04/02/2013

UBS – SUBPRIMES – LIBOR – FINMA – JUSTICE ?

Bonjour,

Suite à l’affaire des subprimes, M. Bernard Bertossa estimait en août 2009 que M. Marcel Ospel, Président du CA d’UBS d’avril 2001 à avril 2008, devait être jugé pour gestion déloyale (infraction pénale).

Voici le lien :   http://www.illustre.ch/il_faut_juger_ospel_1779_.html

En fait, la justice pénale suisse n’a pas bougé et en octobre 2008 la Suisse a dû aider UBS à ne pas faire faillite. « Too big to fail », mais « too big to jail » aussi …

A l’époque des subprimes (2007-2008), les citoyens et les autorités suisses ne savaient pas qu’UBS manipulait aussi le taux Libor depuis 2001 …

Dans un article récent paru sur le site Web de la TDG, le professeur M. Xavier Oberson est « effaré » que rien ne se passe en Suisse suite aux manipulations du taux Libor par UBS. En effet, la justice pénale suisse ne réagit toujours pas … L’avis de M. Oberson concernant UBS se trouve à la fin de cet article :

http://www.tdg.ch/economie/systeme-fiscal-suisse-devient-medieval/story/22743958?comments=1

A fin décembre 2012, UBS a dû verser 1,4 milliard de francs en amendes et restitution de bénéfices aux autorités américaines, britanniques et suisses pour mettre un terme aux enquêtes concernant les manipulations des taux Libor.

Et que fait la FINMA ? Etant donné que les responsables de la FINMA sont d’anciens employés d’UBS, la FINMA ne réagit pas suite aux manipulations du taux Libor. Mais la commission de gestion des Chambres fédérales vient de demander au directeur de la FINMA de s’expliquer à ce sujet. Affaire à suivre. Voilà l’article TDG :

http://www.tdg.ch/economie/directeur-finma-appele-s-expliquer/story/17717120?comments=1

La Comco a ouvert une enquête en février 2012 concernant les manipulations du taux Libor, mais aucunes informations n’ont été publiées concernant les conclusions de cette enquête en cours …

Je reste persuadée que si la « justice » pénale suisse avait condamné les banquiers UBS dès 2008 suite à l’affaire des subprimes, nous ne serions pas dans cette situation en 2013 …

Pourquoi les articles du Code pénal suisse ne sont-ils toujours pas appliqués suite à ces manipulations du taux Libor portant sur des sommes gigantesques ? Merci d’avance pour vos réponses.

Les commentaires reçus ci-dessous fournissent un important complément d'information. Merci beaucoup. 

Merci pour vos commentaires à ce sujet ou pour vos courrierls à mon attention à mh@herzoginfo.ch

Je reçois ce 12 mars, un article virulent que je vous conseille de lire:

L’UBS se fout de nous, de vous, d’eux, de toi et même de moi  L'1dex

 

14:19 Publié dans Air du temps, Banques suisses, Finance, Justice pénale, Monde, Suisse | Tags : ubs, subprimes, taux, libor, finma, justice, pénale | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

03/02/2013

VICTOIRE D'UN CITOYEN CONTRE UBS EN OCTOBRE 2012.

Le Tribunal Fédéral a donné raison, en octobre 2012, à un citoyen qui réclamait à UBS la rétro-cession de certaines commissions encaissées. Voilà l'article paru sur le site du journal "24 Heures" à ce sujet: http://www.24heures.ch/economie/argent-finances/banques-veulent-verser-retrocommissions/story/11526578

Félicitations à ce citoyen pour son courage, sa détermination et son combat. Combat qui aurait aussi pu lui coûter très cher en cas de refus du TF, car UBS réclamait des dommages-intérets très élevés, en plus des frais d'avocat et de procédure déjà exorbitants. 

Je me demande tout-de-même à quoi servent la FINMA et certains services publics créés pour défendre et aider les citoyens. Dans ce cas, portant sur des milliards de francs suisses, ils n'ont strictement rien entrepris ! Il a fallu qu'un citoyen, tout seul, réagisse et réalise ce combat. Ceci est tout-à-fait ANORMAL !

Et montre qu'il est urgent et impératif de créer des structures indépendantes et privées, plus efficaces que les services publics, financées par l'Etat, afin de véritablement aider et défendre les droits des citoyens. D'autant plus que la justice devient inaccessible à de nombreux citoyens, les frais des procédures et les honoraires des avocats étant excessivement élevés.

Etrange coïncidence. J'ai écrit cet article le 15 décembre 2012 ( sur mon blog "24 Heures"). Et le 16 décembre, je lis  à la page 36 du Matin-Dimanche que les dirigeants du département "banques" de la FINMA sont systématiquement des ex-responsables UBS !!! Vraiment honteux ! Ils sont grassement payés par les contribuables ... pour ne pas défendre les contribuables ! Il faut que ce système cesse. Raison pour laquelle rien ne se passe non plus en Suisse concernant les actes effectués par les banques suisses dans le scandale lié à la manipulation du taux Libor ...

L'article lié au Libor vient d'être publié sur le site du journal 24 Heures. Voici le lien:  http://www.24heures.ch/economie/haut-cadre-finma-recuse-enquete-libor/story/17088003 

Merci d'avance pour vos commentaires ou vos messages à mon adresse mh@herzoginfo.ch.

PS: Ce citoyen a eu de la chance ou de bons moyens financiers ! Mes plaintes pénales ou civiles n'ont jamais été acceptées par la Justice vaudoise. Les notables sont bien protégés. Suite à ma plainte pénale du 12.2.2012 envoyée au Ministère public de Lausanne: aucune réponse reçue !

 

15:42 Publié dans Finance, Genève, Services publics, Suisse | Tags : ubs, rétrocessions, rétrocommissions, décision, tf, finma | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

25/01/2013

ANONYMAT DES PROPRIÉTAIRES D'ACTIONS AU PORTEUR.

Plusieurs articles ont paru dans la presse ces derniers jours concernant les déclarations de l'un des responsables de l'OCDE, qui intervient afin que la Suisse cesse de soutenir l'anonymat des proprétaires d'actions au porteur. Cela concerne les actions des sociétés suisses non côtées en bourse.

Certains citoyens réagissent en estimant que la Suisse fait l'objet de discrimination de  la part de l'OCDE, car cette dernière est plus ferme avec la Suisse qu'avec d'autres pays. Voir par exemple cet article et les commentaires publiés par les internautes: http://www.24heures.ch/suisse/deux-poids-deux-mesures-ocd...

Pourtant les citoyens suisses ont accepté l'entrée en vigueur de la lex Friedrich, devenue ensuite lex Koller, dont le but est de limiter la vente de biens immobiliers à des étrangers. Or, le système des actions au porteur permet justement de détourner ces lois et personne ne s'offusque !  A part l'OCDE ... et quelques rares citoyens suisses.

Lire la suite

15:42 Publié dans Finance, Fiscalité, Suisse | Tags : ocde, suisse, actions, porteur, anonymat, fraude, fiscale, successions | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |