alertes

  • Suisse: Une loi de protection des lanceurs d'alerte trop restreinte.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le 30 octobre 2019 le journal 20 Minutes a publié un article sur la loi de protection des lanceurs d'alerte en Suisse. Il faut savoir que ce projet de loi est en discussion à Berne depuis 2003 ! 16 ans plus tard, voilà la situation:

    https://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Lanceurs-d-alerte--une-protection-a-ameliorer-17260873 

    J'apprends avec consternation que les parlementaires ne se préoccupent que des alertes ayant trait au lieu de travail. Alors que de très nombreux citoyens alertent les Autorités sur des sujets qui ne touchent pas leur travail ! Par exemple, constatation d'une pollution au mercure en Valais, jeunes qui alertent concernant le réchauffement climatique, personnes qui lancent l'alerte sur les effets néfastes de la 5G, alertes lancées par des personnes malades concernant un médicament ou un implant, alertes lancées quand des magistrats refusent d'appliquer les lois ou quand un citoyen dénonce un fonctionnaire corrompu, etc.

    Il faut bien admettre que les parlementaires ont tout entrepris pour ne pas faire avancer cette loi de protection des lanceurs d'alerte et maintenant ils proposent une loi qui ne protège pas la totalité des lanceurs d'alerte ! Quelle honte !

    Sachez que la Serbie a créé une des meilleures lois de protection des lanceurs d'alerte. Cette loi est entrée en vigueur en juin 2015. La Suisse a donc déjà plus de 4 ans de retard sur la Serbie. A ce propos, je vous conseille vivement de lire cet article expliquant que la loi serbe connaît encore des problèmes d'application. Mais cet article cite des chiffres extrêmement élevés d'alertes lancées par les citoyens serbes ce qui montre qu'il est urgent, en Suisse aussi, d'adopter une loi efficace. 

    https://www.courrierdesbalkans.fr/Loi-sur-les-lanceurs-d-alerte-en-Serbie

    Cet article dit que pendant les deux premières années, soit de juin 2015 à juin 2017, 427 procédures pénales relatives aux lanceurs d’alerte ont été engagées, dont 364 ont été jugées.

    Constatant que les populations de ces deux pays sont assez similaires (7 millions de Serbes et 8,5 millions de Suisses), on peut estimer les alertes en Suisse à environ 450 par an, mais naturellement il n'existe aucunes statistiques permettant de savoir combien d'alertes sont sérieusement traitées en Suisse.

    De nombreuses ONG font croire qu'elles défendent les lanceurs d'alerte, mais cela est totalement faux car la majorité des ONG refusent d'étudier des cas concrets d'alertes non traitées par les autorités. En général, les alertes en Suisse sont soit classées, soit donnent lieu à une procédure judiciaire qui va durer des années et se terminer par une décision inadmissible, car le lanceur d'alerte s'attaque à des entreprises puissantes (parfois à des multinationales) ou à des citoyens dominants intouchables. Ensuite, les ONG ne sont d'aucune utilité et le lanceur d'alerte doit se défendre seul. Les frais judiciaires étant tellement élevés en Suisse, cela décourage ou empêche un grand nombre de lanceurs d'alerte de poursuivre leur combat. Cette situation est anormale dans un soi-disant Etat de droits. 

    120 jeunes d'Extinction Rebellion viennent de recevoir des condamnations pénales suite au blocage d'un pont et d'une route à Lausanne en septembre 2019. Cette fois, le ministère public a travaillé très rapidement. Voir cet article:

    https://www.lematin.ch/suisse/117-militants-extinction-rebellion-condamnes/story/12692296

    Il s'agit clairement d'une "justice" vaudoise à plusieurs vitesses. Car suite à ma plainte pénale déposée contre un avocat lausannois le 17.12.2018 je n'ai reçu ni accusé de réception, ni aucune information ! Et toutes mes plaintes pénales déposées d'octobre 2007 à novembre 2018 ont été classées ! Je veux bien témoigner à ce sujet pour expliquer que les infractions pénales très graves effectuées par les citoyens dominants sont classées, alors que les jeunes non violents ayant lancé l'alerte sur un sujet primordial, le réchauffement climatique et ses conséqences, sont condamnés. Il s'agit de discrimination et d'une inégalité flagrante. A part moi, de nombreuses autres personnes pourraient aussi témoigner.

    Naturellement les 120 jeunes d'Extinction Rebellion ne seront pas protégés car la loi de protection des lanceurs d'alerte n'est pas encore entrée en vigueur et en plus, le projet prévoit de ne prendre en compte que les alertes liées au lieu de travail !

    Maintenant que les Verts ont brillé aux dernières élections fédérales je me demande comment les Verts vaudois vont agir pour protéger ces 120 jeunes d'Extinction Rebellion. Les politiciens verts vont-ils se manifester ou vont-ils, comme les politiciens en ont l'habitude, utiliser le prétexte de la séparation des pouvoirs (un fléau) pour ne pas agir. Affaire à suivre.

    Dans certains pays les lois permettent aux citoyens de réaliser des actions collectives. Là encore, les 120 jeunes ne pourront pas se regrouper pour se défendre de façon collective car les lois suisses ne prévoient pas celà. Le vieux principe "diviser pour règner" est toujours d'actualité. D'après les articles de presse ces jeunes ont décidé de recourir contre les condamnations pénales reçues. Cela va donc donner lieu à 120 audiences et 120 procédures pénales ...

    J'espère que le public ira soutenir ces jeunes lanceurs d'alerte lors des audiences ayant lieu au tribunal. Ces audiences sont publiques, mais pour cela il faudrait que les dates des audiences et leur lieu soient publiés dans la presse. Merci aux journalistes qui le feront.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations. 

    Merci de signer la pétition réclamant une véritable loi de protection des lanceurs d'alerte. Voilà le lien: http://chng.it/2XGvBZTGG4

  • Emission Infrarouge du 8 mai 2019 concernant les lanceurs d'alerte.

    Imprimer

    Bonjour,

    L'émission Infrarouge du 8 mai 2019 était consacrée à Julian Assange et aux lanceurs d'alerte. Voilà le lien:

    https://www.rts.ch/emissions/infrarouge/10412913-faut-il-sauver-le-soldat-assange-.html

    Il est intéressant de constater que les principaux lanceurs d'alerte de Suisse n'étaient pas invités sur le plateau d'Infrarouge !

    Mme Yasmine Motarjemi (voir plusieurs articles sur ce blog à son sujet), présente dans le public lors de cette émission, a été citée et filmée. L'excuse pour ne pas l'inviter: car elle est toujours en procès contre Nestlé !

    Je me demande si les réalisateurs de cette émission connaissent vraiment les lanceurs d'alerte. Savent-ils qu'ils ou elles sont en procès pendant des années ? D'ailleurs Julian Assange est forcément aussi en procès ... actuellement.

    Et Mme Stéphanie Gibaud aussi. Pourtant elle a été invitée par Infrarouge ... 

    Pourquoi M. Rudolf Elmer n'a-t-il pas été invité ? Et M. Gerhard Ulrich qui dénonce les dysfonctionnements du pouvoir judiciaire vaudois depuis l'an 2000 avec un immense courage et une très grande tenacité ? Et M. Marc-Etienne Burdet qui dénonce la corruption du pouvoir judiciaire, dont le site Internet www.swisscorruption.info est censuré par les principaux opérateurs ? 

    Sur ce plan, cette émission était bien décevante.

    La définition du mot "lanceur d'alerte" était aussi limitée aux personnes signalant des dysfonctionnements au sein d'une entreprise dans laquelle elles travaillent. Pourtant Julian Assange n'a pas dénoncé les dysfonctionnements de l'entreprise dans laquelle il travaillait ... Et c'est un immense lanceur d'alerte.

    De nombreux citoyens dénoncent des dysfonctionnements et consacrent une énorme énergie à cela car ils sont offusqués par le laxisme des politiciens, des autorités et/ou du pouvoir judiciaire. Tous ces citoyens sont des lanceurs d'alerte. J'espère naturellement qu'ils deviendront de plus en plus nombreux et de plus en plus courageux. J'espère aussi que de nombreux citoyens soutiendront enfin les lanceurs d'alerte, car ils représentent un contre-pouvoir indispensable.

    L'émission indiquait qu'il existe en Suisse une plateforme permettant aux lanceurs d'alerte de s'exprimer. Mais il faut savoir qu'ensuite il ne se passe strictement rien. Les alertes sont simplement ignorées. Plusieurs personnes en ont fait l'expérience.

    J'estime que les réalisateurs de cette émission étaient fort mal renseignés. Et peu courageux. Une belle occasion manquée ... Bien dommage. Pourquoi ?

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

    PS: La loi de protection des lanceurs d'alerte est en discussion à Berne depuis 2003 ! Merci de signer cette pétition qui justement réclame une loi:

    http://chng.it/2XGvBZTGG4

  • Suisse: Nouveau site pour les lanceurs d'alerte !

    Imprimer

    Bonjour,

    Excellente nouvelle ! Voilà le message reçu ce 31 juillet, en allemand. La traduction en français se trouve après ce texte en allemand.

    Hallo Michèle

    Manchmal muss man weite Wege gehen, um einen Unterschied zu machen. Dies ist auch bei #SwissLeaks der Fall. Was bisher geschah:

    • Ein Server in einem sicheren Land
    • Inbetriebnahme einer zuverlässigen, geprüften Open Source Software (GlobaLeaks)
    • Prozessbeschreibungen, wer wie mit Eingaben von TippgeberInnen umgeht
    • Ein Team von heute 32 Freiwilligen mit ganz unterschiedlichen Kompetenzen, um Eingaben überprüfen zu können

    Ich bin stolz zu sagen: Wir sind bereit 

    Dank einem Bericht zum Start von #SwissLeaks in der Fernsehsendung 10vor10 vom 5. Juli und breiter Berichterstattung auf allen Kanälen am Tag darauf haben die Reaktionen auf den Launch unsere Erwartungen weit übertroffen. 

    Diverse Hinweise sind während der letzten Wochen auf dem #SwissLeaks-Server eingegeben worden und jetzt beginnt für das Team von #SwissLeaks die wirkliche Arbeit: die ernsthaften unter den eingegangenen Eingaben müssen detailliert geprüft werden, bevor an eine Publikation oder weitere Massnahmen zu denken ist. Eine spannende und herausfordernde Aufgabe!

    Warum das Ganze?

    Zwei Dinge haben uns motiviert, #SwissLeaks auf die Beine zu stellen: der heute mangelhafte Schutz für WhistleblowerInnen in der Schweiz und der Anspruch, dass Campax für die Anliegen der Menschen offen sein muss.

    Dafür haben wir im letzten Jahr die Petitionsplattform ACT gestartet, deshalb hat jetzt mit #SwissLeaks ein neues Kapitel angefangen. Mit #SwissLeaks sind wir nun auch offen für Informationen über Missstände, die sonst den Weg nicht zu Campax finden würden.

    “Mein eigenes Leben zeigt, wie bitter nötig ein effektiver Whistleblower-Schutz in der Schweiz ist” sagt Julius Bär-Whistleblower Rudolf Elmer zu seinem Freiwilligen-Engagement für #SwissLeaks. “Als Wirtschaftsprüfer mit viel Erfahrung im internationalen Offshore-Banking und bei der Prüfung von multinationalen Konzernen werde ich #SwissLeaks bei der Fallprüfung unterstützen. Es soll anderen schweizerischen WhistleblowerInnen nicht so übel ergehen, wie es mir und meiner Familie erging, als ich die Wahrheit über die Offshore-Geschäfte der Bank Julius Bär an die Öffentlichkeit brachte.”

    Dank der vielen Tausend Menschen, die Campax bis heute unterstützt haben, sind wir heute in der Lage, auf Politik und Wirtschaft Druck auszuüben, damit sich etwas ändert. Diese Kombination ist einzigartig und kann Berge versetzen! Konkret heisst, dass, das wir anders als Medienhäuser mehr machen können als nur publizieren. Wir können Kampagnen starten, Proteste, Petitionen und damit Missstände so sichtbar machen, dass sie von niemanden übersehen oder totgeschwiegen werden können. 

    ....

    Beste Grüsse

    Andreas Freimüller
    Campax

     
     

    info@campax.org | www.campax.org

    Campax | Hermetschloostr. 70 | 8048 Zürich

     

    Voilà la traduction de ce message en français:

    Bonjour Michèle

    Parfois, il faut faire un long chemin pour réaliser un projet. C'est également le cas pour #SwissLeaks. Voilà les étapes déjà accomplies:

    Installation d'un serveur dans un pays sécurisé

    Mise en service d'un logiciel libre fiable et testé (GlobaLeaks)

    Descriptions des procès: définir qui traitera les informations reçues ✔

    Créer une équipe de 32 bénévoles avec des compétences très différentes pour étudier les alertes

    Je suis fier de dire maintenant: Nous sommes prêts. 

    Grâce à un reportage sur le lancement de #SwissLeaks dans l'émission de télévision 10vor10 le 5 juillet et grâce à une large couverture sur toutes les chaînes le lendemain, les réactions au lancement ont largement dépassé nos attentes. 

    Divers renseignements ont été reçus sur le serveur #SwissLeaks au cours des dernières semaines et maintenant le vrai travail commence pour l'équipe de #SwissLeaks : les plus sérieuses parmi les informations reçues doivent être vérifiées en détail avant toute publication ou toute autre mesure à envisager. Une tâche passionnante et stimulante !

    POURQUOI TOUT ÇA ?

    Deux choses nous ont motivé à faire fonctionner #SwissLeaks : l'absence de protection des lanceurs d'alerte en Suisse actuellement et l'affirmation selon laquelle Campax doit être ouverte aux préoccupations des gens.

    Nous avons lancé l'année dernière la plateforme de pétitions ACT. Un nouveau chapitre a commencé avec #SwissLeaks. Avec #SwissLeaks, nous sommes également ouverts à l'information sur les alertes qui, autrement, ne trouveraient pas leur chemin vers Campax.

    "Ma propre vie montre à quel point la protection des lanceurs d'alerte est nécessaire en Suisse", déclare Rudolf Elmer, dénonciateur de Julius Baer, au sujet de son engagement volontaire en faveur de #SwissLeaks. "En tant que comptable avec une vaste expérience dans le domaine de la banque offshore internationale et de l'audit de sociétés multinationales, je soutiendrai #SwissLeaks dans l'étude de cas. Je ne veux pas que d'autres lanceurs d'alerte  suisses souffrent autant que moi et ma famille lorsque j'ai fait connaître au public la vérité sur les activités offshore de la Banque Julius Baer".

    Grâce aux milliers de personnes qui ont soutenu Campax jusqu'à présent, nous sommes maintenant en mesure d'exercer une pression sur la politique et l'économie pour faire une différence. Cette combinaison est unique et peut déplacer des montagnes ! Concrètement, cela signifie que, contrairement aux médias, nous pouvons faire plus que simplement publier des informations. Nous pouvons lancer des campagnes, des protestations, des pétitions et donc des démarches si visibles qu'elles ne pourront être ignorées ou étouffées par qui que ce soit. 

     .... 

    Meilleures salutations

    Andreas Freimüller

    Campax

     

    Je comprends qu'il existe un site www.campax.org et un site dédié aux lanceurs d'alerte, dont voilà le lien https://swiss-leaks.net

    Le site campax existe déjà en allemand, en français et en anglais. Je vous conseille de visiter ces 2 sites ces prochains temps pour mieux savoir ce qui va être entrepris.

    En Suisse la censure n'existe pas, mais elle fonctionne très bien (ce n'est pas de moi). J'ai constaté que Swisscom a censuré l'envoi de ma réponse à M. Andreas Freimüller ! Je voulais lui envoyer une réponse par email et j'avais mis certaines personnes en copie. Eh bien aucun des messages n'a été envoyé par Swisscom ! J'ai reçu un message d'erreur m'indiquant que mon message n'a pas pu être envoyé ! Alors que la majorité des adresses sont des adresses email que j'emploie très souvent !

    Ce soir je comprends que si ce lien https://swiss-leaks.net est placé dans un message email, eh bien Swisscom censure le message email et ne l'envoie pas en prétendant qu'il s'agit d'un spam ! Faites l'expérience si vous employez l'Internet de Swisscom pour expédier vos messages email.

    Sachez que cette nouvelle organisation d'aide aux lanceurs d'alerte recherche des bénévoles. Si vous voulez prendre contact avec M. Andreas Freimüller, voilà son adresse email: andreas.freimueller@campax.org

    Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.