14/01/2018

Affaire étouffée depuis 2013: Le médicament anticancéreux périmé Thiotepa distribué depuis Martigny (Suisse).

Bonjour,

Je viens de prendre connaissance avec consternation de l'article publié par le Matin-Dimanche de ce 14 janvier 2018 expliquant que 100'000 flacons périmés du médicament anticancéreux Thiotepa, parfois périmés depuis 7 ans ..., ont été distribués par l'entreprise Alkopharma située à Martigny (Valais). La moitié de ces médicaments a été utilisée pour soigner des enfants ...

L'affaire a été dénoncée par Swissmedic en 2011 et elle était connue. Par exemple un article avait été publié dans la presse le 16 janvier 2012:

https://www.lematin.ch/sante-environnement/sante/Une-soci...

Voilà ce qui me choque: Ensuite cette affaire a été étouffée. Les responsables ont été condamnés en juin 2016 à des peines extrêmement légères (des contraventions ...). Mais la presse n'en a pas parlé !  Pourquoi ? Merci aux journalistes de répondre à cette première question.

L'article de ce jour nous apprend que la majorité de ces 100'000 flacons a été distribuée en France et environ 2000 flacons en Suisse. Les étiquettes de ces flacons étaient modifiées par l'entreprise de Martigny et même par ses employés obéissant à leur cheffe (la femme du propriétaire de l'entreprise).

Cette entreprise a en plus bénéficié d'un prêt de 85 millions de francs suisses de la Banque Cantonale du Valais, alors que son chiffre d'affaire était de 49 millions. Il faut savoir que le Président de la BCVs, M. Jean-Daniel Papilloud, était très ami avec le patron de l'entreprise de Martigny ... L'entreprise ayant fait faillite le 29.8.2013 suite à cette affaire de médicaments périmés, la BCVs va probablement faire une perte de 17 millions. Ce problème a également été étouffé car il n'est pas cité dans les rapports annuels de la banque ...

Cette affaire extrêmement grave (combien de personnes sont-elles décédées à cause de ce médicament périmé ?) montre qu'il est toujours habituel en Valais, mais dans les autres cantons romands aussi, d'étouffer les affaires qui dérangent. C'est la politique ancestrale du SECRET. Cela montre aussi que la censure est bien présente en Suisse romande. Ensuite il ne faudra pas s'étonner que l'initiative "No Billag" soit acceptée par le peuple suisse le 4 mars prochain.

Cette affaire de médicaments périmés n'a pas été découverte par les services publics. Mais par le fabricant allemand qui a constaté que des flacons périmés se trouvaient dans certains hôpitaux.

Heureusement Swissmedic a tout-de-même réagi en prenant connaissance des peines très légères prononcées en 2016 par le Tribunal de Martigny ...  Et le responsable de l'entreprise de Martigny est actuellement incarcéré (prison préventive).

L'article du Matin-Dimanche cite l'exemple d'un couple français ayant perdu leur petite fille en 2014. En septembre 2011, à 4 ans, leur fille avait été soignée dans un hôpital parisien au moyen du médicament périmé. Les parents ont appris en novembre 2011 que le médicament utilisé était périmé. Le 23 janvier 2012 l'hôpital écrit une lettre à ce sujet. Seconde question: Mais alors pourquoi cette affaire, également connue en France, n'a-t-elle pas été publiée dans la presse de façon plus sérieuse ? Pourquoi ce procès n'a-t-il pas été suivi ? Il est urgent que les citoyens puissent recevoir des réponses sérieuses concernant ces faits si graves totalement étouffés pendant des années.

Merci aux journalistes suisses et français de nous expliquer les raisons de la  censure de cette affaire si grave et de ce "procès" de 2016 passé sous silence.

Information ajoutée le 15 janvier 2018: J'apprends par l'article publié ce jour par le journal 24 Heures que ce médicament n'était pas autorisé à la vente en Suisse, mais qu'il était autorisé à la vente en France. L'article ne fournit pas les raisons de cette diférence. Les responsables, en Suisse, auraient donc dû être condamnés à des peines plus graves car ils ont distribué plus de 2000 flacons non autorisés en Suisse ... Aggravation de la situation.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

PS: Il est vraiment urgent de réclamer un contrôle sérieux du travail de la justice. Merci de signer et de diffuser cette pétition. Voici le lien:

https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-sui...

 

18/05/2017

Censure du journal 24 Heures ! Publication sur La Méduse !

Bonjour,

Suite à un article publié sur le journal 24 Heures, j'ai envoyé une lettre de lecteur le 7 mai 2017. Cela concernait les déclarations faites par Mme Isabelle Chevalley (Vert'libérale) et M. Jacques Nicolet (UDC) ayant décidé de créer tout-à-coup une alliance de droite au second tour des élections au Conseil d'Etat vaudois (votations du 21 mai 2017).

A ma surprise, ma lettre de lecteur a été refusée par le rédacteur en chef de 24 Heures et n'a pas été publiée.

Heureusement, M. Christian Campiche, journaliste expérimenté et créateur du site de La Méduse, m'a très gentiment proposé de publier ma lettre. Les motifs du refus sont publiés au bas de ma lettre. 

Voilà l’article publié sur le site www.lameduse.ch :

http://www.lameduse.ch/2017/05/17/tribune-libre-deuxieme-...

Cette expérience est très intéressante, car elle montre que la censure est totalement arbitraire.

Le rédacteur en chef de 24 Heures a refusé de publier ma lettre, alors que M. Christian Campiche, journaliste très expérimenté, accepte de la publier …

Il est tout-de-même étrange de constater que la censure est pratiquée par un journal, alors que le texte de ma lettre correspond simplement à la liberté d'expression, notion fondamentale dans une démocratie, en général défendue bec et ongles par les journalistes ....

Voilà pourquoi je vous remercie de soutenir La Méduse qui vient de créer une association pour obtenir un soutien financier lui permettant de poursuivre son activité en publiant des articles et des avis non censurés.

Voilà l’appel lancé par La Méduse :

http://www.lameduse.ch/2017/05/16/la-meduse-entend-partic...

 

Meilleures salutations. Merci d'avance pour vos commentaires sur mon blog ou sur le site de la Méduse.

19/12/2016

CENSURE DE SITES INTERNET EN SUISSE (OU AILLEURS).

Bonjour,

 

"La censure n’existe pas en Suisse, mais elle fonctionne très bien" (Kurt Tucholsky)! Cette phrase prononcée par Kurt Tucholsky il y a 75 ans est toujours d'actualité en 2016.

 

Début octobre 2016, le site Internet du lanceur d'alerte vaudois Marc-Etienne Burdet a été censuré. Ce site dénonce des affaires de corruption et en particulier l'affaire Ferrayé. Il contient aussi les lettres de Gerhard Ulrich, en trois langues, envoyées pendant l'année 2016 et les évaluations, en trois langues, d'un grand nombre de procureurs et de juges. Il s'agit du site www.worldcorruption.info

Les internautes qui n'utilisent pas les fournisseurs d'accès à Internet tels que Swisscom ou Citycable peuvent accéder aux informations en cliquant sur les liens, car dans ce cas les sites et les fichiers .pdf ne sont pas censurés. 

Quand la censure est présente un message tel que "Not found" est affiché. Parfois il est indiqué que le site est censuré par la justice.

Pour détourner cette censure, un site Internet a été créé expliquant les méthodes existantes permettant d'accéder aux sites censurés, malgré la censure exercée par Swisscom et Citycable. Voir http://www.censure.info

 

La solution la plus simple consiste à activer ce site http://www.iweb365.info/

Puis de donner le lien du site censuré après http://     et de taper sur GO.

Si le site ci-dessus ne fonctionne pas, alors voilà un autre site dit proxy qui permet de détourner la censure: https://kproxy.com/

Sur la 1ère page, à la place de l'adresse Google figurant dans la fenêtre, il faut indiquer le lien du site censuré que vous désirez. Je vous conseille d'utiliser la fonction copier-coller pour donner le lien du site. Ensuite vous tapez sur le mot SURF.

Le lien www.worldcorruption.info permet d'obtenir le site de Marc-Etienne Burdet. Le lien www.worldcorruption.info/ulrich.htm permet d'obtenir les textes de la majorité des lettres envoyées par G. Ulrich dès mars 2016.

Utilisez le lien www.worldcorruption.info/evaluations.htm si vous voulez accéder aux actes réalisés par les procureurs et les juges. Les textes de ces évaluations existent en trois langues. Il suffit de sélectionner un nom, puis de clicker sur le drapeau de la langue désirée. Vous comprendrez alors pour quelles raisons ce site a été censuré en octobre 2016.

Si vous devez utiliser iweb365 pour des liens longs, je vous conseille d'utiliser la fonction copier-coller pour transférer les liens dans le site iweb365.

 

La dernière lettre de G. Ulrich du 18 décembre 2016 explique comment les financiers se sont arrangés pour gruger le peuple suisse depuis plus de 20 ans ... Et comment le procureur Baenziger a classé la plainte pénale déposée en 1998, procédure pénale ouverte par Mme Carla Del Ponte. Cela concerne la gestion des fonds de l'AVS et de l'AI ... La plainte pénale ayant été classée, les financiers continuent leurs actes en toute impunité. 

Mes très vives félicitations aux financiers qui ont découvert ces techniques et qui les ont dénoncées. En particulier M. Harry Heutschi.

Mes très vifs remerciements à MM. Burdet et Ulrich pour tout le travail effectué en 2016, afin d'informer les citoyens.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.