Genève

  • Franc-maçonnerie, clubs de services: Transparence à réclamer dans les cantons romands.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le titre de cet article va certainement étonner certains citoyens, ce que je comprends parfaitement bien, car moi-même je ne croyais pas à l'influence de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes au niveau du travail des magistrats, des fonctionnaires, des avocats et des politiciens.

    Pourtant une expérience formidable m'a fait changer d'avis dès fin novembre 2017. M. Gérard Ulrich était convoqué à une audience au Tribunal d'arrondissement d'Yverdon et une soixantaine de personnes étaient venues écouter cette audience. G. Ulrich avait préparé un document d'une page intitulé "Demande de transparence". Il en a remis une copie à la juge, une à son avocat et une à l'avocat de la partie adverse en leur demandant de répondre aux questions posées concernant leur appartenance à la franc-maçonnerie et à certains clubs de services tels que Rotary, Kiwanis, ...

    Ces 3 personnes ont catégoriquement refusé de remplir ce document, ce que je trouve inadmissible, car la transparence est indispensable. Elle est directement liée à la confiance. Et si ces personnes n'ont rien à cacher, elle doivent être capables de remplir un tel document.

    Suite à ces événements, j'ai créé une pétition destinée au Grand Conseil vaudois réclamant que les avocats et les magistrats soient obligés d'annoncer leurs liens secrets. Voilà le lien de cette pétition que je vous remercie de signer et de diffuser: http://chn.ge/2Ax8Hw2

    Puis j'ai envoyé des demandes de transparence aux fonctionnaires et aux magistrats qui refusent de traiter correctement l'affaire financière que je dénonce depuis 2007 (escroquerie de plus de 30 millions de francs suisses), mais personne n'a accepté de me retourner ma demande de transparence. Vraiment très étrange ... Si vous désirez recevoir la copie de ce document, je vous l'envoie volontiers par e-mail. Il suffit de m'envoyer votre demande à mh@herzoginfo.ch

    Si vous êtes en conflit avec des fonctionnaires et/ou des magistrats je vous conseille très vivement de leur envoyer une demande de transparence. Et si vous recevez le document rempli en retour, alors merci de m'en faire part !

    Il faut savoir qu'en Valais, les Députés du Grand Conseil ont voté une loi en novembre 2015 demandant aux magistrats d'annoncer leurs liens avec les sociétés secrètes. Voilà l'article:

    https://www.tdg.ch/suisse/Les-francsmacons-dans-le-viseur-des-deputes/story/13988670

    Constatant que des abus d'autorité incompréhensbles sont toujours légion dans les cantons romands, par exemple à Genève (voir l'artice précédent de ce blog), je pense qu'il faudrait créer des pétitions dans chaque canton romand (sauf pour Vaud et Valais), afin que la transparence au niveau de ces liens secrets devienne une norme obligatoire.

    Merci de diffuser cet article à vos amis et aux politiciens de votre canton. Merci aux personnes qui créeront ces pétitions dans les cantons romands (sauf Vaud et Valais).

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • Genève: Placements forcés de Thomas Babel Andrieux et de ses 3 frères.

    Imprimer

    Bonjour,

    Le témoignage très courageux de Thomas Babel Andrieux, placé en foyer à l'âge de 10 ans par le Service de Protection des Mineurs (SPMI) du canton de Genève, fait froid dans le dos ! Il s'agit d'un très grave abus d'autorité. Heureusement, Thomas, 18 ans actuellement a pu quitter le dernier foyer dans lequel il a été placé de force.

    Mais ses 3 frères, mineurs, sont encore placés en foyer.

    Voilà son témoignage de 15 minutes diffusé ce 21 mai 2020 par Radio Cité Genève dans l'émission Rencontre:

    http://radiocite.ch/  

    Demain cette émission publiera le témoignage d'un autre de ses frères.

    Mise à jour du 22 mai 2020:

    En activant ce lien http://radiocite.ch/ vous pourrez entendre le témoignage de Raphaël Babel Andrieux (6 minutes).

    Leurs témoignages sont consternants car, pendant des années, ces deux garçons n'ont jamais pu savoir pourquoi ils étaient placés en foyer. L'éducateur qui s'occupe d'un enfant ou d'un jeune ne peut pas répondre à cette question et lui dit de s'adresser à l'assistante sociale du SPMI et quand l'entretien avec elle a lieu elle ne fournit pas de réponse ... à cette question fondamentale. Vraiment consternant !

