07/10/2018

Suisse romande: Pourquoi les fonctionnaires ne sont-ils jamais sanctionnés ?

Bonsoir,

A ce propos, voilà deux exemples récents. Le premier concerne le canton de Vaud et l'affaire des huit enfants abusés par leur père pendant des années. L'ex-juge fédéral M. Claude Rouiller a réalisé un rapport très critique et virulent. A ce sujet voilà un article publié par Le Temps: https://www.letemps.ch/suisse/enfants-abuses-durant-dix-a...

Mais on s'aperçoit que les fonctionnaires responsables de cette très grave affaire ne sont même pas sanctionnés ! D'après des articles de presse plus récents, le responsable du SPJ, M. Christophe Bornand, s’en va. Mais j'ai constaté que souvent ces fonctionnaires retrouvent un autre poste ... en toute discrétion.

Et qu'en est-il du juge de paix ou de la juge de paix responsable de ce drame ? Cette personne va-t-elle démissionner ? Pourquoi son nom n'a-t-il pas été cité par la presse ?

Puis on va nous expliquer, comme chaque fois, que les procédures vont être améliorées pour que ce genre d'affaire ne se reproduise pas. Mais je ne le crois pas, car les contrôles seront effectués par d'autres fonctionnaires "amis".

D'autre part, depuis le temps qu'on nous dit que les procédures vont être améliorées, la situation devrait être bien meilleure qu'elle ne l'est ...

 

Le second exemple concerne le canton de Genève. Le journal Le Courrier nous apprend que M. Mauro Poggia garde un cadre controversé. Voilà le lien:

https://lecourrier.ch/2018/10/04/mauro-poggia-garde-un-ca...

Dans cette seconde affaire, moins grave que la première, ce haut-fonctionnaire n'a pas non plus été sanctionné. Il a obtenu un nouveau poste grâce à M. Mauro Poggia.

Tant que des sanctions très sévères ne seront pas prononcées et appliquées suite à ce genre d'affaire, je pense que la situation ne s'améliorera pas.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

02/09/2018

Suisse: Création d'une structure Innocence project. C'est urgent !

Bonsoir,

Hier j'ai reçu un message email d'une victime de la justice genevoise. Cet homme se nomme Salah Banna et le Professeur Pierre Vassalli de l'Université de Genève a étudié son affaire. M. Pierre Vassalli a publié un livre expliquant parfaitement bien les erreurs commises dans cette affaire judiciaire. Voilà l'article publié sur mon blog en mars 2017 à propos de ce livre et des erreurs judiciaires:

http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2017/03/12/...

 

Naturellement, j'étais ravie hier de recevoir un message de M. Salah Banna me demandant de l'aide. Mais comment l'aider ??? Voilà ma réponse.

Seule, je ne peux strictement rien faire car je ne suis ni avocate, ni journaliste d'investigation. Et mes moyens financiers sont très limités (AVS). Mais j'ai une idée: Créer une structure identique au système mis en place aux Etats-Unis et dans d'autres pays. Ce système se nomme INNOCENCE PROJECT et il existe depuis des années. Voilà le lien trouvé sur Wikipedia expliquant le fonctionnement de ce système efficace: https://fr.wikipedia.org/wiki/Innocence_Project

 

En Suisse romande et en Suisse allemande, il existe très certainement des avocats à la retraite et des Professeurs d'Université qui pourraient, en impliquant des étudiants en droit, étudier des cas d'erreurs judiciaires ayant eu lieu dans les cantons suisses. Par exemple l'affaire Légeret (canton de Vaud) et l'affaire de Salah Banna (canton de Genève). Il existe de très nombreuses autres affaires.

Dans ces affaires, dont les faits ont été manipulés ou étouffés, il est ensuite impossible d'obtenir la révision d'un jugement. Ce que la chercheuse des Universités de Lausanne et de Neuchâtel,  Mme Joëlle Vuille, confirme dans son excellent livre. Voir ce lien: http://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2017/06/11/...

 

En plus les victimes du pouvoir judiciaire n'ont en général plus de moyens financiers pour payer les honoraires d'un avocat et ne comprennent pas toujours comment le pouvoir judiciaire a réussi à modifier les faits. Elles n'ont souvent pas les compétences leur permettant de réaliser elles-mêmes une demande de révision. Et de toute façon les demandes de révision sont en général écartées par le pouvoir judiciaire. Mais si la demande est effectuée par tout un groupe, nommé Innocence Project, le pouvoir judiciaire ne pourra pas inventer des astuces pour ne pas corriger le jugement. 

Il est donc urgent de créer en Suisse une structure identique à l'Innocence project. Merci aux avocats à la retraite, aux Professeurs d'Université, aux journalistes d'investigation, aux citoyens ayant envie de participer à ce projet de m'envoyer un message email avec vos coordonnées afin que je puisse vous mettre en contact pour la mise sur pied de ce projet. Sa réalisation est très urgente.

Vous pouvez aussi vous annoncer en envoyant un commentaire au bas de cet article et en indiquant vos coordonnées.

Merci d'avance à ceux qui réagiront. Merci de diffuser ce message aux personnes qui pourraient être intéressées. Meilleures salutations.

29/08/2018

Vaud, République bananière: l'exemple de Swiss Space Systems (S3).

Bonjour,

Le journal 24 Heures a décidé de publier une série d'articles concernant la débâcle de la société S3. Voilà les 2 premiers articles. Ils sont payants mais si vous vous intéressez aux méthodes régulièrement utilisées par les personnalités du canton de Vaud, je vous conseille soit d'acheter le journal de ce jour et des jours suivants, soit de vous abonner ce qui vous permettra de lire ces deux articles.

Ce premier article général explique la perte de 32 millions de francs suisses.

https://www.24heures.ch/vaud-regions/debcle-collective-s3...

Ce premier article cite un ancien employé de S3 qui déclare ceci: "Si j'avais les moyens, j'attaquerai en justice le Canton et toutes les institutions qui ont fait preuve de souplesse envers Swiss Space Systems". J'espère que cet ancien employé trouvera le soutien nécessaire pour pouvoir effectuer ses démarches.

Ce second article explique comment M. Philippe Petitpierre a soutenu la société S3 en tirant les ficelles. Un simple coup de fil à la bonne personne et l'application de la loi X était simplement reportée ... Ces privilèges sont totalement consternants, mais cela ne choque pas les habitués de ce système. 

https://www.24heures.ch/vaud-regions/j-deni-realite-rappo...

 

L'éditorial de ce jour est disponible sans abonnement. Le Rédacteur en chef  explique que M. Pascal Jaussi n'est pas le seul responsable dans cette affaire. Voilà le lien: 

https://www.24heures.ch/signatures/editorial/s3-mort-auto...

 

Le système des coups de fil étant très efficace dans le canton de Vaud, il faudra voir maintenant qui va réussir à se faire blanchir ... Ce copinage et la protection des citoyens dominants est une honte.

Depuis 2007, je dénonce une escroquerie financière que j'estime à plus de 30 millions de francs suisses (canton de Vaud). En août 2018 la vérité n'a toujours pas été recherchée pourtant de très nombreuses décisions totalement ARBITRAIRES ont été prises. Et qui a été condamnée sur le plan pénal: Eh bien c'est moi, car j'ai eu le courage de dénoncer cette affaire !!! Si vous désirez recevoir le résumé de l'affaire financière que je dénonce, merci de m'envoyer un message email à mh@herzoginfo.ch et je vous enverrai un résumé avec quelques pièces pour preuves.

Dans ces affaires financières, les intérêts de l'Etat ne sont pas défendus de façon sérieuse. Raison pour laquelle, suite à la faillite de S3, l'Etat de Vaud va perdre 4 millions de francs suisses mis à la charge des contribuables.

Merci d'avance pour vos commenaires. Meilleures salutations.