Finance

  • Affaire Balkany: Le blanchiment d'argent a passé par la Suisse ...

    Imprimer

    Bonjour,

    Nous savons en Suisse que le 80% des fonds liés au blanchiment d’argent passe par la Suisse. Voilà un nouvel exemple, l’affaire Balkany, dont le procès commence ce 13 mai en France. A ce propos, l'article du Temps cite les fantômes suisses qui aident systématiquement à dissimuler des fonds par la création de systèmes opaques. Je vous conseille de lire cet article:

    https://www.letemps.ch/monde/fantomes-suisses-epoux-balkany

    Je me demande pourquoi la Suisse est menacée depuis des années (liste noire par exemple) … sans que les menaces ne soient jamais mises à exécution !!! Alors que les affaires de blanchiment se succèdent et ont été dévoilées par les Swiss Leaks, Panama Papers, etc. toutes ces dernières années. Les auteurs des menaces envers la Suisse ne sont plus crédibles …

    Certaines organisations internationales ont fait pression sur la Suisse pour que les lois contre le blanchiment et la fraude fiscale soient améliorées. Mais à quoi cela sert-il s'il n'existe aucune volonté d'appliquer ces lois ? Ici, en Suisse, on protège la place financière et toutes les activités qui y sont liées par tous les moyens.

    Il faut savoir qu'en Suisse la majorité des magistrats ne traite pas les affaires financières ou alors uniquement quand les faits sont prescrits !  Les parlementaires et les autorités ne s'en offusquent pas du tout.

    Dans cette affaire Balkany, il ne faut pas organiser uniquement le procès des fraudeurs (pour l'instant ils sont présumés innocents), mais celui de tous les professionnels qui les ont aidés.

    Ces professionnels pratiquent ces aides à la fraude depuis des années … en toute impunité !  Et qui va organiser leur procès ? En Suisse, personne !

    Les magistrats en Suisse sont aussi responsables de ce blanchiment d'argent, car ils ferment les yeux. Pourquoi n’agissent-ils jamais ? Et qui va les condamner ? Personne, car les politiciens appliquent le principe de la séparation des pouvoirs, ce qui les arrange bien. Ce principe est un fléau.

    En France, certaines personnes osent fournir des explications. Voilà l’exemple de M. Jean-Charles Deniau, auteur d'un livre sur les Balkany, qui ose utiliser les mots « système opaque », « corruption » et expliquer comment fonctionne la protection dont bénéficie certains citoyens. Raison pour laquelle cette affaire Balkany a mis tant de temps pour enfin se retrouver devant les juges.

    Bonne nouvelle: Tout le système opaque mis en place va être expliqué sur la place publique. Ce que les politiciens et les magistrats, en Suisse pays des secrets, détestent profondément. La transparence, ils ont horreur de ça. Je vous conseille de lire cet article:

    https://www.bfmtv.com/police-justice/proces-balkany-c-est-tout-un-systeme-qui-va-etre-mis-sur-la-place-publique-1690650.html 

    Même si le système judiciaire français est loin d'être parfait, il est clairement très en avance par rapport à la Suisse. En Suisse, aucun magistrat n’aurait osé intenter un procès à UBS et aucun magistrat n’aurait ouvert un procès tel que celui des Balkany. L’affaire aurait soit été étouffée, soit traitée après prescription des faits ! Et si une personne prononce le mot « corruption » elle fait immédiatement l’objet d’une plainte pour diffamation et d’une sévère condamnation pénale, même si ses  déclarations sont parfaitement justifiées !

    Que faut-il entreprendre pour que tous les complices des fraudeurs présumés soient eux aussi jugés et cessent leurs activités d'aide à la fraude fiscale ?

    Merci de diffuser cet article. Surtout en France.

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

  • Emission Infrarouge du 8 mai 2019 concernant les lanceurs d'alerte.

    Imprimer

    Bonjour,

    L'émission Infrarouge du 8 mai 2019 était consacrée à Julian Assange et aux lanceurs d'alerte. Voilà le lien:

    https://www.rts.ch/emissions/infrarouge/10412913-faut-il-sauver-le-soldat-assange-.html

    Il est intéressant de constater que les principaux lanceurs d'alerte de Suisse n'étaient pas invités sur le plateau d'Infrarouge !

    Mme Yasmine Motarjemi (voir plusieurs articles sur ce blog à son sujet), présente dans le public lors de cette émission, a été citée et filmée. L'excuse pour ne pas l'inviter: car elle est toujours en procès contre Nestlé !

    Je me demande si les réalisateurs de cette émission connaissent vraiment les lanceurs d'alerte. Savent-ils qu'ils ou elles sont en procès pendant des années ? D'ailleurs Julian Assange est forcément aussi en procès ... actuellement.

    Et Mme Stéphanie Gibaud aussi. Pourtant elle a été invitée par Infrarouge ... 

