Canton de Vaud

  • Licenciement d'un professeur à Lausanne: L'Etat lui offre 207'000.- CHF pour son silence !

    Imprimer

    Bonsoir,

    L'histoire liée au licenciement d'un professeur de gymnase à fin juillet 2019, après 30 ans de travail dans l'enseignement, a été publiée dans plusieurs journaux et a suscité beaucoup de réactions. Voilà un article à ce sujet:

    https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Le-prof-aux-propos-litigieux-finalement-vire-24261580

    Le Matin-Dimanche de ce 6 octobre 2019 nous apprend un fait nouveau: En juillet 2019 L'Etat de Vaud a offert à cet enseignant un montant de 207'000.- CHF pour acheter son silence. Il s'agissait, d'après cet article, d'un accord confidentiel signé par M. Lionel Eperon, directeur général de l'enseignement postobligatoire et proposé à cet enseignant par le département de Mme Cesla Amarelle. Mais heureusement ce professeur n'est pas tombé dans ce piège et a refusé de signer cet accord confidentiel.

    Je suis sidérée qu'en 2019, afin de ne pas appliquer les lois et pour éviter une procédure au tribunal de prud'hommes, de tels procédés basés sur le fric soient utilisés, avec en plus toute l'opacité d'un accord confidentiel.On se croirait vraiment dans une République bananière. J'imaginais qu'il existait plus d'éthique dans un tel Département ...

    Félicitations Monsieur de poursuivre votre combat afin que vous soyez entendu par un tribunal et que, peut-être, les lois soient appliquées. J'espère que de nombreuses personnes se mobiliseront pour vous soutenir lors cette procédure.

    Aux internautes: Merci de diffuser cet article à vos amis. Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

     

  • Désobéisance civile transparente et désobéissance opaque des fonctionnaires.

    Imprimer

    Bonjour,

    Un article très intéressant du journal Le Temps nous fournit des explications concernant la désobéissance civile liée au climat.

    https://www.letemps.ch/suisse/desobeissance-civile-service-climat

    Cet article donne la définition de la désobéissance civile: Le terme de «désobéissance civile» a été forgé par l’essayiste américain Henry David Thoreau dans son essai du même nom, paru en 1849. Il désigne le refus assumé et public de se soumettre à une loi ou à un pouvoir jugé injuste, tout en faisant de ce refus une arme de combat pacifique.

    Il faut aussi savoir que l'article 17 du Code pénal suisse nommé "Etat de nécessité licite" dit ceci: "Quiconque commet un acte punissable pour préserver d'un danger imminent et impossible à détourner autrement un bien juridique lui appartenant ou appartenant à un tiers agit de manière licite s'il sauvegarde ainsi des intérêts prépondérants".

    Cet article 17 CPS devrait permettre à certains citoyens d'effectuer des refus d'ordre (ou de la désobéissance civile) lorsque les ordres reçus de certains fonctionnaires sont totalement abusifs ou quand des dangers sont ignorés par les autorités, mais dans le canton de Vaud l'article 17 CPS est ignoré (expérience vécue deux fois ces dernières années). Ce qui permet de condamner les citoyens.

    Voilà ce qui me choque profondément: la désobéissance civile est publique et transparente, utilisée en désespoir de cause par des gens courageux, ce qui n'est pas le cas pour les fonctionnaires et les magistrats qui n'appliquent pas les lois et enfreignent leur serment. A mon avis, dans ce cas, il s'agit aussi de désobéissance mais faite en catimini, de façon totalement opaque, et leurs actes ne seront jamais sanctionnés alors que leurs conséquences sont très graves ! Ce qui leur permet de continuer à désobéir en n'appliquant pas les lois pendant des années ... en toute impunité.

    Il en va de même pour les politiciens qui ferment leurs yeux et n'agissent pas quand ils apprennent qu'il existe de très graves abus d'autorité, ou des dénis de justice ou que les Droits humains des citoyens sont bafoués. Face à leur engagement, à mon avis il s'agit également d'une forme de désobéissance mais beaucoup plus sournoise que la désobéissance civile transparente et publique. 

