Services publics - Page 39

  • Les lanceurs d'alerte doivent sortir du bois .... Merci.

    Imprimer

    Bonjour,

    Les dernières statistiques de Transparency International sont extrêmement graves concernant la corruption et cela concerne aussi la Suisse.

    Voir par exemple cet article: http://www.tdg.ch/suisse/suisses-considerent-partis-corrompus/story/20772420?comments=1

    Cet article indique qu'en Suisse 92% des personnes interrogées dénonceraient un cas de corruption. Pourtant, on n'entend jamais parler des cas dénoncés et je ne sais pas s'il existe des statistiques concernant le nombre de cas traités par la justice ces dernières années.

    Il serait intéressant aussi de savoir qui a été condamné: le lanceur d'alerte éthique ou les personnes soupçonnées ? D'après mon expérience (2007-2010, Vaud), je pense que la justice applique surtout l'article 173 du Code pénal (diffamation, sans respecter l'alinéa 2 ...) et que les personnes soupçonnées de corruption  ne sont pas condamnées ...

    Il est donc urgent que des changements interviennent dans ce domaine. Pour cela, les lanceurs d'alertes doivent sortir de leur confort, accepter de réaliser un difficile combat et ne plus se cacher derrière des pseudos.

    Je ne vois pas quelle autre méthode permettrait d'éradiquer le fléau que sont la corruption et les actes illicites réalisés dans le domaine de la finance.

    J'aimerais aussi comprendre à quoi servent les brigades financières de nos cantons.  

    En plus, les citoyens qui ne signalent pas les actes illicites très graves dont ils ont connaissance pourraient se retrouver complices de ces actes.

    Merci pour vos commentaires et vos témoignages (courts). 

    Voilà un lien reçu d'un internaute (Pierre Ponce). Ce témoignage d'un assassin financier repenti est terrifiant:   

    http://www.dailymotion.com/video/xazero_temoignage-d-un-assassin-financier_news

     

     

     

     

  • VICTOIRE D'UN CITOYEN CONTRE UBS EN OCTOBRE 2012.

    Imprimer

    Le Tribunal Fédéral a donné raison, en octobre 2012, à un citoyen qui réclamait à UBS la rétro-cession de certaines commissions encaissées. Voilà l'article paru sur le site du journal "24 Heures" à ce sujet: http://www.24heures.ch/economie/argent-finances/banques-veulent-verser-retrocommissions/story/11526578

    Félicitations à ce citoyen pour son courage, sa détermination et son combat. Combat qui aurait aussi pu lui coûter très cher en cas de refus du TF, car UBS réclamait des dommages-intérets très élevés, en plus des frais d'avocat et de procédure déjà exorbitants. 

    Je me demande tout-de-même à quoi servent la FINMA et certains services publics créés pour défendre et aider les citoyens. Dans ce cas, portant sur des milliards de francs suisses, ils n'ont strictement rien entrepris ! Il a fallu qu'un citoyen, tout seul, réagisse et réalise ce combat. Ceci est tout-à-fait ANORMAL !

    Et montre qu'il est urgent et impératif de créer des structures indépendantes et privées, plus efficaces que les services publics, financées par l'Etat, afin de véritablement aider et défendre les droits des citoyens. D'autant plus que la justice devient inaccessible à de nombreux citoyens, les frais des procédures et les honoraires des avocats étant excessivement élevés.

    Etrange coïncidence. J'ai écrit cet article le 15 décembre 2012 ( sur mon blog "24 Heures"). Et le 16 décembre, je lis  à la page 36 du Matin-Dimanche que les dirigeants du département "banques" de la FINMA sont systématiquement des ex-responsables UBS !!! Vraiment honteux ! Ils sont grassement payés par les contribuables ... pour ne pas défendre les contribuables ! Il faut que ce système cesse. Raison pour laquelle rien ne se passe non plus en Suisse concernant les actes effectués par les banques suisses dans le scandale lié à la manipulation du taux Libor ...

    L'article lié au Libor vient d'être publié sur le site du journal 24 Heures. Voici le lien:  http://www.24heures.ch/economie/haut-cadre-finma-recuse-enquete-libor/story/17088003 

    Merci d'avance pour vos commentaires ou vos messages à mon adresse mh@herzoginfo.ch.

    PS: Ce citoyen a eu de la chance ou de bons moyens financiers ! Mes plaintes pénales ou civiles n'ont jamais été acceptées par la Justice vaudoise. Les notables sont bien protégés. Suite à ma plainte pénale du 12.2.2012 envoyée au Ministère public de Lausanne: aucune réponse reçue !

     

  • Dick Marty: Le mensonge est impardonnable.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le Matin-Dimanche de ce 18 novembre 2018 publie une interview de M. Dick Marty, ex-procureur tessinois. Concernant le politicien Pierre Maudet, M. Marty déclare que son mensonge est impardonnable. A ce sujet, voilà un autre lien:

    https://www.rts.ch/info/suisse/10003190-pour-dick-marty-le-mensonge-de-pierre-maudet-n-est-pas-pardonnable.html

    Etant actuellement en train de lire le livre de M. Marty " Une certaine idée de la justice", publié aux Editions Favre, j'ai lu à la page 44 une phrase de Jean Jaurès qui me tient à coeur: "Le courage c'est de rechercher la vérité et de la dire". Sachez que j'ai souvent écrit cette phrase à la fin de mes plaintes pénales. En vain.

    Ayant reçu de très graves mensonges pendant plusieurs années dans le cadre d'une succession, mensonges également reçus de mon avocat ... corrompu par la  partie adverse, il est effectivement impossible de pardonner. Et je suis très heureuse de lire les déclarations de M. Marty à propos du mensonge.

    M. Marty cite le mensonge d'un politicien, mais j'aimerais beaucoup connaître son point de vue quand les mensonges proviennent des magistrats et figurent par écrit dans des jugements. Ou dans les décisions écrites des fonctionnaires (par exemple par Mme Marinette Kellenberger, directrice du fisc vaudois, dans une lettre envoyée à un juge cantonal ...).

    Je me demande si M. Marty connaît les méthodes du pouvoir judiciaire vaudois et de certains fonctionnaires. Il faut savoir que dans le canton de Vaud de nombreux citoyens ont reçu ces dernières années des jugements qui manipulaient les faits: fausses dates citées sans produire de preuves, modifications des dates mentionnées dans les preuves écrites, déclarations totalement mensongères, aucune recherche de la vérité, infractions pénales non poursuivies, etc.

    Il est en effet inacceptable que des politiciens disent des mensonges, mais il est encore plus grave, à mon avis, quand des magistrats écrivent des mensonges dans leurs jugements. Ou quand des fonctionnaires font la même chose. En plus pendant des années sans ne jamais s'excuser.

    Quand un politicien dit un mensonge grave il devrait démissionner. Il en va de même, à mon avis, pour les fonctionnaires et les magistrats.

    Merci très vivement, M. Marty, si dans une prochaine interview, vous pouviez donner votre avis au sujet des mensonges réalisés par les magistrats et les fonctionnaires. Recevez, Monsieur, mes meilleures salutations.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.