    Il faut savoir que les placements forcés d'enfants ont lieu dans tous les cantons romands. Je ne connais pas la situation dans les cantons de Suisse alémanique.

    De nombreuses personnes dénoncent ces placements forcés d'enfants, mais la situation n'évolue pas. Pourquoi ?

    Merci très vivement à Radio Cité Genève d'avoir le courage de publier ces témoignages. Merci aux personnes qui enverront des commentaires succincts sur mon blog en citant leur expérience d'enfant placé ou de parent devant subir cette situation.

    Merci de diffuser cet article à tous vos amis et à toutes les personnes qui s'imaginent encore que Genève est la Cité des Droits de l'enfant !!!! Et aux politiciens genevois qui n'agissent pas ...

    Il paraît qu'il existe une Commission des Droits de l'Homme au sein du Grand Conseil genevois, mais à quoi sert donc cette Commission ?

    Merci de signer et de diffuser cette pétition réclamant que les très graves abus d'autorité créés en Suisse de 1982 à 2019 soient étudiés. Voilà le lien:

    http://chng.it/TXzcGCJm5D

    Cordiales salutations.

    PS: En novembre 2019 j'avais publié un article suite à la Commémoration des 30 ans des Droits de l'enfant à Genève. Quelle honte. Voilà l'article:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2019/11/24/geneve-suisse-30-ans-des-droits-de-l-enfant-quelle-honte-302523.html

    MISE A JOUR DU 23 MAI 2020.

    Les témoignages des deux frères Babel Andrieux et le commentaire publié par Mme Brigitte Pivot au bas de cet article montrent que les abus du SPMI existent depuis longtemps et que personne ne fait rien dans le canton de Genève pour que ces placements forcés cessent. D'où les deux autres cas dont je viens de prendre connaissance: un bébé de 10 mois placé de force par le SPMI (voici le lien de la pétition: http://chng.it/Kt47HkKV) et un enfant de 7 ans séquestré à l'école que sa grand-mère n'a pas pu récupérer à cause du SPMI (voici le lien de la pétition à signer: http://chng.it/QCMRfGLL).

    Alors que faire ? Tous ces cas sont aussi dûs à des décisions de juges du TPAE, décisions qu'il est ensuite impossible de faire modifier car les magistrats refusent systématiquement de corriger leurs erreurs. Ces deux pétitions sont très importantes. La première demande que les plaintes des citoyens soient traitées par un bureau indépendant qui puisse contrôler les décisions anormales prises par la "justice". Voilà le lien: http://chng.it/vY2f7HxY

    La seconde pétition réclame la création de jurys de citoyens qui pourraient justement traiter les plaintes des citoyens confrontés à de très graves abus d'autorité. Cela devient très urgent car les faits montrent que les abus sont bien réels en 2020 et que les autorités n'agissent pas. Les citoyens se retrouvent dans des pièges. Voilà le lien de cette seconde pétition: http://chng.it/VVxHk6vnrw

    Merci d'avance de signer ces deux pétitions et de les diffuser.

  • Soutien des avocats genevois à leurs confrères chinois.

    Imprimer

    Bonsoir,

    Je suis totalement offusquée par l’article que je viens de lire dans le journal Le Temps de ce 8 avril 2020 concernant le soutien de l’Ordre des Avocats Genevois à leurs confrères travaillant en Chine et en particulier à un avocat chinois extrêmement courageux, Wang Quanzhang. Voilà le lien de cet article:

    https://www.letemps.ch/opinions/wang-quanzhang-avocat-defense-chine

    Voilà la 1ère raison de ma colère:

    En effet, j’apprends que l’ordre des avocats genevois se soucie du sort de leurs confrères en Chine. Il est bien clair que les avocats chinois travaillant contre le régime sont très gravement maltraités pendant des années (prison, graves représailles) et extrêmement courageux.

    Mais, une fois de plus, ce genre d’article fait croire qu’il n’est par contre pas nécessaire que les avocat-es se révoltent en Suisse, car le système est parfait. Raison pour laquelle les avocat-es de Suisse romande ne publient jamais un article critiquant le système pour lequel ils travaillent ! D'où ma colère.

    Magnifique coïncidence : Je viens de recevoir hier un témoignage très important expliquant quels sont les très graves problèmes subis par l’avocat bernois Oliver Lücke qui refuse de se soumettre aux règles du « système bernois » et qui a le courage de dénoncer les très graves dysfonctionnements qu’il a découverts. Voilà le lien de son témoignage:

    https://parseundparse.files.wordpress.com/2020/03/franzc3b6sische-version.pdf

    Malheureusement les avocat-es contestataires en Suisse sont très peu nombreux, car la grande majorité d’entre eux veut préserver ses privilèges et préfère ne jamais révéler les dysfonctionnements très graves qu’elle découvre.

