17/04/2018

Hervé Falciani: J'ai confiance en la justice espagnole, mais pas en la Suisse.

Bonjour,

M. Hervé Falciani est parfaitement lucide. La justice en Suisse préfère condamner un lanceur d'alerte ayant dénoncé les pratiques scandaleuses effectuées à Genève, par la banque HSBC, et ne jamais condamner les personnes qui aident à réaliser de la fraude fiscale et du blanchiment d'argent.

Voilà les dernières déclarations d'Hervé Falciani, déjà condamné à 5 ans de prison ferme par la justice suisse:

https://www.tdg.ch/monde/Herve-Falciani-J-ai-confiance-en...

Les articles du Code pénal suisse ont été modifiés à la demande du Gafi (Groupe d'action financière) concernant le blanchiment d'argent, mais personne ne vérifie si ces articles sont appliqués !!! Il faudrait que les experts du GAFI vérifient ensuite l'application des modifications demandées. Et ils seraient surpris des résultats de leur enquête.

Je constate également aujourd'hui que les articles que j'avais publiés sur ce blog concernant l'affaire Falciani sont introuvables car les mots clés que j'avais donnés (dont le nom Falciani naturellement) ne sont plus activés. La censure n'existe pas en Suisse, mais elle fonctionne très bien !

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

23/03/2018

Morges: Mme Rita Rosenstiel placée de force en EMS début 2014 ...

Bonjour,

Quand cette affaire est sortie dans la presse au printemps 2014 (article de 24 Heures) un énorme mouvement de compassion et de colère a eu lieu et de multiples lettres de lecteurs-lectrices consternés ont été publiées par le journal 24 Heures.

Sur ce blog, j'ai publié 2 articles et reçu de nombreux commentaires. Ensuite je croyais qu'une solution avait été trouvée pour que Mme Rosenstiel puisse quitter cet EMS, car manifestement son état ne justifiait pas de placer cette dame dans un EMS.

Eh bien sachez que rien n'a été entrepris par les Autorités et les responsables pour aider cette dame à quitter son EMS. Pourquoi ? Car ces personnes refusent de se remettre en question et refusent systématiquement de corriger leurs erreurs.

Son avocate avait déposé une plainte pénale contre le curateur ayant vendu tous les biens de Mme Rosenstiel, au prix de 1'500.- CHF ... Une plainte civile avait aussi été déposée. Après des années, une solution a été proposée à Mme Rosenstiel. Si elle retirait ses deux plaintes elle recevrait en compensation un montant de 20'000.- CHF. Il s'agissait d'un accord confidentiel ! Voilà comment Mme Rosenstiel a continué à être maltraitée, car en fait les 20'000.- CHF ont été ensuite confisqués pour payer son EMS ...

Cela a permis de ne jamais condamner le curateur. Pourtant il me semble que les infractions pénales commises auraient dû être poursuivies d'office ... Mais cela n'est jamais fait dans le canton de Vaud ! On préfère classer les plaintes pénales. De nombreuses autres victimes en ont fait l'expérience.

Actuellement Mme Rosenstiel est toujours en EMS et reçoit 250.- CHF par mois d'argent de poche. Avec cet argent elle doit aussi s'habiller ...

Mme Rosenstiel vient de publier son autobiographie. Elle a tapé le texte sur son ordinateur. Je vous en conseille très vivement la lecture et peux vous envoyer ce fichier .pdf si vous m'envoyez un message email. C'est gratuit. Voilà mon adresse email: mh@herzoginfo.ch

Merci d'avance pour vos commentaires. Merci de diffuser cet article. Meilleures salutations.

PS: Pendant qu'une vielle dame alerte et en bonne santé était maltraitée par les Autorités vaudoises, eh bien 8 enfants étaient gravement maltraités par leurs parents sans que personne ne réagisse parmi tous les responsables impliqués ... Vraiment consternant.

Mise à jour du 29 mars 2018: M. Abdoulaye, journaliste de 20 Minutes, a rendu visite à Mme Rosenstiel et vient d'écrire un article très important. Merci beaucoup Monsieur. Voilà le lien:

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/A-93-ans--elle-ecr...

Cet article a suscité énormément de commentaires. Tant mieux. En les lisant, je constate que de nombreux internautes ne font pas de distinction entre les personnes âgées encore alertes physiquement et mentalement et les personnes étant devenues totalement dépendantes d'une aide pour toutes leurs activités.

A mon avis, il est urgent de créer des structures très différentes pour permettre aux personnes âgées de vivre de façon agréable et humaine. Les personnes telles que Mme Rosenstiel devraient pouvoir vivre dans des foyers situés au centre des villes leur permettant de conserver des contacts, de faire leurs courses, d'utiliser les transports publics, etc. en toute liberté tout en bénéficiant d'une structure que je nommerai "très allégée" par rapport aux EMS. Les personnes toujours alertes seraient donc entourées d'autres personnes également alertes. Et cela libérerait des places dans les EMS destinés aux personnes très dépendantes.

En plus ces studios avec cuisine ou appartement de 2-3 pièces pour les couples devraient être loués à ces personnes âgées à un prix décent (comme pour les étudiants par exemple), très différent du prix mensuel d'un EMS. Il est urgent de trouver des solutions pour que ces personnes âgés puissent encore profiter de la vie, tout en recevant leur AVS et certaines prestations complémentaires si nécessaire.

Information ajoutée le 3 juin 2018: M. Narcisse Niclass, que je remercie très vivement, a publié l'autobiographie de Mme Rosenstiel sous ce lien: https://www.monbestseller.com/manuscrit/9440-pourquoi

Je vous en conseille très vivement la lecture. Merci à vous de diffuser l'autobiographie de Mme Rosenstiel en diffusant ce lien.

Vos commentaires sont les bienvenus et seront publiés sur ce blog. Meilleures salutations.

02/03/2018

Un rapport de l'ONU critique la politique fiscale suisse.

Bonjour,

La presse romande et l’association Alliance Sud ont publié des articles sur le dernier rapport de l’ONU concernant la politique fiscale suisse.

Voilà le lien de l’article du 28.2.2018 publié sur le site d’Alliance Sud :

http://www.alliancesud.ch/fr/politique/politique-fiscale-...

Les critiques de l’ONU portent également sur l’article 305 bis du Code pénal suisse qui traite le blanchiment d’argent, mais aussi le délit fiscal qualifié.

Cet article du Code Pénal a été modifié à la demande du GAFI (groupe d’action financière dont la Suisse fait aussi partie). Dès le 1er janvier 2016 les soustractions fiscales dont le montant correspond à 300'000.- CHF d’impôts annuels soustraits sont soumises à l’article 305 bis. Pour autant, m’a expliqué un financier, qu’il existe aussi l’infraction pénale de faux dans les titres (par exemple faux comptes d’une société, ce qui est le cas dans l’affaire que je dénonce depuis plusieurs années).

Ce rapport de l’ONU demande entre autre à la Suisse de baisser cette limite de 300'000.- CHF.

J’ai déposé de nombreuses plaintes pénales suite à l’affaire financière que j’ai découverte (escroquerie que j’estime à 30 millions de francs suisses). Il est très important de savoir que les articles du Code Pénal suisse ne sont jamais appliqués car les financiers sont trop puissants. Et intouchables.

Chaque année je reçois les faux comptes de la société dont je suis devenue actionnaire depuis 2008 (par une succession). En juillet 2017, quand j’ai reçu les faux comptes au 31.12.2016, j’ai demandé l’application de l’article 305 bis car j’estime la fraude fiscale à 30 millions de francs suisses, mais ma plainte pénale a été classée sans qu’aucune personne ne soit interrogée et les infractions pénales de faux dans les titres, gestion déloyale, … ont également été ignorées par le procureur.

Conclusion : Il est certainement très utile de modifier cette limite de 300’000.- CHF, mais le plus important serait qu’un groupe de citoyens puisse vérifier que les lois soient appliquées par les fonctionnaires du fisc, par les procureurs et par les juges, car actuellement en Suisse les lois ne sont pas appliquées dans les escroqueries financières ! Il faudrait aussi que les véritables escrocs financiers soient condamnés et non les personnes qui ont eu le courage de dénoncer leurs actes et la corruption qu’ils utilisent souvent pour obtenir leur immunité.

Autre problème: Il est urgent de ne plus accepter les sociétés avec actions au porteur qui permettent justement de réaliser des fraudes fiscales de plus de 300'000.- CHF chaque année car ces sociétés sont souvent des sociétés immobilières détenant des immeubles. Les actions au porteur protègent l'anonymat des propriétaires de ces sociétés. L'article 305 bis du Code pénal suisse ne sera donc jamais appliqué ...

Quand donc la Suisse va-t-elle cesser de tout mettre en place pour favoriser la fraude fiscale tout en faisant croire que des améliorations sont entrées en vigueur ?

J'espère vivement que la "justice" suisse va enfin être obligée de travailler beaucoup plus sérieusement. Pour obtenir cela il n'y a qu'une seule solution: contrôler le travail de la justice en contrôlant la qualité des décisions prises (application des normes de qualité utilisées dans l'industrie). A ce sujet, merci de signer cette pétition et de la diffuser:

https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-sui...

 

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.