23/11/2018

Une mère tuée à Yverdon: Tout le monde savait ...

Bonjour,

Voilà le drame ayant eu lieu à Yverdon ces derniers jours:

https://www.lematin.ch/faits-divers/drame-familial-tue-am...

Un article très important, publié ce 23 novembre 2018 dans le journal 24 Heures nous explique que tout le monde savait que cette femme de 31 ans subissait de très graves violences conjugales. Je vous conseille de vous procurer le journal de ce jour ou de vous abonner pour pouvoir lire l'article sur leur site Internet.

Cet article dit que "depuis 2004 les violences conjugales doivent être poursuivies d'office".

Mais savez-vous pourquoi aucune plainte pénale n'a été déposée pour aider cette mère de trois enfants ?

Eh bien parce que ces deux personnes officiellement ne vivaient pas ensemble, en ménage commun !

Voilà une nouvelle technique imaginée par nos Autorités pour ne pas agir et ne pas défendre les femmes subissant des violences.

J'espère que les fonctionnaires qui ont fermé les yeux, surtout la police qui était au courant, porteront la responsabilité morale de ce décès jusqu'à la fin de leurs jours.

Car, naturellement, il ne faut pas penser qu'elles seront sanctionnées ou condamnées pour non assistance à personne en danger ... Nous sommes dans le canton de Vaud ! Les fonctionnaires sont bien protégés et ne sont jamais responsables de quoi que ce soit.

Avec mes pensées émues aux trois enfants de cette mère.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Mise à jour du 28.11.2018: Demande de dons pour réaliser la sépulture et pour créer une tombe. Un article publié hier par 24 Heures explique que cette mère n'avait pas d'argent. Un appel aux dons est réalisé. Merci d'adresser vos dons à Anne-Louise Gilliéron, rue du Lac 7, Yverdon-les-Bains, rubrique Carole M.

IBAN CH41 0076 7000 H544 4845 4    Merci à Vous.

 

Mise à jour du 5 décembre 2018: Un article écrit par la journaliste Lise Bourgeois a été publié dans 24 Heures d'hier. Cet article explique qu'il existe deux écoles. Certaines personnes pensent qu'il faut mieux protéger les victimes et d'autres, dont Mme Maribel Rodriguez cheffe du bureau vaudois de l'égalité et Mme J. de Quattro, estiment qu'il ne faut pas infantiliser les victimes (elles doivent conserver un droit à l'autodétermination ...) et qu'il faut améliorer la prévention.

A mon avis quand les coups pleuvent cela montre bien que la prévention n'a pas fonctionné et qu'il est URGENT de protéger les victimes. Cela permettrait d'éviter des drames tels que celui d'Yverdon.

La journaliste a pris contact avec la procureure Mme Hélène Rappaz qui lui a déclaré que le Ministère public n'a pas été averti du cas de Carole et que s'il avait été averti il aurait étudié cette plainte !  Vraiment consternant.

08/05/2018

DRAME A GENEVE: Le Service de Protection des Mineurs est impliqué.

Bonjour,

Voilà le message bouleversant que je viens de recevoir de Mme Brigitte Pivot, Présidente de SOS-Tutelles à Genève:

Christopher devait fêter ses 18 ans en mai 2018 (date corrigée, merci). Il ne les fêtera pas … et pourtant il s’en réjouissait.

Dimanche 22 mars à 8 h. 30 du matin. Il a sauté  du 10ème étage à Onex.

La cérémonie d’adieu aura lieu au centre funéraire de Saint Georges le vendredi 11 mai 2018 à 14h45.

Ce jeune garçon était sans histoire, il préparait son concours d’entrée pour l’école des Arts et de Design,

mais ce samedi soir,

       il avait pris de la drogue, ce qu’il ne faisait jamais

       il est rentré tôt le dimanche matin, ce qu’il ne faisait jamais.

 

Il avait appris que son admission à l’école des Arts et de Design avait été refusée.

Depuis sa plus tendre enfance la famille a été prise dans les filets du service de protection des mineurs (SPMi). La seule chose que le SPMi organisait c’était des placements hors de sa famille et avec le moins de contacts possibles avec sa famille. Depuis fin janvier, le SPMi l'avait finalement laissé avec sa maman et sa grand-maman. Il avait découvert que ces personnes étaient formidables, affectueuses, attentionnées alors que les intervenants du SPMi les critiquaient voire les démolissaient sans raison...

 

Pour des renseignements complémentaires, vous pouvez contacter

Madame Leïla Pellissier, présidente de PMES pmes@bluewin.ch - 022 348 28 03

Voir le site  https://www.kiombo.com/pmes/

et Brigitte Pivot, présidente de SOS Tutelles sostutelles@bluewin.ch - 022 786 01 17.

Madame Anne Emery-Torracinta a été informée par Madame Pellissier, AUCUNE RÉPONSE RECUE A CE JOUR.

Avec nos cordiales salutations.
 

Je me demande qui va enquêter concernant les pratiques du Service de Protection des Mineurs (SPMI) situé à Genève. Et combien ce service a-t-il fait de victimes ?

Je n'imaginais que de tels drames pouvaient arriver à Genève. En Suisse les secrets ont encore une longue vie ... et on nous fait toujours croire que c'est un pays exemplaire. Surtout au niveau humanitaire ...

Avec mes condoléances et mes pensées à cette famille qui subit des actes inhumains et incompréhensibles depuis des années et qui maintenant se retrouve dans une tristesse immense. 

Voir aussi l'article précédent publié sur ce blog. Il concerne aussi le SPMI de Genève.

Merci de diffuser ce message sur les réseaux sociaux et autour de vous.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Texte ajouté le 10 mai 2018: Je vous conseille très vivement de consulter le site    https://www.kiombo.com/pmes/

En cliquant sur "Constats" et "Quelques cas" vous trouverez quelques exemples stupéfiants. Si vous cliquez sur "Informations", puis "Rubrique presse", l'article 74 correspond à l'histoire du jeune homme qui s'est suicidé ensuite le 22 mars 2018.

Ce site montre tout le travail effectué par l'association genevoise Pères, Mères, Enfants Solidaires (PMES) et en particulier par Mme Pellissier.