Médias - Page 4

  • Grossesse: Alerte concernant les antiépileptiques dont la Dépakine.

    Imprimer

    Bonsoir,

    Il est consternant et bouleversant d'apprendre quel a été le laxisme des autorités en Suisse, et en particulier de Swissmedic, pourtant alertées depuis 1990. D'où des centaines d'enfants, en Suisse, subissant des malformations et/ou des problèmes de développement de leur cerveau. Cela est dû au médicament Dépakine produit par Sanofi. Mais d'autres médicaments contenant le même principe actif, le valproate de sodium, sont aussi concernés, d'après les articles parus dans la presse.

    L'alerte a été lancée en France par Mme Marine Martin. Concernant son combat, voilà un article publié en avril 2019 par Le Parisien:

    http://www.leparisien.fr/societe/depakine-le-long-combat-de-la-lanceuse-d-alerte-marine-martin-25-04-2019-8059785.php

    Et en Suisse, que s'est-il passé ?

    Un article publié ce 6 janvier 2020 dans la version papier du journal 24 Heures nous apprend que le Conseil fédéral a publié un rapport le 6 décembre 2019 et reconnaît l'existence de 39 victimes. Chiffre contesté par les spécialistes qui parlent de centaines de victimes. D'après la presse, Swissmedic aurait reçu plus de 800 alertes depuis 1990. Le titre de cet article m'a étonnée: "Cas Dépakine: le débat sur l'indemnisation est lancé". Mais je ne trouve pas cet article sur le site Internet du journal 24 Heures. Pourquoi ?

    Cet article disait ceci: "C'est pour accélérer les choses que les politiciens recommandent la création d'un système helvétique d'indemnisation. Cela a déjà été fait récemment pour l'amiante.". 

    Sachez qu'il existe une technique très utilisée en Suisse: indemniser une personne en lui réclamant de signer un accord confidentiel. Comme cela la victime ne peut plus se plaindre ! Je vous conseille très vivement de ne jamais signer un accord confidentiel. Et de refuser les indemnisations ridicules et honteuses ne correspondant pas aux très graves problèmes subis par les victimes.

    J'espère tout-de-même que les indemnisations n'empêcheront pas le pouvoir judiciaire, en Suisse, d'effectuer son travail correctement et de rechercher les coupables de cette affaire si dramatique impliquant des enfants, des parents et des familles entières.

    Voilà un autre article publié ce 6 janvier 2020 sur le site de 24 Heures:

    https://www.24heures.ch/suisse/depakine-swissmedic-industrie-pharma-epingles/story/20440929

    En avril 2017, j'avais déjà publié un article sur ce blog au sujet de la Dépakine et je posais des questions à M. Pierre-Yves Maillard (responsable de la santé dans le canton de Vaud) et à Mme Béatrice Métraux (responsable de la "justice"). Je n'ai jamais reçu aucune réponse ! Mes questions sont toujours d'actualité. Voilà le lien de cet article:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2017/04/16/depakine-questions-a-m-p-y-maillard-et-mme-b-metraux-conseil-283406.html

    Voilà le lien de l'association ASSAC créée par les parents des enfants Dépakine. http://assac.ch/

    Et voilà le lien d'une autre association:

    http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/http://www.enfantsdepakine-suisse.ch/

    En Suisse, les plaintes groupées ne sont pas possibles. Cette situation est vraiment inacceptable, car de plus en plus d'affaires montrent que de nombreuses personnes sont touchées par un problème identique. Et souvent dans le domaine de la santé. Il est inhumain de devoir supporter les conséquences du médicament Dépakine, par exemple, et de devoir encore entreprendre des années de procédures ! Surtout quand on sait que la "justice" en Suisse protège les citoyens dominants et que les procédures durent des années ...

    Cet exemple montre une fois de plus que les victimes des très graves négligences des autorités (ou de leurs abus) sont très nombreuses en Suisse, d'où la pétition que j'ai créée que je vous remercie de signer et de diffuser. Voici le lien:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Merci de diffuser cet article auprès de vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Genève: Deux enfants matraités par les personnes responsables de leur protection !

    Imprimer

    Bonjour,

    Je suis sidérée par les méthodes encore utilisées en 2019 par les personnes payées pour protéger les enfants dans les cantons romands. 

    Voilà un nouvel exemple scandaleux figurant en première page du journal 20 Minutes de ce 23 octobre: https://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Deux-enfants-places-sans--tre-exposes-a-un-danger-18131945

    Dans cet exemple, ce sont une fois de plus les enfants qui trinquent alors que, justement, ils devraient être protégés par les services de protection des mineurs. Mais la protection fonctionne à l'envers, car le fait de "kidnapper" deux enfants à l'école et de les placer en foyer, alors qu'il n'existait aucun danger pour eux, correspond à un acte extrêmement brutal et traumatisant ! Ensuite, il va falloir des mois ou des années de procédures pour arriver à obtenir la libération de ces deux enfants. Leur traumatisme va durer des mois ou des années. Mais cela ne bouleverse que certains citoyens et citoyennes.

    Cet exemple n'est pas isolé. Ces méthodes sont utilisées dans plusieurs cantons romands. Si les parents n'arrivent pas à s'entendre, il faut donner des ultimatums aux parents, mais ne pas très gravement punir et traumatiser les enfants en les plaçant de force dans un foyer !

    Je me demande aussi pour quelles raisons les politiciens et politiciennes (qui font mille promesses avant d’être élus) n’interviennent pas et acceptent les abus extrêmement graves effectués par ces services dits de protection des mineurs. Genève abrite certaines organisations se targuant de défendre les Droits de l'Homme et pourtant dans ce genre de situation personne n'agit et les fonctionnaires qui utilisent ces méthodes scandaleuses ne sont jamais sanctionnés. Pourquoi ???

    Merci de diffuser cet article à vos amis et aux Députés de votre canton. Peut-être que l'un d'eux aura le courage de vous répondre. Ou d'envoyer un commentaire sur ce blog, au bas de cet article, pour nous expliquer les raisons de ce laxisme incompréhensible.

    Merci d'avance pour vos commentaires et pour vos témoignages (message court, merci). Meilleures salutations.

    PS: Les très graves abus d'autorité pratiqués en Suisse de 1930 à 1981 viennent d'être étudiés par une Commission Indépendante d'Experts. Il faut bien comprendre que ces abus ont continué après 1981, d'où cette pétition qui réclame que les abus ayant eu lieu après 1981 soient également étudiés et cela sans attendre plus de 30 ans, afin de pouvoir sanctionner sérieusement les auteurs de ces abus. Pour signer cette pétition, voici le lien: http://chng.it/TXzcGCJm5D

  • Pouvoir judiciaire vaudois: Des décisions totalement aléatoires !

    Imprimer

    Bonjour,

    La procédure pénale que le Dr Christian Mathez a dû supporter pendant plus de 3 ans puis le récent procès pénal qui, heureusement, ne l'a pas envoyé en prison, nous montrent une nouvelle fois que les décisions du pouvoir judiciaire vaudois sont totalement aléatoires. 

    De quoi s'agit-il ? Le Dr Mathez a aidé une de ses patientes à mourir chez elle. Le procureur M. Eric Cottier a estimé qu'il s'agissait d'un meurtre et a requis 5 ans de prison ferme, car, dit-il, il est obligé d'appliquer la loi. Voilà un article à ce sujet: https://twnews.ch/ch-news/cinq-ans-requis-contre-le-docteur-mathez

    M. Eric Cottier, procureur général du canton de Vaud, ne tient donc pas compte des circonstances dans lesquelles un meurtre est effectué, ni des raisons pour lesquelles il est effectué. Pour ma part, je doute que le mot "meurtre" puisse être utilisé dans ce cas, mais ce n'est pas l'avis de M. Cottier.

    Voilà une seconde chose qui me choque profondément: Dans cette affaire M. Cottier a décidé d'appliquer la loi, pourtant je détiens plusieurs exemples de cas où, dans des affaires pénales vaudoises, les infractions pénales n'ont pas été poursuivies, la vérité n'a pas été recherchée, certains faits ont été modifiés (des dates par exemple), ce qui a permis aux auteurs d'infractions pénales poursuivies d'office de ne jamais être condamnés. Souvent, les plaintes pénales ont simplement été classées ... A la place, parfois, des victimes ont été condamnées. Dans les cas cités ci-dessus, la loi a été totalement ignorée ... et cela ne gène personne.

    Il faut tout-de-même se souvenir que M. François Légeret a été condamné sans preuve, sur la base de la présomption de culpabilité ressentie par les magistrats vaudois et par M. Cottier (ce qui est contraire à la loi et au principe de la présomption d'innocence ...), et qu'il croupit en prison depuis plus de 12 ans. Pendant toutes ces années, les demandes de révision de sa condamnation ont été systématiquement rejetées et les nouveaux témoins n'ont pas été entendus. Refus de M. Eric Cottier.

    Heureusement pour lui, le Dr Mathez a alerté la presse avant son procès et la presse a publié des articles, ce qu'elle ne fait pas souvent avant un jugement. Le public, les citoyens, les 2000 patients du Dr Mathez et ses amis ont ainsi pu le soutenir dans la presse (lettres de lecteurs, commentaires au bas des articles) et venir le soutenir lors de son procès. Et je pense que cela a une importance énorme quand la "justice" est aléatoire. 

    Heureusement, les juges n'ont pas appliqué la peine réclamée par M. Cottier. Le Dr Mathez a été condamné à une peine de 2 ans de prison avec un sursis de 5 ans. Voilà un article publié suite au jugement:

    https://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Medecin-generaliste-condamne-pour--meurtre--14522066

    Cet article, dit à la fin que beaucoup de personnes désirent mourir chez elles, mais je pense que les médecins privés n'accepteront plus d'effectuer cela dans le canton de Vaud. Ces personnes seront donc envoyées à l'hôpital et d'autres médecins les aideront à mourir si elles se trouvent en fin de vie afin d'abréger leurs souffrances, sans que l'on sache quelles méthodes sont utilisées. Ce qui se pratique déjà depuis plusieurs années sans que les médecins des hôpitaux vaudois ne soient condamnés ...

    Merci de diffuser cet article à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.