16/04/2017

Depakine: Questions à M. P.-Y. Maillard et Mme B. Métraux, Conseillers d'Etat vaudois.

Bonjour,

Suite au drame des enfants Depakine, médicament produit par Sanofi, voilà le message email que j'ai envoyé ce dimanche de Pâques à M. Pierre-Yves Maillard (Conseiller d'Etat vaudois responsable de la santé) et à Mme Béatrice Métraux (Conseillère d'Etat responsable de la "justice" vaudoise), tous deux à nouveau candidats aux Conseil d'Etat vaudois lors des élections du 30 avril 2017: 

 

Madame, Monsieur les Conseillers d’Etat responsables de la santé et de la justice dans le canton de Vaud,

Un article très important du Matin-Dimanche de ce 16 avril 2017 nous apprend que Mme Fivaz-Favez a déposé une plainte pénale contre le CHUV et contre certains médecins, car elle n’a pas été prévenue des effets secondaires très graves de la Depakine quand elle était enceinte de ses enfants, en 2001 et 2003.

Mme Fivaz-Favez a compris en 2015 seulement les raisons des problèmes de ses deux enfants.

Un article à ce sujet avait été publié par Le Matin en automne 2016 : http://www.lematin.ch/suisse/drame-enfants-depakine/story...

 

Voici mes questions à M. Pierre-Yves Maillard et à Mme Béatrice Métraux :

 

  1. J’aimerais savoir ce que vous avez entrepris pour que les femmes vaudoises soient informées des effets secondaires de la Depakine et depuis quelle période avez-vous agi afin que les femmes soient prévenues de ce très grave danger ?

 

  1. J‘aimerais savoir quels dédommagements et quelles aides sont prévus pour aider les familles touchées par ce médicament et dans quels délais ?

 

  1. J’aimerais savoir si les médecins qui ont prescrit de la Depakine en connaissant les effets secondaires très graves de ce médicament, mais sans en avoir informé leurs patientes, seront poursuivis d’office par l’institution judiciaire vaudoise et dans quels délais ?

 

Sachant que l’institution judiciaire vaudoise ne fonctionne pas (j’en fais l’expérience depuis dix ans et j’ai aussi rencontré de nombreuses victimes et lu les livres de M. Jacques Secretan et celui de Mme Leina Sadaoui), je me permets de vous poser ces questions fondamentales et vous remercie de me répondre dans les meilleurs délais. Ou de répondre par la voie de la presse ce qui serait encore mieux.

En vous remerciant de votre compréhension, veuillez recevoir, Madame, Monsieur les Conseillers d’Etat, mes salutations citoyennes très inquiètes.

Michèle Herzog

 

J'espère que ces deux personnes répondront avant le 30 avril 2017. En effet, il est important de savoir concrètement quels sont les actes réalisés par les Conseillers d'Etat pendant les années passées dans leur fonction de responsables de la santé et de la "justice".

Sachez que Mme Régine Fivaz-Favez a créé une association pour défendre les droits des enfants subissant les effets secondaires de ce médicament produit par Sanofi. Voilà le lien de cette association: http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

PS: Concernant M. Secretan, j'ai créé un article sur ce blog quand son livre sur l'affaire Légeret a été publié en mai 2016 et un autre article a également été produit sur ce blog suite à la parution de son livre sur l'affaire Ségalat en juin 2015.

J'ai également publié un article sur ce blog concernant le combat inimaginable que Mme Leina Sadaoui a dû réaliser pendant plus de 30 ans suite à son accouchement au CHUV de Lausanne, qui s'est mal déroulé. 

19/06/2016

Zurich: Initiative UDC de protection de la famille.

Bonjour,

Je n'ai jamais voté UDC, mais dans ce cas je dois admettre que l'initiative de l'UDC est très importante et urgente, car les abus en SUISSE dans le domaine de la "protection" de l'enfant et des personnes âgées sont consternants. 

La Suisse fait toujours croire, à l'étranger, qu'elle défend les Droits de l'homme. Mais dans la réalité ce n'est pas du tout le cas. Il faut vivre en Suisse pour le comprendre.

Les personnes victimes des abus de l'Etat sont prises dans un piège. Elles ne peuvent se défendre, car l'Etat détient tous les pouvoirs. En plus, les victimes n'ont souvent ni l'énergie, ni les moyens leur permettant de se défendre. Les familles ayant essayé d'intervenir contre ces abus n'ont très souvent jamais réussi à obtenir gain de cause.  

Voilà un article qui va intéresser toutes les personnes confrontées à ces services de soi-disant protection de l’enfant et des personnes âgées.

http://www.lematin.ch/suisse/Initiative-pour-une-meilleur...

Et les autres partis politiques, pourquoi ne réagissent-ils pas contre ce système digne d’une dictature ?

A Genève, l'association SOS Tutelles, présidée par Mme Brigitte Pivot, se bat contre les dérives de ce système. Il existe d'autres associations qui essaient de défendre les droits des parents par exemple. Merci à tous ceux qui se battent pour défendre les Droits des citoyens.

Merci d'avance pour vos commentaires et vos témoignages très importants. Merci de diffuser cet article (à l'étranger aussi). Meilleures salutations.