04/03/2017

Pétition pour que la vidéo devienne la norme dans les Tribunaux suisses.

Bonjour,

L'article de l'avocat vaudois Robert Ayrton a été publié dans le journal 24 Heures du 27 février 2017 sous la rubrique "L'invité" et sur le site 1dex. M. Ayrton propose une solution contre le parti pris des juges: filmer les procès.

Voilà l'article: http://1dex.ch/2017/03/on-prouver-parti-pris-dun-juge/#.W...

Cette idée est excellente mais, à mon avis, pour autant que les vidéos ne soient pas uniquement à la disposition des juges ...

Il existe souvent de bonnes idées. Malheureusement ensuite rien n'est entrepris. Raison pour laquelle je viens de créer la pétition:

"Pour que la vidéo devienne la norme dans les Tribunaux suisses".

Cette pétition est destinée aux Parlementaires suisses et aux Conseillers fédéraux. Elle peut être signée par tous les citoyens suisses.

Vous pouvez en savoir plus et signer la pétition en activant ce lien :

https://www.change.org/p/aux-parlementaires-suisses-et-au...

 

Si vous trouvez cette pétition utile, merci de la diffuser dans toute la Suisse et sur les réseaux sociaux. Pour que les choses changent, il est primordial que les citoyens s'investissent. Merci à Vous.

Deux articles publiés sur ce blog après cet article contiennent les versions allemande et anglaise de cette pétition.  

Merci pour vos commentaires, qui seront publiés sur ce blog. Meilleures salutations.

 

01/03/2017

La réforme fiscale vaudoise gérée par M. Pascal Broulis.

Bonjour,

M. Broulis, Conseiller d'Etat (PLR) responsable des finances vaudoises, a cru être habile en organisant une votation sur la réforme fiscale dans le canton de Vaud en mars 2016, alors qu'il savait qu'une votation fédérale allait avoir lieu.

Etant donné que la transparence n'est pas la qualité première de M. Broulis, les Vaudois ont voté en mars 2016, probablement sans comprendre tous les aspects de la réforme fiscale proposée. Résultat: 87,12 % des Vaudois ont accepté la réforme fiscale vaudoise. M. Broulis est donc très fier du résultat obtenu.

Le 12 février 2017, lors de la votation fédérale liée à la réforme fiscale RIE III, 51,3% des Vaudois ont accepté cette réforme. Au niveau suisse, la réforme a été refusée par 59,1% des votants. 

Ces votations montrent que de mars 2016 à février 2017, 35% des Vaudois ont changé d'idée. Pourquoi ? A mon avis, car ils ont été mieux informés avant la seconde votation. M. Broulis semble ignorer ce changement.  

A la dernière réunion des Députés vaudois, M. Jean-Michel Dolivo a fait remarquer qu'il n'avait pas été judicieux d'organiser une votation vaudoise avant la votation fédérale. M. Broulis a fourni une réplique vraiment surprenante. Décidément, comme en Russie, il n'apprécie pas les critiques. Voilà l'article publié à ce sujet:

http://www.24heures.ch/vaud-regions/Les-deputes-vaudois-r...

Avant les prochaines votations de fin avril 2017 au Conseil d'Etat vaudois, M. Broulis ne veut pas trop parler de ses erreurs.  

Il serait temps que les citoyens vaudois obtiennent plus de transparence. Cela concerne plusieurs domaines (privilèges fiscaux accordés, financement des partis politiques, liens des politiciens avec les multinationales et les grandes entreprises, etc). Je viens d'apprendre que l'association Lobbywatch étudie les liens des parlementaires fédéraux. Voici le site de cette association:

https://lobbywatch.ch/fr/page/projet

Il faudrait aussi étudier les liens des politiciens vaudois. Surtout avant les élections et les publier avant les votations d'avril 2017. Qui va le faire ?

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

12:53 Publié dans Air du temps, Démocratie, Fiscalité, Suisse, Vaud | Tags : réforme, fiscale, vaudoise, votation, rie iii, pascal, broulis | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

27/01/2017

Déclarations de M. Grégoire Mangeat, Bâtonnier de l'Ordre des Avocats Genevois.

Bonjour,

Voilà le message email que j'ai envoyé le 26 janvier 2017 à M. Grégoire Mangeat, Bâtonnier de l'Ordre des Avocats Genevois et à Mme Antonella Cereghetti Zwahlen, Bâtonnière de l'Ordre des Avocats Vaudois.

Et cela suite à l'article "Avocats, du barreau au pouvoir" écrit par le journaliste Fabrice Breithaupt, publié dans la TDG du 25 janvier 2017 (version papier).

 

Madame, Monsieur,

 

Je viens de recevoir un article publié le 25 janvier 2017 dans la TDG où vous dites, M. Mangeat, qu’un avocat se doit de conserver son indépendance et qu’un avocat n’a pas le droit de mentir. 

 

Ayant justement subi les mensonges de mon avocat lausannois Me Philippe Reymond de mars 2004 à juillet 2011, avocat qui a également menti par écrit au Président de la Chambre des avocats vaudois (Me Blaise Battistolo) dès mai 2007 et à différents juges dès août 2007, je me suis plainte auprès de l’Ordre des Avocats Vaudois en produisant des preuves écrites très simples à comprendre, mais cet avocat n’a jamais été sanctionné. Ses mensonges ont été systématiquement étouffés. A ce sujet, je détiens de nombreuses preuves écrites.

 

Vous indiquez qu’un avocat n’a pas le droit de mentir, mais mon expérience me prouve que lorsqu’un avocat ment il ne se passe strictement rien.

 

Je pense que je ne suis pas la seule personne ayant constaté qu’un avocat disait des mensonges. D’ailleurs, je détiens encore un second exemple qui concerne Me Rémy Wyler, avocat lausannois. Ma plainte auprès de l’OAV a également été ignorée. Je possède encore un 3e exemple. Il s’agit de Me Aba Neeman qui a clairement enfreint les règles de sa profession. Mes plaintes auprès de l’OAV ont été totalement inutiles. Elles ne sont jamais arrivées à la Commission d’éthique de l’OAV (non transmises) !

 

Concernant l’indépendance des avocats, j’ai justement envoyé un message le 28 décembre 2016 à la Bâtonnière de l’Ordre des avocats vaudois. Voir ce lien: 

http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2016/12/31/...

 

Bien que j’aie encore relancé la Bâtonnière ces derniers jours, je n’ai reçu aucune réponse suite à mon message du 28.12.2016.

 

Je constate que de nombreuses déclarations sont faites dans la presse, mais ces déclarations d’une part ne correspondent pas à la réalité et d’autre part n’indiquent pas que si un avocat enfreint les règles de sa profession il ne se passe strictement rien.

 

Etant une femme pratique, voici ma question : Pouvez-vous m’indiquer combien d’avocat(e)s ont été sanctionné(e)s ces derniers 5 ans à Genève pour avoir enfreint les règles de la profession.

 

J’en profite pour poser la même question à Mme la Bâtonnière de l’OAV.

 

Dans l’attente de vos réponses, veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Michèle Herzog

 

Pour les internautes: Je n'ai pas trouvé cet article sur le site de la TDG, mais je possède une copie de la version papier de cet article de la TDG du 25 janvier 2017 et peux vous l'envoyer si vous m'en faites la demande à mh@herzoginfo.ch

Merci d'avance pour vos commentaires et pour vos témoignages, si vous avez subi les mensonges d'un avocat ou d'autres problèmes. M. Mangeat sous-entend que les avocats qui mentent sont donc sanctionnés, mais je n'en suis pas du tout convaincue. Meilleures salutations.