  

En plus, les citoyens qui ne signalent pas les actes illicites très graves dont ils ont connaissance pourraient se retrouver complices de ces actes.

Merci pour vos commentaires et vos témoignages (courts). 

Voilà un lien reçu d'un internaute (Pierre Ponce). Ce témoignage d'un assassin financier repenti est terrifiant:   

http://www.dailymotion.com/video/xazero_temoignage-d-un-a...

 

 

 

 

04/02/2013

UBS – SUBPRIMES – LIBOR – FINMA – JUSTICE ?

Bonjour,

Suite à l’affaire des subprimes, M. Bernard Bertossa estimait en août 2009 que M. Marcel Ospel, Président du CA d’UBS d’avril 2001 à avril 2008, devait être jugé pour gestion déloyale (infraction pénale).

Voici le lien :   http://www.illustre.ch/il_faut_juger_ospel_1779_.html

En fait, la justice pénale suisse n’a pas bougé et en octobre 2008 la Suisse a dû aider UBS à ne pas faire faillite. « Too big to fail », mais « too big to jail » aussi …

A l’époque des subprimes (2007-2008), les citoyens et les autorités suisses ne savaient pas qu’UBS manipulait aussi le taux Libor depuis 2001 …

Dans un article récent paru sur le site Web de la TDG, le professeur M. Xavier Oberson est « effaré » que rien ne se passe en Suisse suite aux manipulations du taux Libor par UBS. En effet, la justice pénale suisse ne réagit toujours pas … L’avis de M. Oberson concernant UBS se trouve à la fin de cet article :

http://www.tdg.ch/economie/systeme-fiscal-suisse-devient-medieval/story/22743958?comments=1

A fin décembre 2012, UBS a dû verser 1,4 milliard de francs en amendes et restitution de bénéfices aux autorités américaines, britanniques et suisses pour mettre un terme aux enquêtes concernant les manipulations des taux Libor.

Et que fait la FINMA ? Etant donné que les responsables de la FINMA sont d’anciens employés d’UBS, la FINMA ne réagit pas suite aux manipulations du taux Libor. Mais la commission de gestion des Chambres fédérales vient de demander au directeur de la FINMA de s’expliquer à ce sujet. Affaire à suivre. Voilà l’article TDG :

http://www.tdg.ch/economie/directeur-finma-appele-s-expliquer/story/17717120?comments=1

La Comco a ouvert une enquête en février 2012 concernant les manipulations du taux Libor, mais aucunes informations n’ont été publiées concernant les conclusions de cette enquête en cours …

Je reste persuadée que si la « justice » pénale suisse avait condamné les banquiers UBS dès 2008 suite à l’affaire des subprimes, nous ne serions pas dans cette situation en 2013 …

Pourquoi les articles du Code pénal suisse ne sont-ils toujours pas appliqués suite à ces manipulations du taux Libor portant sur des sommes gigantesques ? Merci d’avance pour vos réponses.

Les commentaires reçus ci-dessous fournissent un important complément d'information. Merci beaucoup. 

Merci pour vos commentaires à ce sujet ou pour vos courrierls à mon attention à mh@herzoginfo.ch

Je reçois ce 12 mars, un article virulent que je vous conseille de lire:

L’UBS se fout de nous, de vous, d’eux, de toi et même de moi  L'1dex

 

14:19 Publié dans Air du temps, Banques suisses, Finance, Justice pénale, Monde, Suisse | Tags : ubs, subprimes, taux, libor, finma, justice, pénale | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |