Ethique

  • Franc-maçonnerie, clubs de services: Transparence à réclamer dans les cantons romands.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le titre de cet article va certainement étonner certains citoyens, ce que je comprends parfaitement bien, car moi-même je ne croyais pas à l'influence de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes au niveau du travail des magistrats, des fonctionnaires, des avocats et des politiciens.

    Pourtant une expérience formidable m'a fait changer d'avis dès fin novembre 2017. M. Gérard Ulrich était convoqué à une audience au Tribunal d'arrondissement d'Yverdon et une soixantaine de personnes étaient venues écouter cette audience. G. Ulrich avait préparé un document d'une page intitulé "Demande de transparence". Il en a remis une copie à la juge, une à son avocat et une à l'avocat de la partie adverse en leur demandant de répondre aux questions posées concernant leur appartenance à la franc-maçonnerie et à certains clubs de services tels que Rotary, Kiwanis, ...

    Ces 3 personnes ont catégoriquement refusé de remplir ce document, ce que je trouve inadmissible, car la transparence est indispensable. Elle est directement liée à la confiance. Et si ces personnes n'ont rien à cacher, elle doivent être capables de remplir un tel document.

    Suite à ces événements, j'ai créé une pétition destinée au Grand Conseil vaudois réclamant que les avocats et les magistrats soient obligés d'annoncer leurs liens secrets. Voilà le lien de cette pétition que je vous remercie de signer et de diffuser: http://chn.ge/2Ax8Hw2

    Puis j'ai envoyé des demandes de transparence aux fonctionnaires et aux magistrats qui refusent de traiter correctement l'affaire financière que je dénonce depuis 2007 (escroquerie de plus de 30 millions de francs suisses), mais personne n'a accepté de me retourner ma demande de transparence. Vraiment très étrange ... Si vous désirez recevoir la copie de ce document, je vous l'envoie volontiers par e-mail. Il suffit de m'envoyer votre demande à mh@herzoginfo.ch

    Si vous êtes en conflit avec des fonctionnaires et/ou des magistrats je vous conseille très vivement de leur envoyer une demande de transparence. Et si vous recevez le document rempli en retour, alors merci de m'en faire part !

    Il faut savoir qu'en Valais, les Députés du Grand Conseil ont voté une loi en novembre 2015 demandant aux magistrats d'annoncer leurs liens avec les sociétés secrètes. Voilà l'article:

    https://www.tdg.ch/suisse/Les-francsmacons-dans-le-viseur-des-deputes/story/13988670

    Constatant que des abus d'autorité incompréhensbles sont toujours légion dans les cantons romands, par exemple à Genève (voir l'artice précédent de ce blog), je pense qu'il faudrait créer des pétitions dans chaque canton romand (sauf pour Vaud et Valais), afin que la transparence au niveau de ces liens secrets devienne une norme obligatoire.

    Merci de diffuser cet article à vos amis et aux politiciens de votre canton. Merci aux personnes qui créeront ces pétitions dans les cantons romands (sauf Vaud et Valais).

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Genève: Placements forcés de Thomas Babel Andrieux et de ses 3 frères.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le témoignage très courageux de Thomas Babel Andrieux, placé en foyer à l'âge de 10 ans par le Service de Protection des Mineurs (SPMI) du canton de Genève, fait froid dans le dos ! Il s'agit d'un très grave abus d'autorité. Heureusement, Thomas, 18 ans actuellement a pu quitter le dernier foyer dans lequel il a été placé de force.

    Mais ses 3 frères, mineurs, sont encore placés en foyer.

    Voilà son témoignage de 15 minutes diffusé ce 21 mai 2020 par Radio Cité Genève dans l'émission Rencontre:

    http://radiocite.ch/  

    Demain cette émission publiera le témoignage d'un autre de ses frères.

    Mise à jour du 22 mai 2020:

    En activant ce lien http://radiocite.ch/ vous pourrez entendre le témoignage de Raphaël Babel Andrieux (6 minutes).

    Leurs témoignages sont consternants car, pendant des années, ces deux garçons n'ont jamais pu savoir pourquoi ils étaient placés en foyer. L'éducateur qui s'occupe d'un enfant ou d'un jeune ne peut pas répondre à cette question et lui dit de s'adresser à l'assistante sociale du SPMI et quand l'entretien avec elle a lieu elle ne fournit pas de réponse ... à cette question fondamentale. Vraiment consternant !

    Il faut savoir que les placements forcés d'enfants ont lieu dans tous les cantons romands. Je ne connais pas la situation dans les cantons de Suisse alémanique.

    De nombreuses personnes dénoncent ces placements forcés d'enfants, mais la situation n'évolue pas. Pourquoi ?

    Merci très vivement à Radio Cité Genève d'avoir le courage de publier ces témoignages. Merci aux personnes qui enverront des commentaires succincts sur mon blog en citant leur expérience d'enfant placé ou de parent devant subir cette situation.

    Merci de diffuser cet article à tous vos amis et à toutes les personnes qui s'imaginent encore que Genève est la Cité des Droits de l'enfant !!!! Et aux politiciens genevois qui n'agissent pas ...

    Il paraît qu'il existe une Commission des Droits de l'Homme au sein du Grand Conseil genevois, mais à quoi sert donc cette Commission ?

