accords

  • Suisse: Accords internationaux protégeant les femmes contre les violences.

    Imprimer

    Bonjour,

    Voilà un historique des événements ayant eu lieu en Suisse afin d'obtenir une égalité entre femmes et hommes.

    https://labs.letemps.ch/interactive/2019/droits-des-femmes/

    Ce que nous savons moins, c'est que la Suisse a, en plus, signé des accords internationaux protégeant les femmes contre les violences.

    Cet article fournit un historique non exhaustif des démarches et des accords ayant été signés ces dernières années par la Suisse afin de protéger les femmes contre les violences. Je l'écris en espérant que cela pourra aider les femmes vivant en Suisse.

    Le Centre Suisse de Compétence pour les Droits Humains (CSDH) a été fondé en 2011. Il s’agit d’un projet pilote dont le mandat a été prolongé jusqu’à fin 2022. Il a pour tâche d’encourager la mise en œuvre des obligations internationales de la Suisse en matière de droits humains. Voilà le lien :

    https://www.skmr.ch/frz/portrait/index.html

    Sachez que la Suisse a signé une Convention très importante le 1.4.2018. Voilà la déclaration du Conseil fédéral faite le 27 mars 2018 au sujet de la Convention d’Istanbul :

    https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-70247.html

    Et voilà le lien permettant de comprendre quel est le contenu de la Convention d’Istanbul signée par la Suisse le 1.4.2018. Ce texte devrait être lu par toutes les femmes victimes de violences habitant en Suisse:

    https://www.ebg.admin.ch/ebg/fr/home/themes/droit/droit-international/conseil-de-l-europe/convention-d-istanbul.html

    Afin de vérifier que la Convention d’Istanbul est bien appliquée en Suisse, un groupe d’experts indépendants a été créé. Il se nomme GREVIO. Voilà le lien permettant de comprendre ce que ces experts doivent faire:

    https://www.coe.int/fr/web/istanbul-convention/grevio

    Et voilà les déclarations faites par le Conseil fédéral lors de sa séance du 13 novembre 2019:

    https://www.ebg.admin.ch/ebg/fr/home/le-bfeg/nsb-news_list.msg-id-77061.html

    Si vous avez des questions, voilà une adresse: Mme Eloise Allimann, Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes
    eloise.allimann@ebg.admin.ch
      Tél : +41 58 483 98 09

    Naturellement, quand on voit toutes les démarches entreprises, les conventions signées et les déclarations faites par les Autorités, on se demande forcément pour quelles raisons les femmes en Suisse ne sont toujours pas sérieusement protégées quand elles subissent des violences. Et pourquoi elles doivent parfois, après des années de harcèlement et de violences subies sans avoir été entendues, créer une pétition pour lancer l'alerte (car les journalistes acceptent rarement d'écrire un article afin de lancer l'alerte). La pétition est alors un excellent moyen. En plus c'est simple à réaliser et c'est gratuit.

    Il faut bien comprendre que les violences subies par les femmes ne sont pas uniquement des violences physiques. Le harcèlement psychologique fait aussi partie des violences. Les très nombreuses démarches à entreprendre par  les femmes qui veulent obtenir une égalité de traitement, sans ne jamais arriver à être entendues, ni sérieusement protégées, font aussi partie des violences subies. L'éventail des violences est très large.

    Sur le plan judiciaire, il faut bien comprendre aussi que les femmes sont très souvent  lésées. En cas de violences conjugales, la police doit avertir le Ministère public qui doit ouvrir une procédure pénale car ces violences conjugales sont des infractions pénales poursuivies d'office. Mais dans quel pourcentage des cas cela est-il réellement effectué ? Et si une procédure pénale a lieu, alors combien d'années va-t-elle durer ? La victime va-t-elle être systématiquement incitée à retirer sa plainte ? Des statistiques sérieuses à ce sujet sont nécessaires. Si la grève des femme a attiré autant de femmes le 14 juin 2019, ce n'est pas dû au hasard ...

    Je comprends que la Convention d'Istanbul, entrée en vigueur le 1er avril 2018 n'est toujours par entrée en vigueur sur le terrain en Suisse en juin 2020. Il faudrait peut-être que les experts du GREVIO en prennent conscience. Merci très vivement aux femmes qui prendront contact avec eux pour les alerter. 

    Merci de diffuser cet article à vos amies et amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

    Mise à jour du 27 juin 2020:

    Une des techniques utilisées pour minimiser les déclarations de violences subies par les femmes consiste à demander une expertise psychiatrique ! Ce que de très nombreuses femmes ont dû subir quand elles se sont plaintes. Il est très important de savoir que ces expertises psyschiatriques sont souvent faussées, ce qui est inacceptable et correspond à une nouvelle violence ... A ce sujet, voilà un article de mon blog:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2018/05/06/geneve-expertises-psychiatriques-controversees-aux-hug-291955.html

    La méthode Cochem utilisée dans plusieurs pays préconise justement de ne pas faire d'expertises psychiatriques. A ce sujet, voir ce lien:

    https://egalitedescitoyens.blog.tdg.ch/archive/2020/01/31/pour-le-bien-des-enfants-lors-des-divorces-emploi-de-la-meth-304171.html

     

  • La Suisse signe des accords qui ne sont ensuite pas appliqués ...

    Imprimer

    Bonjour,

    L'émission Infrarouge d'hier soir concernant l'acquittement des militants suite à la partie de tennis dans les locaux du Credit Suisse était fort intéressante. Après le jugement du juge Philippe Colelough, deux camps se sont formés. Ceux qui sont très contents que les militants aient été acquittés et ceux qui sont offusqués (voir l'article publié sur ce blog "Tennis au Credit Suisse").

    Il me semble qu'un problème important est largement sous-estimé: la Suisse a signé l'accord de Paris en octobre 2017 tout en sachant qu'ensuite les Parlementaires à Berne ignoreront l'accord signé !

    Voilà le lien de cette émission Infrarouge qui explique bien cela et le lien concernant l'accord de Paris:

    https://www.rts.ch/emissions/infrarouge/page/2/

    https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/climat/info-specialistes/climat--affaires-internationales/l_accord-de-paris-sur-le-climat.html

    La Suisse tient énormément à son image de très bon élève dans tous les domaines, raison pour laquelle elle a signé l'accord de Paris sur le climat. Mais aussi de nombreux autres accords touchant à d'autres domaines. Par exemple, des traités concernant les Droits de l'homme, alors que les droits humains ne sont pas respectés en Suisse ...

    Ensuite personne ne sait à l'extérieur de la Suisse que les accords signés ne sont pas appliqués ! Et c'est cela qui a motivé les militants à agir, car il existe une situation extrêmement hypocrite.

    Dans certaines situations la Suisse ferait mieux de ne pas signer d'accord en expliquant honnêtement que l'accord signé ne sera de toute manière pas accepté par les Parlementaires à Berne. En effet, la majorité de droite soutient la finance et les secrets et non le climat et la transparence.

    Ensuite, il ne faut donc pas s'étonner que des milliers de manifestants, jeunes et moins jeunes, soient obligés de défiler dans les rues ou de créer des événements chocs tels que cette partie de tennis en s'adressant à Roger Federer. Idée vraiment géniale pour que leur action fasse le tour de la planète.

    Ces militants sont de courageux lanceurs d'alerte dont la Suisse a énormément besoin. Si les Parlementaires à Berne avaient mis en place une véritable loi de protection des lanceurs d'alerte, loi qui est en discussion depuis 2003 ... sans être entrée en vigueur en 2019 ..., eh bien le juge aurait pu utiliser cette loi. Ce n'est pas un hasard si cette loi n'existe pas !

    Félicitations à tous les lanceurs d'alerte pour leur combat courageux. Il est urgent de faire bouger les politiciens, à tous les niveaux.

    Merci de diffuser cet article à vos amis.

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.

  • QUESTIONS FONDAMENTALES POSEES A L'ORDRE DES AVOCATS VAUDOIS

    Imprimer

    Bonjour,

    Voilà le message email que j'ai envoyé le 28 décembre 2016 à l'Ordre des Avocats Vaudois (OAV): 

     

    Mon message est destiné à Mme la Bâtonnière de l’Ordre des avocats vaudois, Madame Antonella Cereghetti Zwahlen.

    Et il est envoyé en copie à de nombreuses personnes pour information.

     

    Madame,

    Sur le site Internet de l’OAV (www.oav.ch), il est écrit ceci :

    Le serment

    L’avocat vaudois, comme le médecin, débute sa vie professionnelle en prêtant serment.

    La main levée il dit « je promets, comme avocat, d’exercer ma fonction avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité, et de respecter les obligations professionnelles prévues par la Loi » (art. 20 de la Loi sur la profession d’avocat).

    Ce serment, proche de celui prêté en France depuis qu’il a été promulgué en 1982 par Robert Badinter, alors Ministre de la Justice, marque l’engagement solennel et personnel de l’avocat d’être fidèle aux quatre valeurs qui forment les piliers de sa profession : conscience, indépendance, probité et humanité.

    En prêtant serment l’avocat affirme n’être pas un simple prestataire de services juridiques. Il revendique assumer non seulement son rôle premier de défenseur du justiciable mais aussi d’acteur nécessaire de la vie en société, affranchi de toute influence des pouvoirs quels qu’ils soient.

     

    Franc-maçonnerie et clubs de service.

    Ces derniers mois, j’ai reçu à de nombreuses reprises des informations m’indiquant que les avocats vaudois font partie de loges maçonniques et de clubs de service. Il semble que cela concerne un très grand nombre d’avocats vaudois. Pourtant, je pense que le serment secret que les francs-maçons acceptent est totalement contraire au Serment figurant sur le site de l’OAV.

     

    A mon avis, il est impossible de remplir les quatre valeurs piliers de la profession d’avocat, soit conscience, indépendance, probité, humanité si les avocats de l’OAV cachent à leurs clients le fait qu’ils font partie d’une loge maçonnique ou d’un club de service. La transparence à ce sujet est indispensable.

     

    Ayant rencontré ces dernières années de très nombreuses personnes ne comprenant pas le comportement de leurs avocats qui manifestement ne correspond pas au serment de l’OAV qu’ils ont pourtant accepté, j’ai compris ces derniers mois que cela provenait de leur appartenance à des loges maçonniques et à des clubs de service.

     

    Je vous remercie, Madame, de m’expliquer très clairement comment vous gérez le fait que les avocats de l’OAV fassent partie de loges maçonniques et de clubs de service, ce qui est en totale contradiction avec le serment figurant sur le site Internet de l’OAV.

     

    Seconde question importante : Comment les clients peuvent-ils se renseigner pour savoir si leur avocat de l’OAV fait partie ou non d’une loge maçonnique et/ou d’un club de service ?

     

    Ces questions étant primordiales, votre réponse sera transmise aux personnes qui reçoivent ce message.

     

    Veuillez recevoir, Madame, l’expression de ma très grande inquiétude et mes salutations.   

     

    Michèle Herzog  (avec adresse complète).

     

    Le 28.12.2016, j'ai envoyé la copie de ce message email à la Fédération Suisse des Avocats en leur demandant également de répondre à mes questions. Voilà leur site Internet, pour information: https://www.sav-fsa.ch/fr/home.html

    Il faut savoir qu'il existe un Ordre des avocats dans chaque canton suisse et ces Ordres des avocats font partie de la Fédération Suisse des avocats. Je remercie toutes les personnes ayant eu des difficultés avec leur avocat de se plaindre à l'Ordre des avocats de leur canton. Même si cela est totalement inutile (expérience faite suite à mes plaintes envoyées à l'OAV concernant 4 avocats vaudois !). 

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.