abus - Page 2

  • Genève: Manifestation de parents en détresse, les gilets orange, le 1er juin 2019.

    Imprimer

    Bonjour,

    Les gilets orange manifestent dans les villes de Suisse romande depuis début février 2019. Qui sont les gilets orange ? Ce sont des parents en détresse qui subissent des décisions arbitraires lors de divorces et les décisions souvent incompréhensibles des autorités de protection des enfants.

    Voilà un article au sujet de ces gilets orange:

    https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Apres-les-gilets-jaunes--les-gilets-orange-sur-la-place-23669697

    Un article bouleversant, publié dans le Matin Dimanche du 26 mai 2019 indique que ces parents manifesteront à Genève le 1er juin.

    Leur devise "Touche pas à mon enfant" est aussi le titre de leur page Facebook gérée par un père divorcé de 46 ans vivant à Yverdon (Vaud). Voilà le lien:

    https://www.facebook.com/SOSpapa.suisse/

    Pour ceux qui viennent à Genève en train le rendez-vous est fixé le 1er juin à 13h à la gare Cornavin. Puis rendez-vous à 14h au Bd. St-Georges 16 à Genève et la manifestation se terminera à 16h30. Prendre avec soi au moins un gilet orange.

    Cet exemple montre que les abus d'autorité n'ont pas eu lieu uniquement de 1930 à 1981, ce qui est insinué par les articles actuels publiés dans la presse concernant environ 60'000 innocents ayant subi en Suisse les internements administratifs (à ce sujet voir l'article précédent de ce blog). Pendant cette période des enfants avaient aussi été internés.

    Je suis ravie d'apprendre que des parents se regroupent maintenant pour pouvoir mieux se défendre. C'est primordial.

    Coïncidence: J'apprends ce lundi 27 mai 2019 qu'une association a été créée pour aider les victimes de ces abus d'autorité. L’association se nomme "Changer la Vie".
    Le site web est actuellement en construction. L'adresse email est:

    info@changerlavie.ch

    Merci de diffuser ces informations aux parents en difficultés et à leur famille. 

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

  • Suisse: Plus de 60'000 innocents internés de 1930 à 1981.

    Imprimer

    Bonjour,

    Dès 2010, les internements administratifs totalement arbitraires ayant eu lieu en Suisse de 1930 à 1981 ont été révélés au public, qui ignorait ces pratiques. Ces internements abusifs s'abattaient sur les personnes marginales, alcooliques, homosexuelles, sur les filles-mères, etc. De nombreux enfants ont aussi été placés. 

    En 2014, le Conseil fédéral a créé une commission indépendante d'experts (CIE) chargée d'étudier les archives de 1930 à 1981 liées à ces internements abusifs et les témoignages des survivants. Cette commission a terminé son travail et a publié un premier livre en mars 2019. Elle va publier les volumes 2 à 6 dès mai 2019. Puis elle publiera ses recommandations en septembre 2019. 

    Pourquoi le travail de cette commission se termine-t-il en 1981? Car la Suisse a signé la convention européenne des droits de l'homme en 1974. Sous la pression d'organisations internationales ... la Suisse a dû modifier les règles des internements administratifs et créer des bases légales.

    La commission a créé un site Internet qui fournit des informations très importantes concernant son travail et ces internements administratifs. Voilà le lien:

    https://www.uek-administrative-versorgungen.ch/page-daccueil

    Dans ce cadre, une soirée a été organisée à la cinémathèque de Lausanne le 23 mai 2019 avec la projection du film d'Alain Tanner et de Guy Ackermann "Les administratifs et l'article 42" suivie d'un débat en présence d'experts de la CIE et du public. Plusieurs victimes de ces internements abusifs se sont exprimées. Leurs témoignages sont bouleversants.

    Un Monsieur très courageux a très vivement fustigé les autorités, les politiciens et les médecins psychiatres du canton de Vaud. Ce débat a été filmé et j'espère qu'il sera publié sur le site Internet de la CIE.

    Et après 1981 que s'est-il passé en Suisse ?

    Les bases légales existaient mais cela n'a pas empêché les abus. 

    En Suisse, et en particulier dans le canton de Vaud, les lois sont très souvent appliquées de manière totalement arbitraire. D'où les très nombreux placements forcés (PLAFA) abusifs ayant eu lieu. Soit en EMS pour les personnes âgées, soit en institution pour les enfants et pour les jeunes ou encore en hôpital psychiatrique pour les adultes. Ces dernières années, ces placements forcés ont augmenté. A ce propos, voilà un article de 2017:

    https://www.24heures.ch/vaud-regions/medecins-multiplient-placements-forces/story/10813128

    J'espère vivement qu'une commission indépendante d'experts étudiera ensuite les placements forcés abusifs de la période 1982 à 2018. Il est anormal de chaque fois attendre cinquante ans pour étudier les faits !

    Merci de diffuser cet article à vos amis, en Suisse et à l'étranger.

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

    Mise à jour du 29 juin 2019: Je viens de créer une pétition destinée aux sept Conseillers fédéraux réclamant que les abus subis par les victimes de 1982 à 2019 soient étudiés dans les meilleurs délais, sans attendre cinquante ans ...

    Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Merci de diffuser le lien de cette pétition à vos amis.

    Meilleures salutations.

     

  • Suisse: Pour que les abus liés aux forfaits fiscaux cessent.

    Imprimer

    Bonjour,

    Un article d'une page publié dans le journal 24 Heures des 26-27 janvier 2019 explique comment certaines personnes propriétaires d'entreprises florissantes obtiennent des forfaits fiscaux en Suisse. La RTS a aussi publié un article:

    https://www.rts.ch/info/suisse/10168500-fashionleaks-l-ex-patron-de-gucci-patrizio-di-marco-epingle-au-tessin.html

    Les informations ont été publiées grâce aux travail de Mediapart et de certains  journalistes d'investigation. Une fois de plus je constate que les contrôles n'ont pas lieu et que l'on nous fait croire depuis des années que les contrôles ont lieu !

    En effet la condition "sine qua non" pour qu'un étranger domicilié en Suisse obtienne un forfait fiscal c'est de ne pas avoir de revenus en Suisse. Mais le fisc ou les Autorités ne font pas de contrôles sérieux pour deux raisons:

    1. Pour ne pas déranger ces personnes très riches qui pourraient être offusquées d'être soumises à un contrôle. Ce qui correspond clairement à un privilège. Le fisc préfère être sévère avec les citoyens ayant oublié de déclarer mille francs ! Cela fait croire aux gens que le fisc effectue un travail très sérieux.

    2. Le fisc devrait étudier les montages financiers imaginés par des financiers expérimentés et soit il n'en a pas les moyens, soit il n'en a pas envie pour la raison expliquée ci-dessus.

    Avant la votation fédérale du 30 novembre 2014 proposant l'abolition des forfaits fiscaux les politiciens et les responsables du fisc nous avaient pourtant expliqué que des contrôles sérieux avaient lieu et que les personnes bénéficiant d'un forfait fiscal remplissaient cette condition "sine qua non". Les citoyens avaient donc rejeté cette suppression des forfaits fiscaux par 60% des voix.

    Les articles parus dans la presse ces derniers mois montrent que le peuple suisse a été manipulé avant cette votation et ceci est inacceptable.

    D'où la nouvelle pétition que j'ai créée réclamant des contrôles sérieux et une nouvelle votation. Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici:

    http://chng.it/hQmcfN78hT

    Merci de signer cette nouvelle pétition et de diffuser ce message à tous vos amis en Suisse romande et en Suisse allemande.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

     

    Mise à jour du 29.1.2019: En octobre 2014, le Conseil fédéral avait publié des informations concernant cette votation. Voir ce lien:

    https://www.efd.admin.ch/efd/fr/home/dokumentation/legislation/votations/initiative---halte-aux-privileges-fiscaux-des-millionnaires--abo.html

    Je vous conseille de lire le texte du 3.10.2014 qui contient les arguments de la Confédération. Ce texte oublie de mentionner la condition "sine qua non" permettant d'obtenir un forfait fiscal. Cela a également permis de ne pas indiquer que les contrôles des revenus n'étaient pas souvent effectués.

    Les auteurs de l'initiative de 2014 devraient demander des explications à la Confédération au sujet de ces faits passés sous silence.