29/05/2017

Harcèlement au travail: expérience vécue par Mme Yasmine Motarjemi chez Nestlé (2000 à 2010).

Bonjour,

France Culture a interviewé Mme Yasmine Motarjemi, responsable de la sécurité alimentaire du groupe Nestlé depuis 2000, et je vous conseille très vivement d'écouter son témoignage, publié par l'émission "Des citoyens qui changent le monde". Merci de consacrer 28 minutes de votre temps à écouter les explications de Mme Motarjemi concernant le harcèlement subi dès 2006, alors qu'elle se plaignait de défaillances dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Voilà le lien de cette émission française (voir également la lettre de Mme Motarjemi au nouveau CEO de Nestlé, M. Mark Ulf Schneider publiée sur ce site):

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/des-citoyens-qui-changent-le-monde-6-yasmine-motarjemi-seule-contre

La conclusion de Mme Motarjemi, à la fin de son témoignage, est très inquiétante. Suite au procès de Mme Motarjemi contre Nestlé, commencé en 2011 (Chambre patrimoniale du canton de Vaud, Suisse), mais toujours en cours en 2017 ..., aucun employé d'une grande entreprise, en Suisse, n'osera se plaindre en justice. 

Heureusement que certains journalistes osent encore publier de tels témoignages. Merci à eux. Et merci à Mme Yasmine Motarjemi pour son courage et sa ténacité.

Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

20/05/2017

Harcèlement au travail: Un reportage très intéressant de TSR1 du 20 mai 2017.

Bonsoir,

Au journal de 19h30 de ce 20 mai 2017 (TSR1), je viens de prendre connaissance du combat mené par une femme très déterminée, qui a eu le courage de ne pas se laisser faire et de dénoncer le harcèlement subi. 

Voilà le lien de ce reportage très intéressant et je vous conseille de consacrer quelques minutes pour prendre connaissance des faits:   

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/le-grand-format-le...

Ce reportage explique que le harcèlement sexuel subi par cette employée des CFF a été reconnu par un audit. 

Je vois qu'en 2017 la situation n'a toujours pas évolué: la femme victime de harcèlement, si elle se plaint, est déplacée dans un autre service ou licenciée.

Mais qu'arrive-t-il aux auteurs du harcèlement sexuel ? Seront-ils sanctionnés ? Et si oui, par quelle sanction ?

J’espère vivement que le Tribunal Administratif Fédéral (TAF) rendra une décision en faveur des femmes subissant du harcèlement au travail.

Merci d’avance aux journalistes de nous informer de la décision du TAF.

Félicitations à Mme Mireille Gobat (nom à vérifier) pour son combat pour l’égalité et contre le harcèlement.

En Suisse, l’égalité est toujours théorique … Mais dans la pratique … A quoi servent tous les services qui prétendent s'occuper de l'égalité entre les hommes et les femmes depuis des années ?

Merci d'avance pour vos commentaires et pour vos témoignages. 

Meilleures salutations.

PS: Si vous prenez connaissance de cet article, merci Mme Mireille Gobat de prendre contact avec moi. Mon email: mh@herzoginfo.ch

 

02/03/2015

UBS France: Qui va être condamné ?

Bonjour,

Mme Stéphanie Gibaud a dénoncé les actes illicites d’UBS France découverts sur son lieu de travail. Quand Mme Gibaud a compris que des actes anormaux avaient lieu, elle a averti sa hiérarchie et ses supérieurs n’ont pas du tout apprécié ses démarches.

Mme Gibaud a alors mis les preuves en lieu sûr, puis a dénoncé ces faits aux Autorités françaises. D’où l’enquête ayant lieu actuellement en France pour comprendre comment les banquiers d’UBS travaillaient sur le sol français; enquête qui va donner lieu à un procès pénal.

Raison pour laquelle M. Bradley Birkenfeld, ex-employé d’UBS en Suisse ayant dénoncé les actes illicites d’UBS aux USA, vient d’être interrogé à Paris afin d’aider les enquêteurs français à comprendre les actes réalisés par les banquiers d’UBS.

L’émission « Faut pas croire » de la RTS 2 du 1er mars a permis à Mme Gibaud d’expliquer sa version des faits. Et je vous conseille vivement de regarder ce reportage :

http://www.rts.ch/emissions/religion/faut-pas-croire/6476...

 

Le procès de Mme Gibaud va avoir lieu ces prochains jours à Paris et il va être très important de savoir comment une lanceuse d’alerte va être traitée dans ce pays qui défend la liberté d’expression.

D’autre part, il sera également très important de savoir comment les responsables d’UBS seront traités par la justice française. L’amende payée va-t-elle leur permettre d’éviter des condamnations pénales ?

Merci d’avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

 

Texte ajouté le 18 mars 2015: Le 5 mars 2015, la justice a reconnu que Mme Gibaud a été "harcelée pour avoir refusé de souscrire à l'ordre demandé de détruire les fichiers informatiques et archives tendant à prouver l'évasion fiscale pour laquelle une affaire pénale concernant UBS est en cours".

Mme Gibaud n'a donc pas été condamnée et la justice lui a octroyé un montant de 30'000 Euros de dédommagements (montant payé par UBS France). Ce jugement fera jurisprudence pour les autres lanceurs d'alerte.

UBS a déclaré à l'AFP qu'elle ne ferait pas appel suite à cette décision. Le délai pour faire appel est fixé au 4 avril 2015.

Il est bien clair que ce montant de 30'000 Euros est dérisoire au vu des difficultés vécues par Mme Gibaud. J'espère vivement que ses avocats la défendront et obtiendront des dédommagements beaucoup plus sérieux.

Texte ajouté le 19 juin 2015: Mme Gibaud, courageuse, continue à fournir des informations concernant les actes illicites réalisés. Cette fois, l'Amérique latine et l'Argentine sont concernées. Je constate que dans les entreprises, les employés courageux, osant dénoncer les faits graves qu'ils découvrent, se comptent sur les doigts d'une main.

http://www.lematin.ch/economie/ubs-reseau-specialement-de...