Genève: Placements forcés de Thomas Babel Andrieux et de ses 3 frères.

Imprimer

Bonjour,

Le témoignage très courageux de Thomas Babel Andrieux, placé en foyer à l'âge de 10 ans par le Service de Protection des Mineurs (SPMI) du canton de Genève, fait froid dans le dos ! Il s'agit d'un très grave abus d'autorité. Heureusement, Thomas, 18 ans actuellement a pu quitter le dernier foyer dans lequel il a été placé de force.

Mais ses 3 frères, mineurs, sont encore placés en foyer.

Voilà son témoignage de 15 minutes diffusé ce 21 mai 2020 par Radio Cité Genève dans l'émission Rencontre:

http://radiocite.ch/  

Demain cette émission publiera le témoignage d'un autre de ses frères.

Mise à jour du 22 mai 2020:

En activant ce lien http://radiocite.ch/ vous pourrez entendre le témoignage de Raphaël Babel Andrieux (6 minutes).

Leurs témoignages sont consternants car, pendant des années, ces deux garçons n'ont jamais pu savoir pourquoi ils étaient placés en foyer. L'éducateur qui s'occupe d'un enfant ou d'un jeune ne peut pas répondre à cette question et lui dit de s'adresser à l'assistante sociale du SPMI et quand l'entretien avec elle a lieu elle ne fournit pas de réponse ... à cette question fondamentale. Vraiment consternant !

Il faut savoir que les placements forcés d'enfants ont lieu dans tous les cantons romands. Je ne connais pas la situation dans les cantons de Suisse alémanique.

De nombreuses personnes dénoncent ces placements forcés d'enfants, mais la situation n'évolue pas. Pourquoi ?

Merci très vivement à Radio Cité Genève d'avoir le courage de publier ces témoignages. Merci aux personnes qui enverront des commentaires succincts sur mon blog en citant leur expérience d'enfant placé ou de parent devant subir cette situation.

Merci de diffuser cet article à tous vos amis et à toutes les personnes qui s'imaginent encore que Genève est la Cité des Droits de l'enfant !!!! Et aux politiciens genevois qui n'agissent pas ...

Il paraît qu'il existe une Commission des Droits de l'Homme au sein du Grand Conseil genevois, mais à quoi sert donc cette Commission ?

Merci de signer et de diffuser cette pétition réclamant que les très graves abus d'autorité créés en Suisse de 1982 à 2019 soient étudiés. Voilà le lien:

http://chng.it/TXzcGCJm5D

Cordiales salutations.

PS: En novembre 2019 j'avais publié un article suite à la Commémoration des 30 ans des Droits de l'enfant à Genève. Quelle honte. Voilà l'article:

https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2019/11/24/geneve-suisse-30-ans-des-droits-de-l-enfant-quelle-honte-302523.html

MISE A JOUR DU 23 MAI 2020.

Les témoignages des deux frères Babel Andrieux et le commentaire publié par Mme Brigitte Pivot au bas de cet article montrent que les abus du SPMI existent depuis longtemps et que personne ne fait rien dans le canton de Genève pour que ces placements forcés cessent. D'où les deux autres cas dont je viens de prendre connaissance: un bébé de 10 mois placé de force par le SPMI (voici le lien de la pétition: http://chng.it/Kt47HkKV) et un enfant de 7 ans séquestré à l'école que sa grand-mère n'a pas pu récupérer à cause du SPMI (voici le lien de la pétition à signer: http://chng.it/QCMRfGLL).

Alors que faire ? Tous ces cas sont aussi dûs à des décisions de juges du TPAE, décisions qu'il est ensuite impossible de faire modifier car les magistrats refusent systématiquement de corriger leurs erreurs. Ces deux pétitions sont très importantes. La première demande que les plaintes des citoyens soient traitées par un bureau indépendant qui puisse contrôler les décisions anormales prises par la "justice". Voilà le lien: http://chng.it/vY2f7HxY

La seconde pétition réclame la création de jurys de citoyens qui pourraient justement traiter les plaintes des citoyens confrontés à de très graves abus d'autorité. Cela devient très urgent car les faits montrent que les abus sont bien réels en 2020 et que les autorités n'agissent pas. Les citoyens se retrouvent dans des pièges. Voilà le lien de cette seconde pétition: http://chng.it/VVxHk6vnrw

Merci d'avance de signer ces deux pétitions et de les diffuser.

Commentaires

  • Et moi qui pensais que ce type d'abus d'autorités était d'un autre âge??? C'est une honte! Ma grand mère paternelle qui aimait danser et s'amusé avait placé mon père dans tous les orphelinats de Suisse, alors qu'il avait un père et une mère! J'ai pu voir les ravages sur la santé psychique de mon père! Je ne comprends pas je vois des enfants de 11/12 ans dans la cour de l'école en face de chez moi, qui se saoulent et se droguent en permanance librement! Tout ça n'a quel sens???

  • Je suis actuellement spoliée de ma petite-fille par les instances tutélaires de Genève en l'absence de toute justification, et faisant usage de la force en exploitant la fragilité de la mère de l'enfant; alors qu'en temps voulu j'ai proposé mon aide et celle de mon mari, l'enfant a été abusivement placée, et en complète rétention d'information à ce jour. Voici le lien de ma pétition:
    http://chng.it/Kt47HkKV

  • Aujourd'hui vous pouvez entendre le témoignage de Raphaël Babel Andrieux, 17 ans. Il suffit d'activer ce lien et de consacrer 6 minutes pour l'écouter:
    http://radiocite.ch/ .
    Les témoignages de ces deux frères sont consternants car, pendant des années, ces deux garçons n'ont jamais pu savoir pourquoi ils étaient placés en foyer. L'éducateur qui s'occupe d'un enfant ou d'un jeune ne peut pas répondre à cette question et lui dit de s'adresser à l'assistante sociale du SPMI et quand l'entretien avec elle a lieu elle ne fournit pas de réponse ... à cette question fondamentale. Vraiment consternant !

  • A GENÈVE, LES DROITS HUMAINS EXISTENT EN THÉORIE, EN PRATIQUE ILS SONT TROP SOUVENT BAFOUÉS.

    Il suffit d'une dénonciation même infondée au Tribunal de la protection ou au Service de protection des mineurs : dénonciation d'un assistant social, instituteur, médecin, notaire, voisin, par ex. et la machine s'emballe.

    En général, le contenu des rapports remis n'est pas vérifié par les magistrats. De plus, rien n'est fait pour trouver des solutions à l'amiable, les familles sont le plus souvent écartées et remplacées par des fonctionnaires, des avocats principalement. Pour les enfants, le Service de protection des mineurs prend en charge entre autre les placements d'enfants.

    La pratique tait le nombre de drames liés aux placements et généralement, rien ne semble déranger ni les juges, ni les fonctionnaires, ni les hautes autorités du département de l'instruction publique avec à sa tête une conseillère d'état qui a été enseignante et mère.

    Les témoignages de Thomas et Raphaël sont dignes et bouleversants. Ils ne savent toujours pas pourquoi ils ont été placés. Thomas a mentionné une possible demande de ses parents pour un frère en situation de handicap à l'école où les enfants ont été scolarisés.

    Ces enfants ont été malmenés honteusement, fratrie séparée, puis regroupée, puis replacée, placements en hôpital psychiatrique et en foyers. Il va sans dire que ces enfants ont été privés de l'affection de leurs parents, de leur vie de famille ... SAUF durant la période de confinement où ils se sont retrouvés dans leur famille, mais déjà de retour (retour imposé) au foyer pour ce qui est des deux plus jeunes.

    Voir Vigousse, page 3, Protection des mineurs à Genève, l'escalade
    http://www.vigousse.ch/numeros/134/pdf/Vigousse_no134.pdf

  • Pour responsabiliser les responsables il faut commencer par les nommer, le nom du juge, du médecin, du responsable juridique du SPMI, de l'assistante sociale du conseiller d'Etat en charge...

  • Ecoutez sur le site de la RTS "Histoire Vivante" sur la manipulation des foules! Nous sommes en plein dedans!

  • Merci très vivement Mme Pivot pour votre témoignage très important car vous avez suivi de nombreux cas de familles ayant subi les décisions incompréhensibles du SPMI et des magistrats.
    Et pourquoi les Députés genevois, qui connaissent très bien les cas et ces placements forcés abusifs, ne réagissent-ils pas ???

  • Le comédien Jean-charles Simon quand il faisait de la politique avait abordé ce douloureux problème! sur google Jean-charles Simon (histoire vraie des orphelins suisse!) Il parle très bien des orphelinats et des enfants mal traités "vrais orphelins" ou enfants rejetés par leurs parents, comme on père!

  • Merci d'avoir publié ce témoignage !

    Pendant le confinement les parents et enfants sont réunis et puis hop ... les enfants retour au foyer ... décision incompréhensible ...

  • A M. Degoumois: Dans certains cas les placements en foyers sont nécessaires. Mais il y a de très graves abus quand des parents veulent s'occuper de leurs enfants (ce qui normal !) et que le SPMI les empêche de s'en occuper sans raisons sérieuses ! Il s'agit de très graves abus d'autorité qui persistent toujours en 2020. Quelle honte !

  • Comment peut on expliquer alors que des enfants de 11/12 ans peuvent se droguer et se saouler librement toute la journées dans la cour de l'école qui est en face de chez moi! On voit bien que plus rien ne fonctionne dans ce pays!! Je suis allé à la "Direction du Service des Ecoles" rue de la Servette, j'ai eu en face de moi la direction qui s'est montré incapable de répondre quoi que ce soit d'intéligent sur ce problème de drogue et d'alcool! j'ai entre autre appris qu'il y a régulièrement des déprédations et des vols dans les écoles genevoises! C'est vraiment le non sens et l'incompétence qui dirige tout!

  • Alerte: Enzo Taccoz, 7 ans, a été séquestré dans son école à Genève jeudi 14 mai vers 11 heures par Monsieur Maxime Bischard du SPMi avec la complicité de la directrice du Centre médico-pédagogique de la Coudraie, Route des Franchises 11, 1203 Genève ainsi que finalement par la police du Canton de Genève.
    Merci de signer et de diffuser la pétition qui a été créée pour sauver ENZO. Voici le lien: http://chng.it/QCMRfGLL

  • J'ai aussi contacté le Service Médico-Pédagogique, pour ces problèmes de drogue et d'alcool dans la cour de l'école en face de chez moi, mais la direction a refusé de me recevoir! Je suis tombé sur un fonctionnaire particulièrement incompétent et méprisant! Il avait des vêtements très étrange, on aurai dit un pyjama, je me suis demandé s'il ne venait pas de sortir de son lit??? Même attitude à la Protection des Mineurs!

  • Je pense que les personnes qui subissent de très graves abus d'autorité ou qui reçoivent des décisions judiciaires incompréhensibles et anormales (par exemple non application des lois, aucune recherche de la vérité, déclarations de faits faux, etc) devraient leur envoyer une demande de transparence. D'où cet article publié sur mon blog:
    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2020/05/24/franc-maconnerie-transparence-reclamee-dans-les-cantons-roma-306638.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel