internements

  • Suisse: Plus de 60'000 innocents internés de 1930 à 1981.

    Imprimer

    Bonjour,

    Dès 2010, les internements administratifs totalement arbitraires ayant eu lieu en Suisse de 1930 à 1981 ont été révélés au public, qui ignorait ces pratiques. Ces internements abusifs s'abattaient sur les personnes marginales, alcooliques, homosexuelles, sur les filles-mères, etc. De nombreux enfants ont aussi été placés. 

    En 2014, le Conseil fédéral a créé une commission indépendante d'experts (CIE) chargée d'étudier les archives de 1930 à 1981 liées à ces internements abusifs et les témoignages des survivants. Cette commission a terminé son travail et a publié un premier livre en mars 2019. Elle va publier les volumes 2 à 6 dès mai 2019. Puis elle publiera ses recommandations en septembre 2019. 

    Pourquoi le travail de cette commission se termine-t-il en 1981? Car la Suisse a signé la convention européenne des droits de l'homme en 1974. Sous la pression d'organisations internationales ... la Suisse a dû modifier les règles des internements administratifs et créer des bases légales.

    La commission a créé un site Internet qui fournit des informations très importantes concernant son travail et ces internements administratifs. Voilà le lien:

    https://www.uek-administrative-versorgungen.ch/page-daccueil

    Dans ce cadre, une soirée a été organisée à la cinémathèque de Lausanne le 23 mai 2019 avec la projection du film d'Alain Tanner et de Guy Ackermann "Les administratifs et l'article 42" suivie d'un débat en présence d'experts de la CIE et du public. Plusieurs victimes de ces internements abusifs se sont exprimées. Leurs témoignages sont bouleversants.

    Un Monsieur très courageux a très vivement fustigé les autorités, les politiciens et les médecins psychiatres du canton de Vaud. Ce débat a été filmé et j'espère qu'il sera publié sur le site Internet de la CIE.

    Et après 1981 que s'est-il passé en Suisse ?

    Les bases légales existaient mais cela n'a pas empêché les abus. 

    En Suisse, et en particulier dans le canton de Vaud, les lois sont très souvent appliquées de manière totalement arbitraire. D'où les très nombreux placements forcés (PLAFA) abusifs ayant eu lieu. Soit en EMS pour les personnes âgées, soit en institution pour les enfants et pour les jeunes ou encore en hôpital psychiatrique pour les adultes. Ces dernières années, ces placements forcés ont augmenté. A ce propos, voilà un article de 2017:

    https://www.24heures.ch/vaud-regions/medecins-multiplient-placements-forces/story/10813128

    J'espère vivement qu'une commission indépendante d'experts étudiera ensuite les placements forcés abusifs de la période 1982 à 2018. Il est anormal de chaque fois attendre cinquante ans pour étudier les faits !

    Merci de diffuser cet article à vos amis, en Suisse et à l'étranger.

    Merci d'avance pour vos commentaires.

    Meilleures salutations.

    Mise à jour du 29 juin 2019: Je viens de créer une pétition destinée aux sept Conseillers fédéraux réclamant que les abus subis par les victimes de 1982 à 2019 soient étudiés dans les meilleurs délais, sans attendre cinquante ans ...

    Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Merci de diffuser le lien de cette pétition à vos amis.

    Meilleures salutations.

     

  • Alerte: Les internements forcés en psychiatrie (Suisse).

    Imprimer

    Bonjour,

    L'avocat M. Edmund Schönenberger dénonce les très graves dérives du système judiciaire suisse actuel qui ne permet plus de se défendre en cas de décision d'internement psychiatrique forcé prise par un juge. 

    Cet avocat à la retraite s'est spécialisé dans les abus liés au domaine psychiatrique. Il a créé ce site en allemand: http://psychexodus.ch/

    Voilà ce qu'il a écrit en 2017 concernant les recours envoyés au Tribunal fédéral par les victimes de ces internements forcés: 

    « En appliquant la maxime « pars pro toto », le juge fédéral UDC et Bourgeois bernois Nicolas VON WERDT serait l’équivalent d’un Roland FREISLER. Sous la houlette du juge fédéral RASELLI, les internés de force en psychiatrie avaient une chance aléatoire, mais tout de même réelle d’obtenir leur libération dans 7% des recours au Tribunal fédéral. Sous Fabienne HOHL, ce taux a baissé à moins de 2%. Le juge fédéral VON WERDT a réussi à comprimer ce taux d’acceptation des recours auprès du Tribunal fédéral l’année passée à zéro pour cent. Plus aucune chance d’être libéré. 

    Si on tient compte du taux d’acceptation de zéro % pour les requêtes de relaxation auprès du Tribunal fédéral en 2016, cela signifie entre les lignes que les moyens de droit sont tacitement abolis. Les tribunaux de district peuvent prendre ces décisions d’internement en totale liberté. Les personnes enterrées vivantes sont entièrement à leur merci.

    Affaires Dreyfuss en masse! 

    La recette contre ces abus: les dénoncer, les dénoncer, les dénoncer – jusqu’à ce que la masse critique déclenche le point d’ignition d’une révolution. »

     

    Voilà le message que j'ai reçu de M. Schönenberger le 17.8.2017:

    Ihre Schilderungen decken sich mit meinen inzwischen 50-jährigen Justizerfahrungen.

    Dass alle nicht konformen “Elemente” zwangspsychiatrisch versenkt bzw. mit einer Versenkung bedroht werden, ist Standard.

    Müsterchen sind veröffentlicht: http://psychexodus.ch/doku/fu.pdf

    Ein aktueller Fall: http://www.psychex.ch/doku/sovg.pdf

    Statistiken in diesem Bereich werden keine veröffentlicht. Durchforstet man die veröffentlichten BGE, wird ruchbar, dass die Entlassungschancen Zwangspsychiatrisierter beim höchsten Gericht 2016 auf glatte Null Prozent abgesackt sind.

    Das gleiche Resultat fördert eine Recherche in den Entscheiden des OG ZH 2016 zu Tage:

    Gutheissungen 0
    Abweisungen  23
    Nichteintreten 0

    Statistiken der Bezirksgerichte im Kanton Zürich betr. FU werden keine veröffentlicht.

    Zieht man die 0 % Entlassungschancen beim Bundesgericht im Jahre 2016 in Betracht, heisst dies unter dem Strich, dass der Rechtsweg faktisch aufgehoben ist. Die zuständigen Bezirksgerichte können entscheiden, wie sie wollen, die Versenkten sind ihnen vollkommen ausgeliefert.

    Dreyfuss-Affären en masse!

    Das Rezept dagegen: Aufklären, aufklären, aufklären – bis die kritische Masse den Zündepunkt erreicht.

    Mit freundlichen Grüssen

    RA Edmund Schönenberger

     

    Merci de diffuser ce message à tous vos contacts dans les cantons suisses afin d'informer les citoyens des dérives dramatiques du système judiciaire suisse. Merci d'avance pour vos commentaires qui seront publiés sur ce blog. Meilleures salutations.