22/11/2013

AIDE FINANCIERE POUR POUVOIR POURSUIVRE MON COMBAT. MERCI D'AVANCE POUR VOTRE SOUTIEN.

Bonjour,

Ayant commencé mon combat en 2007 afin d'obtenir la vérité dans une affaire financière, mes ressources financières sont épuisées et je cherche des personnes qui accepteraient de me faire un prêt financier, même pour de petits montants (ou éventuellement un don).

Mon combat est déjà très avancé et je possède des preuves écrites concernant des déclarations contradictoires portant sur des biens de plusieurs millions. En effet, mon ex-avocat a indiqué à différents juges, pendant deux ans, qu'il avait bien réalisé son travail, à savoir l'étude des comptes détaillés d'une société travaillant dans l'immobilier à Lausanne. Et que l'expert-comptable diplômé, qu'il avait mandaté, à mes frais, avait effectué une estimation correcte de la société.  Cet avocat ne m'a jamais montré les documents comptables et ne les produit pas en justice (astuce). Et il m'a facturé des honoraires exorbitants ... Quand j'ai annoncé mes soupçons à la Chambre des avocats vaudois, il a déposé une plainte pénale contre moi pour diffamation. 

A la suite de ma demande de réquisition, acceptée par le juge, j'ai appris que mon ex-avocat n'avait pas reçu la pièce comptable primordiale, soit l'inventaire complet des titres de la société. Face à cette très grave contradiction dans les déclarations, les juges n'ont pas réagi ! Il s'agit d'infractions pénales qui devraient être poursuivies d'office. Mais les déclarations de cet avocat ne figurent pas dans le jugement pénal et en plus j'ai été condamnée pour diffamation ... (septembre 2010). L'alinéa 2 de l'art. 173 du Code pénal n'a pas été appliqué.

La situation est très inquiétante. C'est une affaire simple (une pièce comptable à réclamer pour obtenir la vérité ...), facile à comprendre (déclarations contradictoires) et si la justice n'est pas capable de la traiter de façon correcte, alors comment fait-elle pour juger des affaires beaucoup plus complexes ?

Vous trouverez plus d'informations à ce sujet sur ce blog. Voir les articles: "Justice pénale: exemple incompréhensible", "Les lanceurs d'alertes doivent sortir du bois" et "M. Burkhalter et la liberté d'expression".

Merci très vivement aux personnes qui me proposeront un prêt financier (ou un don) pour que je puisse poursuivre mon combat. Plusieurs procédures sont en cours, que je réalise moi-même, et cela m'occupe à plein temps. J'essaie de vivre le plus simplement possible et j'utilise toute mon énergie pour que la justice traite cette affaire financière de façon sérieuse et applique les lois aussi aux notables ... Egalité des citoyens face aux lois.

Merci à vous de transmettre ce message à vos amis. Merci très vivement pour vos propositions d'aide (prêt financier ou don). Pour information, je vous envoie volontiers la copie de mes dernières lettres, par courrierl, concernant mon combat.

Meilleures salutations. Très bonne journée à Vous. Pour m'envoyer un message, voici mon adresse: mh@herzoginfo.ch

19/11/2013

Procès de Skander Vogt (novembre 2013, canton de Vaud )

Bonjour,

Mes très vives félicitations à sa soeur, Mme Senda Vogt, pour son combat, sa ténacité et son courage. En effet, suite au décès de Skander Vogt en mars 2010, la justice vaudoise ne voulait pas traiter cette affaire. Il a fallu que Mme Senda Vogt se batte pour obtenir une décision du Tribunal Fédéral ... Le procès a donc lieu dans la région lausannoise et dure 4 semaines.

Je ne vais pas commenter ici les faits ayant lieu pendant ce procès, car des articles de presse existent déjà à ce sujet dans les journaux de Suisse romande et sur les sites Web de ces journaux.

Il est très important de savoir que Skander Vogt a été condamné à 20 mois de prison, à l'âge de 20 ans, et qu'il est resté 10 ans en prison. Sans espoir de pouvoir sortir des quartiers de haute sécurité, il a mis le feu à son matelas et est mort dans sa cellule, personne ne l'ayant secouru à temps. D'où le procès en cours.

Lors de ce procès 9 personnes sont entendues. Ce sont les personnes qui étaient présentes ou qui ont pris des décisions pendant la nuit du drame. Je suis vraiment étonnée de constater que les personnes qui ont maintenu Skander Vogt en prison pendant 8 ans, alors qu'il avait purgé sa peine de 20 mois, ne soient pas entendues pendant ce procès ... Elles ont forcément une responsabilité dans cette affaire.