    Merci de signer et de diffuser cette pétition réclamant que les très graves abus d'autorité créés en Suisse de 1982 à 2019 soient étudiés. Voilà le lien:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Cordiales salutations.

    PS: En novembre 2019 j'avais publié un article suite à la Commémoration des 30 ans des Droits de l'enfant à Genève. Quelle honte. Voilà l'article:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2019/11/24/geneve-suisse-30-ans-des-droits-de-l-enfant-quelle-honte-302523.html

    MISE A JOUR DU 23 MAI 2020.

    Les témoignages des deux frères Babel Andrieux et le commentaire publié par Mme Brigitte Pivot au bas de cet article montrent que les abus du SPMI existent depuis longtemps et que personne ne fait rien dans le canton de Genève pour que ces placements forcés cessent. D'où les deux autres cas dont je viens de prendre connaissance: un bébé de 10 mois placé de force par le SPMI (voici le lien de la pétition: http://chng.it/Kt47HkKV) et un enfant de 7 ans séquestré à l'école que sa grand-mère n'a pas pu récupérer à cause du SPMI (voici le lien de la pétition à signer: http://chng.it/QCMRfGLL).

    Alors que faire ? Tous ces cas sont aussi dûs à des décisions de juges du TPAE, décisions qu'il est ensuite impossible de faire modifier car les magistrats refusent systématiquement de corriger leurs erreurs. Ces deux pétitions sont très importantes. La première demande que les plaintes des citoyens soient traitées par un bureau indépendant qui puisse contrôler les décisions anormales prises par la "justice". Voilà le lien: http://chng.it/vY2f7HxY

    La seconde pétition réclame la création de jurys de citoyens qui pourraient justement traiter les plaintes des citoyens confrontés à de très graves abus d'autorité. Cela devient très urgent car les faits montrent que les abus sont bien réels en 2020 et que les autorités n'agissent pas. Les citoyens se retrouvent dans des pièges. Voilà le lien de cette seconde pétition: http://chng.it/VVxHk6vnrw

    Merci d'avance de signer ces deux pétitions et de les diffuser.

  • Coronavirus: Sommes-nous tous des complotistes ?

    Imprimer

    Bonjour,

    Après deux mois de pandémie, je constate avec effroi que toutes les personnes qui osent critiquer les décisions prises par le Conseil fédéral ou qui osent s'inquiéter des futures décisions rendues obligatoires par le Conseil fédéral sont taxées de complotistes !!!

    Pourtant, il était parfaitement normal que certaines personnes ayant plus de 65 ans et en pleine forme soient révoltées d'avoir été mises dans le même panier que les personnes malades de plus de 90 ans ! Raison pour laquelle, par exemple, je ne me suis pas confinée et ai continué à voir mes enfants et à m'occuper de mon petit-fils, car en plus la garderie était fermée ...

    Concernant la vaccination du Covid-19, elle pourrait parfaitement devenir obligatoire si le Conseil fédéral le décidait tout-à-coup (sous prétexte de mesures d'urgence) ! D'où la pétition que j'ai créé réclamant la liberté vaccinale, déjà signée en quelques jours par plus de 7500 personnes. Pour plus d'informations, voir l'article précédent de mon blog.

    Ces 7500 personnes sont-elles des complotistes ? Bien sûr que non. Ce sont simplement des personnes qui ont osé s'informer sur les conséquences des vaccins, ont peur des puces électroniques (nanoparticules) et qui, en plus, défendent leur droits fondamentaux.

    Il faut aussi savoir qu'au vu des conflits d'intérêts, qui ne sont jamais interdits, les citoyens ont perdu confiance dans les institutions car tout s'achète ...

    Environ 60000 personnes ont signé l'appel du 4 mai (voir à ce sujet l'article de mon blog). Ces 60000 personnes sont-elles des complotistes ? Eh bien non. Ce sont des personnes qui demandent aux Parlementaires que la vie après le confinement soit différente de la vie avant le confinement.

    Respecter la distance sociale de 2 mètres est une bonne mesure car elle empêche le virus d'être transmis. Mais se promener seul dans la forêt avec un masque c'est vraiment étrange ... Cela montre que certaines personnes sont vraiment paniquées. Et c'est bien dommage.

    M. Jean-Dominique Michel a publié une vidéo très intéressante (mais un peu longue ...) où il donne son avis très éclairé concernant le coronavirus. J'imagine que certaines personnes l'ont taxé de complotiste. Je vous conseille très vivement de vous faire vous-même votre propre opinion, car ses déclarations sont diamétralement opposées aux déclarations officielles. Voilà le lien de cette vidéo:

    https://phusis.ch/2020/04/26/video-anatomie-dun-desastre-avec-jean-dominique-michel/?fbclid=IwAR0wsSax5JAr6L5-QlwqJbSdDwKajVFChzOWcKilCgR1kmFMveO37_Ew70s

    Je pense qu'il faudrait que la TSR et la presse cessent de traiter les gens qui osent réfléchir de complotistes. A ce propos, une citoyenne genevoise expérimentée vient de me proposer que l'on demande à la TSR d'organiser une table ronde permettant aux "complotistes" de s'exprimer. La pensée unique ne fait pas avancer les choses. Le débat doit être autorisé par la TSR, qui d'ailleurs est subventionnée par les citoyens.

    Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.