26/02/2015

3 mars 2015: Soutien aux lanceurs d'alerte.

Bonjour,

Plusieurs associations actives en France ont décidé de s'unir pour soutenir les lanceurs d'alerte le 3 mars 2015 et en particulier Mme Stéphanie Gibaud qui a dénoncé les pratiques d'UBS en France. Son procès va avoir lieu en mars 2015 à Paris. Voilà le lien concernant ce meeting: 

 http://www.ugict.cgt.fr/articles/actus/appel-unitaire-mee...

Et en Suisse, que font les multiples associations qui prétendent défendre les droits des employés et les droits des citoyens ? 

Où sont les lois qui défendent les lanceurs d'alerte ? Etant donné que les lanceurs d'alerte, en Suisse, ne sont pas protégés, ils sont souvent obligés d'utiliser des méthodes illégales (exemple: Falciani).

Il faut comprendre que les employés qui ont eu le courage de dénoncer des faits à leur hiérarchie, puis à la justice, n'ont pas réussi à obtenir gain de cause, ont perdu leur travail et subissent des procédure judiciaires interminables. Exemple: Mme Yasmine Motarjemi, dans le canton de Vaud qui dénonce certaines pratiques de Nestlé, voir l'article publié sur ce blog "Une femme en colère" et le reportage réalisé par France 5. Voilà le lien:

http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2014/05/10/...

Pour information, une émission concernant les lanceurs d'alerte sera diffusée sur la RTS le 1er mars 2015. Voilà le lien:

http://www.rts.ch/emissions/religion/faut-pas-croire/6476...

J'espère vivement que les choses vont bouger en Suisse afin que les lanceurs d'alerte puissent enfin s'exprimer sans être en plus, souvent, condamnés pour diffamation. Ce qui a été mon cas, alors que les notables qui ont réalisé les graves infractions pénales que je dénonçais, avec preuves écrites, n'ont jamais été interrogés par un Procureur. Mes plaintes pénales déposées depuis octobre 2007 dans le canton de Vaud n'ont jamais été traitées.

De nombreuses personnes sont dans des situations similaires dans les cantons de Genève et Vaud, d'après les témoignages que je reçois. Mais on préfère citer la justice de pays éloignés ne fonctionnant pas ... Il faudrait déjà commencer chez nous en créant une Commission indépendante capable de dénoncer les dénis de justice et de sanctionner les procureurs et les juges qui n'appliquent pas les lois. Et c'est urgent.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

08/02/2015

Swissleaks: Et qui est recherché par la justice suisse ? Hervé Falciani !

Bonsoir,

Voilà un article publié le 8 février au soir vraiment édifiant concernant les pratiques de la banque HSBC à Genève (à rependre par copier-coller):

http://www.lematin.ch/suisse/Les-graves-defaillances-de-HSBC-Geneve-mises-a-nu/story/20525819

Ce qui est tout aussi édifiant: la justice suisse recherche Hervé Falciani. Naturellement, c'est plus facile que de rechercher les trafiquants en tous genres et les banquiers ayant aidé à réaliser les fraudes fiscales.

Je voudrais bien comprendre quelle est l'éthique de la justice suisse.

La stratégie de la justice suisse semble bien être: "Tant que cela rapporte de l'argent, aucun procureur ni juge ne doit réagir. Seuls ceux qui pourraient entraver ce système de profits seront recherchés et punis".

J'apprends également ce 8 février 2015 qu'un ex-banquier de la banque Wegelin, recherché par la justice américaine, vient d'être arrêté en Allemagne. Voilà l'article:

http://www.tdg.ch/economie/exbanquier-wegelin-arrete-allemagne/story/21372516J

Je me demande comment ce banquier va se défendre. Va-t-il aussi déclarer qu'il ne connaissait pas ces actes ? Alors qu'il les a réalisés lui-même ...  Cela montre que les employés feraient mieux d'avoir le courage de dénoncer les faits avant de se faire prendre par la justice. Affaire à suivre.

Texte ajouté le 9 janvier 2015: Un article très complet a été publié ce jour dans le journal Le Temps concernant les pratiques de la banque HSBC Suisse située à Genève. A la page 5, j'apprends que la PJF (Police Judiciaire Fédérale) détient la copie des CD de Falciani depuis 2010 et qu'il existe un rapport de la PJF daté du 6 août 2010. Et qu'a entrepris le Ministère public suisse depuis 2010 contre les banquiers d'HSBC ? RIEN !!!! Mme Calmy-Rey demande l'ouverture d'une enquête, d'après un article paru ce 9 janvier 2015 sur le site de la TDG. Affaire à suivre. 

HSBC a proposé à ses clients de créer des sociétés offshore avec actions au porteur ce qui permet de conserver l'anonymat des propriétaires de ces sociétés (voir la page 3 de l'article du Temps). En janvier 2013, le premier article que j'ai publié sur ce blog expliquait comment des sociétés immobilières avec actions au porteur permettaient de cacher les véritables propriétaires d'immeubles dans le canton de Vaud, en Valais et en Suisse. Recherche Google avec "ANONYMAT DES PROPRIÉTAIRES D'ACTIONS AU PORTEUR". L'OCDE demande à la Suisse d'abandonner ce système. 

Texte ajouté le 21 février 2015:

Merci de signer la pétition que j'ai créée destinée au Conseil fédéral lui demandant l'ouverture d'une enquête suite à l'inaction du MPC et du Ministère Public genevois de janvier 2010 à janvier 2015.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Au_Conseil_federal_s...

Merci de transmettre le lien de cette pétition à vos amis.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

02/09/2014

Banque Cantonale Vaudoise et USA: Comment les choses évoluent ...

Bonjour,

Au début du conflit avec les USA, la BCV (canton de Vaud) a annoncé dans la presse qu'elle n'était pas concernée. Au fil des mois les déclarations ont changé ...

Et ces derniers temps nous apprenons que la BCV a l'intention de transmettre les noms de 200 employés à la justice américaine.

Les choses se passent-elles comme au Crédit Suisse ? Les dirigeants de la BCV ne savaient-ils pas qu'un groupe de 200 employés travaillait avec des clients américains ? 

Cet exemple est intéressant. Il montre exactement comment les informations sont distillées au compte gouttes et varient au fil du temps. Qu'en pensez-vous ?

J'espère vivement que la BCV n'oubliera pas de transmettre les noms des responsables qui donnaient des ordres aux employés et les noms des dirigeants.

En Suisse, chaque employé doit réaliser une procédure pour se défendre, car les plaintes groupées ne sont pas acceptées. Une seule personne devrait faire la procédure par un avocat, puis passer une copie à ses collègues pour partager les frais d'avocat. Ensuite, il suffit de modifier quelques informations et d'envoyer la plainte à la bonne adresse.

J'ai une autre idée destinée aux employés qui n'ont jamais travaillé avec des clients américains. Si leur nom est transmis, ils pourraient créer une plainte collective aux USA (class action) et réclamer des dédommagements élevés aux banques qui ont transmis leurs noms à la justice américaine.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.