    Je me demande combien d'avocats, en Suisse, vont avoir le courage de soutenir cet avocat bernois que je félicite très vivement.

    Voilà la seconde raison de ma colère:

    En Suisse romande, les avocats qui réalisent des infractions pénales poursuivies d’office ne sont jamais poursuivis car ils sont protégés d’une part par l’ordre des avocats de leur canton et par le pouvoir judiciaire du canton. Les plaintes pénales déposées contre les avocats sont classées, sans réaliser aucune recherche de la vérité, sans interroger une seule personne, sans appliquer les articles du Code de procédure pénale suisse. Voilà un exemple de privilège dont les avocat-es bénéficient : ils sont placés au-dessus des lois.

    Et si vous vous plaignez auprès de l’Ordre des avocats du canton en question, eh bien votre plainte ne sera pas traitée sérieusement car le Bâtonnier va étouffer l’affaire. L’avocat ayant aidé un citoyen dominant (il existe différentes techniques …) ne sera jamais sanctionné. De nombreuses personnes en ont fait l’expérience.

    Je sais de quoi je parle car j’ai dénoncé à l’Ordre des Avocats Vaudois les actes très graves de 4 avocats vaudois et il ne s’est strictement rien passé (aucune recherche de la vérité, aucunes questions posées à ces avocats, aucunes sanctions). Même quand un avocat lausannois a caché pendant plus de 2 ans des informations à ses clientes car il était corrompu par la partie adverse (montant caché dans une succession que j’estime à plus de 30 millions de francs suisses). Ou quand un avocat, en plus professeur à l’Université de Lausanne, fait de fausses déclarations écrites dans des procédures civiles et produit des pièces en sachant que ce sont des FAUX !

    Je connais de nombreuses personnes victimes de leur avocat-e dans les cantons romands. Cela concerne également le canton de Genève. J’ignore quelle est la situation dans les cantons suisses-allemands.

    Voilà la 3e raison de ma colère:

    Les droits de l’homme sont totalement bafoués en Suisse romande et quand je lis que Mme Sandrine Giroud (co-auteure de l’article publié par Le Temps) est présidente de la commission des droits de l’homme de l’ordre des avocats genevois, alors je suis très en colère. En effet, Genève prétend être La Cité des Droits de l’Enfant, par exemple, alors que des centaines d’enfants genevois se trouvent dans des foyers à Genève (ou ailleurs car ils sont parfois déplacés) suite à des expertises psychiatriques très discutables.

    Dans d’autres domaines les droits de l’homme sont bafoués. Par exemple les droits des personnes âgées placées de force en EMS ou ceux des personnes placées de force en asile psychiatrique.

    Le système des avocats-curateurs en vigueur dans le canton de Genève, qui leur permet de facturer des honoraires exorbitants au détriment de personnes qui devraient être aidées, est une honte. Mme Brigitte Pivot de l’association SOS Tutelles pourrait en témoigner et d’autres victimes aussi.

    Des dizaines d'associations et d'organisations basées à Genève prétendent défendre les Droits de l'Homme mais pour les très graves abus ayant lieu à Genève et en Suisse romande personne ne réagit !

    CONCLUSIONS.

    Toute personne en Suisse romande qui s’intéresse aux dysfonctionnements du système judiciaire peut obtenir rapidement de nombreux exemples de très graves abus d’autorité et dysfonctionnements. Les avocats, placés aux premières loges, ne peuvent ignorer la situation existante (non application des lois, arrangements entre petits copains, modifications des faits, aucune recherche de la vérité, dénis de justice, décisions totalement arbitraires, etc.). En Suisse romande les avocats ne peuvent ignorer que l’Etat de droit n’existe pas.

    Mais la majorité des avocat-es se tait pour ne pas prendre le risque de se mettre à dos le système et pour conserver ses privilèges.

    Dans ces conditions, c’est plus simple de publier un article concernant la Chine …

    S’il existe des avocats contestataires en Suisse romande, alors je leur conseille vivement de se regrouper pour dénoncer les dysfonctionnements. Merci d’avance. C’est urgent.

    Merci de diffuser ce message à vos amis.

    Voilà le lien de la pétition réclamant en Suisse le contrôle du travail du pouvoir judiciaire. Merci de la signer et de la diffuser : http://chng.it/vY2f7HxY

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.