31/05/2018

Reportage "Dans la tête ... d'un rebelle" du 30 mai 2018.

Bonjour,

Je vous conseille très vivement de consacrer une heure de votre temps précieux à regarder cette émission de la TSR. Ce reportage explique de façon très claire comment les gens sont influencés par un groupe ou par les Autorités. Avec des exemples très intéressants.

On apprend aussi par ce reportage qu'il est très important de se rebeller pour une bonne cause, car cela entraîne d'autres personnes à avoir le courage de le faire. Ce reportage exlique aussi, par un processus de 4 étapes, comment les rebelles minoritaires sont à l'origine des innovations ou améliorations de la société.

Voilà le lien de ce reportage passionnant:

https://www.rts.ch/play/tv/dans-la-tete-de----/video/dans...

Après avoir vu ce reportage, j'ai pensé à l'exemple très récent de M. Fernand Melgar. Il a annoncé dans la presse qu'il était totalement révolté par le laxisme des Autorités lausannoises concernant les trafiquants de drogues qui se placent aux abords des écoles pour vendre des drogues aux adolescents. Il a également déclaré que la ville de Lausanne devrait être poursuivie pour homicide par négligence chaque fois qu'un adolescent décède à cause de la drogue. Puis il a organisé une manifestation et 300 citoyens y ont participé. Cela montre très bien que quand un rebelle agit pour une bonne cause il arrive tout-de-même à faire réagir d'autres personnes. Naturellement, son combat n'est pas terminé. Il faudra voir quand et comment les Autorités vont agir.

Dans cet excellent reportage, Mme Yasmine Motarjemi, lanceuse d'alerte, explique parfaitement bien le combat très courageux qu'elle mène seule contre Nestlé. Il faut savoir qu'après 7 ans de procédure, le jugement va bientôt être prononcé par le tribunal d'arrondissement de Lausanne (Montbenon).

Toutes mes félicitations aux journalistes (rebelles ?) qui ont réalisé cette émission. J'espère que cet exemple incitera d'autres journalistes à écrire des articles ou à créer des émissions sur les combats, en Suisse romande, des rebelles et des lanceurs d'alerte.

Merci de diffuser ce message. Merci pour vos commentaires. Meilleures salutations.

20/05/2016

Rebelle à 60 ans par Mme Yasmine Motarjemi

Pourquoi, à 60 ans, suis-je devenue rebelle ? Par Mme Yasmine Motarjemi.

Autrefois, la rébellion était réalisée par les jeunes. Aujourd’hui, de plus en plus d’aînés deviennent plus catholiques que le pape et élèvent leur voix contre la société actuelle, tout particulièrement contre les oppressions dans le monde du travail, les inégalités sociales et les injustices créées par la justice. C’est également mon cas, bien que je me trouve encore très modérée et pas assez extrémiste pour me faire une renommée.

Dans son article du 16 décembre 2015, publié en première page, le journal de référence de la Suisse romande, Le Temps, me nomme «l’employée rebelle» et «la lanceuse d’alerte autoproclamée» comme s’il existait une agence d’accréditation pour les lanceurs d’alerte. Dois-je être flattée ou offusquée?

Je suis offusquée, car ce qu’on considère comme un acte de rébellion est le fait que j’aie refusé un transfert interne. Comme si on n’avait plus le droit de choisir ses activités professionnelles, sa carrière et sa vie. Un poste bien payé, certes, mais un placard doré. Un poste qui n’avait aucun sens, au point qu’après mon refus, ce poste ne fut jamais attribué à quelqu'un d’autre et n’a jamais existé. D'ailleurs, j’avais fini par l’accepter à condition qu’un audit du département de sécurité alimentaire dont j’étais responsable soit réalisé, pour enfin révéler les dysfonctionnements. Pas d’audit, pas de placard! Alors, on m’a menacée de licenciement et prévenue que je ne trouverai plus de travail. Ce fut le cas. Plus tard, j’ai appris qu’à l’insu des employés, certains employeurs produisent des certificats de travail codés. Ainsi, on peut entraver leur carrière et toute perspective de trouver un nouvel emploi.

Quelles relations avec le Revenu de Base Inconditionnel (RBI) ? Aujourd’hui, pour certains employeurs, les employés sont perçus comme des esclaves devant se taire, s’accommoder de leurs conditions et se plier à toutes leurs volontés. Sinon, ils sont licenciés et étiquetés « rebelles ». Certains employeurs se comportent en maîtres absolus, ayant tous les droits sur leurs employés. En fait, quels sont les droits des employés au juste ?

Maintenant, en défendant le Revenu de Base Inconditionnel je suis devenue rebelle. Le RBI nous permettra de nous libérer de cette servitude et de travailler avec dignité, dans le respect de notre personnalité et de nos valeurs morales.

 

En conclusion, un texte du poète Omar Khayyam :

Tu mets dans tous les coins une embuche cruelle

Seigneur, tu nous dis Malheur à l’infidèle !

Tu tends le piège et puis quiconque y met les pieds

Tu le prends dès qu’il tombe, en le nommant Rebelle.  

 

Merci d'avance pour vos commentaires qui seront publiés sur ce blog.