    Pourquoi M. Rudolf Elmer n'a-t-il pas été invité ? Et M. Gerhard Ulrich qui dénonce les dysfonctionnements du pouvoir judiciaire vaudois depuis l'an 2000 avec un immense courage et une très grande tenacité ? Et M. Marc-Etienne Burdet qui dénonce la corruption du pouvoir judiciaire, dont le site Internet www.swisscorruption.info est censuré par les principaux opérateurs ? 

    Sur ce plan, cette émission était bien décevante.

    La définition du mot "lanceur d'alerte" était aussi limitée aux personnes signalant des dysfonctionnements au sein d'une entreprise dans laquelle elles travaillent. Pourtant Julian Assange n'a pas dénoncé les dysfonctionnements de l'entreprise dans laquelle il travaillait ... Et c'est un immense lanceur d'alerte.

    De nombreux citoyens dénoncent des dysfonctionnements et consacrent une énorme énergie à cela car ils sont offusqués par le laxisme des politiciens, des autorités et/ou du pouvoir judiciaire. Tous ces citoyens sont des lanceurs d'alerte. J'espère naturellement qu'ils deviendront de plus en plus nombreux et de plus en plus courageux. J'espère aussi que de nombreux citoyens soutiendront enfin les lanceurs d'alerte, car ils représentent un contre-pouvoir indispensable.

    L'émission indiquait qu'il existe en Suisse une plateforme permettant aux lanceurs d'alerte de s'exprimer. Mais il faut savoir qu'ensuite il ne se passe strictement rien. Les alertes sont simplement ignorées. Plusieurs personnes en ont fait l'expérience.

    J'estime que les réalisateurs de cette émission étaient fort mal renseignés. Et peu courageux. Une belle occasion manquée ... Bien dommage. Pourquoi ?

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

    PS: La loi de protection des lanceurs d'alerte est en discussion à Berne depuis 2003 ! Merci de signer cette pétition qui justement réclame une loi:

    http://chng.it/2XGvBZTGG4

  • Valais: Le mercure a fait l'objet d'une enquête pénale ... secrète !

    Imprimer

    Bonjour,

    L'article publié ce 18.3.2019 par le journal Le Temps au sujet de cette enquête pénale est une véritable caricature du fonctionnement du pouvoir judiciaire, mais aussi du comportement des politiciens qui préfèrent garder le silence ! Depuis quelques jours il faut être abonné pour lire les articles du Temps. Je vous conseille vivement de vous abonner pour lire cet article:

    https://www.letemps.ch/suisse/valais-mercure-lobjet-dune-enquete-penale

    Cet article explique que Lonza s'est retrouvée en juin 2018 sur le banc des accusés, suite à la pollution des eaux par du 1.4 dioxane, mais Lonza a été acquittée ...

    Concernant la pollution au mercure (autre cas), le journal Le Temps a appris qu'une procédure pénale avait été ouverte contre Lonza et qu'une décision de non entrée en matière avait été rendue le 5 février 2018, en toute discrétion (décision non rendue publique, est-ce légal ?) ! Les faits ayant eu lieu entre 1930 et 1970 étaient prescrits. D'autre part, selon un rapport de l'Université de Zurich la mise en danger de la vie d'autrui n'a pas eu lieu ! Le procureur général Nicolas Dubuis précise que tout fait nouveau pourrait permettre la réouverture du dossier.

    Il faut savoir que cette décision intervient sept ans après la découverte en 2011 de cette pollution au mercure. On apprend, par cet article, que le procureur n'utilise pas les faits annoncés dans les journaux pour ouvrir une enquête ! Il privilégie les dénonciations lorsque l'Etat a l'obligation de dénoncer.

    Cet article indique un point primordial: "... les élus ou membre d'une administration ont l'obligation de dénoncer au Ministère public s'ils ont appris l'existence d'infractions pénales poursuivies d'office dans le cadre de leur activité professionnelle. S'ils ne le font pas ils se rendent coupables d'entrave à l'action pénale".

    Ensuite l'article explique quelles ont été les astuces utilisées pour ne pas dénoncer ces infractions pénales, alors que les élus en avaient connaissance.

    Cet article est un exemple parfait montrant comment fonctionne l'omerta afin de protéger une entreprise au détriment de la population et d'éviter de devoir appliquer les lois. Il paraît que la Commission de gestion du Grand Conseil valaisan (cogest) étudie actuellement les raisons de cette omerta.

    L'article publié hier sur ce blog posait cette question: "Qui surveille le travail des procureurs dans le canton de Vaud ?". On peut aussi poser cette question concernant le Valais.

    A mon avis, c'est justement parce qu'il n'existe aucune surveillance, sous prétexte de la séparation des pouvoirs, que tous ces dysfonctionnements ont lieu. Voilà pourquoi il est de plus en plus urgent de réclamer un contrôle sérieux du travail du pouvoir judiciaire. D'où cette pétition que je vous remercie de signer et de diffuser.

    Voilà le lien: https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.