actions

  • Monde: Les décisions liées au Covid-19 génèrent des actions judiciaires ...

    Imprimer

    Bonsoir,

    En Suisse, suite aux décisions prises par les autorités dès mars 2020, de très nombreux collectifs et associations ont été créés pour défendre, entre autres, les droits fondamentaux des citoyen-nes.

    Une des premières associations à avoir réagi se nomme Printemps2020. Suite aux décisions prises dès mars 2020 par le Conseil fédéral, cette association réclame une enquête extraparlementaire indépendante. Et je vous encourage très vivement à signer leur pétition avant le 20 février 2021. Voilà le lien:

    www.printemps2020.com

    Après les démarches judiciaires de l'avocat Carlo Alberto Brusa (plainte pénale déposée en France vers mi-décembre 2020), j'apprends que le tribunal de Weimar en Allemagne juge que les restrictions de contact imposées suite au Covid sont inconstitutionnelles. Cet article est intéressant car il cite différentes actions judiciaires ayant lieu dans différents pays.

    https://guyboulianne.com/2021/01/24/le-tribunal-de-weimar-en-allemagne-juge-que-les-restrictions-de-contact-imposees-dans-le-cadre-de-la-covid-19-sont-inconstitutionnelles/  

    Ces derniers mois, des collectifs de médecins et de soignants ont réagi, par exemple en créant un moratoire qui va être envoyé au Conseil fédéral. Mais malheureusement en Suisse on entend très peu d'avocats. J'espère qu'ils vont agir dans tous les pays pour défendre les droits fondamentaux et que ces premières démarches vont les encourager.

    Merci de diffuser cet article à vos ami(e)s et pas seulement en Suisse.

    Merci d'avance pour vos commentaires succincts (envoyés sous votre nom complet). Meilleures salutations. 

  • France : Actions des collectifs de médecins indépendants.

    Imprimer

    Bonjour,

    Il est très important, à mon avis, de comprendre ce qu’il se passe en France depuis mars 2020, car ici en Suisse romande des faits similaires se sont produits pendant la même période, mais peu de médecins en parlent.

    Des collectifs de médecins se sont créés en France. Et suite aux faits subis par les médecins en France pendant l’année 2020, ces collectifs se sont regroupés sous la bannière « Santé libre ». Voilà une vidéo très intéressante de 26 minutes. Il s’agit de la conférence de presse de «Coordination Santé libre ».

    https://www.youtube.com/watch?v=uwXVAr8lHLQ

    J’espère très vivement que des collectifs de médecins se créeront en Suisse et qu’ils s’exprimeront eux aussi sur la situation Covid-19, sur les médicaments qu’ils ont eu le droit de prescrire ou pas, sur les médicaments qu'ils peuvent prescrire actuellement et sur les vaccins.

    Il est en effet primordial que les patients sachent comment se soigner quans ils sont placés en quarantaine suite à un test Covid positif et qu'ils ont des symptômes. Surtout si, en plus, il s'agit de personnes à risques, car on sait très bien que plus le traitement commence tôt plus il sera efficace.

    Il est surprenant que les autorités de santé, en Suisse, n'indiquent pas de manière officielle quels sont les médicaments à utiliser, les dosages, etc. La seule chose que l'on entend étant "Faites-vous vacciner" alors que ces vaccins ne sont pas testés ! Sachez aussi que les personnes qui ont accepté de se faire vacciner, par exemple à Genève, ont dû signer une décharge en responsabilité !

    Merci de diffuser cet article à vos ami(e)s en Suisse et en France.

    Merci d’avance pour vos commentaires (textes succincts envoyés sous votre nom). Meilleures salutations.

    Mise à jour du 17 janvier 2021: Voilà les informations reçues aujourd'hui concernant le moratoire créé par des collectifs de santé de Suisse romande.

    Les « vaccins » contre la covid-19, vantés par l'industrie pharmaceutique, sont des produits totalement nouveaux, expérimentaux, qui n’ont plus rien de commun avec les vaccins traditionnels. Pour cette raison, et bien d’autres, un « Collectif Santé » a lancé une demande urgente de moratoire sur ce programme vaccinal aux risques méconnus et sous-estimés. Seuls les médecins et les soignants travaillant en Suisse peuvent signer ce moratoire qui va bientôt être envoyé aux autorités. Voilà le lien permettant de connaître le texte de ce moratoire et de le signer :
    https://xn--collectif-sant-okb.ch/moratoire-fr/

    Pour soutenir cette demande de moratoire sur les vaccins à « ARN messager », déjà signée par 807 professionnels de la santé dont 107 médecins, un collectif d’associations de Suisse romande a aussi lancé une pétition citoyenne, afin que toute personne intéressée puisse, par sa signature électronique, soutenir ce message d'alerte du monde médical. Voilà le lien de cette pétition que je vous remercie de signer :
    www.swiss-freedom.ch/fr

    Merci de diffuser ce message dans toute la Suisse.