    Conclusion: La désobéissance est un système à plusieurs vitesses et dépend de la personne qui la pratique. Si c'est un citoyen lambda qui la pratique en désespoir de cause, pour des motifs éthiques et humains et en toute transparence, alors cette personne sera punie. Dans tous les autres cas, la désobéissance est beaucoup plus grave, répétitive, mais tacitement acceptée ...

    L'Etat de droit n'existe pas en Suisse. Le système des privilèges est encore en vigueur et les privilégiés sont intouchables.

    Les politiciens, élections fédérales obligent, vont très probablement soutenir les jeunes qui manifestent pour le climat. Mais après les élections les politiciens élus ne s'intéresseront plus à eux ...

    Merci de diffuser cet article à vos amis et aux jeunes qui vont être bientôt condamnés pour leurs actes de désobéissance civile.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

    Mise à jour du 23.9.2019: L'article suivant publié sur ce blog fournit un bel exemple de désobéissance opaque réalisée par des fonctionnaires. Il s'agit du service de la protection de la jeunesse du canton de Vaud.

  • Eric Kaltenrieder: Il manque 55 postes de travail à la justice vaudoise !

    Imprimer

    Bonjour,

    Dans une interview de M. Kaltenrieder, Président du Tribunal cantonal vaudois, publiée le 5 septembre 2019 par le journal 24 Heures, nous apprenons que M. Kaltenrieder a poussé un "coup de gueule" lors de la réception officielle du nouveau président du Grand Conseil. M. Kaltenrieder a consacré l'entier de son discours aux 55 postes de travail manquant au sein de la justice vaudoise.

    Je me demande si M. Kaltenrieder, qui connaît parfaitement la situation, a eu le courage dans son discours d'expliquer comment les magistrats vaudois, actuellement engagés, refusent de rechercher la vérité, refusent d'appliquer les lois à certains citoyens dominants, font traîner les procédures pour que lors du jugement la prescription soit atteinte, etc, etc.

    Et quand M. Kaltenrieder prend connaissance de très graves dysfonctionnements au sein du pouvoir judiciaire vaudois, alors pourquoi ne réagit-il pas ? Et quand il prend connaissance d'infractions pénales non poursuivies d'office car les plaintes pénales sont simplement classées par les procureur(e)s pourquoi ne dénonce-t-il pas ces infractions pénales et le laxisme des magistrats ?

    De très nombreuses procédures pourraient être traitées en quelques mois, de façon sérieuse, alors qu'elles durent des années pour aboutir à des décisions totalement arbitraires. A mon avis, si les dysfonctionnements très graves étaient éradiqués, la "justice" vaudoise n'aurait certainement pas besoin de 55 postes de travail supplémentaires.

    Je me demande quels sont les critères à remplir pour être engagé dans la "justice" vaudoise. Voilà une offre d'emploi publiée ces derniers jours:

    http://direktlink.prospective.ch/?view=4783db65-5591-4f83-8170-0c42094d366c

    Merci très vivement aux personnes honnêtes, indépendantes, ayant de l'éthique et travaillant de façon efficace de bien vouloir postuler pour ces postes de procureur(e)s vaudois. Attention: le délai est fixé au 19.9.2019.

    Merci ensuite de nous expliquer comment a été effectuée la procédure d'engagement. Sur quels critères ? Merci aussi aux journalistes qui nous renseigneront à ce sujet.

    Merci de diffuser cet article et cette offre d'emploi à vos amis. Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations. 

    PS: La méthode du tirage au sort serait la bienvenue. Voir les articles précédents de ce blog et en particulier l'initiative créée par M. Adrian Gasser réclamant que les juges fédéraux soient tirés au sort ... Les magistrats tirés au sort seront certainement plus indépendants et plus efficaces. Mais est-ce le but recherché ?