D'autre part, de nombreuses personnes ont pris connaissance de la situation de Skander Vogt pendant ces 8 années, mais personne n'a eu le courage d'alerter les médias ou les citoyens concernant cette injustice, de peur de recevoir des représailles.

La Suisse a signé la Convention Européenne des Droits de l'Homme (CEDH), mais cet exemple montre que les articles de la CEDH ne sont pas appliqués. Je vous conseille vivement de faire une recherche Google et de lire le contenu des articles de la CEDH.

Je me demande combien d'autres détenus sont toujours en prison en Suisse après avoir purgé entièrement leur peine ... Vraiment très inquiétant. Merci d'avance à la personne qui pourra me fournir des informations à ce sujet.

Notre démocratie ressemble fort à celle de la Russie. Quand des faits identiques ont lieu en Russie, les citoyens suisses sont offusqués. Quand ces faits ont lieu en Suisse, une majorité des commentaires publiés par les internautes estiment qu'il n'y a rien de choquant, car il faut en premier lieu protéger la population. Pourtant Skander Vogt n'était pas violent sur le plan physique. Naturellement, après 10 ans d'injustices, il était devenu violent sur le plan verbal. Normal.

Il faut aussi savoir que des citoyens ayant réalisé des actes beaucoup plus graves que ceux effectués par Skander Vogt ne font pas un seul jour de prison (condamnation avec sursis). Et que certains détenus dangereux sont libérés sans surveillance sérieuse, bien avant la fin de leur peine. Il n'existe aucune logique dans tout cela. Je me demande sur quelle base ces décisions sont prises. Il semble tout-de-même que les pauvres ont plus de difficultés à sortir de prison que les riches.

Merci pour vos commentaires (courts et respectueux de la Charte).

21/07/2013

NOAM CHOMSKY: LA SUISSE NE GARANTIT PAS LA LIBERTE D'EXPRESSION.

Bonjour,

Je lis, dans le Matin Dimanche de ce jour, un article concernant Noam Chomsky. Et j’apprends qu’en 2001, il a écrit un livre « 2 heures de lucidité » où il reprochait à la Suisse de ne pas garantir la liberté d’expression !

Il était vraiment lucide. La situation ne s’est pas améliorée en 2013. Que faut-il entreprendre pour que les choses bougent ? Et pour que l’on puisse dire la vérité, par exemple, dans les affaires financières très graves, sans être condamné pour diffamation (alors que l’alinéa 2 de l’article 173 CP prévoit justement de pouvoir annoncer ce genre de faits, mais n’est pas appliqué par la justice) ?  

J’essaie depuis plusieurs années de faire comprendre à la justice vaudoise que j’ai reçu trois fausses estimations d’une société travaillant dans l’immobilier à Lausanne (actions de sociétés immobilières non citées et non estimées portant sur plusieurs millions …) et de faux bilans, mais la justice continue à citer ces estimations dans ses décisions sans indiquer qu’elles sont fausses ! Concernant les faux bilans, pas un mot à ce sujet dans les décisions de justice … Pourtant, j’ai produit des pièces pour preuves et des explications simples à comprendre. Et un expert-comptable diplômé genevois est venu expliquer aux juges les problèmes existants, mais ses témoignages n'ont pas été retenus !

Les personnes qui indiquent à la justice que ces estimations sont justes ne produisent pas les documents comptables qui manquent, la justice ne les réclame pas, refuse mes demandes de réquisition … puis donne raison à ces financiers sans aucuns scrupules! Vraiment consternant.

Le fisc vaudois ne réagit pas non plus. Il s’agit d’une très grave soustraction fiscale portant sur des millions, réalisée depuis des lustres …

Ces infractions pénales (faux dans les titres, etc) devraient être poursuivies d’office par les juges qui en prennent connaissance … mais il ne se passe strictement rien. Quant à mes plaintes pénales, accompagnées de preuves écrites, elles sont toutes écartées … (refus de suivre).

Merci M. Chomsky de poursuivre votre combat. Et sachez qu’en Suisse romande personne ne s’offusque de cette situation concernant la liberté d’expression. Et les journalistes non plus.

Merci d'avance pour vos commentaires (courts). Et merci de transmettre l'adresse de mon blog à vos amis pour information.