    PS: J'avais déjà publié un article sur ce blog à propos de ce moratoire et de cette pétition, mais ensuite je ne recevais plus de nouvelles alors que les vaccins arrivaient ... Je constate que les médecins actifs en Suisse et le personnel soignant n'ont pas la liberté de s'exprimer. Ils le font par l'intermédiaire d'un collectif. Très bien.

    Mise à jour du 4.2.2021: Une seconde conférence de presse du collectif "Santé libre" a eu lieu et un internaute, que je remercie vivement, m'a transmis la vidéo de 45 minutes montrant que tous ces médecins travaillent et avancent dans leurs démarches. Voilà le lien: https://youtu.be/dGz4Xzee4P0

     

  • Un rapport de l'ONU critique la politique fiscale suisse.

    Imprimer

    Bonjour,

    La presse romande et l’association Alliance Sud ont publié des articles sur le dernier rapport de l’ONU concernant la politique fiscale suisse.

    Voilà le lien de l’article du 28.2.2018 publié sur le site d’Alliance Sud :

    http://www.alliancesud.ch/fr/politique/politique-fiscale-et-financiere/rapport-de-lonu-critique-politique-fiscale-suisse

    Les critiques de l’ONU portent également sur l’article 305 bis du Code pénal suisse qui traite le blanchiment d’argent, mais aussi le délit fiscal qualifié.

    Cet article du Code Pénal a été modifié à la demande du GAFI (groupe d’action financière dont la Suisse fait aussi partie). Dès le 1er janvier 2016 les soustractions fiscales dont le montant correspond à 300'000.- CHF d’impôts annuels soustraits sont soumises à l’article 305 bis. Pour autant, m’a expliqué un financier, qu’il existe aussi l’infraction pénale de faux dans les titres (par exemple faux comptes d’une société, ce qui est le cas dans l’affaire que je dénonce depuis plusieurs années).

    Ce rapport de l’ONU demande entre autre à la Suisse de baisser cette limite de 300'000.- CHF.

    J’ai déposé de nombreuses plaintes pénales suite à l’affaire financière que j’ai découverte (escroquerie que j’estime à 30 millions de francs suisses). Il est très important de savoir que les articles du Code Pénal suisse ne sont jamais appliqués car les financiers sont trop puissants. Et intouchables.

    Chaque année je reçois les faux comptes de la société dont je suis devenue actionnaire depuis 2008 (par une succession). En juillet 2017, quand j’ai reçu les faux comptes au 31.12.2016, j’ai demandé l’application de l’article 305 bis car j’estime la fraude fiscale à 30 millions de francs suisses, mais ma plainte pénale a été classée sans qu’aucune personne ne soit interrogée et les infractions pénales de faux dans les titres, gestion déloyale, … ont également été ignorées par le procureur.

    Conclusion : Il est certainement très utile de modifier cette limite de 300’000.- CHF, mais le plus important serait qu’un groupe de citoyens puisse vérifier que les lois soient appliquées par les fonctionnaires du fisc, par les procureurs et par les juges, car actuellement en Suisse les lois ne sont pas appliquées dans les escroqueries financières ! Il faudrait aussi que les véritables escrocs financiers soient condamnés et non les personnes qui ont eu le courage de dénoncer leurs actes et la corruption qu’ils utilisent souvent pour obtenir leur immunité.

    Autre problème: Il est urgent de ne plus accepter les sociétés avec actions au porteur qui permettent justement de réaliser des fraudes fiscales de plus de 300'000.- CHF chaque année car ces sociétés sont souvent des sociétés immobilières détenant des immeubles. Les actions au porteur protègent l'anonymat des propriétaires de ces sociétés. L'article 305 bis du Code pénal suisse ne sera donc jamais appliqué ...

    Quand donc la Suisse va-t-elle cesser de tout mettre en place pour favoriser la fraude fiscale tout en faisant croire que des améliorations sont entrées en vigueur ?

    J'espère vivement que la "justice" suisse va enfin être obligée de travailler beaucoup plus sérieusement. Pour obtenir cela il n'y a qu'une seule solution: contrôler le travail de la justice en contrôlant la qualité des décisions prises (application des normes de qualité utilisées dans l'industrie). A ce sujet, merci de signer cette pétition et de la diffuser:

    https://www.change.org/p/le-grand-conseil-des-cantons-suisses-et-mme-s-sommaruga-controle-du-travail-de-la-justice-en-suisse

     

    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations.